Des vidéos « façon Antti » pour la moto

Mon fils Val vient de réaliser quelques vidéos tout à fait remarquables sur l’ambiance et l’histoire du MotoGP (OK, il y a aussi un peu de Superbikes de temps en temps aussi). Il a su capter le style des formidables vidéos d’Antti, ce jeune Finlandais qui nous propose des créations uniques sur le sport-auto… Manquait l’équivalent pour la moto, c’est fait !

Je vous laisse apprécier :

Même si vous n’êtes pas n’êtes pas trop passionnés par les Grands Prix, vous ne pourrez résister à l’attrait de ces images très bien servies par des musiques bien choisies.

Les promesses non-tenues du télétravail

Le télétravail devait révolutionner nos pratiques et nos habitudes. Aujourd’hui, force est de reconnaitre qu’il n’en a rien été ou si peu.

Non pas que les moyens ne soient pas disponibles ou pas assez efficaces. En la matière, on peut même affirmer que les promesses ont été tenues, pour une fois.

Bien entendu, il reste du chemin à parcourir, beaucoup de chemin et c’est toujours ainsi. Car on s’aperçoit en marchant que le but est finalement plus loin qu’évalué au départ. C’est normal et ce n’est là que se situe le problème pour une fois.

Le vrai problème réside plutôt dans notre incapacité à vraiment tirer profit des progrès technique. Combien de fois vous êtes-vous retrouvé dans une réunion à penser « tout cela aurait pu être fait en vidéo-conférence » ?

Mais non, les autoroutes et les aéroports sont toujours aussi saturés et c’est bien la preuve qu’on ne sait pas (ou si peu) profiter des possibilités du télétravail. Et il ne s’agit pas seulement des réticences des employeurs (qui vont toujours préférer exiger votre présence physique, ça rassure !) mais bien de tout le monde en fait. Souvent, les gens ne veulent tout simplement pas rester chez eux pour différentes (mauvaises) raisons. Genre, j’ai déjà mon conjoint sur le dos tout le week-end, je ne veux pas que cela continue pendant la semaine…

Donc, une fois de plus, on est encore englué dans la situation classique du progrès technique qui va bien plus vite que les mentalités humaine.

La bonne SF, c’est quoi ?

En ce moment, les critiques bruissent à l’unisson : le film « Premier contact » serait génial. Cela me fait immanquablement penser à « Interstellar » il y a quelques temps : même enthousiasme, mal placé selon moi.

Désolé d’être à contre-courant (quelle surprise, hein !) mais je ne pense vraiment pas qu’il s’agit de bons films de SF, vraiment pas. En fait, tous ces gens prétendent que c’est génial parce qu’ils n’ont rien compris et n’osent l’avouer de peur de passer pour des huitres (qu’ils sont effectivement, d’une manière générale…). Du côté des producteurs de ces films, l’astuce est simple : comme on n’a pas de profondeur (de scénario), faisons complexe et absurde… ainsi, les gens n’y verront que du feu et penseront « wow, c’est vachement profond en fait ». Une astuce bon marché mais qui fonctionne bien désormais car le niveau est tombé si bas.

Mais alors, si ces deux films sont nuls, peux-tu au moins nous dire quels sont les bons films de SF à voir en ce moment ?

Hum, avant de répondre à cette importante question, essayons déjà de voir ce qui ressort de la SF et ce qui n’en est pas. Un bon exemple nous est donné avec le dernier Star Wars, « Rogue One« . Ce n’est pas un mauvais film (ce qui est déjà une énorme surprise vu la grosse et ignoble daube qu’était le précédent film de la « série », le lamentable et ridicule « Réveil de la force« ) mais, clairement, ce n’est PAS de la SF, plutôt du fantastique avec des lasers, des vaisseaux spatiaux, des explosions qui font qui bruit (y compris dans l’espace, hein… au point en on en est !), tout ça…

Avec des daubes de ce genre, on n’apprend rien sur rien sinon que la nature humaine est toujours prête à avaler n’importe quoi du moment que les médias disent à l’unisson « c’est super, allez-y ».

La vraie SF, au contraire, nous permet d’apprendre quelque chose sur les progrès techniques à venir et leurs impacts sur notre vie, la société et notre évolution. C’est ça la vraie SF et il n’y a rien de tout cela dans les films cités précédemment. La bonne SF respecte aussi les principes scientifiques connus et admis, elle ne jette pas par le fenêtre toutes les contraintes physiques simplement parce que ça rend le scénario plus difficile à écrire.

Le meilleur terme pour définir la SF, c’est sûrement son autre nom : l’anticipation.
En effet, la bonne SF nous permet d’anticiper ce qui va arriver grâce ou à cause des progrès techniques. Je dirais même que la SF nous est indispensable pour comprendre ce qui va arriver et pourquoi.

Bref, quelques exemples de bons films de SF que vous pouvez regarder sans avoir l’impression d’être pris pour un(e) imbécile toutes les cinq minutes : Chappie, Ex Machina et Seul sur Mars.

Annonce de la 3ème édition de mon livre sur « La malédiction des champions du monde de F1 »

Vous savez combien il est important pour moi de tenir à jour mes livres déjà publiés. Corrections, nouveaux contenus, etc. Je ne laisse pas « mourir » mes livres une fois terminés car, en fait, ils ne sont jamais « terminés »…

Bref, tout cela pour dire qu’il était temps de se pencher de nouveau sur cette malédiction qui frappait les champions du monde de F1. J’écris « frappais » car, grâce à Nico Rosberg, cette malédiction a enfin été brisée !

Tous les pilotes ont cette ambition, plus ou moins secrète, plus ou moins avouée, de finir leur carrière en étant au sommet, de raccrocher sur un haut fait, d’éviter le déclin en somme… Et pourtant, force est de constater qu’aucun n’avait atteint ce but jusqu’à ce que Nico Rosberg brise enfin cette malédiction !

Certains vont dire que décrocher un titre est vraiment difficile. D’autres vont affirmer que c’est de se maintenir au sommet (non pas un titre, « acquis par accident », mais plusieurs pour bien montrer qu’on domine son époque !) qui est bien plus dur encore. Tous ont raison, mais on a pléthore de multiples champions du monde pour démontrer que ce dernier but n’est pas si inaccessible… Non, le vrai challenge consistait à réussir sa sortie et là, le palmarès est resté vierge trop longtemps !

Tous veulent le faire, certains l’avouent, mais personne n’y est arrivé avant Rosberg. Et un des éléments d’explication est que les grands pilotes sont des compétiteurs que rien ne décourage. Ils ont déjà connu des hauts et des bas, dès le début de leur carrière et c’est justement parce qu’ils se sont accrochés avec un mental d’acier qu’ils ont finalement réussi.

Alors, il est normal qu’ils soient aveugles à l’approche du déclin. Pour eux, il ne s’agit que d’une mauvaise passe de plus qu’ils auront tôt fait de surmonter, comme les précédentes.

C’est cette confiance en eux -jadis leur meilleure alliée- qui les empêche, finalement, de « sentir » le bon moment pour se retirer. Pourtant, les plus malins, comme Stewart, ont été capables de décider de ce bon moment et de planifier leur retraite, mais c’est là où la malédiction se montre la plus vicieuse en s’alliant à la mort.

L’accident fatal annule les meilleurs plans, soit en tuant l’acteur principal (Rindt), soit en fauchant ses amis (Cevert pour Stewart, Colins pour Hawthorn et bien d’autres).

Une malédiction, vraiment ?

Absolument !

Quand on regarde l’histoire de la Formule Un, ou, plus exactement, l’histoire de ses champions, on s’aperçoit qu’il n’y en a pas un seul qui n’ait pas eu sa carrière marquée par le destin ou tout simplement gâchée par des circonstances contraires. Pas un seul n’a réussi le parcours parfait : capable de se retirer en pleine gloire, d’être complètement satisfait de la performance accomplie et de jouir de sa retraite paisiblement. Comme si l’effort surhumain pour conquérir le ou les titres aboutissait forcément à les mettre sur une trajectoire interdite et définitivement maudite !

Comme si le prix à débourser pour devenir N°1 se payait forcément avec des larmes et de l’amertume, voire quelquefois (souvent même) avec du sang… Quoi qu’il arrive, la malédiction a toujours un coup d’avance et plus d’un tour dans son sac…

Allez, vous devez penser que je déraille ou, du moins, que j’exagère; mais pas du tout : il suffit d’examiner objectivement la liste de tous les champions du monde pour le constater : pas un seul qui n’ait bien fini, pas un seul qui n’ait pas terminé avec un regret, un échec, un déclin ou un drame. Cette malédiction peut prendre de nombreuses formes, mais tous ont été frappés !

Que ce soit la saison de trop (le déclin), l’accident de trop (le prix du sang) ou des circonstances contraires (le titre dévalorisé par le contexte où il a été obtenu), tous nos champions ont vu leurs parcours entachés par cette malédiction… Vous n’êtes pas obligé de me croire tout de suite, mais vous allez voir que, systématiquement, on reconnaît sans mal les effets de cette malédiction dans la destinée de tous ces pilotes hors du commun.

Cet ouvrage est aussi l’occasion de revenir sur l’évolution de la F1 et sur les faits marquants de ses différentes époques.

Vous pouvez retrouver cette 3ème édition au format papier ou numérique sur Amazon dès maintenant…

Un nouveau livre : Dr Miracle, saison 1970

C’est mon moment préféré : l’instant où je peux enfin annoncer mon nouveau livre !
Comme d’habitude, c’est le résultat de plusieurs mois de travail et c’est une vraie satisfaction de pouvoir vous le proposer enfin. De quoi s’agit-il cette fois ?

Dr Miracle est un consultant d’un nouveau genre : il aide les équipes à trouver le chemin de la victoire, tout simplement !

Derrière la victoire de Porsche aux 24 Heures du Mans 1970, on trouve Dr Miracle. Pareil pour la victoire de Honda aux 200 miles de Daytona la même année. Et qui aida Enzo Ferrari à gagner de nouveau en F1 lors de la saison 1970 ?

Dr Miracle bien sûr !

Cet ouvrage est le premier d’une longue série : il porte sur les exploits de Dr Miracle pendant la saison 1970 des sports mécaniques. Cette fiction qui s’appuie sur des événements réels permet de revivre les plus grande épreuves de cet âge d’or du sport-auto et moto. Elle permet également de comprendre ce qui s’est passé en coulisses et d’expliquer des victoires qui auraient pu se dérouler tout autrement… Sans les interventions judicieuses de notre héros.

Un peu crispé sur cette vidéo, Lefebvre ? Respire, tout va bien se passer !

Ce livre est déjà disponible sur amazon, aussi bien en version papier que numérique

Après le mème Hitler, voici le mème Risitas

Un mème internet est un anglicisme (venant d’« Internet meme ») utilisé pour décrire un élément ou un phénomène repris et décliné en masse sur internet.

C’est une acception récente du terme mème, qui définit ce phénomène dans sa globalité. D’après l’Oxford English Dictionary, un « mème » est un élément d’une culture ou d’un ensemble de comportements qui se transmet d’un individu à l’autre par imitation ou par un quelconque autre moyen non-génétique… Merci Wikipédia.

Vous vous souvenez des parodies réalisées à partir de cet extrait de la chute où Hitler réalise que la guerre est perdue… à chaque fois, seuls les sous-titres sont changés pour illustrer la parodie. Et, à chaque fois, ça donne un résultat hilarant (sauf pour les Allemands qui eux ont du mal à comprendre ce que cela a de drôle…).

Ouais, j’avoue, j’ai triché, c’est pas avec cette séquence les parodies d’habitude, c’est plutôt avec celle qui suite mais celle-ci, avec Nabila (vous vous souvenez ?), je trouve ça trop drôle !

Eh bien Risitas est en train de prendre la même place qu’Adolf dans les grands mèmes sur YouTube. Vous ne connaissez pas Risitas ?

Pas de problème. Voilà la vidéo qui l’a rendu célèbre :

Lors de cette vidéo, Risitas nous explique comment Apple finalise ses nouveaux MacBook… Ah, d’accord… Depuis, Risitas est mis à toute les sauces, comme Hitler dans la chute quoi.

Voici la dernière en date, bien marrante sur les résultats des élections US (rappel : Trump a gagné alors que je me souviens encore du titre d’Euronews cet été : Trump ne pas gagner, c’est mathématiques !) :

Merci Euronews pour cette séquence de rigolade… Euh, je veux dire, merci Risitas !

La fin de l’abus de « bonne conscience » en vue ?

Allez, tout n’est pas si noir, y a même de l’espoir quelquefois : quand on touche le fond, on ne peut que rebondir, hein !

Après tout, même François Hollande a compris qu’il était temps de dégager… Heu, je m’égare là (la douleur t’égare, Thierry…).

Bref, où est donc cet espoir que tu nous fais miroiter ?

C’est simple, vous allez comprendre : après des décennies de tyrannie du politiquement correct et de la bonne conscience des Social Justice Warriors (les SJW qui se sont hélas multipliés dernièrement…), il semblerait qu’on soit enfin au bout de cette horrible tendance et que le balancier soit prêt à repartir dans l’autre sens…

Au XXème siècle, des SJW, il y en avait peu et c’était déjà trop. En gros, il fallait subir les sermons d’un BHL (le tartuffe principal) ou d’un Kouchner (le tartuffe secondaire)… Désagréable mais gérable.

Au XXIème siècle, la situation s’est franchement gâtée avec l’expansion d’Internet : toutes les féministes hystériques (ok, y a un peu redondance là, j’avoue…) et autres SJW pré-pubères s’en sont données à coeur-joie… Blogs, réseaux sociaux et YouTube… Bien entendu, vous voyez parfaitement ce que je veux dire, hélas.

Heureusement, tout ça, c’est finit !
Oui, une fois de plus, le Raptor Dissident vient à notre secours afin de mettre tous les SJW en PLS, une bonne fois pour toutes.

Alors, petite précision, cette vidéo n’est pas dans le chaine YouTube du Raptor parce que certaines ont été supprimées (par YouTube suite aux pleurnicheries de ces SJW…) et postées ailleurs par des fans (ben oui, faut bien que les trucs importants passent quand même).

Explication de la censure dans la vidéo suivante :

Les bons contenus de YouTube… Attention, y a du lourd !

Bon, avouons-le, on perd beaucoup de temps sur YouTube à regarder des conneries (ben oui, faut dire les choses comme elles sont, non ?). Allez, un exemple pour vous montrez que je parle d’expérience :

Alors là, c’est clair le « women drivers fail », c’est clairement mon préféré quand mon jeune fils me demande de regarder quelque chose sur « Yatub »… Mais bon, faut se tenir quand même, c’est un blog sérieux ici, hein !

Alors, je vais donc vous recommander des contenus sérieux (mais qui valent la peine d’y passer un peu de temps et même de s’instruire par la même occasion, ah mais !). Donc, on commence par « la philosophie, ça sert à rien et c’est ça qui est bien ! » de Yann Kerninon :

Yann Kerninon fait partie des « inconnus de YouTube » avec des scores ridicules (quelques milliers des vues sur ses vidéos, au mieux… on est clairement à des années-lumières des Youtubers les plus connus !) mais qui pourtant produit régulièrement des contenus fascinants et de qualité.

Si vous aimez la science, je vous conseille « DirtyBiology«  qui présente, explique, décortique avec talent et clarté les différents concepts scientifique :

Le big data, c’est pas que des colonnes de chiffres sans fin… C’est aussi des vidéos décapantes de « Data Gueule » !

Bon, on va finir par du lourd, du très lourd… Petites natures s’abstenir car voici le redoutable Raptor Dissident !

Avec le Raptor Dissident, on fait pas dans la dentelle : tous les tartuffes et les minables qui ferait mieux d’être discrets (mais qui, au contraire, n’hésitent pas à la ramener à tous propos…) sont mis direct en PLS (position latérale de sécurité… oui, moi aussi j’ai pas compris la première fois que j’ai lu/entendu « se faire mettre en PLS) !

Le Raptor Dissident est un phénomène récent sur YouTube mais on peut dire qu’il crève l’écran si j’ose dire !
On aime ou on déteste et, personnellement, j’adore !
Le Raptor nous venge une bonne fois pour toute de toutes ces sous-merde (oh, je commence à m’exprimer comme lui… ça doit être contagieux !) qui n’ont rien à dire mais qui, merci l’Internet, en profitent quand même pour ouvrir leur sales gueules (ah ouais, définitivement contagieux on dirait…). Regardez, écoutez et dégustez (dans tous les sens du terme !).

Allez, on se calme, on prend sa piqure, tout va bien, là… Ah ça, mais faut pas regarder des trucs aussi radicaux voyons !

 

Une communauté bienveillante pour les auteurs, ça existe ?

Conseillé par mon fils ainé, je suis allé voir Scribay et bien m’en a pris !

En conformité avec ce qui est annoncé en page d’accueil, j’y ai trouvé une « communauté bienveillante » où les auteurs sont accueillis à bras ouverts (façon de parler, bien entendu !).

Sur Scribay, on est lu, relu, critiqué (gentiment, toujours), corrigé (si c’est ce que vous souhaitez) et ainsi de suite. Les inscrits sont aimables et compétents, on croit rêver !

Et j’y ai également découvert des auteurs de talent !
Un exemple : Jean Coutelard et son haletant « Année 66 », un roman de SF très bien tourné… Je vous encourage donc à découvrir Scribay et à y participer. Merci à Arnaud et Manuel, les créateurs du site.

scribay-about

Parler de F1 mais seulement pour de bonnes raisons !

Allez, la toute dernière actualité me pousse à parler de F1, pour une fois. Non, rien à changé : les courses sont toujours aussi peu intéressantes (et c’est un euphémisme !) et, pire, désormais, c’est même le championnat qui a perdu tout intérêt puisqu’on sait que c’est forcément une Mercedes qui va l’emporter… Triste.

Mais, attendez une minute, le champion du monde de l’année est un personnage d’exception, pour de bon !
Non, je ne pense pas à Hamilton qui, selon moi, reste toujours aussi ridicule dès qu’il n’est plus au volant mais bien de Nico Rosberg qui vient juste de décrocher la timbale… Et alors ?

Et alors, aussitôt après avoir enfin réussi à décrocher la couronne, voilà qu’il déclare sa retraite !

Magistral. Et super rare en plus. Comme je l’explique dans mon livre « La malédiction des champions du monde » tous veulent le faire, très peu y arrivent. Voici un extrait du livre à ce propos (dans le chapitre sur Jenson Button) :

En voilà un qui ose le dire tout haut au moins !

En août 2012, voilà ce que Button déclarait au Daily Mail : C’est dans ma tête. Dans n’importe quel sport, le truc est de se retirer au bon moment. Tant de pilotes disent qu’il attendent de quitter la F1 car ils sont impatients de mener une vie plus tranquille et deviennent fous quatre mois plus tard car ils regrettent ce train de vie. Je garde des ambitions, un autre championnat à mon palmarès serait une consécration fantastique.

Se retirer au bon moment… Tous en rêvent, aucun n’y parvient !

Jusqu’à aujourd’hui, seuls Bayliss et Biaggi (des motards) ont réussi à sortir par le haut. Tous les autres (j’insiste, tous les autres, même Jackie Stewart) ont échoué sur ce point précis (et j’explique pourquoi dans mon livre que ceux qui se sont retirés de la F1 après leur titre l’ont fait à cause des circonstances, pas de leur propre volonté, totalement libre de le faire).

Bravo Nico. Tu prouves ainsi que tu es largement au-dessus de tous ces champions (y compris et surtout de ton père qui ne brillait pas par son intelligence, lui…).

Du coup, il va vraiment falloir que je mette à jour mon livre désormais… Patience !

Allez, encore quelques bonnes raisons de détester Noël !

Allez, je sais bien que vous êtes nombreux à détester Noël comme moi. Si vous n’êtes encore convaincu, lisez ceci => http://www.alain-lefebvre.com/allez-avouez-vous-aussi-vous-detestez-noel/

ironie

Je vous propose encore autre chose pour bien enfoncer le clou : Santaland Diaries.

C’est un récit assez connu aux USA qui nous vient du formidable David Sedaris. Je vous invite, vraiment, à écouter son journal ci-dessous : son expérience en tant qu’Elfe à Macy. Si vous comprenez l’anglais, il FAUT écouter cette histoire… ça, vraiment ça, c’est Noël… Triste.

 

Tant qu’à parler du futur, autant le faire avec intelligence…

En suivant ce lien http://nesaranews.blogspot.com/2016/11/good-read-glimpse-of-future-from.html, vous pourrez lire un article (tout en anglais…) plein de prévisions sur le futur technique qui se dessine en ce moment sous nos yeux… Un seul problème, c’est aussi bourré de conneries !

En matière de futur et surtout de future technique, c’est plus ou facile de dire le « quoi » mais déjà beaucoup plus difficile de dire le « quand »… Mais là, cet article nous assène des affirmations qui sont, souvent complètement erronées, tout simplement.

Un exemple :

Autonomous cars: In 2018 the first self driving cars will appear for the public. Around 2020, the complete industry will start to be disrupted.

Des voitures autonomes, dans deux ans, vraiment ?

On en est encore loin !

Certes, les démonstrations actuelles sont souvent impressionnantes (j’ai eu l’occasion d’essayer une Tesla cette année, y compris en mode « automatique »… bluffant mais valable seulement dans certaines conditions… qui ne représentent certainement pas 80% de votre usage !), mais il y a encore du chemin à faire, beaucoup de chemin à faire avant que 80% des usages courants soient couverts et il restera encore les 20%, les plus ardus. Donc, la disponibilité effective des voitures autonomes prendra encore dix ans, au minimum.

The Grand Tour, à la hauteur de Top Gear ?

L’histoire est connue : après s’être fait virer de la BBC suite à une altercation avec un producteur (en mars 2015), Jeremy Clarkson (accompagné de ces deux acolytes, Richard Hammond et James May) signe avec Amazon (Netflix était sur les rangs aussi, du coup, le deal a été coûteux…) pour une nouvelle série d’émission plus ou moins basée sur le principe de Top Gear : du vroum-vroum avec de l’humour plus ou moins britannique (Clarkson est anglais, certes, mais il peut paraitre un peu vulgaire à certains…).

Bref, la grande question n’était pas « est-ce que Top Gear reste regardable avec le départ de la fine équipe ? » (non, bien sûr) mais plutôt « est-ce que la nouvelle série (The Grand Tour) sera-t-elle à la hauteur de Top Gear ? », n’est-ce pas ?

Alors, ne reculant devant rien quand il s’agit de vroum-vroum (une cause sacrée s’il en est !), j’ai donc regardé le premier épisode qui était diffusé sur Amazon à partir d’hier… Alors ?

Bof. C’est effectivement un copycat de Top Gear, mais, bizarrement, il manque quelque chose. Comme si d’être passé de la BBC (anglaise pur jus) à Amazon (clairement américaine, pas de question là-dessus) lui avait fait perdre cette touche si caractéristique qui faisait que même si on appréciait pas forcément Clarkson, on aimait Top Gear.

Alors, pourquoi en parler ?

Eh bien, justement, pour évoquer le côté « magique » du succès. Le succès ne se résume pas à une recette où une « dream-team », c’est un ensemble de choses : les bons ingrédients, au bon moment et dans le bon contexte. Donc, une somme de critères qui rend la « programmation du succès à coup sûr » impossible.

Bien souvent, dans le succès d’un champion, on passe à côté des vraies raisons tout simplement parce que ces dernières ne sont pas forcément visibles : le bon coach, la bonne équipe technique, tous ces acteurs qu’on ne voit jamais, mais qui sont essentiels dans la réussite de la recette.

Je parierais volontiers que, dans le cas de « The Grand Tour » il manque un ou plusieurs éléments clés, et sûrement du côté de l’écriture. Pareil pour Top Gear d’ailleurs : sans Clarkson-Hammond-May, vous pouvez oublier le succès passé les gars !

 

 

Mesure N°9 et N°10 : agences gouvernementales et universités (si j’étais président…)

Continuons le cours de notre énumération des « dix mesures si j’étais président », avec les deux dernières mesures :

9— Services publics
Les organisations et structures redondantes et inutiles sont supprimées. Une seule agence sanitaire de contrôle des médicaments et non deux par exemple.

10— Enseignement
Les universités sont le parent pauvre de l’enseignement supérieur depuis des décennies. On privatise les universités. Seules les meilleures vont subsister et les filières débiles et inutiles vont disparaître.

Commençons par les agences publiques. Il y en a beaucoup trop, tout d’abord. Ce n’est même pas moi qui le dit mais l’IGF !

Le rapport achevé par l’inspection générale des finances (IGF) en mars 2012, mais publié le 17 septembre 2012, recense 1244 agences au total (p. 1). Ce rapport démontre que les agences ont été un « point de fuite » budgétaire, et ont été utilisées pour contourner les restrictions budgétaires de l’État. Il dénonce par ailleurs leurs effectifs pléthoriques, l’absence de tutelle effective de l’État, s’interroge sur l’efficacité de certaines d’entre elles et sur la légitimité de la rémunération de leurs dirigeants. Dans ce cadre, il formule plusieurs recommandations visant à rationaliser l’usage des agences et à réaliser des économies.

Je m’attaquerais en particulier aux « agences de sécurité sanitaires« … En 2013, ces agences sont :

Vous ne trouvez pas que ça fait un peu beaucoup, surtout en regard de leur efficacité !
Noyautées par les lobbies, diffusant une propagande qui frise le ridicule (rappelez-vous l’affaire des coûteux vaccins pour le H1N1…), ces agences méritent un nettoyage qui est devenu plus que nécessaire.

Passons aux universités maintenant. Cela fait plus de quarante ans que celles-ci déclinent… Il serait peut-être temps de faire quelque chose, non ?

Là au moins, c’est simple : on privatise tous les établissements (oui, ça va faire pleurer les gauchistes, mais ces pauvres petits choux n’auront qu’à se plaindre au Raptor Dissident !). Du coup, seuls les plus valables vont trouver preneurs, on ferme les autres et voilà, problème réglé. Car, croyez-vous vraiment que la France ait besoin d’offrir des études « voies de garage » à des jeunes qui ne savent pas encore quoi faire de leur vie adulte ?

Vous voulez étudier une grosse connerie inutile et sans aucun débouché ?
Pas de problème, vous le faites à vos frais et tout le monde est content !

Mesure N°8 : police (si j’étais président…)

Continuons le cours de notre énumération des « dix mesures si j’étais président », avec la mesure concernant la Police… Celle-là au moins, elle est simple et simple à comprendre :

8— Police
La Gendarmerie est supprimée. Ses effectifs sont versés dans la Police nationale. La distribution des effectifs est revue : moins en zone rurale et plus en zone urbaine.

La première terrible vérité c’est que les Gendarmes ne sont pas là pour le bien du public; ils sont présents dans leurs casernes partout en France pour nous surveiller et nous maintenir au pas. Car, rappelons qu’il s’agit d’une armée de l’intérieur dont la mission principale est d’abord et avant tout de prévenir tout mouvement de révolte qui viendrait de la “populace”, comme au moyen âge où l’on nettoyait dans le sang la moindre jacquerie.

Bon, comme les communistes ont renoncé au “grand soir”, il ne reste plus beaucoup de révolutions à endiguer et nos “chers” pandores se  contentent donc de verbaliser les excès de vitesse au bord de la route. C’est plus rentable et c’est moins risqué que de vraiment maintenir l’ordre là où il serait nécessaire d’intervenir…

Il y aurait pourtant un domaine où les Gendarmes pourraient être utiles et serviraient vraiment la société plutôt que de faire les zouaves sur les bords des routes (mais seulement là où on peut piéger facilement le contribuable motorisé, pas là où c’est vraiment dangereux). Je veux parler des zones de  “non-droit” où plus personne (médecins, pompiers, etc.) ne veut aller. Pourquoi ne sont-elles pas investies par les forces de la Gendarmerie ?

Mais non, les Gendarmes ont compris qu’il valait mieux coller à l’esprit du temps et laisser tranquille les plus violents pour ne s’en prendre qu’aux plus dociles. C’est ainsi qu’on a vu les Gendarmes, qui pour une fois étaient sur le lieu du délit et dans les temps, laisser tranquillement les chasseurs de palombes pratiquer leur massacre habituel alors que la Loi l’interdit. Mais les chasseurs sont armés eux aussi, ça fait réfléchir !

La seconde terrible vérité, c’est cette nouvelle version de la “loi du plus fort” qui est encouragée aujourd’hui par les institutions de notre société : soyez violent et on vous laissera tranquille ou soyez nuisible et on vous donnera satisfaction. Ce n’est pas exactement la vision que j’avais de l’état de droit…

Bref, la Gendarmerie a prouvé mainte fois qu’elle ne servait pas nos intérêts, donc, on la supprime et on la fusionne avec la Police, ça sera plus simple et plus clair pour tout le monde. On en profite aussi pour redistribuer les effectifs : plus en zones urbaines (où ils sont nécessaires et moins en zones rurales (où ils ne servent à rien ou presque mais où c’est plus tranquille, pas fous !).

Mesure N°7 : la Justice (si j’étais président…)

Continuons le cours de notre énumération des « dix mesures si j’étais président », avec la mesure concernant la Justice… Ah, voilà un sujet polémique, voilà un sujet qui enflamme !

7— Justice
Les prisons sont vidées et supprimées. Les peines lourdes (plus de trois ans d’emprisonnement) sont envoyées en Guyane dans un périmètre spécial. Les peines légères sont assignées à résidence avec bracelet électronique (avec localisation GPS et camisole chimique si nécessaire) pour la nuit, aux travaux d’intérêts généraux pour la journée. Les détenus vont servir à quelque chose : nos espaces seront propres désormais.

Alors, tout d’abord, un constat : la Justice fonctionne mal, elle est lente (pas bien, mais on est habitué…), elle laisse passer beaucoup de choses (ah ça, par contre, pas bien du tout !) et, enfin, la situation de la population carcérale est tout sauf satisfaisante.

Alors que la proportion de nos concitoyens emprisonnés est faible par rapport à notre population globale (au contraire des USA, par exemple, où la part de la population carcérale frôle 1% de la population totale !), nous n’arrivons pas à les héberger correctement puisque, de façon systématique, le nombre d’incarcérés dépasse la capacité d’hébergement (58 587 places pour 68 253 personnes écrouées, au 1er septembre 2016).

La solution est-elle de construire plus de prisons ?
De privatiser ce secteur afin que ce soit des sociétés qui gèrent le problème (comme, en partie, aux USA justement, avec tous les effets pervers qu’on a pu constater depuis cette innovation brillamment mise en place par l’administration Reagan !) ?

Non et non, certainement pas. Vous me connaissez, je propose quelque chose de plus radical !

1) On supprime les prisons et on s’appuie bien plus sur le concept de « personnes suivies en milieu ouvert » comme le dit si bien notre ministère de la Justice actuel. Cela veut dire le recours (massif !) aux bracelets électroniques et, oui, à la camisole chimique pour certains cas. Mais ça, c’est seulement pour les délits mineurs, ceux qui auraient écopé d’une peine de prison de moins de trois ans. Et pour les autres alors ?

2) Pour les autres, c’est direct la Guyane !
Ah, tu vas restaurer le bagne ?
Pas exactement, je pense à un truc encore plus radical encore !

Le « périmètre spécial » auquel je pense ferait dix kilomètres carré, entouré de grillages électrifiés et gardé par la Légion qui aurait ordre de tirer à vue. Les types envoyés là devraient se débrouiller pour survivre pendant la durée de leur peine. Si ce n’est pas le cas, eh ben tant pis, fallait pas déconner et se faire choper les gars. Je pense que ça serait assez dissuasif en fait et assez économique au final. Et, actuellement, ça ne concernerait que 40% des condamnés.

Pour celles et ceux qui ne savent pas l’état de déliquescence de notre système pénal, je renvoie vers cette étude : La délinquance de 1975 à 2000, évolutions des chiffres et des concepts.
Par Sebastian Roché, chargé de recherche au CNRS, CERAT-Grenoble,secrétaire général de la société européenne de criminologie.

Bien sûr, ça date un peu, mais un coup de sondage rapide montre que ça ne s’est pas vraiment arrangé (effet Taubira ? Un peu, oui !). Pour les pressés, j’en ai fait un résumé succinct ci-dessous :

La meilleure explication de l’augmentation de la délinquance tient en un constat simple : la  facilité grandissante, pour les délinquants, d’accomplir des méfaits et la faiblesse de la réaction de la société et des institutions pénale.

L’augmentation de la délinquance n’est pas un phénomène récent. Elle a crû considérablement depuis 1960, et les agressions, elles, ont décollé depuis 1985.

L’explication ne saurait être celle d’un meilleur enregistrement des faits par la police de proximité du fait des réformes : la comparaison de deux enquêtes nationales sur les  victimes montre que le taux de plaintes des particuliers pour agression baisse entre 1985 et 1995.

Si les délits ont à ce point augmenté, c’est que les délinquants ont de moins en moins de risques d’être pris…

Face à cette vague délinquante, comment le système pénal réagit-il ?

La vérité est qu’il réagit peu ou pas du tout. Et que son efficacité est déclinante au moment où l’on en aurait le plus besoin. La plupart de ses forces sont localisées dans les départements où les délits sont le moins nombreux.

De plus, les taux d’élucidation des délits chutent. Suite de l’extrait :

Les taux d’élucidation varient énormément suivant la nature des actes : plus de 80 % des meurtres sont élucidés, contre à peine plus de 10 % des cambriolages. Cependant, des tendances lourdes sont facilement décelables : en moyenne, les taux d’élucidation en France sont passés de 51 % en 1950 à 27,5 % en 2000.

Le risque pris par le délinquant a presque été divisé  par deux. Au total, le risque réel d’être pris est d’environ 23% pour les atteintes aux personnes et il est seulement de 6% pour les vols.

Que le taux d’élucidation soit faible n’est pas le plus grave, car la situation se dégrade encore dans la suite du système…

En moyenne, au cours des années 90, la justice a classé sans suite de 77 à 78% des affaires portées à sa connaissance. Seules un peu plus de 20% d’entre elles ont été traitées.

Pourquoi la justice reste-t-elle inerte si souvent ?

Il peut s’agir d’une question de procédure (la police n’a pas réuni les éléments suffisants), d’une volonté du magistrat de « laisser prescrire » (c’est souvent le cas pour les mineurs).

Mais, surtout, cette inefficacité est due à la saturation du système pénal. Ce qui dicte le comportement du juge, ce sont les ressources dont le système dispose. Concrètement, dans les tribunaux des grandes agglomérations, le vol est dépénalisé : on ne traite plus les vols d’un montant inférieur à 100, voire à 250 euros.

Et même lorsque la justice donne une réponse, celle-ci n’est pas nécessairement exécutée. D’après les chiffres publiés par le ministère de la Justice lui-même, 37% des peines de prison, 52% des peines d’emprisonnement avec sursis total et mise à l’épreuve et 43% des travaux d’intérêt général ne sont pas exécutés.

Et l’étude se conclut sur ces tristes et édifiantes questions : à quoi sert d’élucider les délits si une large part des affaires sont classées ?

À quoi sert de dépenser de l’énergie pour juger quelqu’un si, au bout du compte, on ne peut faire exécuter le jugement ?

Oui, en effet, on peut légitimement se demander à quoi sert un système pénal aussi peu efficace, aussi peu dissuasif avec une police dépassée, des tribunaux engorgés et des prisons saturées. En gros, on se retrouve dans la situation où les délinquants sont de moins en moins souvent arrêtés, quand ils sont arrêtés, ils ne sont pas jugés et quand ils sont jugés, ils ne sont pas emprisonnés…

On est bien loin de “l’impunité zéro” chère à notre cher-président-sauveur-de-la-république (Chirac à l’époque où j’écrivais ces lignes…), on est plutôt proche de la “sanction zéro” !

Mais comment en est-on arrivé là ?

Pourquoi notre système pénal est-il dans un tel état ?

Imaginez un opérateur de téléphonie mobile qui installe ses magasins et ses meilleurs vendeurs dans les zones rurales tout en sachant que ses relais et ses clients se trouvent dans les villes. Que penserait-on ?

Qu’il cherche à aller à la faillite.

C’est exactement ce que fait le système pénal. Les causes du dysfonctionnement du système pénal sont nombreuses et connues. Le mystère est donc qu’elles perdurent. Comment l’expliquer ?

D’abord, l’insuffisante évolution de la carte policière et de la carte judiciaire.

La répartition des forces publiques dans la France urbaine du début du 21ème siècle date d’il y a 50 ans. Elle est organisée pour un pays encore largement rural à l’époque. Or, la population a augmenté de moitié depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, et surtout l’urbanisation n’a pas cessé au point que les villes avalent les campagnes environnantes.

La principale modification de la carte judiciaire, en un siècle, aura été en 1958 la suppression de plusieurs milliers d’établissements – les justices de paix et les tribunaux cantonaux – et des tribunaux de première instance. Bref, on  a détruit la justice de proximité. En regard, la création de quelques poignées de maison de justice et du droit ces dernières années ne sont rien.

Bref, on est face à un système qui est en bout de course, parce que figé sur des données qui n’ont plus cours…

Et pourquoi ne fait-on rien pour changer cela ?

Pour des raisons idéologiques d’abord : il y a une vingtaine d’années, la gauche voyait dans la police un outil d’oppression au service du capitalisme, et, en  conséquence, ne percevait pas l’urgence de sa présence dans les villes et les quartiers populaires.

Corporatistes ensuite : les élus locaux ruraux craignent toute rationalisation qui ferait partir des emplois de policiers ou gendarmes et contribuerait à désertifier leurs campagnes. Ils forment un lobby très puissant.

Mesure N°6 : défense (si j’étais président…)

Reprenons le cours de notre énumération des « dix mesures si j’étais président » (j’ai été un peu occupé ces dernières semaines…).

6— Défense
La France doit-elle se doter de moyens de projection pour pouvoir intervenir comme une puissance coloniale qu’elle n’est plus ?
Non. Plus de porte-avions couteux et fragiles du coup. Notre effort de défense est concentré sur la protection du territoire. C’est tout et c’est déjà beaucoup. Du coup, forcément, on se retire aussi de l’OTAN…

Parlons sérieusement. Trump parle de faire payer les pays qui profitent du « parapluie » de l’OTAN… ça tombe bien, on va en profiter pour en sortir justement !

Car ce « parapluie » n’est déjà pas gratuit. Si nous avions des soldats français qui se battent actuellement en Afghanistan (voir à https://fr.wikipedia.org/wiki/Forces_fran%C3%A7aises_en_Afghanistan), c’était « grâce » à l’OTAN… Moi qui croyais que cette organisation devait juste servir à nous protéger des Russes, m’aurait-on menti quelque part ?

Le drapeau de l’OTAN pour ceux qui débarquent…

Que l’OTAN serve les visées impérialistes des Américains, je n’ai rien contre, du moment que je ne suis pas obligé d’y contribuer… Soyons sérieux pour une fois et admettons l’évidence : nous ne sommes plus une grande puissance mondiale et nous ne sommes plus (non plus) une puissance coloniale. Donc, ajustons nos moyens de défense à notre statut réel, pas à notre statut imaginaire…

Devons-nous défendre notre territoire ?
Absolument !
Devons-nous attendre que d’autres le fassent pour nous (façon OTAN avec son agenda qui peut surprendre…) ?
Absolument pas !

Donc, on fait ce qu’il faut : on donne les vrais moyens à notre armée, on se dote d’une vraie infrastructure de renseignements (sans laquelle l’armée est sourde et aveugle) et on compte sur nous-mêmes, comme les Suisses (qui le font fort bien soit dit en passant).

Pas d’attentat chez les Suisses, pas de drame, pas de visée inconsidérée, rien que du concret et du raisonnable. Le bon exemple n’est pas loin, il suffit de s’en inspirer.

Une courte fable : le jeune homme et la montre

J’aime bien aborder tous les genres littéraires et voilà que j’ai eu l’occasion, dernièrement, d’imaginer cette courte fable… Aussitôt imaginé, aussitôt rédigé !

=======

Un jour, un homme donna à une montre à son fils.

« Je n’en veux plus » lui dit-il, « peut-être pourras-tu en faire quelque chose, si elle te plaît. »

Le fils était ravi de ce cadeau, car la montre lui plaisait beaucoup. Elle était moderne, très design, très belle en fait.

Il porta donc cette montre avec fierté et plaisir pendant des années. Mais, bien sûr, l’usure du temps fit son œuvre et le bracelet s’avéra être fragile. Voilà le fils avec sa belle montre au rebu, le bracelet cassé. Il alla à la ville afin de faire réparer l’objet chéri. Mais, hélas, aucun bijoutier n’était capable de remettre en état ce bracelet qui n’avait pourtant rien de particulier.

Le fils tempêta et se plaignit amèrement de tant d’incompétence des gens du métier : eh quoi, s’ils ne peuvent prendre soin d’un objet aussi simple, ils ne servent à rien !

Le père lui dit : tu peux continuer à te plaindre ou tu peux essayer de faire quelque chose par toi-même puisque ces gens en sont incapables. Le père suggéra de séparer le bracelet du boitier afin de pouvoir lui trouver un remplacement. Avec l’aide de tout petit tournevis, cela fut fait rapidement. Peu après, le père partit en voyage et le fils dut se débrouiller seul.

Il finit par trouver une partie de la solution : un cordonnier habile répara promptement le bracelet. Il suffisait de le remettre en place et la montre pourrait alors retrouver le poignet du jeune homme.

Celui-ci retrouva les petits tournevis et se mit à l’ouvrage, seul, sans l’aide habituel du père. Il parvint à remonter le tout, mais, horreur, la montre était à l’envers. Il ne se découragea pas et recommença.

Finalement, la montre retrouva son bracelet et sa bonne place.

montre

Le fils était très content et très fier d’avoir abouti. Il envoya une photo au père de la montre de nouveau à son poignet. Le père, tout aussi fier, lui dit ceci : cette fois, cette montre est bien la tienne, car tu y as investi du temps et des efforts dans cet objet. L’argent ne suffit pas. En fait, il ne suffit jamais. Pour que les choses nous appartiennent vraiment, pour de bon, il faut toujours y mettre un peu du sien.

Tu verras qu’il en est de même pour beaucoup de choses. Cette montre t’a enseigné une leçon utile. Penses-y la prochaine fois que tu seras confronté à l’adversité, quelle que soit sa forme.

La leçon de l’élection de Trump : instituts de sondage = agences de notation !

C’est toujours agréable d’avoir raison, surtout bien avant le moment de vérité et contre l’avis de (presque) tout le monde !

Oui, j’avais prévu l’élection de Trump (voir cet article) et j’ai même parié avec un ami (US) là-dessus. Mais je n’en tire aucune gloire car il m’arrive aussi de me tromper lourdement (alors que j’avais bien pronostiqué la réélection d’Obama en 2012, j’ai cru et annoncé que Sarkozy allait faire de même…).

Bref, la leçon du jour, c’est plutôt que les instituts de sondage se sont encore lourdement plantés : après le brexit, Trump !
Cela commence à faire beaucoup et l’image de ces instituts rejoint désormais celle des agences de notation (vous vous souvenez des AAA des banques américaines avant 2008 ?), au moins dans l’esprit du public américain…

Et en France, cela va-t-il faire pareil ?
Va-t-on vers un triomphe inattendu de Marine Le Pen ?

En tout cas, le facteur décisif aux USA a été le rejet des politiciens traditionnels, un élément pas assez perçu par l’establishment et c’est ce qui a causé sa perte. Je ne peux m’empêcher de penser que c’est sans doute ce dont nous avons besoin, nous aussi…

« Perdu dans le temps » et « PMC » : mes extraits préférés !

J’aime bien mettre en ligne des extraits de mes livres car ça m’oblige à choisir. Et cela révèle quelque chose sur ce qu’on ressent pour tel ou tel ouvrage. Dans le cas des extraits que je vous propose aujourd’hui, sans le faire vraiment exprès, j’ai choisi des passages qui sont plutôt des descriptions que des dialogues alors que mon style penche nettement en faveur des seconds au détriment des premiers. Mais, justement, peut-être est-ce pour cela que j’aime particulièrement ces passages : ils prouvent (à moi-même d’abord) que je ne suis pas limité aux (bons) dialogues, je sais aussi écrire des descriptions, des atmosphères mais seulement quand c’est nécessaire, seulement quand ça apporte vraiment quelque chose !

Bon, commençons par « Perdu dans le temps« . Cet extrait provient du chapitre où Vincent va enfin pouvoir rencontrer Tamara de Lempicka :

Alors que nous tentions de nous frayer un passage jusqu’à Tamara, Adrienne nous désignait les invités de marque qui occupaient les allées : le docteur Voronoff (un grand admirateur de Tamara), le peintre Maurice Denis (le maître de Tamara), le baron Raoul Kuffner, la duchesse de Valmy (Tamara a peint son portrait), la duchesse de la Salle et sa fille Romana (Tamara a peint leurs portraits à toutes les deux), les marquis de Sommi et d’Afflitto (eux aussi, Tamara a peint leurs portraits et sans doute un peu plus…), la comédienne Suzy Solidor et, bien sûr, la famille Boucard (Monsieur, Madame et leur fille Arlette).

On se serait crû dans les pages du Bottin mondain. Toute cette foule était composée des mêmes figures stéréotypées : hommes en smokings, femmes en robes longues et dos nus très prononcés. Bijoux voyants, cigares et monocles. Rires discrets et sourires ravageurs. Je me sentais de plus en plus mal à l’aise…

Bon, c’est vrai, c’est un peu court comme extrait… Allez, en voilà un autre, quand Vincent se retrouve prisonnier des « spéciaux » pour la première fois :

Je restais prostré un bon moment dans un coin de ma cellule. Et puis, j’entendis quelque chose… Un chuchotement. Oui, c’était bien cela, un appel articulé tout doucement par un autre. Pas une voix déformée comme dans la pièce d’interrogatoire, non, un autre prisonnier comme moi, sûrement dans une cellule voisine et qui essayait d’entrer en contact avec moi !

Cet événement inattendu me fit sortir de ma torpeur : je n’étais pas tout à fait seul, il y en avait d’autres comme moi, d’autres êtres humains prisonniers de ce centre métallique. Je tendis l’oreille afin de capter ce que l’autre me disait… Au bout d’un moment, je finis par comprendre qu’il fallait s’allonger au ras du sol pour mieux entendre. C’est ainsi que, à mon tour, je me mis à chuchoter aussi :

VINCENT. — Oui, je t’entends, qui es-tu ?

L’AUTRE. — Je m’appelle Manuel, je suis ici depuis une semaine et toi ?

VINCENT. — Je viens d’arriver, je m’appelle Vincent, sais-tu où nous sommes ?

MANUEL. — Comment ça « où nous sommes » ?

Mais t’es chez les spéciaux mon p’tit gars, t’as pas encore compris ?

VINCENT. — Écoute-moi, j’ai besoin d’aide, même si cela te paraît absurde, je ne sais même pas ce que sont « les spéciaux ». Tu peux m’en dire plus ?

MANUEL. — Tu me fais marcher ! Pourquoi est-ce que tu es là ?

Moi, c’est pour du trafic de limos, avec l’Ukraine… Et ils veulent connaître toutes mes connexions…

VINCENT. — Manuel, s’il te plaît, crois-moi, explique-moi d’abord ce que sont ces « spéciaux » et je te jure que je… euh, que je t’en dirai plus sur ma situation !

MANUEL. — Mais tu sais que t’es un zarbi toi !

Allez, comme tu m’amuses, je vais jouer le jeu : les spéciaux, c’est comme cela qu’on appelle les membres des services spéciaux, tout simplement…

Contre-espionnage, surveillance du territoire, contrôle des trafics illicites et tous leurs bazars. En fait, ces gars-là sont au-dessus de la police avec un seul mot à la bouche : secret.

Bon, à ton tour, pourquoi t’es là ?

VINCENT. — En fait, je ne sais pas vraiment pourquoi je suis là…

MANUEL. — Ah, t’es une enflure : tu tiens pas ta parole, je parle plus avec toi !

VINCENT. — Non, non, attends, je vais te dire ce que je sais !

Je tenais à ne pas à rompre le lien avec ce Manuel. Dans cette prison moderne, il représentait le seul lien que j’avais avec le monde réel, il fallait absolument que je me serve de lui pour en savoir plus. Il fallait que je lui donne ce qu’il attendait, quitte à inventer une histoire bien tordue…

VINCENT. — Voilà, je me suis fait coincer par les flics dans un appartement, un appart où j’étais entré par effraction, évidemment…

MANUEL. — Allez, tu vas pas me faire croire que les spéciaux s’intéressent à toi pour une simple affaire de cambriole ?

Tu as forcément quelque chose de spécial, dis-moi quoi…

VINCENT. — Oui, j’ai utilisé un appareil spécial pour forcer la porte de l’appart, un décodeur qui peut forcer toutes les serrures et je pense que c’est ça qui les excite…

MANUEL. — Et ce décodeur, tu te l’es procuré où, hein ?

VINCENT. — Tu es bien curieux, je te demande moi quel est le nom de ton revendeur ?

MANUEL. — Bof, tu pourrais : j’ai plus rien à perdre, plus rien à cacher !

Ça fait une semaine qu’ils m’interrogent et que je répète la même chose alors, une fois de plus ne me gênera pas !

VINCENT. — Si tu es là depuis une semaine, tu sais comment cela se passe alors… On peut faire appel à un avocat ou quelque chose dans ce goût-là ?

MANUEL. — J’crois bien que t’as pas compris où tu es là !

T’es dans le centre des spéciaux mon p’tit père, ça veut dire « au secret » : pas de contact avec l’extérieur, rien. Tu peux oublier ton avocat : tu pourras pas l’appeler et il pourra pas te trouver, même la localisation exacte du centre est secrète !

VINCENT. — Mais alors, ça veut dire qu’on ne sortira plus d’ici ?

MANUEL. — Non, j’crois pas, en une semaine, j’ai rien vu qui ressemble à un centre de détention longue durée… Ici, ils doivent faire que les interrogatoires.

VINCENT. — Et après, on va où, tu as une idée ?

MANUEL. — J’suis pas trop pressé de l’savoir si tu vois c’que j’veux dire !

Attends…

Brusquement, Manuel fit silence et cette interruption me terrifia… Je restai figé quelques minutes avant d’appeler de nouveau Manuel en chuchotant, mais le contact était rompu et il ne me répondit plus, sans doute n’était-il déjà plus dans sa cellule. Je restai de longues heures dans le coin de ma cellule sans rien faire, incapable d’aligner deux pensées cohérentes. Je finis par m’endormir sur le matelas, dans un état lamentable, en sanglotant pitoyablement sur mon sort.

Passons à PMC maintenant, voici un extrait du tome 1 quand Felice Pajera croit pouvoir faire un « tour de manège » en se faisant injecter dans un simuli de l’institut PMC… Mais une mauvaise surprise l’attend :

RONALD HOBBS. — Alors Monsieur Pajera, toujours prêt à faire le « grand saut » ?

FELICE PAJERA. — Plus que jamais !

RONALD HOBBS. — Bien, très bien. Je vais vous confier aux mains expertes de Bernard Bousson qui va superviser votre transfert. Je resterai ici tout le temps, ainsi, nous sommes deux à veiller sur vous…

FELICE PAJERA. — Trop aimable, je me place désormais entre vos mains…

Tu ne crois pas si bien dire, connard, pensa Ronald esquissant un sourire. Une fois le transfert terminé, Felice gisait inconscient sur le plan du scanner. Bernard Bousson se tourna vers son chef pour lui demander ce qu’il devait faire ensuite…

RONALD HOBBS. — Balance-le directement dans le simuli de navigation aérienne.

BERNARD BOUSSON. — Celui de Qantas ?

RONALD HOBBS. — Non, on va lui offrir le grand frisson d’entrée de jeu… Injecte-le sur celui d’Aeroflot plutôt !

BERNARD BOUSSON. — Ah ouais, carrément ?!

Felice se réveilla péniblement. Il était encore en pleine torpeur, incapable de se rappeler où il était et ce qu’il faisait avant de s’endormir… Mais, à en juger par le bruit autour de lui, il était évident qu’il n’avait pas dormi dans son lit.

Il réalisa qu’il était assis dans un siège avec une ceinture au niveau de l’estomac et un dossier juste devant lui… Un siège d’avion, il était donc dans un avion !

Oui, ce ne pouvait être qu’un avion de ligne, mais il ne comprenait rien aux voix qu’il entendait… En écoutant plus attentivement, il comprit que ses voisins immédiats parlaient russe.

Tout le monde était très agité ; les hôtesses passaient d’un rang à l’autre, criant ce qui semblait être des ordres, mais quels ordres ?

Tout était dit en russe et même si Felice reconnaissait la langue, il n’y comprenait rien. Au bout d’un moment, il réalisa qu’elles vérifiaient les ceintures de sécurité des passagers. Les hôtesses paraissaient très tendues. Il en vit même une qui se passait la main dans les cheveux avec un air hagard… Cette vision provoqua une angoisse sourde chez Felice.

Les lumières du couloir s’éteignirent en provoquant quelques cris. Soudain, une explosion déchira l’air derrière lui… Cela se passait tout au fond de l’avion, mais c’était comme si le bruit avait rempli tout l’espace. Alors que la déflagration paraissait déjà énorme, le bruit du vent qui suivit semblait encore plus important. Les hurlements remplacèrent les cris et tout le couloir de l’avion semblait avoir basculé dans la panique la plus primaire.

Felice se retrancha dans son siège et prit sa tête entre ses mains, non dans un geste de protection, mais pour essayer d’atténuer le bruit ambiant. Alors que le niveau sonore semblait déjà à son maximum, la tempête enfla encore lorsque l’avion fit un piqué très accentué. Toute la carlingue vibra et le sifflement aérodynamique monta dans le suraigu. Dans cette ambiance dantesque, Felice put tout de même percevoir que le pilote venait de sortir le train d’atterrissage et que les portes du train venaient d’être arrachées par la vitesse… Les masques à oxygène tombèrent du plafond, mais Felice n’arriva pas à attraper le sien tant il était plaqué sur son siège par l’accélération continue de l’appareil.

À chaque instant, il semblait que le paroxysme était atteint, mais non, puisque cela montait encore d’un cran l’instant d’après. Felice ne pouvait plus se contenir, il était totalement terrifié et il devait extérioriser sa peur, il fallait qu’il puisse exprimer à son tour ce qui grandissait au fond de lui : il ouvrit la bouche et se mit à crier comme jamais de sa vie. Il hurlait sans même reprendre son souffle, il criait comme si cela allait lui permettre de se sentir mieux. En fait, il réalisait qu’il était en train de perdre tout contrôle de lui-même et qu’il n’aurait pu s’arrêter de vociférer même s’il l’avait voulu !

Il ne savait même pas si un cri sortait de sa gorge tellement l’air était saturé de bruits qui remplissaient tout. Les vibrations commencent à me brouiller la vue, pensa-t-il, mais non, il était simplement en train de s’évanouir…

RONALD HOBBS. — Alors, ça vous a plu ?

FELICE PAJERA. — Espèce de salopards ! Qu’est-ce que vous m’avez fait ?

Jamais je n’ai eu aussi peur ; je ne sais même pas si je vais pouvoir effacer cela un jour !

RONALD HOBBS. — Croyez-moi, ça va rester, bien profond et bien présent. Vous savez désormais ce que c’est que de ressentir vraiment la peur… Voulez-vous y retourner ?

FELICE PAJERA. — NON !

Vous allez me libérer immédiatement et vous pouvez dire adieu à votre autorisation, je vais arranger votre dossier, vous pouvez me croire !

RONALD HOBBS. — Bernard, que peut-on proposer à notre hôte pour l’amuser encore un peu ?

On ne va pas le renvoyer dans un Tupolev 154, la seconde fois on commence à s’habituer au stress… Mais des situations bien flippantes, on en a un paquet, non ?

BERNARD BOUSSON. — Il suffit de demander ! Que penserais-tu de la rupture du grand barrage de Roselend ?

RONALD HOBBS. — Ah oui, c’est bien ça, notre ami va adorer…

FELICE PAJERA. — Attendez, attendez quoi, merde !

D’accord, j’ai compris. Je ferai ce que vous voudrez, mais ne me renvoyez pas là-dedans…

RONALD HOBBS. — On devient raisonnable tout d’un coup… C’est bien. Alors voilà, Monsieur le fonctionnaire, je vais vous expliquer les règles du jeu : on tient un pion, vous. Et on peut lui faire ce qu’on veut, vous en avez eu un petit aperçu. Donc, vous allez nous fignoler un dossier impeccable, vous assurez qu’aucun de vos collègues ne vienne nous voir et que notre autorisation soit valide en permanence… Sinon, votre double va subir les pires tourments, vu ?

FELICE PAJERA. — Compris.

Mais comment puis-je être sûr que vous allez bien traiter mon… « double » ?

RONALD HOBBS. — Mais vous pouvez revenir nous voir quand vous voulez et Bernard pourra vous donner un aperçu des conditions de vie de votre double… Vous allez être une addition utile à nos systèmes, mais nous allons vous placer dans une situation confortable, n’ayez crainte !

Bernard, tu as une idée du meilleur endroit pour notre invité ?

BERNARD BOUSSON. — Je pense qu’une place de conseiller auprès d’un chef d’État pourrait lui plaire, non ?

RONALD HOBBS. — Ah oui, c’est bien, ça !

Qu’en pensez-vous cher ami ?

FELICE PAJERA. — Promettez-moi qu’il ne subira pas de situation stressante et ça me suffira.

RONALD HOBBS. — Tant que nos rapports avec votre administration seront satisfaisants, votre double mènera une vie de rêve dans les alcôves du pouvoir… Mais à la moindre incertitude venant de votre côté, il tombera aussitôt dans un abîme de chaos et de souffrances !

FELICE PAJERA. — Je… je vais voir ce que je peux faire… Je vais faire de mon mieux.

RONALD HOBBS. — Veillez bien à ce que votre « mieux » soit à la hauteur. Car n’imaginez même pas que faire fermer l’institut soit une solution : nous allons injecter une copie dormante de votre double dans tous les systèmes qui sont connectés aux nôtres. Il suffit que nous arrêtions de lui envoyer régulièrement un certain code pour que les copies se réveillent et prennent conscience… N’importe où, cela va de soi. Et là, les mauvaises surprises peuvent être nombreuses.

FELICE PAJERA. — Ça va, j’ai compris. Vous ne serez pas déçus.

RONALD HOBBS. — Bien, très bien. Alors, je pense que la visite est terminée, Monsieur le fonctionnaire ?

L’extrait du tome 2 que je vous propose, se déroule pendant la chasse à l’homme organisée par Don Vesco avec les spéciaux dans le but d’attraper Vincent et ses compagnons. Mais l’embuscade tourne mal…

AJAX. — Don Vesco, je crois que ça bouge sur le réseau !

DON VESCO. — Aha, je savais bien qu’il suffisait de surveiller cette console. Bien, on ne perd pas de temps, on y va direct. Héraclès, rassemblez vos hommes et réglez tous vos modules sur le chiffre que vous voyez ici.

Don Vesco et le groupe d’Héraclès se préparèrent en quelques minutes et sautèrent tous ensemble vers la destination pointée par la console. Ils se matérialisèrent aux abords du camp CP8 et ne furent pas longs à repérer le groupe composé du Colonel, Simon, Vincent et des autres…

DON VESCO. — Souvenez-vous que je les veux vivants. On les encercle, on leur saute dessus et on les capture, pas d’impairs hein !

HÉRACLÈS. — Bien compris Don Vesco, on va leur tomber dessus avant qu’ils aient le temps de comprendre leur douleur…

Ajax, Achille et les autres tacticiens se mirent à ramper vers le feu de camp autour duquel Vincent et les autres discutaient bruyamment sans se soucier du reste. Soudain, le Colonel se figea, tendit l’oreille et fit signe de faire silence. Abel, Simon et Topper se regardèrent, se demandant ce qu’entendait le Colonel. Ce dernier sortit un pistolet et, tout à coup, l’atmosphère changea du tout au tout.

Un premier coup de feu claqua. C’est le Colonel qui venait de tirer et, aussitôt, Hector, Persée et Ulysse répliquèrent. La nuit était zébrée de courtes flammes jaillissant des armes, le bruit était terrible, la fumée et l’odeur de la poudre commençaient à se faire bien présentes. Vincent s’était jeté au sol en prenant Vincent senior par la manche. Le Colonel tirait toujours alors que Simon tombait lentement au sol en se tenant le ventre à deux mains. Abel se dirigea aussitôt vers lui, mais, atteint à son tour, il s’effondra sur Garfunkel déjà à terre.

Allongé dans la poussière, Vincent montra son module à Vincent senior et à Topper, leur faisant comprendre qu’il était temps de sauter ailleurs…

Le reste du petit groupe s’éclipsa ainsi alors que Don Vesco hurlait « Cessez le feu ! » pour reprendre le contrôle de la situation. Ne restaient sur place que les corps de Simon et d’Abel. Ce dernier était déjà mort et Simon ne valait guère mieux. Il râlait doucement en se tenant le ventre tout ensanglanté. Don Vesco était écœuré par ce désastre et sa rage se retourna contre le groupe d’Héraclès :

DON VESCO. — Mais vous êtes vraiment trop cons !

« Tirer dans le tas », c’était ça votre plan pour les cueillir en douceur ?

HÉRACLÈS. — Mais ce sont eux qui ont tiré en premier, voyons !

On n’allait pas rester là sans rien faire pendant que le grand moustachu nous canardait, non ?

DON VESCO. — Mais vous n’avez pas vu qu’il tirait sans même viser ? Et d’ailleurs, nous n’avons aucun blessé de notre côté, c’est bien la preuve ! Il fallait se jeter sur eux, pas tirer sur eux, bande d’incapables ! Allez, disparaissez, retournez au camp… Je ne veux plus vous voir.

Pour le tome 3, j’ai choisi le passage où Don Vesco explique l’origine des simulis Vincent et Vincent senior. C’est plus un monologue qu’un dialogue d’ailleurs…

DON VESCO. — EPFL pour école polytechnique fédérale de Lausanne. Donc, j’étais avec Didier Carron en 2012 quand il était mon maitre de thèse. J’ai travaillé pour lui et avec lui par la suite, quand nous avons consacré tout notre temps à parfaire les simulations existantes. Elles étaient déjà très utilisées dans de multiples contextes et le milieu universitaire évoquait déjà l’idée de les relier entre elles. Avec Didier, nous formions le binôme idéal : il avait des intuitions géniales et moi j’avais la volonté et l’énergie pour les concrétiser. C’était le maitre et l’élève dans ce que cela avait de mieux. Nous avons vite compris que si nous voulions sortir du lot et être publiés, il fallait se consacrer à un domaine en particulier. Nous avons choisi l’immersion totale et nous n’avons plus jamais dévié de notre but : être capables de s’injecter dans une simulation et y interagir comme si c’était une réplique du monde réel.

Vincent et senior se regardaient, les deux avaient sursauté quand Don Vesco avait évoqué l’année 2012… Mais ce dernier ne changea pas de ton même s’il remarqua la surprise de ses auditeurs.

DON VESCO. — Nos premières tentatives n’ont pas été formidables : nous étions tombés dans le panneau de vouloir rester conscients tout en s’imposant une immersion traumatique dans un environnement simulé. En clair, ça donnait l’impression d’être enterrés vivants !

On a vite compris que c’était une impasse et on a décidé de faire le grand saut : le transfert synaptique. On a bien fait parce que, finalement, ça s’est avéré bien plus facile que l’on ne pensait au départ… Mais nous étions les premiers à aller dans ce sens et les seuls à réussir. Une partie de cette réussite venait du fait que j’étais toujours partant pour jouer les cobayes alors que les autres équipes, plus prudentes ou plus timorées, faisaient appel à des volontaires qui variaient continuellement. En nous basant sur mes seuls relevés, nous avons pu avancer beaucoup plus vite que les autres… La vérité, c’est que j’adorais cela !

Chaque expérience d’immersion était comme une bascule dans un monde conçu sur-mesure par nous et pour nous. J’en profitais pour y réaliser tout ce qui restait hors de portée dans le monde réel. Il est difficile de dire si j’ai vraiment été le tout premier à explorer ce monde, en revanche, je suis certain d’être le premier à y avoir accumulé autant d’heures. J’étais comme les cosmonautes des années 60 sauf que notre travail n’était pas télévisé, lui.

Notre recherche commençait à avoir un certain retentissement, mais les critiques ont commencé à pleuvoir aussi. Les neurologues, en particulier, nous reprochaient de jouer avec le feu. Ils insistaient sur le fait que le cerveau n’était pas adapté au fait d’être « mis en stase » comme nous le faisions pendant l’immersion. Didier Carron était sensible à ces critiques alors que je voulais aller de l’avant. Par prudence, il a décidé de limiter radicalement nos temps d’immersion. Cela ne me convenait pas, j’étais sûr qu’on pouvait les augmenter sans problème.

En 2018, j’ai décidé de quitter Carron, l’EPFL, et de voler enfin de mes propres ailes. J’avais fait quelques rencontres intéressantes à Genève et j’avais la confiance d’un fonds d’investissements.

C’est comme cela que j’ai pu créer l’institut PMC. On l’a appelé ainsi avec mes actionnaires, car ça faisait plus sérieux que « simulations en tous genres ». PMC veut dire Prévision, Maitrise, Contrôle, c’est discret, un peu abstrait, mais ça a tout de suite plu aux grands clients qui adorent procéder à des études de comportements. On a installé PMC à Bruxelles pour des questions de réglementation : les Suisses étaient potentiellement plus restrictifs que les Belges de l’Union, ça nous convenait tout à fait. Hum, je vois que je vous ennuie avec ma boîte… Ok, j’avance.

Au moment où j’ai créé PMC, la recherche en matière de simulis avait déjà beaucoup avancé et on commençait le fonctionnement en réseau qu’on connait aujourd’hui. Officiellement, je n’effectuais plus de recherche à proprement parler, mais uniquement des mises en application. J’avais tout de même un contrat de collaboration avec l’EPFL, afin d’avoir accès au réseau universitaire des simulis qui était le premier à être opérationnel. Je consacrais une partie de mes ressources à faire tourner des simulations historiques pour l’EPFL, mais ça plaisait beaucoup à mes clients qui y voyaient une preuve que mes réalisations étaient au top niveau.

Très vite, j’ai eu envie d’une présence permanente au sein de notre simuli de base et pas seulement des petites périodes d’immersion de quelques heures par jour. La solution, c’était de me dupliquer et j’ai sauté le pas. C’est comme cela que je suis devenu Don Vesco.

VINCENT sENIOR. — C’est quoi votre vrai nom en fait ?

DON VESCO. — Dans le monde réel, je suis Ronald Hobbs. Enfin, « il » est Ronald Hobbs, car nous sommes deux désormais. Un peu comme vous deux… Mais nous, nous avions pile le même âge quand j’ai décidé d’appliquer la duplication afin de pouvoir rester dans le simuli en permanence. Bien entendu, depuis, je vieillis deux fois plus vite que Ronald et, aussi, je me suis laissé pousser la barbe afin de ne pas avoir d’effet miroir quand il venait me voir dans le simuli. Bref, tout allait bien jusqu’à « l’accident ».

VINCENT sENIOR. — Quel accident ?

DON VESCO. — Nous avions l’armée comme client. Un jour, le général Féraud me fait une demande qu’on ne refuse pas : procéder au scan de deux cents hommes d’un coup !

C’était une grosse affaire, un contrat juteux. On s’est évidemment jetés dessus même si on n’avait pas vraiment les capacités pour l’accomplir dans de bonnes conditions : on n’avait que deux matrices pour les scans et on traitait tout ce petit monde à la chaine. On n’aurait jamais dû faire cela et ce qui devait arriver arriva : une des matrices s’est déréglée et, avant qu’on s’en rende compte, nous avions opéré des transferts destructifs pour une grosse vingtaine de militaires… Une grosse catastrophe !

Encore heureux qu’il s’agissait de l’armée… le général Féraud a pris les choses en main, il a étouffé l’affaire, il a fait croire aux familles qu’il s’agissait d’un exercice sur le terrain qui avait mal tourné. En un sens, c’était vrai.

VINCENT sENIOR. — Et qu’avez-vous fait de ces gens de votre côté ?

DON VESCO. — Ah mais pour nous, c’était différent. Pour nous, ils étaient toujours bien vivants, mais coincés dans le simuli. On ne pouvait plus les faire remonter dans le monde réel, car leurs corps physiques étaient détruits. Leurs cerveaux ne pouvaient plus recevoir les consciences après le séjour dans le simuli. Le scan avait tout grillé. Et encore, on s’en aperçut au bout de vingt, ça aurait pu être pire !

VINCENT sENIOR. — Vous me paraissez bien léger face à cet accident. Votre truc, c’est l’équivalent d’un naufrage pour ce nouveau domaine !

DON VESCO. — Raison de plus de ne pas vouloir l’ébruiter… Nous avions besoin d’un flux constant de volontaires afin d’alimenter nos simulis avec des nouvelles consciences. Car, j’étais le seul à le faire, mais je n’hésitais plus à pratiquer les duplications systématiques : tous ceux qui passaient par un transfert synaptique, ça engendrait des consciences permanentes pour nos simulis. Très vite, on s’est retrouvés avec une population de « permanents » significative. Dans un sens, c’était bien : ça nous permettait des simulations bien plus précises qu’avec des IA qui étaient encore bien trop imparfaites et rigides. Mais dans l’autre, nous avions un sérieux problème à gérer : comment tenir cette population sous contrôle ?

C’est pour cela qu’on a mis en place notre système de camps que vous connaissez.

VINCENT. — Et nous, nous venons d’où ?

Nous sommes issus de votre lot de militaires malheureux ou des volontaires que vous avez trompés ?

DON VESCO. — Comme vous pouvez vous en douter, le Colonel est un militaire. Les autres viennent surtout des volontaires. Je pense que c’est ce dernier cas pour vous deux.

Un nouveau chapitre du livre « Dr Miracle » en cours d’écriture…

Et voici le 5ème et dernier chapitre de ce tome « saison 1970 » des aventures de Dr Miracle !

===

5— Enzo Ferrari

Alors que je séjournais à Paris, Gérard Crombac me contacta pour me présenter quelqu’un de « spécial ». Au téléphone, il ne voulut pas en dire plus, mais je savais que je pouvais lui faire confiance : s’il disait qu’il fallait que je le rencontre, c’est que ça en valait la peine…

C’est ainsi que je me rendis au restaurant « Le racing » sans savoir qui était ce mystérieux personnage. Crombac était là et, à côté de lui, un jeune homme. Je me suis d’abord dit qu’il devait s’agir d’un jeune pilote, mais Gérard dissipa le doute en faisant les présentations :

– Je te présente Piero Lardi qui est venu spécialement de Maranello à Paris pour te voir !

Piero Lardi, ce nom ne me disait rien, mais la seule mention de Maranello suffisait à m’électriser instantanément… C’est une petite ville de l’Émilie-Romagne, mais c’est surtout là que sont situés le siège et l’usine historique de Ferrari. Piero s’exprimait dans un anglais médiocre, mais tout de même compréhensible.

– Monsieur Lefranc, je sais que ce que vous avez fait pour Porsche. Je ne suis pas ici pour vous le reprocher, bien joué de leur part. Mais, désormais, mon père aimerait pouvoir, lui aussi, bénéficier de vos services.

Quand il m’a dit « mon père », je n’ai pas compris tout de suite et il m’a fallu le hochement de tête de Crombac pour piger : Piero était bien en train d’évoquer le commendatore Enzo Ferrari. Gérard Combac m’expliqua ensuite que Piero était bien le fils d’Enzo Ferrari, mais illégitime. C’est pour cela qu’il avait gardé le nom de sa mère, Lardi. À cette époque, il s’agissait encore d’un secret (mal gardé) et ce n’est que plus tard que Piero prit le nom de son père sans pour autant effacer celui de sa mère (Piero Lardi Ferrari).

Piero Lardi me proposait de venir à Maranello rencontrer le commendatore en personne. J’aurais bien voulu accepter l’invitation sur-le-champ, mais je lui expliquais que j’étais encore en mission pour Piech à ce moment-là. Il me fallait donc son autorisation… Je retournais voir Piech à Stuttgart afin d’arranger cela. À ma grande surprise, il accepta presque tout de suite. Il me chargea même de porter un message à Ferrari : il préparait un moteur à 16 cylindres pour la saison prochaine afin de rendre sa 917 définitivement inaccessible !

Piech ne me confiait pas tous ses secrets, mais je soupçonnais qu’il y avait effectivement des choses inédites en préparation avec ses équipes de techniciens… En vérité, ce n’était pas de décourager Ferrari que Piech visait, mais plutôt d’aller conquérir de nouveaux territoires : la Can-Am aux USA. J’en parlerais plus tard.

Fort de cette autorisation facilement obtenue, je prenais la route de Maranello après avoir convenu d’un rendez-vous avec Lardi. Je dois avouer que j’étais très impressionné par cette perspective : rencontrer Enzo Ferrari dans son antre, c’était à peu près l’équivalent de rencontrer le Pape en audience privée au Vatican !

Déjà à cette époque, Ferrari avait une stature exceptionnelle : en plus de ses nombreux titres et victoires, c’était aussi l’homme qui avait osé dire « non » à Henri Ford II (l’épisode de la proposition de rachat de Ferrari par Ford était encore dans toutes les mémoires). Je retrouvais Lardi directement à l’usine de Maranello et il m’annonça que je pourrais voir Ferrari dès le lendemain midi au restaurant « Cavallino » dans le salon privé qui lui était réservé.

À l’heure dite, je me présentais au restaurant et on m’accompagna dans l’arrière-salle où se trouvait la porte qui donnait dans le salon privé. Avant même d’être en présence du commendatore, on sentait déjà tout un cérémonial digne d’un chef d’état. J’entrais enfin et je le vis attablé avec ses fameuses lunettes noires. Piero vint à ma rencontre et tenta de me mettre à l’aise. C’est lui qui allait nous servir de traducteur lors de ce déjeuner. Des pennes m’étaient déjà servies et je tentais de faire bonne figure en mangeant aussitôt. Le commendatore prit la parole avec sa curieuse voix, un peu gutturale pour un italien.

– Aider Porsche à battre ma scuderia vous a sans doute rendu fier, mais je suis assez lucide pour savoir que nous nous sommes battus nous-mêmes en vérité. Et c’est justement de cette saison frustrante que je veux vous entretenir. Pour une fois, nous avions les moyens de bien faire et, en plus, cette année, il y a moins de grèves que l’année dernière. Et pourtant, tant en Sport qu’en Formule un, nos résultats sont loin d’être là où ils devraient.

Je concédais d’un hochement de tête, conscient que ce n’était pas encore à mon tour de parler.

– Je veux que cela cesse. Je veux mettre fin à ce gâchis. Je veux que notre potentiel puisse s’exprimer et que la scuderia soit de nouveau à la première place. Je sais que votre spécialité est justement de donner de bons conseils aux gens de la course. Piech vous a écouté et pas Lagardère. On voit aujourd’hui ce que cela a donné. Je ne veux pas être le dernier à profiter de vos talents… Voulez-vous devenir notre consigliere ?

C’est comme ça que je me suis rendu compte que Ferrari était bien renseigné. Sans doute que Crombac avait briefé Lardi avant de venir me trouver. Gérard aimait bien jouer le rôle d’entremetteur plus ou moins occulte. Quand Ferrari évoquait les « moyens de bien faire », il faisait référence aux millions investis par FIAT pour moderniser ses installations (FIAT venait de prendre 40% du capital !). Cette manne bienvenue était également source de tension, car Ferrari avait désormais des comptes à rendre même s’il n’aurait jamais admis cette contrainte publiquement. Avant d’accepter sa proposition, je posais mes conditions à Ferrari : un accès sans restrictions au personnel de la scuderia (y compris les pilotes) ainsi que de l’usine et la possibilité d’accompagner le team sur les courses en tant qu’observateur. Ferrari opina brièvement. L’entretien était déjà clos et je compris que c’était Lardi qui était chargé de me « traiter » lors de ma mission.

En sortant du Cavallino, Piero me proposa de nous rendre à Monza où Reggazoni et Giunti allaient tester cet après-midi la toute nouvelle version de la voiture de sport-prototype : la 512M (M pour modificata). Ce serait aussi l’occasion de rencontrer Mauro Forghieri, l’homme orchestre de la scuderia, le vrai patron sur le terrain.

Une fois à Monza, je pus voir tourner le nouveau proto, les pilotes se relayant à son volant et Forghieri animant tout ce petit monde. Je l’avais déjà vu à l’oeuvre au Nurburgring et au Mans. Il était clair que Mauro était partout à la fois et qu’il aimait cela. Je demandais à Lardi qui était le directeur sportif en titre actuellement. Piero, un peu gêné, me répondit que c’était toujours le vieux Dragoni, mais que celui-ci ne se montrait plus guère sur les circuits, laissant ainsi toute la place à Forghieri qui l’occupait allégrement. Jacky Ickx était là aussi, mais en civil : il n’était pas prévu qu’il tourne cet après-midi sur la 512M, mais seulement demain sur la 312B (la monoplace de F1). J’en profitais pour commencer avec lui la série d’interviews propre à ma méthode d’investigation. Le contact se fit facilement avec le jeune pilote belge. Réputé pour être aussi calme que rapide (et encore plus sous la pluie), Ickx était incontestablement une des grandes vedettes du moment.

– Ah, c’est donc toi le « porte-bonheur » de Ferdinand Piech ?

Depuis qu’il a mis la main sur toi, il peut enfin en remontrer à Wyer. Je connais bien John et il doit bouillir… Ne lui dit pas ton rôle ou « death ray » va te foudroyer !

– Tu peux me dire ton sentiment sur la situation de la scuderia depuis que tu y es revenu ?

– Hum, c’est la vraie question !

Les Italiens ne sont pas faciles à décoder, encore moins que les Anglais. Les teams britanniques travaillent quasiment en silence et accueillent la victoire comme si elle allait de soi. Les Italiens, ça n’a rien à voir : tout est drame avec eux et ils font beaucoup de bruit, dans la défaite comme dans la victoire. Mais croire qu’ils sont juste des bouffones, c’est se tromper profondément. Ils ont autant de « will to win » que les britanniques, ils l’expriment différemment, voilà tout.

Pour en revenir à ta question, si Ferrari faisait comme Brabham ou Lotus, en se concentrant sur la F1, on gagnerait tous les grands prix, je peux te le dire !

La 312B est bien meilleure que la monoplace de la saison précédente, mais elle est aussi toute neuve… Il faut prendre le temps de la peaufiner. Mais là, tu vois, la priorité, c’est encore la 512 de sport, hélas. Déjà, les manches du Championnat du monde des voitures de sport nous ont accaparés et, en plus, il y avait Le Mans en plein milieu qui demandait des versions spécifiques (les fameuses longues queues, Ferrari en a même aligné encore plus que Porsche aux dernières 24 heures du Mans…).

– Tu penses que s’aligner en proto et en F1, c’est trop ?

– C’est sûr que ça fait beaucoup de travail. Mais, il faut être juste, c’est aussi ce que nous voulons, nous les pilotes. Si on ne devait faire que de la F1 comme Stewart, on ne roulerait pas assez souvent !

Et même lui, il participe aux courses F2, alors… Je suis justement retourné chez Ferrari parce que c’est la seule équipe capable de me proposer des voitures compétitives dans les deux catégories, à part Matra peut-être et encore. Regarde Siffert qui a renoncé à aller chez Ferrari pour ne pas couper ses liens avec Porsche, mais, du coup, c’est Piech qui lui paye sa saison chez March. Donc, non, la solution n’est pas de renoncer aux voitures de sport, mais plutôt de savoir définir les bonnes priorités au bon moment. Là, on vient encore de se prendre une raclée à Watkins Glen en sport, il est temps de se consacrer à la F1, car la dernière course du championnat des grosses voitures n’est plus qu’en octobre, c’est loin (nous sommes à mi-juillet au moment de cette conversation, juste avant le grand prix de Grande Bretagne).

J’aimerais bien avoir un peu plus de fiabilité, car, côté vitesse, la 312B est déjà bien. En Hollande, j’aurais pu gagner sans cette crevaison. Bon, on va  dire que c’est la faute à pas de chance, hein. Au moins, je termine tout de même 3e. En France en revanche, j’aurais vraiment dû gagner et mon moteur m’a lâché. J’espère enfin avoir plus de veine à Brands Hatch pour le prochain grand prix.

– Mais ces problèmes de fiabilité, ça vient de quoi d’après toi ?

– C’est toujours difficile à dire, je ne suis pas ingénieur !

Pourtant, ce qui est sûr, c’est que j’aimerais qu’il y ait une équipe de mécaniciens dédiée à la F1 et seulement à ça. Cela permettrait de consacrer plus de temps et donc plus de soins au montage des moteurs.

– Et le rôle de Forghieri dans tout cela ?

– Moi, j’aimerais qu’il soit moins seul : il fait tout !

Mais je le connais assez pour savoir qu’il aime cela. Il veut être partout, car, techniquement, il ne fait pas confiance aux autres. Donc, il ne veut pas déléguer. Moi, je considère que c’est un génie au niveau conception, mais j’aimerais avoir autre chose qu’un génie persuadé d’avoir toujours raison comme ingénieur de piste… Tu vois ce que je veux dire ?

– Parfaitement !

Mais il arrive vraiment à tout mener de front ?

– En apparence, oui. Mais tu ne m’ôteras de l’idée que toute la scuderia serait plus efficace si Forghieri se contentait de concevoir des nouvelles voitures et de corriger les défauts des actuelles. Là, en ce moment, il en train de finir la conception d’une nouvelle barquette 3L qui utilisera le moteur de la F1, mais sera bien plus légère que la 512. C’est plus ou moins inspiré de ce qu’a fait Porsche avec la 908/3. C’est une bonne idée, il faut faire cette voiture, mais pas au prix de négliger les actuelles sur lesquelles il y a encore beaucoup de travail.

La discussion avec Jacky fut très éclairante. Je n’ai pas réussi à avoir la même qualité de contact avec Clay Reggazoni et Ignacio Giunti ne parlait que l’italien. Je me suis donc tourné vers le gros morceau : l’ingénieur Forghieri en personne. Avec lui, l’interview fut difficile à mener, c’était à la limite de la confrontation…

– Si vous êtes venus m’expliquer comment faire mon travail, vous pouvez repartit d’où vous venez !

– Allons, ai-je jamais prétendu quelque chose d’approchant ?

Je voulais simplement comprendre comment vous faisiez pour mener de front autant de tâches… Et, croyez-moi, j’ai le plus grand respect pour vos réalisations.

– Admettons. Mais si on faisait l’inverse ?

Si c’était vous qui m’expliquiez ce que vous allez nous apporter, hein ?

– Pourquoi pas !

Après tout, si je demande de la transparence, je dois aussi donner l’exemple. Donc, mon rôle est simple : c’est d’accompagner les équipes vers le succès. Je mets le doigt sur les raisons pour lesquelles le potentiel de tel team ne se traduit pas en victoires. Voilà ce que je fais et je crois que je le fais bien.

– Et modeste avec cela !

– Allons mister Forghieri, vous n’allez pas prétendre que vous êtes satisfait par les résultats de la scuderia cette saison, tout de même !

C’est bien la preuve qu’il y a quelque chose qui coince, non ?

Et vous n’avez pas envie que je mette le doigt dessus, que je dise au commendatore ce qu’il faut faire pour améliorer les choses ?

– Mais je vais vous dire ce qui coince moi, c’est le temps !

Oui, depuis un an, nous courrons après le temps perdu et, croyez-moi, c’est plus difficile à rattraper qu’une Lotus ou une Porsche…

– Le temps perdu, quel temps perdu ?

– Ah, vous débarquez chez nous en voulant tout régenter, mais vous ne savez rien en fait !

– Et si vous m’expliquiez, avec vos mots, per favore, ingegnere…

– En fait, ce sont vraiment les grèves de 1969 qui nous ont plombés. L’année dernière, j’avais déjà terminé la conception de la 512S et du moteur boxer 3L pour la F1, mais je n’ai pu mettre les pièces spéciales en production que très tardivement. Du coup, au lieu que le nouveau moteur de la F1 puisse être éprouvé lors des derniers grands prix de la saison 69, il a fallu attendre le début de la saison 70, avec les mauvaises surprises qu’on a toujours dans ces cas-là. Pour la 512S, cela a été encore pire : à part quelques tests sommaires, la voiture n’avait presque pas roulé avant d’arriver à Daytona en février dernier. Je vous rappelle que Porsche a passé presque toute la saison 69 à dompter sa 917 et à arriver à en faire quelque chose de correct. Et encore, in extremis !

Mais les Allemands ne font pas de F1 eux, et ils n’ont pas été embêtés par les grèves de syndicalistes irresponsables. Il faut dire que leurs communistes sont bien à l’est alors que les nôtres sont en plein milieu du pays… Il faudrait tous les envoyer en Sicile !

Bref, le retard de mise au point dont on souffre encore aujourd’hui, il faut comprendre qu’il vient de l’année dernière qu’on a passé à attendre que les sous-traitants puissent enfin travailler. C’est là toute l’histoire.

– Je vois. Et, à propos de VOS méthodes de travail, vous pouvez me dire pourquoi vous ne voulez pas déléguer votre présence sur les circuits à des ingénieurs de piste qui seraient vos yeux et vos oreilles sur le terrain… ça vous permettrait de passer plus de temps à la conception, non ?

– Ah parce que vous croyez que ça m’amuse de gérer les pilotes et des me taper des milliers de kilomètres en déplacement tout au long de la saison ?

Mais voilà, si je veux récolter des vraies données pour faire progresser mes voitures, il n’y a pas d’autre choix possible. Un ingénieur de piste qui ne sait pas, qui ne comprend pas pourquoi j’ai choisi telle ou telle option technique sur le châssis ou le moteur ne me sert strictement à rien. Il va simplement faire comme les pilotes : se plaindre sans cesse que la voiture ne se pilote pas toute seule et ainsi de suite.

Non, si je veux que mes réalisations soient bien utilisées sur le terrain, il faut que ce soit moi qui en définisse les réglages, point.

Tout le reste de l’échange fut à l’avenant. Je crus à tort que Forghieri m’avait détesté dès le premier regard, mais Lardi m’expliqua vite qu’il était comme cela avec tous.

Je pus revoir le commendatore dans la semaine qui suivit et je lui exposai mon diagnostic en peu de mot : il faut contraindre Forghieri à rester sur sa planche à dessins et nommer des vrais ingénieurs de piste ainsi qu’un vrai team manager qui joue le rôle de directeur sportif laissé vacant trop longtemps. Ferrari m’écouta et resta silencieux un bon moment…

– Croyez-vous que je ne me doutais pas que Forghieri était la clé du problème ?

Mais il est aussi la clé de voute de ma scuderia. Dix fois j’ai tenté de le mettre au placard. Je l’ai même muté au département production des voitures pour les clients !

Mais dix fois je suis venu le chercher pour remettre les choix techniques du reparto corse sur des rails. Il est comme cela, c’est un génie, je suis bien placé pour le savoir, mais c’est aussi un type impossible. Seulement, si je veux bénéficier de son génie, je suis aussi obligé de le supporter, pas de lui couper les ailes.

Nous en restames sur ce constat et il était temps de s’envoler pour Brands Hatch. Le grand prix de Grande-Bretagne fut le théâtre d’un nouveau triomphe de Jochen Rindt (le troisième d’affilé !), même s’il eut sa part de chance (Brabham aurait gagné si sa voiture n’avait pas été un peu courte en essence dans le dernier tour…), et ce fut une nouvelle déconvenue pour Jacky Ickx : parti en tête, il renonça rapidement suite à une panne de transmission. Encore un ennui mécanique alors que Rindt s’envolait au championnat avec sa Lotus.

Cette déception supplémentaire fit déborder le vase, un conseil de crise mené séance tenante à Maranello permit à Ferrari d’imposer une décision qui était pile dans la ligne de mes recommandations : Forghieri était tenu de rester cloitré dans son bureau d’étude afin de trouver les solutions propres à fiabiliser la 312B de formule un.

Et le miracle se produisit : en à peine deux semaines, Forghieri mit en place des procédures de montage des moteurs, de la boite de vitesse et de l’assemblage de la monoplace qui portère leurs fruits. C’est Forghieri lui-même qui m’avoua qui voulait faire cela depuis bien longtemps sans pouvoir vraiment s’y mettre faute de temps. Mais là, sous la pression du patron, il put enfin s’y consacrer et résoudre le problème.

Du coup, le grand prix suivant (à Hockenheim en Allemagne de l’Ouest) fut l’occasion d’une résurrection de la scuderia : après avoir signé la pole position aux essais, Ickx batailla avec Rindt pendant toute la course pour échouer d’un souffle (mais terminer tout de même à la seconde place). Personne ne le savait encore, mais c’était aussi la dernière fois que Rindt terminait un grand prix…

Sur sa lancée, Jacky fit encore mieux en Autriche (à Zeltweg à la mi-août) en enlevant sa première victoire en F1 de la saison, il était temps !

Mieux encore, la scuderia fit un doublé inespéré avec Reggazoni qui terminait second derrière son chef de file (avec le record du tour en prime !). Un triomphe de bon augure avant le grand rendez-vous de Monza début septembre. Cette fois, le commendatore se déplaça en personne pour assister aux premiers essais (un geste rare de sa part qui ne restait jamais pour les courses). Il avait déjà quitté le circuit lorsque Jochen Rindt eut son accident… Mais il en fallait plus que le décès du leader du Championnat du monde pour gâcher la fête des Italiens : les bolides rouges dominaient la première ligne et s’offraient un nouveau doublé en course avec Reggazoni devant Ickx cette fois. À Monza, c’était du délire.

À Maranello, je sentis aussi le changement : même Forghieri sollicitait mes conseils désormais. C’est moi qui lui soufflai de laisser tomber le développement de la 512M pour se consacrer à la barquette 3L qui commençait à émerger pour de bon. En effet, les 917 me paraissaient déjà hors d’atteinte et, pour les battre, il fallait employer une arme différente, une voiture bien plus légère qui serait très à l’aise sur les circuits sinueux. C’est d’ailleurs ce que Porsche avait réalisé avec la 908/3, mais cette dernière devait être facile à vaincre, car son moteur était au bout de son potentiel alors que le Boxer qui équipait la F1 et la barquette n’était qu’au début de son développement.

Mauro n’eut pas grand mal à vendre le concept au commendatore tant la 512S avait déçu les espoirs placés en elle tout au long de l’année. Pourtant, la 512M fit bonne figure à Zeltweg en octobre pour le dernier meeting du championnat du monde des voitures de sport : parti de la pole position, Ickx s’envolait à un bon rythme à son volant avant que la mécanique mette fin à la belle histoire. Mais cette prestation permit tout de même de vendre des voitures aux écuries privées pour la saison 71 ainsi que des kits de conversion afin de transformer une 512S en 512M.

Pendant ce temps, Ferrari faisait pression sur la FIA afin de bannir les protos 5L du Championnat du monde… Ce qui fut acté pour la saison 72 : les grosses 917 et 512 n’avaient plus que la saison 71 pour dominer les circuits d’endurance avant que les trois litres puissent imposer leur règne.

Ma saison 70 s’achevait sur une bonne note puisque j’avais réussi à ajouter Ferrari comme client satisfait après Porsche. Je n’avais pas tout à fait réussi à mettre en oeuvre toutes mes idées, mais je commençais à avoir une bonne vision de mon rôle et de ma capacité à influencer les équipes afin de les mettre ou les remettre dans le chemin du succès.

71 s’annonçait bien également, car Piech voulait absolument me confier une nouvelle mission : trouver la bonne équipe à qui confier ses futures voitures afin de conquérir la Can-Am et le marché américain…

Mesure N°5 : politique étrangère (si j’étais président…)

Reprenons le cours de notre énumération des « dix mesures si j’étais président ». Aujourd’hui, parlons de l’ONU.

5— Politique étrangère
à quoi set l’ONU ? À rien !
La France se retire de l’ONU.

Ah, l’ONU !
« Le machin » comme disait De Gaulle (une fois de plus, il avait juste sur ça aussi…).

Comme le disait un expert de la question « les vents de la critique sont infatigables quand il s’agit de l’ONU ! ». Il est clair qu’il s’agit d’une organisation à qui on demande beaucoup et à laquelle on accorde peu de moyens…

Organisation sous-dimensionnée :
Opérations de maintien de la paix, budget entre 7 et 7,5 milliard de $, soit même pas le budget de la ville de Paris.
Secrétariat général, 80 000 personnes, soit 1,5% de la fonction publique française.

Mais ne sommes pas là pour sauver le monde, il s’agit juste de redresser la France. Et, en attendant que la 3ème mouture d’une organisation internationale (après tout, la défunte et tout à fait inefficace « société des nations » a précédé l’ONU…) voit le jour et soit enfin efficace, la France donne le signal du changement en se retirant du machin.

« Tu te prend pour Fangio ? » ou la simulation permet de revisiter les voitures les plus célèbres de l’Histoire du sport-auto.

Comme vous le savez (mais, en fait, peut-être n’en savez-vous rien !), je pratique la simulation automobile depuis maintenant vingt ans (ça passe vite !), j’ai même publié un livre à ce sujet !

Dernièrement, un ami m’a indiqué les bons réglages de volant à appliquer pour une de ces simulations : Assetto Corsa. Effectivement, avec ces réglages, le feeling au volant change du tout au tout. Jusque-là, j’étais plutôt déçu par AC qui était une simulation magnifique sur le plan graphique mais donnant peu de sensations au volant… Bref, beau à regarder mais plat à piloter, pas vraiment mon truc. Project Cars souffre plus ou moins du même défaut. Reste rFactor2 qui fait un peu du surplace depuis trop longtemps et Automobilista qui est la petite dernière qui monte…

Avant d’aller plus loin, ne confondez pas « simulation automobile » avec « jeux vidéo », ça n’a rien à voir : on joue aux jeux vidéo, on pilote les simulations, nuance…

Bref, grâce à ce déblocage, j’ai pu redécouvrir et apprécier AC que j’avais un peu laissé de côté…

Ce qui est bien avec les simulations, c’est que vous pouvez explorer les époques afin de voir « comment ça se pilotait ? » en prenant le volant des voitures les plus célèbres. Bien évidemment, j’ai systématiquement essayé les différentes reproductions des Porsche 917 et, grâce à ma connaissance du sujet, j’ai pu faire le tri entre ce qui était (sans doute) fidèle et ce qui ne l’était pas.

Grâce à AC, j’ai pu revisiter un autre monstre sacré de l’Histoire du sport-auto : la Maserati 250F avec laquelle Fangio a été champion du monde en 1957. Comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessous (qui n’est pas de moi), j’ai moi aussi testé cette voiture mythique sur le circuit de Monza (le grand tracé de 10 km, avec le vieux banking où la voiture fait des ruades incroyables…).

C’est tout à fait fascinant de pouvoir se rendre compte combien ces voitures (qui représentait tout de même le top du top de l’époque) sont peu comparables à l’image qu’on se fait d’un véritable engin de course : pour autant que je puisse en juger (car, soyons lucide, je ne suis ni Moss ni Fangio, je ne saurais donc jamais comment se comporte vraiment cette Maserati…), ces voitures sont très rapide en ligne droite (presque 300 à l’heure à Monza !) mais sont quasiment arrêtées dans les virages. Pas beaucoup de freins et encore moins de grip : avec des pneus à peine plus large que ceux d’une moto, la voiture est presque continuellement en glisse, même à des vitesses (relativement) réduite. Il faut la piloter avec beaucoup de douceur, ne jamais la brusquer sous peine de la « perdre » assez vite…

On peut se demander pourquoi les ingénieurs de l’époque ne montaient pas des pneus plus larges pour lui donner plus de grip et mieux l’assoir sur ses roues ?

Vous vous imaginez au volant d'un tel monstre ? Avec la simulation, c'est possible !

Vous vous imaginez au volant d’un tel monstre ? Avec la simulation, c’est possible !

Simple : avec cette architecture de roadster à moteur avant (dont la Maserati est bien le modèle emblématique), la voiture est trop haute, trop lourde (à cause de l’arbre de transmission qui passe sous le pilote) et mal équilibrée. Il a fallu attendre les monoplaces à moteur centrale arrière pour avoir enfin une formule qui permettait les vrais progrès. J’ai pu le vérifier en testant ensuite la Lotus 25 (la F1 championne du monde avec Jim Clark en 1965) à Silverstone : bien que dotée d’un petit moteur (1,5 L) peu puissant, la voiture est agile, bien équilibrée, plus légère et, du coup, bien plus rapide sur un tour alors qu’elle rend presque 100 ch à la Maserati !

La Lotus 25 reproduite par Assetto Corsa.

La Lotus 25 reproduite par Assetto Corsa.

Si on poursuit notre investigation historique avec la Lotus 49, on commence à entrer dans les choses sérieuses : pas encore d’aileron mais des pneus larges et un gros moteur (la première version du Cosworth 3L). La 49 est évidemment plus rapide que la 25 mais elle est aussi plus délicate à piloter : pas aussi bien équilibrée, elle demande plus de finesse et pardonne moins que la petite monoplace…

Juste avant le début de l'ère des ailerons, la Lotus 49 préfigurait les monoplaces modernes.

Juste avant le début de l’ère des ailerons, la Lotus 49 préfigurait les monoplaces modernes.

Terminons ce tour d’horizon avec la Lotus 72 qui est déjà bien représentative des monoplaces modernes : bien plaquée au sol par ses ailerons, on peut enfin attaquer et adopter une conduite plus agressive (sans exagérer bien sûr). Bon, il y a encore du chemin à faire avant de se prendre pour Peterson mais sinon, tout est là !

La Lotus 72, avec sa fameuse livrée noire et or (JPS).

La Lotus 72, avec sa fameuse livrée noire et or (JPS).

Pour conclure, il suffit de tester une monoplace récente pour se rendre compte des progrès hallucinants fait par ces dernières dans tous les compartiments du jeu mais, surtout, au freinage !

Avec ces antiquités, il faut bien prendre ses distances et décomposer le rétrogradage. Avec les F1 modernes, pas besoin de prendre des précautions : on freine hyper-tard (ce sera toujours trop tôt !) et on rétrograde à la volée avant d’enquiller les virages à fond. La version 1967 de Silverstone est avalée presque sans ralentir : on comprend pourquoi il y a des chicanes partout désormais !

Avec cette possibilité de revisiter le passé glorieux du sport-auto (un vrai âge d’or en fait !), la simulation vous offre ce qu’aucun musée traditionnel ne pourra jamais approcher : des sensations (à condition d’y croire, évidemment…).

Deux héros méconnus (ou, au moins, pas assez connus) du XXème siécle

On va faire une petite pause dans l’énumération de mes dix mesures car je suis en train de lire un (petit) livre sur l’ONU… Et comme, justement, une de mes mesures concerne l’ONU, autant attendre un peu sur ce point, non ?

En attendant, je voudrais évoquer deux héros du XXème siècle dont on ne parle pas assez, selon moi : Guy Debord et Richard Feynman. Pas de lien entre les deux : le premier était un philosophe ou, au moins, un penseur (situationniste) alors que le second était un (brillant) physicien. Rien à voir donc sinon l’époque.

Guy Debord est surtout connu pour son livre : la société du spectacle. Cet ouvrage majeur est le meilleur livre qu’on ait écrit jusqu’ici sur la société moderne. Debord avait tout compris avant les autres et en profondeur. Vingt ans après ce livre, Debord récidive avec « Commentaires sur la société du spectacle » un peu plus abordable que l’original. Il faut le dire, Debord n’est pas très « accessible » et ne fait aucun effort dans ce sens. Pire, il aime bien être hermétique comme le démontre son documentaire « La société du spectacle » qui n’est carrément pas regardable (et là, vous pouvez me croire sur parole !).

Heureuseument, Yann Kerninon nous propose cette excellente vidéo qui fait une bonne synthèse des concepts de « la société du spectacle ». Ne vous formalisez pas des 30 premières secondes, c’est Kerninon qui tente de faire de l’humour…

Merci Yann.

Voyons maintenant le cas de Feynman. Bien moins connu qu’Einstein, c’est pourtant un type considérable dans l’Histoire moderne de la science car, en dehors des ses contibutions (très importantes mais difficiles à saisir…) à la physique quantique, ce Monsieur est à l’origine de la nanotechnologie et des ordinateurs quantiques (sans doute l’avenir technique de l’informatique), rien que cela !

C’est lui qui imagina les nanotechnologies le tout premier (en 1959 !) avec une conférence restée célèbre : There is Plenty of Room at the Bottom (« Il y a plein de place au fond »).

Un savant sympathique à découvrir séance tenante moi je dis :

Merci Richard.

Mesure N°4 : médias (si j’étais président…)

Continuons notre revue de détails de mes dix mesures… Aujourd’hui, les médias.

4— Médias
à quoi servent les médias dits de service public ? À rien !
France Télévisions et Radio France sont privatisés. Ça ne changera rien à l’offre de contenus et ça sera plus cohérent. La redevance audiovisuelle est supprimée pour les mêmes raisons.

Privatiser Radio France et France Télévisions est, aujourd’hui, la seule chose logique à faire puisque ces organisations n’essayent même plus de faire semblant d’être différentes. Le trop fameux « mieux-disant culturel » et la non moins fameuse « exception culturelle française » ne sont plus aujourd’hui que des notions vides de sens qui laissent un goût amer à tous ceux qui ont entendu ces promesses creuses pendant trop longtemps.

De plus, quand on voit à quel niveau de bêtise et de beauferie sont tombées ces chaines « populaires », ce sera une punition bienvenue. Même France Culture ne ressemble plus à rien de nos jours. C’est le dernier média où le freudisme peut s’exprimer sans être aussitôt étouffé par le ridicule. Là aussi, la punition sera justifiée.

Mesure N°3 : santé (si j’étais président…)

Hier, j’ai loupé l’occasion d’arriver à publier un article sur mes dix mesures chaque jour… Pas grave, on continue aujourd’hui !

3— Santé
On consomme beaucoup trop de médicaments en France (surtout quand on compare à nos voisins…) !
Les médicaments inutiles, inefficaces et dangereux se voient retirer leur AMM et, pour les autres, seuls ceux qui n’ont pas de génériques alternatifs sont encore remboursés.

Il suffit de lire le livre Guide des 4000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux de Philippe EVEN et Bernard DEBRÉ pour se rendre compte qu’on marche sur la tête en France, sur ce sujet !

Cet abus de médicaments est non-seulement dangereux mais, en plus, il nous coûte très cher… En dehors de remplir les poches de « big pharma », je ne vois pas l’intérêt de continuer dans cette voie.

Bien entendu, le lobby de la mine d’or des médicaments s’est crispé lors de la publication de ce livre vérité :

Dans leur livre, ils étaient loin d’être tendre avec leurs collègues. Et c’est ce qui leur a porté préjudice. Deux ans après la publication du controversé « Guide des 4000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux », les médecins Philippe Even et Bernard Debré ont été sanctionnés par l’Ordre des médecins. Une décision à laquelle ils ne s’attendaient pas : un an d’interdiction d’exercer la médecine dont six mois avec sursis. Une sanction à portée symbolique, puisque les deux auteurs n’exercent plus.

Source : http://www.lci.fr/sante/bernard-debre-et-philippe-even-interdits-dexercer-la-medecine-pour-leur-guide-des-medicaments-1545784.html

Mesure N°2 : logement (si j’étais président…)

On continue les explications de mes dix mesures. Après l’emploi hier, le logement aujourd’hui. En vérité, ça me fait drôle d’avoir à expliquer ces mesures tant elles me paraissent évidentes !

2— Logement
On doit pouvoir expulser des locataires indélicats. La loi concernant le logement est modifiée et simplifiée dans ce sens.

Dans une large mesure, cette décision repose sur la même logique que la précédente : remettre en place la liberté d’agir afin de libérer une situation bloquée. Et, une fois encore, on tourne autour du pot depuis trop longtemps dans ce cas : si les propriétaires demandent autant de garanties, c’est justement parce que, en cas de défaillance du locataire, ils vont se retrouver quasiment sans recours pour un bon moment.

La trêve hivernale des expulsions locatives a commencé dans toute la France le 1er novembre, offrant un sursis à plusieurs milliers de locataires pendant quatre mois et demi. Pendant cette période, les locataires ne peuvent se faire expulser, même si leur propriétaire a engagé une procédure et que l’’expulsion est confirmée par un tribunal.

Ne cherchez pas ailleurs le succès actuel de https://www.airbnb.fr/ !
Avec ce site, vous ne louez qu’à des conditions précaires bien plus faciles à faire valoir.

La mesure est également symbolique. Le but est de marquer le fait que, enfin, ça bouge dans le bon sens. Que les profiteurs du système ne vont plus avoir toujours raison et que le marché va pouvoir de nouveau fonctionner normalement. Les principaux bénéficiaires ne vont pas être les propriétaires, mais bien les locataires : du jour au lendemain, le marché locatif va croitre de 10% !
Cela signifie plus de choix, donc des meilleures conditions (plus de compétition sur les loyers) et qui ne voudrait d’une évolution pareille sur ce plan ?

Mesure N°1 : l’emploi (si j’étais président…)

Hier, j’ai partagé avec vous les dix mesures que j’ai imaginé en jouant avec mes fils à « si j’étais président« . Aujourd’hui, nous allons commencer à détailler ces dix mesures avec, la toute première : l’emploi.

1— Emploi
Sans liberté de licencier, il n’y a pas d’embauche !
Le Code du travail est nettoyé et la liberté de licencier restaurée.

Le tableau actuel des types de licenciements autorisés par le Code du travail.

Bon, pourquoi est-il si important de restaurer la liberté de licencier ?

Eh bien, on peut dire qu’on tourne autour du problème de l’emploi et du chômage depuis plus de quarante ans et que les mesures diverses et variées n’ont pas manqué. Mais, avouons-le, sans aucune efficacité à part faire gonfler inutilement la fonction publique (seule option que peuvent utiliser les politiques, en désespoir de cause…). Alors, veut-on rester ainsi encore quarante ans de plus avec un système bloqué ?

Non, il faut regarder les choses en face : en dépit de toutes les incitations qui sont faites, les patrons (surtout les petits patrons) sont réticents à embaucher. Pourquoi ?
Tout simplement parce qu’ils savent (souvent par expérience) qu’ils n’ont presque aucune possibilité de licencier si le nouvel employé ne fait pas l’affaire (et, souvent, il faut plus que la période d’essai pour s’en rendre vraiment compte… Et ceux qui nient cela ne savent pas de quoi ils parlent, point). Pareil si votre société est contrainte d’alléger ses effectifs, vous ne pourrez le faire (et encore !) qu’au dernier moment, obligé de vous placer dans une situation d’urgence genre « redressement judiciaire »… Super !

Si on veut être honnête, on est obligé d’admettre que c’est là le noeud du problème. Mais les voix qui réfutent cette thèse (avec la plus parfaite mauvaise foi, caractéristique de base du gauchiste bon teint) sont nombreuses et bruyantes en France.

Avec cette attitude jusqu’au-boutiste, les syndicats bloqueurs préfèrent « pas de travail pour tous » plutôt qu’un travail un peu plus précaire que celui actuellement garantit par le Code du travail. En fait de garantie, la seule qu’on a, c’est de savoir que le système est figé et qu’il va le rester. Voilà pourquoi remettre en avant et dans les faits, pratiquement, la liberté de licencier est la seule mesure qui permettra vraiment de libérer l’emploi en France.

Pareil pour la fameuse notion « d’emplois jeunes » qui refait surface tous les dix ans dans notre pays et qui est à chaque fois enterrée par les mêmes bloqueurs (ainsi que tous les jeunes « idiots utiles » qui manifestent dans ce sens…) : plutôt pas de travail pour tous que de réformer un cadre trop rigide et qui a prouvé, maintes et maintes fois, qu’il ne marchait pas.