Archives de catégorie : documentaires IT

Le livre « New Thinking » : à côté de la plaque !

J’apprécie beaucoup la chaine YouTube « Cold Fusion » : les contenus sont bien montés, intelligents et apportent un éclairage intéressants sur des sujets de l’actualité technique. Un (bon) exemple avec ces deux vidéos sur Intel :

Le premier volet, une mise en contexte.
Le second volet : ça fait mal (pour Intel) !

Bref, vous l’aurez compris, je suis très fan de cette chaine que je vous recommande chaudement !

Donc, quand l’animateur de cette chaine (Dagogo Altraide) annonça la publication de son livre, je me suis jeté dessus sans hésitation… Et ce fut une grosse déception. Comme quoi, être bon à faire d’excellentes vidéos n’est pas une garantie de produire un bon livre, comme j’ai pu m’en rendre compte.

La couverture du livre

Au début, ça commence bien : l’auteur raconte avec talent les débuts de la révolution industrielle du XIXème siècle avec son cortège de progrès techniques. Et puis, ça se gâte car l’auteur nous impose un poncif désolant : l’accélération constante supposée du progrès technique. Cette soi-disante accélération n’est pas expliquée mais simplement imposé comme une évidence incontestable.

Hélas, c’est justement un sujet sur lequel je planche souvent et j’affirme que cette accélération (que tout le monde met en avant, comme si ça coulait de source) n’est qu’une illusion (voir à http://www.alain-lefebvre.com/video-du-debat-sur-lacceleration-numerique/).

Je trouve cela aberrant que cette idée reçue soit aussi répandue. Et pour combattre cette funeste tendance, je suis en train de rédiger un nouveau livre qui aura pour titre « Le fait technique » (j’ai déjà rédigé les sept premiers chapitres). Voici un extrait pour vous permettre de situer l’argument :

L’évolution technique est mal connue et mal comprise

La technique n’intéresse pas les intellectuels. Ils préfèrent débattre de Marx, de sociologie, de culture générale et autres que de se pencher sur la technique et son influence sur la société, “il y a des ingénieurs pour cela…” répondent-ils en riant (avec et c’est important, un reniflement de mépris bien appuyé… histoire de montrer qu’ils sont bien au-dessus de cela !) !

Normal, ils ont suivi principalement des études littéraires, ils ont creusé les écrits des philosophes et des grands penseurs et, parmi ces derniers, aucun ne s’est intéressé à la science et encore moins à la technologie.

Et pourtant, qui pourrait nier que notre époque est déterminée par la technique moderne, qu’elle s’immisce dans tous les détails de nos vies, qu’elle la détermine de plus en plus profondément ?
Et avec cela, il ne faudrait pas s’en occuper ?

Une histoire mal-aimée
Pourtant, l’histoire de l’évolution de la technique est mal connue, mal comprise et même mal aimée. On ne voit même pas son importance. Rares sont les penseurs comme Jacques Ellul à s’être penché sérieusement sur le “le fait technique” de notre époque.

J’affirme qu’il faut décrypter les mécanismes de l’évolution technique passée afin de mieux être en mesure d’anticiper ses mouvements dans le futur. Aujourd’hui, tout ce qu’on entend à ce sujet est consternant de bêtises et d’idées reçues : progrès foudroyants, accélération sans fin et croissance sans limite, entre autres… Ce n’est pas avec ces platitudes convenues (et fausses !) que vous allez être en mesure de comprendre ce qui se passe en la matière !

Dépourvu de la connaissance des mécanismes de l’évolution technique, vous serez toujours surpris et éventuellement déçu par la façon dont se passe réellement les choses. Certes, la plupart des prévisions que l’on fait sont vouées au ridicule mais c’est souvent parce qu’on essaye d’être trop précis et/ou trop spécifique (se focaliser sur un seul domaine alors que la technique s’immisce partout).

Pour éviter ces déconvenues, il faut reprendre tout depuis le début pour vraiment analyser, étape par étape, comment on est passé en seulement deux siècles d’une société essentiellement rurale à notre technostructure actuelle où tout semble être dicté par des machines et des logiciels…

Une vision juste des capacités réelles de la technique
Une vraie compréhension des lois qui gouvernent l’évolution technique va nous éviter de faire des contresens tels que ceux qu’on entend trop de nos jours comme l’illusion que l’évolution s’accélère (rien n’est plus faux, on le verra en détail dans les chapitres).

Prenons un exemple rapide avec les deux erreurs à ne pas commettre avec la technique : le mépris ou la surévaluation, les deux mènent à des impasses. Avec la première, vous rejetez la technique et vous vous empêchez de prévoir l’impact qu’elle aura sur vos décisions. Avec la seconde, vous faites le contraire : vous accordez trop de foi dans la technique et vous attendez des résultats irréalistes (et, forcément, vous allez être déçu).

Pour éviter de vous engager dans ces impasses (et d’autres), il faut avoir une vision juste de la technique : ce qu’elle peut et à quel rythme, ce qu’elle ne peut pas ou pas rapidement.

Cet ouvrage va vous aider à avoir les idées claires sur ces sujets, ça c’est pour le fond. Pour la forme, on va rester éloigné des approches académiques traditionnelles qui sont souvent ennuyeuses… Au contraire, l’histoire de la technique peut être ludique et captivante.

Une histoire fascinante
Embarquez avec moi dans ce panorama de l’évolution technique récente (on va se contenter de remonter à la période du début de la fameuse “révolution industrielle”) et vous allez voir combien les tenants et aboutissants de cette transformation (ainsi que ses limites) sont intéressants.

Ensemble, nous allons exposer et expliquer des notions nouvelles comme le “cycle de l’escalier”, “l’empilement vertueux” ou déjà connues comme le “cercle vertueux” ou les “retours décroissants”. Cette revue de détail va vous permettre de saisir l’influence réelle de la technique sur notre civilisation et ainsi de mieux anticiper ce vers quoi on va. Croyez-moi, même sans être (ou sans devenir) technicien, cette histoire va vous fasciner !

Quelques mots sur moi
J’écris sur l’évolution technique depuis maintenant plus de vingt ans. Je m’efforce d’aller au-delà des idées reçues et de faire le tri dans ce que la propagande (très active dans le domaine technique) veut nous faire avaler. Je suis donc souvent à contre-courant de la pensée unique mais, ne vous y trompez pas, je ne suis ni un techno-septique ni un techno-pessimiste. J’essaye simplement d’avoir une vision juste de l’influence (énorme !) de la technique sur notre société et de son évolution (pas tout à fait celle qui nous est présentée), ce qui est déjà un travail considérable auquel je m’astreins tous les jours.

Je suis donc (bien) occupé par ce projet en ce moment !

Un nouveau livre (dans un sens) : du client-serveur au Web

En vingt ans, de la fin des années 80 à la fin des années 2000, l’informatique des organisations a connue un développement formidable en passant par des étapes fameuses comme le modèle client-serveur, l’intranet et le Web programmable grâce à LAMP.

Et c’est justement ces tournants significatifs et structurants que j’ai, en quelques sortes, chroniqué dans ce nouveau livre. En réalité, cet ouvrage est une compilation formée de mes trois premiers livres publiés chez Armand-Colin et Eyrolles :

Architecture client-serveur (1993)

Intranet, client-serveur universel (1996)

Web client-serveur, le triomphe du client léger (1998)

Mais ces trois livres n’étaient plus distribués depuis un moment. On pouvait encore en trouver d’occasion ça et là mais je voulais mieux que cela. Je voulais aussi qu’ils soient disponibles au format Kindle. Bref, je voulais que mes « vieux » livres soient aussi bien traités que les nouveaux…

Donc, je me suis lancé dans ce projet de restauration de ces livres afin de pouvoir les publier de nouveau dans une forme « nettoyée » mais sans altérer le contenu original. Au fur et à mesure de ce projet (commencé il y a six mois), j’ai décidé de rassembler ces trois livres en un seul et d’ajouter un commentaire à la fin de chaque chapitre, commentaire bien identifié comme faisant partie de la présente édition. Le but de ce commentaire est de comparer ce que j’écrivais à l’époque de la première parution avec ce qu’on sait désormais.

La couverture du livre actuel qui vient d’être publié sur Amazon.

Globalement, je n’ai pas à rougir de ce que j’ai rédigé alors, bien au contraire !

La plupart du temps, j’ai tapé juste et j’ai annoncé, souvent avec pas mal d’avance, comment tout cela allait évoluer : les formes qui allaient triompher et celles qui allaient disparaitre… Pas un score de 100% juste mais pas loin !

Ce travail « d’archéologie littéraire » m’a occupé de nombreuses heures et je suis plutôt satisfait du résultat. Evidemment, l’ouvrage résultant est assez volumineux (la version papier fait pas moins de 621 pages !) et je ne me fais aucune illusion sur son présent impact : seuls les plus passionnés d’Histoire de l’informatique pourraient avoir intérêt à lire ce livre…

Mais, comme d’habitude, j’ai d’abord fait ce travail pour ma propre satisfaction personnelle.Ceci dit, en relisant ces lignes, je me suis vraiment aperçu que l’histoire de l’évolution technique n’est qu’un perpétuel cycle qui se déroule toujours de la même façon, avec les mêmes exagérations et le même processus de maturité (ou d’oubli !). Sur ce point au moins, ce livre est très actuel.

Documentaire sur General Magic, bien, pas bien ?

Voilà un documentaire intéressant car il porte sur une période relativement récente de l’Histoire de l’informatique : le début météorique et la fin tout aussi rapide de General Magic.

Alors, si ce nom ne vous dit rien, il s’agit d’une société qui s’est formée avec des anciens de l’équipe du Macintosh et qui était soutenue par Sculley d’Apple jusqu’à ce que ce dernier lance le Newton. Le mieux est de regarder le trailer pour situer le contexte :

Un bon résumé du documentaire.

Pour regarder le documentaire en streaming (je viens de le regarder sur Vimeo), voyez sur cette page => https://www.generalmagicthemovie.com/screenings

Alors, ça vaut le coup de le regarder en fin de compte ou pas ?

La réponse ne peut être que mitigée : il y a de très bonnes choses, en particulier le fait qu’ils se soient souvent filmés pendant cette période. Cela nous permet d’avoir des images, presque comme s’ils savaient qu’il y aurait un jour un documentaire !

Cela permet de retracer assez facilement quelle était l’ambiance du moment et cela permet aussi d’expliquer bien des choses (ce qui s’est passé par la suite). Le moins bon c’est que l’angle « émotionnel » est trop accentué et que les protagonistes sont traités en héros ce qui est, à mon avis, un exagéré. Certes, ils avaient une vision intéressante et très en avance mais c’est loin de suffire. La petite équipe de Palm a fait bien mieux avec beaucoup moins de moyens parce que, justement, elle n’a pas été aveuglée par la certitude que sa vision était la bonne et la seule digne d’intérêt.

Si la fine équipe de General Magic s’était préoccupée plus tôt et plus sérieusement de finaliser son produit pour le lancer dans des délais raisonnables, l’histoire aurait pu être différente. Mais non, ils se sont amusés à jouer les créatifs, forcément, hein !

Bref, je considère que le destin avortée de General Magic était largement mérité.

Le documentaire « Silicon Cowboys » sur Compaq

Disponible sur Netflix, Amazon vidéo et même sur YouTube (payant), ce documentaire était très attendu : enfin un documentaire sur l’histoire de l’informatique qui ne parle pas de Steve Jobs, de Bill Gates et de la Silicon Valley !

Le résultat final est moyen, disons-le. Pourtant, ça commence bien : les débuts de Compaq sont bien racontés et on apprend plein de choses, ce qui n’est pas si fréquent. On s’aperçoit aussi que la série « Alt and catch fire » est assez réaliste en fait !

Mais c’est la fin qui dérape salement : après la sortie (forcée) de Rod Canion, ça se termine avec le rachat par HP qui est présenté comme une conclusion heureuse !

Voilà une (ré)écriture de l’Histoire pour le moins abusive… De plus, pas un mot sur le rachat calamiteux de DEC et sur la glissade des années 90. Bref, ce documentaire ne fait que la moitié du boulot…

Un documentaire extraordinaire sur les origines de la Silicon Valley… à voir !

Dirigé par le physicien Robert Noyce, Fairchild Semiconductor a commencé comme une start-up dont les innovations radicals ont contribué à mettre les États-Unis en position de leader à la fois dans l’exploration de l’espace et dans la révolution de l’ordinateur personnel, en changeant la façon dont le monde travaille, joue et communique. L’invention de Noyce (le circuit intégré) finalement remodelé l’avenir, le lancement le monde dans l’ère de l’information.

Une série de présentation sur l’histoire de l’informatique moderne, épisode 1 : la préhistoire

L’histoire de l’informatique limitée à sa période moderne : à partir du moment où elle devient une industrie jusqu’au moment où elle devient omniprésente…
Premier épisode : la préhistoire.
La période qui précède juste le moment où l’informatique devient une industrie. Pour comprendre comment s’est fait cette évolution, on est obligé de parler de la préhistoire avant de rentrer dans l’histoire proprement dite…