Le vélo à assistance électrique est enfin au point, profitez-en !

En 2007, j’avais essayé un vélo à assistance électrique (VAE) et j’avais trouvé cela super… Sauf que l’autonomie n’était pas suffisante pour assurer le trajet entre mon domicile et mon bureau (il faut préciser que, en Savoie, le vélo doit être capable d’encaisser les dénivelés qui sont significatifs, si vous voyez ce que je veux dire…). Bref, intéressant mais encore un peu tôt (en 2007, rappel).

Dix ans après (tiens, revoilà le délai de dix ans… quelle surprise !), les choses ont évolués et favorablement… Je viens d’acheter un VAE de marque Moustache (c’est Français !) et de type « Samedi 28 black » :

C’est pas moi sur la photo mais le vélo est du même type. J’ai aussi deux belles sacoches oranges qui s’accrochent bien au porte-bagages…

Ce Moustache est très satisfaisant car il permet de grimper les cotes sans problème et c’est un vrai plus. Grâce aux sacoches, je peux aussi aller faire les courses chez Biocoop et même chargé, les performances ne s’effondrent pas, bien !

En Floride, j’ai aussi un vélo électrique mais ce dernier n’est pas de type « à assistance » (la réglementation est bien différente là-bas) mais il faut aussi pédaler car, sinon, on ne va pas loin et on s’ennuie vite…

En Floride, mon vélo est un ProdoTech.

Une petite visite au Revs Institute : les américains aiment les voitures !

Aujourd’hui, je me suis rendu au Revs Institute, un musée sur l’automobile (collection Collier) qui se situe à Naples (Floride).

Le bâtiment du musée, vue extérieure de l’entrée principale.

Comme souvent dans les endroits riches (et Naples fait partie de cette catégorie), les américains font bien les choses : bâtiment superbe, collection somptueuse, accueil parfait… Nous avons passé un moment délicieux !

Une vue partielle (très partielle !) de l’intérieur…

C’est à ce genre d’endroit qu’on voit que les américains aiment les voitures et n’ont pas honte de le montrer !

En France, je ne vois qu’un endroit où on trouve une collection d’un tel niveau et présenté dans un état irréprochable !), c’est bien sûr le musée Schumplf.

Revenons au Revs Institute et je vous encourage à jeter un oeil attentif sur la collection très bien présentée sur cette page. J’ai bien entendu pris de nombreuses photos que j’ai regroupé ici https://goo.gl/photos/Hahe2HHSVgHQmJiR9

Dans cette collection, on trouve de nombreuses Porsche : des 908 et des 917 ainsi que des moteurs qu’on peut ainsi examiner de près (c’est pas souvent !).

Les voitures autonomes au coin de la rue, vraiment ?

Voici une petite vidéo sur un sujet à la mode : les voitures autonomes…

Si on en croit les médias (rappel : il ne faut pas), celles-ci seront bientôt au coin de la rue, la votre, toutes en fait !

En fait, ça ne va pas tout à fait se passer ainsi… explications :

Dans la même veine, je crois qu’il n’est pas inutile de voir (ou de revoir…) également les deux vidéos suivantes :

« 1984 » ou « le meilleur des mondes », qui a vu le plus juste sur notre société ?

Une conséquence inattendue de l’élection de Trump : une flambée des ventes du livre « 1984 » de Georges Orwell !

Mais, en fait, il a assez peu en commun entre l’Amérique de Trump et l’univers sombre, stalinien de 1984 à part la « novlangue » que le président Trump semble apprécier (something great, something awesome, believe me!).

Orwell était obsédé par la mauvaise tournure prise par le communisme sous la sévère férule du « camarade Staline »… Et il s’imaginait que cela ne pouvait que devenir pire à l’avenir (tout en se généralisant au monde entier).

Mais Orwell était un piètre futuriste et je préfère de loin « la ferme des animaux » (bien moins connu) à « 1984 » (qui se vend toujours !). Ce livre, qui gagne à être connu, est une parodie féroce sur la montée en puissance de Staline dans l’URSS des débuts.

En revanche, un qui a su mettre dans le mille, c’est Aldous Huxley avec « le meilleur des mondes« . Huxley et Orwell se connaissaient (le premier aurait été le professeur du second à Eton) mais divergent radicalement sur leurs visions du futur : alors que Orwell voit l’oppression comme un système viable (les événements historiques lui donnent tort, encore et encore car les dictatures brutales finissent toujours brutalement…), Huxley est plus subtil et pense que le contrôle des peuples peut se faire plus efficacement et sans brutalité (il a raison car les démocraties actuelles ont su inventer des dictatures douces et les gens y adhérent massivement !).

Huxley l’a dit et répété :

« Il y aura dès la prochaine génération une méthode pharmaceutique pour faire aimer aux gens leur propre servitude, et créer une dictature sans larmes, pour ainsi dire, en réalisant des camps de concentration sans douleur pour des sociétés entières, de sorte que les gens se verront privés de leurs libertés, mais en ressentiront plutôt du plaisir. »

— Aldous Huxley, discours prononcé en 1961 à la California Medical School de San Francisco.

En matière de contrôle des peuples, la méthode Huxley s’est imposée sans faire de bruit mais avec une efficacité redoutable (puisque l’immense majorité des « victimes » sont largement consentantes et même inconscientes !) alors que la méthode Orwell reste un cauchemar que nous avons évité. A tout prendre, mieux vaut tout de même que cela soit dans ce sens !

« Life » et « Ghost in the shell », des remakes peu inspirés ou plus que cela ?

Je viens de voir deux films de SF récents : « Life » et « Ghost in the shell ». Des productions intéressantes qui sont, à mon avis, bien en phase avec leur époque… Voyons cela en commençant par « Life ».

Il suffit de voir la bande-annonce pour comprendre que la référence est évidente : c’est (plus ou moins) un « remake » d’Alien, le tout premier sorti au début des années 80… A son époque, Alien avait été un choc et un grand succès (mérité). On ne peut en  attendre autant de « Life » : il pourrait être un succès mais ne sera certainement pas un choc : on est habitué à ce genre « d’horreur » désormais. « Life » est un film très prenant car l’ambiance est réussie (un point clé pour une création dans ce genre). Les effets spéciaux sont carrément superbes et les acteurs se débrouillent correctement. Le seul bémol, c’est la référence, justement. Comment ne pas le comparer à « Alien » et en conclure que le remake n’est évidemment pas à la hauteur de l’original. Pourtant, ce n’est pas par un manque de profondeur (l’original n’avait rien de spécial sur ce plan) car la fin de « Life » est bien vue (non, je ne spoile pas !). Non, ce qui cloche, c’est l’air de déjà-vue bien trop prononcé et c’est dommage. Ceci dit, allez voir « Life », vous ne devrez pas être déçu (hé, je ne rembourse pas sinon, hein !).

Pour ce qui est de GITS (c’est comme cela que disent les connaisseurs !), j’ai eu le plaisir rare d’avoir une séance « privée » : j’étais absolument seul dans la salle !
Inutile de dire que j’adore cela…

Pour parler du film, nous sommes ici dans un contexte un peu différent de « Life » car la référence est cette fois tout à fait explicite : GITS est (à la base) un manga (1989) et un film d’animation (1995).

Ici, attention, il s’agit d’une « oeuvre culte » avec son cortège de fans qui vont vous affirmer que « vous n’avez rien compris ! » et qu’il faut d’abord lire le manga avant tout pour avoir le droit de donner son avis. Désolé, le manga, pas pour moi. C’est comme écrire de la main gauche : j’essaye de temps en temps, j’abandonne aussi vite !

Bref, le film d’animation de 1995 est très réussi et propose une réflexion assez intéressante sur la réalité de nos existences, de la substance même de cette réalité et de son essence. Le film tout récent lui, ne s’embarrasse pas de tout cela : esthétique et actions avant tout !

Je ne vais pas critiquer le « whitewashing » de cette production (mais c’est vrai qu’il ne reste pas beaucoup d’acteurs nippons dans le casting !) car, selon moi, ce n’est pas le défaut le plus important. Non, c’est plutôt le « brainwashing » qui est dévastateur dans ce GIST, surtout par rapport à l’original !

Cette fois, c’est le sens même de la réflexion qui est détourné : quand Binoche (oui, notre Binoche…) dit « ce ne sont pas nos souvenirs qui font notre identité », c’est exactement le contraire du message du film de 1995… Bravo, bien joué les gars !

A part ce contresens flagrant, le film est super quand on le voit comme les masses lobotomisées à qui cette production s’adresse : esthétique (pas si réussie que cela car trop appuyée) et actions (là, il y a ce qu’il faut : c’est un film américain tout de même !).

Faut-il sortir de l’Union Européenne ? Une analyse honnête en 4 questions…

Pour ces élections présidentielles françaises, la position dite des « souverainistes » prend une place croissante. J’ai donc eu l’idée, avec mon fils Damien, de faire une petite vidéo (qui est vite devenue une longue vidéo !) pour analyser la question « fait-il sortir de l’UE ? » en 4 questions :

  1. Le fonctionnement : opaque et non démocratique ?
  2. Le budget : de l’argent gaspillé ?
  3. L’Euro : une monstruosité facteur d’inflation ?
  4. La réglementation : un moyen de plus de martyriser les peuples ?

Voici le résultat de nos modestes investigations dans cette vidéo qui vaut ce qu’elle vaut : nous ne prétendons pas être des experts des questions traitées mais nous nous sommes efforcés de produire un travail honnête…

Bien entendu, nos découvertes, nos positions et nos conclusions vont en surprendre plus d’un car nous allons clairement à l’encontre de l’humeur du moment (en clair, nous ne hurlons pas « sus à l’UE » avec la masse des mécontents…). Mais je ne m’occupe de ce blog pour me conformer à une idéologie, quelle qu’elle soit. Et si ça ne plait pas, tant pis.

Le phénomène Zarco : comme Prost mais sur deux roues !

Johann Zarco a commencé sa saison 2017 de MotoGP de façon sensationnelle : il a mené les premiers tours de la course (avant de se mettre au tas, il est vrai…) !

On n’en attendait vraiment pas autant de sa part pour sa toute première course dans la catégorie reine, faut-il le rappeler ?

Après son élimination sur chute, il était calme et honnête… il avouait son erreur mais affichait aussi sa confiance : des courses en tête, il y en aura d’autres !
Il faut se souvenir de Zarco il y a deux ans, également au Qatar pour la première course moto2 de la saison 2015 : il a eu un problème technique (sélecteur de rapports) alors qu’il menait largement. Il ne s’est pas laissé abattre par cet incident et a terminé la saison en champion du Monde…

Zarco me fait beaucoup penser à Alain Prost : beaucoup d’intelligence, de détermination et un pilotage très propre. Si Prost avait roulé en moto, ça aurait ressemblé à ça. Zarco a un grand avenir devant lui.

Sur la RN20, à l’aube : mon événement fondateur

Dans la rubrique « parler de moi est la seule chose qui m’intéresse vraiment », je vous propose aujourd’hui une vidéo intimiste : mon événement fondateur.

Nous avons tous eu un événement fondateur qui a déterminé la suite de notre parcours. Pour moi, ça se passait en octobre 1977 sur la route nationale 20 dans le Quercy…

Tout est dit dans cette vidéo que je vous laisse découvrir :

Alors, pourquoi publier cela ?

Par exhibitionnisme forcené, comme notre époque les adore ?

Pas tout à fait. Il s’agit plutôt d’expliquer ce que je dois à la moto et tenter de rendre un peu de ce que j’ai reçu (une démarche salutaire). Et je dois beaucoup à la moto : tout d’abord de m’avoir donné confiance en moi quand j’étais jeune et, aujourd’hui, de me permettre de me sentir jeune à nouveau quand je monte en selle (et c’est exactement ce que j’explique dans mon livre « Freedom Machine » seconde édition). Le plaisir que je prends désormais en roulant à moto est bien résumé dans cette courte et roborative vidéo :

Le meilleur (non)candidat à l’élection présidentielle française 2017…

Alors que certains rêvent de François Asselineau (voir à https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Asselineau), censé nous sortir de l’UE en moins de deux (ça rythme et c’est à la mode ! aha, c’est facile de se moquer…), je viens de découvrir, grâce à mon fils Val, celui qu’il nous faudrait, pour de bon. Juste un détail qui cloche : il n’est pas (vraiment) candidat !

Je ne connaissais pas Pierre Lance (voir à https://www.wikiberal.org/wiki/Pierre_Lance et là aussi http://openyoureyes.over-blog.ch/pierre-lance-savants-maudits-chercheurs-exclus-pdf) avant de le découvrir dans cette vidéo YouTube. C’est un peu long, donc, vous pouvez passer en vitesse x1.5, ça reste parfaitement compréhensible. Sur la forme, on dirait un discours des années 30 et c’est facile de caricaturer les propos de Pierre. Mais, sur le fond (et, rappel, c’est quand même ça qui compte), je dirais ceci : je n’aurais rien à ajouter ou a retrancher aux propos de Pierre Lance. En d’autres termes, je suis 100% d’accord avec lui, avec son constat, son analyse, sa proposition et ses conclusions…

Bien entendu, on va trouver que son discours est utopiste, pas réaliste, pas applicable et ainsi de suite. Sans doute, mais son discours sonne juste, vrai, authentique et sensé (c’est tout ?). Et, rien que pour cela, c’est rafraichissant et enthousiasmant (mais oui !). Je vous laisse avec Pierre : écoutez-le du début à la fin, ça ne sera pas une perte de temps, promis.

Steve Mcqueen, the man and Le Mans; le document perdu sur la 917

Voici un documentaire qui vient de sortir et qui apporte la touche final à tous les fans de la Porsche 917Steve Mcqueen, the man and Le Mans

Bon c’est un peu long et, si on déjà lu « A french kiss with death« , on apprend pas grand-chose. Mais c’est l’occasion tant attendue de voir certaines des séquences qui n’ont pas été intégrées au montage final du fameux film « Le Mans »… Et, rien que pour cela, c’est unique !

Un cas unique : John Surtess

John Surtess nous a quitté… Un cas unique, vraiment : le seul qui a pu aligner un titre en F1 après de nombreux titres sur deux roues. Seul Valentino Rossi aurait pu faire pareil mais le conditionnel est de rigueur, même pour Vale…

Pour rendre hommage correctement à « Big John », quoi de mieux que de mettre un extrait de mon livre « la malédiction des champions du monde de F1 » ?

=======

John « big » Surtees, l’incompris

On vient de l’évoquer, revenons sur le cas de John Surtees, « Big John » comme l’appelaient les Italiens. Surtees est tout de même un cas vraiment unique : le seul jusqu’à ce jour à être passé avec succès de la moto à la F1 et à avoir (presque) tout gagné dans les deux domaines. Mais Big John avait aussi un caractère difficile et il ne put rester chez Ferrari après son sacre -mérité- de la saison 1964.

Une anecdote significative sur Surtees mérite d’être racontée : je l’ai rencontré en personne lors des « coupes de l’âge d’or » à Montlhéry en 1982. Je lui ai alors demandé pourquoi il manquait les 500 milles d’Indianapolis à son palmarès pourtant exemplaire (il y manque aussi une victoire aux 24 Heures du Mans alors qu’il y a mené plusieurs fois au volant d’une Ferrari…) ?

Il me répondit qu’il devait y participer lors de la saison 1966 sur une Lotus, mais il se blessa lors de la série Can-Am (qu’il remporta tout de même cette année-là) et cela l’obligea à déclarer forfait pour Indy… Et c’est Graham Hill qui hérita du baquet de la Lotus et qui l’emporta… On peut supposer que « Big John » n’aurait pas fait moins bien, mais comment savoir ?

La suite est décevante : comme Graham Hill, John Surtees aura une carrière déclinante. Il tente de créer son écurie, car c’est un vrai bourreau du travail, mais, au contraire de Brabham, n’y aura aucun succès (c’est tout de même lui qui participa à l’émergence de Lola). Surtees souffrit surtout d’être incompris.

Donc, on l’a deviné, Surtees n’échappe pas à la malédiction sous la forme de plusieurs saisons de trop (même s’il remporta une victoire mémorable à Monza en 1967…) et d’un long et humiliant déclin…

L’arbre qui cache la forêt, le mécanisme préféré de la techno-structure !

En ce moment, la grosse affaire aux USA, c’est Wikileaks et la révélation des outils (logiciels) de la CIA

Un mécanisme classique utilisé par nos médias : pointez le doigt sur ce qui est accessoire pour masquer ce qui est important… Arrêtez de vous faire avoir par ce flux insignifiant et efforcez-vous de lire entre les lignes.

Trois questions sur le féminisme…

Tout a commencé de façon anodine : mon fils Quentin me propose de répondre à trois questions sur le féminisme, par email…

Voici les questions :

  • Quelle est votre définition d’une personne féministe ? (et faites vous la différence, dans cette définition, entre 1 femme féministe et 1 homme féministe ?)
  • Trouvez-vous que c’est bien, d’être féministe ?
  • Si non, quel est selon vous la bonne attitude à avoir dans notre societé envers les gens autour de nous, qu’ils soient hommes ou femmes ?

Les questions étaient intéressantes, j’avais envie d’y répondre mais pas par écrit… j’ai donc réalisé une petite vidéo vite fait (la qualité est pas terrible mais c’était pour qu’elle reste légère et soit ainsi facile à partager…) :

Là-dessus, mon fils Valentin décide d’y répondre à son tour mais lui, par écrit… Voilà son texte, tel quel :

Définition du féminisme dans Larousse: 

  • Mouvement militant pour l’amélioration et l’extension du rôle et des droits des femmes dans la société.

Voici mes réponses:

-Une personne féministe est, en théorie, quelqu’un qui vise à défendre et étendre le rôle et le droits des femmes dans la société.

Dans ce sens, il n’y a pas de distinction à faire entre un et une féministe.

Cela dit, le féminisme est une chose très mal compris et très très mal interprété.

-Il ne s’agit pas de dire « c’est bien » ou « c’est mal », car de toute façon, aujourd’hui cette définition évoquée plus haut est complètement éclatée. 

En effet, les revendications féministes initiales sont souvent légitimes, mais trop souvent manipulées pour donner lieu à un effet culpabilisant et revanchard malsain dans les mouvements de pensées récents du féminisme.

Aujourd’hui, ce sont presque intégralement des pensées déterministes, hystériques, exagérés par des groupes grotesques et extrémistes, comme le Femen, par exemple. Le concept de catégoriser le féminisme uniquement comme un mouvement qui est pour la libération des femmes contre les hommes oppressants, misogynes et égoïstes est une calamité.

L’émancipation de la femme n’est pas égale à sa libération des griffes de l’homme.

Le féminisme est mal compris, mal interprété et exagéré, ce qui conduit à bâtardiser les idées de bases, qui elles sont de nature positives et même nobles.

Le mouvement féministe moderne est aussi ridicule que mesquin, avec une vision erronée du monde. Ceci est parfaitement illustré par « la parité » et via l’argument de l’égalitarisme abstrait : argument complètement creux.

-Enfin, « La bonne attitude à avoir dans notre société envers les gens autour de nous, qu’ils soient hommes ou femmes » est une question trop vague est trop générale pour prétendre apporter une réponse utile, concrète et non-utopique.

Ce qu’exprime Val ici est très juste : une bonne cause peut-être gâchée par de mauvais militants… Le féminisme en est un parfait exemple avec son cortège d’exagérations absurdes. Du coup, on va assister à un retour de balancier excessif et ce sont toutes les femmes qui vont être pénalisées à cause de quelques hystériques en mal de reconnaissance… Triste.

Voilà pourquoi j’aime le sport (mais pas TOUS les sports…) !

Comme beaucoup, j’aime de nombreux sports, bien plus que je n’en pratique en fait !

Je préfère les sports individuels (les sports « d’équipes » ne me font pas vibrer…) car j’y retrouve les valeurs que j’affectionne : courage, endurance, talent et, plus que tout,  persévérance.

Voici une petit vidéo qui résume tout cela en images (et oui, il y a aussi des sports d’équipes et même du football !) :

Les paradis fiscaux dans le monde merveilleux du RSI !

Ah, le RSI !

Tous ceux qui ont eu le bonheur de s’y frotter (c’est ironique, bien entendu…) reconnaitrons avec moi qu’il s’agit d’une institution utile et respectable, n’est-ce pas ?

Comment pourrait-il en être autrement pour ce régime de protection sociale, obligatoire et monopolistique ?

Eh bien, Mediapart nous dresse un autre tableau avec « Paradis fiscaux: comment le RSI s’y enrichit avec l’argent des entrepreneurs ! » où il est question de paradis fiscaux… Oui, vous avez bien lu !

Le monde est merveilleux… le RSI met parfois des entrepreneurs en faillite pour récupérer un argent qui sert à financer des entreprises tout à fait en rapport avec l’objet social du régime. Comme on le voit.

Comment s’étonner que la patience des citoyens soit à bout avec des « exemples » pareils ?

Le syndrome du feu d’artifice… sachez voir les vraies tendances !

Lors d’une discussion récente avec un ami (français, via Skype), celui-ci se lamentait sur l’état du monde : tu te rends compte, Trump est un malade, c’est inquiétant !
Et en France, c’est pareil, ces élections sont mal barrées… et ainsi de suite.

J’ai tenté de le rassurer, mais je dois dire que son attitude m’a interpelé : mon ami est intelligent (très même, sinon, il ne serait pas de mes amis…) et pourtant, il est victime, lui aussi, de ce que j’appelle le syndrome du feu d’artifice… Explications : les nouvelles dont vous abreuvent les médias jour après jour sont comme des feux d’artifice… Spectaculaires, captivants, mais, en fait, pas très significatifs. Car une fois la fumée dispersée que reste-t-il ?

Rien. Eh bien le flux des « actualités », c’est pareil : une fois la fumée dissipée, il ne reste rien de significatif… J’ai mis ce dernier mot en gras pour bien appuyer son importance.

En effet, des tendances significatives, il y en a peu et les médias n’en parlent presque pas. Ou, quand ils le font, c’est avec des analyses erronées, car les journalistes sont rarement compétents dans ces matières. Donc, pendant qu’on vous occupait avec la crise en Ukraine ou le « printemps arabe », la vraie tendance de ces dernières années, ça a été la baisse continue et durable du prix du pétrole, point.

Conséquences multiples :

  • les USA, de nouveau autonomes, se sont détachés de leur fixation sur le Moyen-Orient (en admettant finalement que l’Iran était bien la puissance régionale de ce coin-là…),
  • le Venezuela est entré lui dans une « spirale de la mort », voilà un pays ruiné et ravagé par la violence urbaine (et, vous avez remarqué, voilà une vraie crise dont nos médias ne parlent quasiment jamais !),
  • Cuba a perdu le Venezuela (comme allié et comme source de financement) et a été obligé de tendre la main aux USA,
  • les USA ont continué à mettre le boxon au Moyen-Orient parce que c’est ce que veut Israël (mais avec moins d’enthousiasme et moins d’application qu’au temps de Bush tout de même…), pas pour le pétrole qui les intéresse moins désormais,
  • enfin, la Russie de Poutine est entrée dans une crise économique sévère qui l’a empêché de réagir avec toute l’agressivité voulue à la crise ukrainienne…

Bref, voilà quelle était la vraie tendance et voilà quelles en ont été les principales conséquences. Bon, je vous vois venir, vous allez me dire « ben, si t’es si fort, pourquoi tu ne nous annonces pas la prochaine tendance si-gni-fi-ca-tive, hein, puisque t’es si fort ! »… Mais volontiers, suffit de demander !

La tendance actuelle, c’est « l’atterrissage économique » de la Chine : terminée la croissance stratosphérique, les choses vont redevenir « normale », y compris pour nos amis chinois. Une preuve ?
La voilà :

Cette vidéo vient du Wall Street Journal (une très bonne source quand on n’a pas l’esprit borné et des oeillères à la française !). Elle nous montre l’état actuel des chantiers navals chinois : à l’arrêt ou à 25% de leur capacité… C’est pas un signe ça ?
C’est pas une tendance, ça ?

Donc, les conséquences à venir seront basées sur le rééquilibrage qui est en train de se jouer entre les acteurs. Et ce rééquilibrage explique à lui seul pourquoi les Américains sont passés en mode panique : avant, c’était cool, on pouvait commander ce qu’on voulait aux « chinetoques » et ces « bridés » nous achetaient notre dette en plus (sénateur américain expliquant les années Obama) !
Mais là, ça va plus le faire… Ils ont plus les mêmes moyens et va donc falloir se débrouiller autrement pour maintenir notre
way of life (c’est-à-dire dépenser sans compte et faire n’importe quoi avec à côté…).
Dans les années 90, c’étaient les Japonais qui nous avaient fait le coup… Là, c’est au tour des Chinois… Ah, on peut pas compter sur ces « faces de citron », j’vous l’dis, moi (c’est le sénateur qui emploi ces termes, pas moi !).

Bref, vous l’aurez compris : ne vous laissez pas captiver par les feux d’artifice, comprenez les vraies tendances et réfléchissez à partir de celles-ci, point.

Marine présidente ? Oui, mais…

En août 2016, Euronews nous avait déjà régalé d’un « Pourquoi Trump ne peut pas gagner : c’est mathématique« … Par charité, on ne suggéra pas à l’auteur de cet article de réviser ses maths, hein !

Aujourd’hui, c’est The Gardian qui se lance dans ce genre d’expertise hasardeuse : There will be no President Le Pen… Désolé pour The Gardian mais Marine va tout de même être présidente. Ceci dit, c’est pas une bonne nouvelle.

Pour s’en convaincre, il suffit de lire ses 144 propositions… Je l’ai fait et en voilà deux perles significatives (entre autres, il y en a sûrement d’autres !) :

  1. Pour maintenir, moderniser et sécuriser la filière nucléaire française, engager le Grand Carénage, et garder le contrôle de l’État sur EDF, en lui redonnant une véritable mission de service public. Refuser la fermeture de la centrale de Fessenheim (engagement N°134).
  2. Un second porte-avions baptisé « Richelieu », indispensable à la permanence à la mer de notre groupe aéronaval (engagement N°121).

En maintenant le choix du nucléaire, Marine fait le choix gagnant : ça va faire plaisir aux nucléocrates (nombreux et puissants dans notre bon pays), ça mange pas de pain (on s’en fiche des écolos, peu nombreux et plutôt branquignoles…) et ça peut rapporter gros (car s’opposer au nucléaire en France est un choix suicidaire vis-à-vis du système…). Bien vu.

Pour ce qui est du porte-avions, encore un choix débile mais qui fait plaisir au plus cons de ceux qui tiennent les manettes. Là encore, bien vu, le système sera content.

La vérité apparait clairement avec ces deux « engagements » : plutôt qu’être une candidate anti-système, Marine donne des gages pour plaire au système, nuance !

Inutile d’épiloguer sur le nucléaire (j’en ai déjà parlé ici), précisons simplement qu’un porte-avions est un moyen de projection des forces… pas de défense du territoire, hein !

Si c’est pour poursuivre une politique crypto-colonialiste, ce n’est peut-être pas nécessaire de sortir de l’Otan (engagement N°118), non ?

Cela prouve simplement que l’entourage de Marine est d’une incompétence crasse (pour ne pas dire pire…) ce qui n’est pas surprenant pour tous ceux qui ont côtoyé une seule fois une seule les joyeux lurons qui forment « les petits gars du Front »… Un beau ramassis d’abrutis, oui !

Bon, Marine va être présidente (c’est Hillary qui va l’avoir mauvaise !). Mais les alternatives n’étaient pas terribles non plus : Hamon (oh non, plus de socialistes, pitié !), Fillon (un type qui a osé promettre le plein emploi) ou Macron (un « m’as-tu-vu » comme je croyais que ça n’existait plus !)…Par charité aussi, on évitera d’évoquer le cas Mélanchon.

Les français et les anglais vu par Netflix, une comparaison… fracassante !

Prenons deux séries récentes sur Netflix qui sont significatives : « The Crown » et « Au service de la France« . Ces deux séries sont significatives de l’image des deux peuples, vis-à-vis des américains.

D’un côté, avec « The Crown », nous avons une production de haute volée, avec un casting impeccable, une bonne écriture et une réalisation soignée (avouons aussi que le budget est conséquent… ça aide !). Le résultat final est à la hauteur : digne est sûrement le mot qui convient le mieux.

De l’autre, nous avons « Au service de la France ». Là, pas besoin de développer, un seul mot suffit à tout résumer : franchouillard.

Eh bien, croyez-le ou non mais c’est ainsi que nous sommes vus, les uns et les autres : les anglais sont dignes, les français moins.

Bien entendu, c’est une généralisation absurde car les anglais peuvent aussi se comporter comme les pires des barbares.

D’un autre côté, les français aussi peuvent se montrer digne du plus grand respect… Un exemple :

Ou plus récent :

La racine du problème selon l’Odieux connard…

Le blog de l’Odieux connard est une bonne source, presque toujours. Et, cette fois, il a fait fort : à travers une petite illustration qu’il affectionne, il remet les choses en place.

Il point du doigt, fort justement, le niveau où nous sommes : tout en bas. Trump et compagnie ne sont pas le problème, ils ne sont qu’un symptôme du problème, nuance !

Allez, la démonstration en image :

Un extrait de « La malédiction des champions du monde de F1 »

Dernièrement, j’ai publié la seconde édition de mon livre sur les champions de F1, la 3ème édition pour être précis. Aujourd’hui, je vous propose un extrait de cet ouvrage : le chapitre concernant Nico Rosberg. Ce dernier est très important car ce n’est pas seulement le dernier champion du monde en date mais c’est aussi celui qui fut assez intelligent pour briser (enfin !) la malédiction !

======

Nico Rosberg, l’élu

Quel meilleur moyen de conclure cette galerie de champions qu’avec Nico Rosberg ?

Le voilà enfin, le pilote capable de briser cette malédiction en se retirant en pleine gloire, sans drame, sans aucune tâche sur sa trajectoire, le champion parfait. Le seul qui soit assez intelligent pour être capable de le faire, sans hésiter, sans avoir à le regretter.

Et pourtant, rien ne permettait de penser que Nico Rosberg allait être notre élu. Certes, il était le fils du champion du monde 1982 et ça, incontestablement, ça aide à débuter dans ce milieu. Débuter favorablement, c’est déjà beaucoup, mais cela ne suffit jamais à assurer une carrière, loin s’en faut. Surtout en F1, vous n’y restez que si vous le méritez, point.

Donc, Rosberg gravit les échelons sans provoquer d’enthousiasme, un peu à la façon de Lauda. Une fois en F1, il commence par s’incruster au sein de l’écurie Williams. Il y reste quatre saisons avec des performances honnêtes, mais, encore une fois, rien d’extraordinaire (pas un seul podium, mais la voiture aux performances modestes ne le permet sans doute pas).

En 2010, il arrive chez Mercedes avec Micheal Schumacher comme équipier. L’équipe n’est pas encore au top, mais Nico se défend bien (trois podiums) puisqu’il termine la saison devant son illustre ainé et avec le double de points !

Rosberg sur l’horrible Mercedes de la saison 2012… Avec le temps, les F1 sont devenues de plus en plus grotesques !

C’est lors de la saison 2012 qu’il gagne enfin un Grand Prix en Chine. En 2013, il doit faire équipe avec Lewis Hamilton puisque Schumacher a enfin pris sa retraite définitive. Face à ce nouveau défi, il est de nouveau à la hauteur puisqu’il gagne deux manches du championnat (dont le très recherché Grand Prix de Monaco) et quelques podiums.

La saison 2014 commence bien avec une victoire en Australie et une autre à Monaco. Toute cette saison est ponctuée par le duel serré qu’il mène avec Lewis Hamilton, son équipier. Mais c’est ce dernier qui est titré en fin de saison : Rosberg aura eu largement sa part de problèmes techniques aux plus mauvais moments…

La saison 2015 est moins satisfaisante, car Lewis n’a même pas besoin d’attendre le dernier Grand Prix pour être de nouveau titré. Mais Nico termine la saison sur un rythme élevé : il gagne les deux dernières épreuves de la saison. Cela augure bien pour 2016… Et, effectivement, il démarre bien la saison 2016 en gagnant les quatre premiers Grands Prix !

Puis Hamilton se reprend et Rosberg est victime de divers problèmes. Cette alternance de crises et de bonne série sera l’histoire de cette saison. Hamilton est porté par une série de victoires à la fin de l’année, mais Rosberg gère son avance comme il faut et triomphe de la pression, de l’enjeu et des manoeuvres de son équipier avec une grande maitrise… Il annonce sa retraite dans la foulée à la surprise générale !

Par ce geste unique, Rosberg se met définitivement à part de l’élite des champions du monde : c’est le premier et le seul à avoir compris ce qu’il fallait faire et à être capable de le faire, sans faiblir, pile au bon moment.

Il tourne le dos à l’argent et à une gloire éphémère pour entrer dans la légende par la grande porte… Respect.

Minorités bruyantes : les nouveaux fascistes !

Depuis quelques décennies, nous sommes submergés par des vagues successives de minorités bruyantes et revendicatives. J’emploie le terme « minorités bruyantes » à dessein, histoire de les opposer à la bien-connue « majorité silencieuse »… Or, dernièrement, nos minorités bruyantes ne se contentent plus de cela, d’être bruyantes, elles sont même devenues (progressivement, mais de façon de plus en plus évidente) carrément nos nouveaux fascistes.

Cela peut paraitre exagéré mais j’assume. Comme nos militants revendicateurs sont persuadés d’avoir raison et d’être du bon côté de l’évolution (voire même de l’Histoire pendant qu’on y est, par opposition aux réactionnaires qui eux, sont forcément des perdants, hein !), ils permettent donc de terroriser tout un chacun (pour le moment, seulement sur le plan intellectuel mais on sait que ça dérape vite quand on en est là). Mais c’est pas grave puisque c’est pour le bien de la société… C’est quand même bien la bonne conscience, n’est-ce pas ?

Allez, un exemple. Après les trop fameux LGBT (qui, soit dit en passant, n’en ont pas encore tout à fait terminé avec nous… Les premiers « nouveaux fascistes », ce sont bien eux !), nous avons affaire à une nouvelle sorte (très agressive) de militants écologistes : les pro-vegan radicaux (encore qu’il semble que les pro-vegan modérés reste encore à découvrir…).

Comme vous le savez sans doute déjà, les pro-vegan ne veulent pas simplement que nous ne mangions plus de viande mais il faut même bannir (une bonne fois pour toutes) tous les produits animaux (je répète pour que cela soit tout à fait clair : tous les produits animaux et ce définitivement). A la base, je suis plutôt d’accord : les habitants des pays riches consomment souvent trop de viande (en fait, bien trop de viande !) et c’est mauvais pour tout le monde. C’est mauvais pour la santé des consommateurs eux-mêmes, c’est mauvais pour la planète (voir, à ce sujet, l’excellent documentaire Cowspiracy) et c’est terrible pour les animaux que nous maltraitons largement dans ce processus ravageur.

« Mais en fait, t’es vachement d’accord avec eux, finalement » me direz-vous… Oui sur le fond, non sur la façon de « traiter le sujet ». Je pense que dire aux gens « mangez de la viande est criminel » n’est sûrement pas la bonne façon de faire changer les mentalités et encore moins les comportements.

Je suis désolé de constater que c’est toujours les plus radicaux, les plus agressifs et les plus détestables qui l’emportent dans ces mouvements. On se retrouve inévitablement dans des échanges d’insultes ce qui n’est certainement pas la bonne façon d’avancer.

Dans cette mouvance, on voit des trucs désolants comme cette jeune femme qui se fait insulter parce qu’elle annonce qu’elle arrête le véganisme (elle aurait mieux fait de garder cela pour elle) :

Je ne la connais pas et un simple coup d’oeil à sa chaine YouTube me fait comprendre que nous n’avons pas exactement les mêmes centres d’intérêts mais je ne vais pas la traiter de tous les noms pour autant !

Cette évolution radicale et fascisante me désole et me parait contre-productive. Mais les minorités bruyantes se moquent d’un appel à la raison et aux bonnes manières…

La Floride, paradis des amateurs de « vintage cars »…

En Floride, les réunions consacrées aux voitures anciennes sont légions : les américains adorent leurs voitures et ils sont nombreux à consacrer temps et argent à restorer amoureusement (et soigneusement) une Corvette, une Camaro ou autre « muscle cars »…

Et, effectivement, à chaque réunion on peut voir une marée de Chevrolet Corvette (difficile de ne pas trouver le modèle précis qui vous intéresse) mais aussi des modèles plus exotiques comme des De Lorean (de nouveau à la mode ces derniers temps).

Dernièrement, je suis tombé sur un modèle rare : une Alfa Roméo de 1931 !
Son propriétaire affirmait que cette voiture avait participé aux 500 miles d’Indianapolis de cette année-là mais ça, je n’ai pas pu en retrouver la trace (pas sous cette forme là en tout cas, avec phares et autres accessoires forcément superflus pour cette course si particulière).

Mais, quoi qu’il en soit, admirez l’état de cette voiture :

Féminisation ou infantilisation, quel est le vrai problème ?

Certains disent que notre décadence actuelle est due à la féminisation de la société. Mais une autre voix que je respecte dit autre chose : ce n’est pas due à la féminisation (qui elle pourrait être une bonne chose si les féminazi ne gâchaient pas tout…) mais bien plutôt à l’infantilisation croissante voulue par les médias. Abaissons le niveau, encore et toujours chantent-ils en coeur, nous contrôlerons plus facilement le troupeau…

Ah, si on m’avait dit un jour que je reprendrais un contenu publié par Europe1… ça aussi, c’est un signe certain de décadence !

Un extrait de mon dernier livre « Dr Miracle, saison 1970″…

Voici un extrait du chapitre 4 de « Dr Miracle, saison 1970 » :

Finalement, je me souciais pour rien, car, cette fois, la chance a tourné et l’équipe Salzburg a triomphé lors des 1000 km. L’équipe Wyer a eu son lot d’ennuis sur ses deux 908-3 alors que Elford-Ahrens ont été épargnés. Piëch et les autres exultaient et sortaient de cette épreuve avec un moral au beau fixe. La dynamique positive de cette victoire semblait ouvrir les meilleures perspectives pour l’épreuve phare de l’année : les 24 Heures du Mans en juin 1970.

Or, cette année, les 24 Heures avaient un plateau incroyablement relevé : 51 voitures avec une majorité de prototypes 3 et 5 litres. Un affrontement au sommet entre Ferrari et Porsche qui alignaient pas moins de dix 512S (dont cinq longues queues toutes nouvelles et conçues spécifiquement pour Le Mans) et sept 917 (dont deux longues queues très améliorées). Il y avait aussi une Ferrari 312, deux Porsche 908 (dont celle de Steve McQueen) ainsi que trois prototypes Matra et quatre Alfa Romeo, etc. La quantité et la qualité des voitures alignées atteignaient des sommets jamais vus, même au plus fort de la lutte Ford-Ferrari (lors des années 65/66/67). Quel que soit le critère considéré, on pouvait dire sans exagérer qu’il s’agissait de l’épreuve du siècle !

Grâce à sa victoire dans l’Eifel, Piëch était enfin euphorique et mon aura était aussi particulièrement brillante auprès de lui, même s’il était conscient que je n’avais pas eu le temps de faire grand-chose. Il m’appelait « docteur Miracle » et ce surnom m’est resté après coup. Peut-être pensait-il que je lui avais porté chance, mais, au moins, il m’écoutait.

Profitant à fond de ma crédibilité acquise par un sort favorable, j’insistais pour qu’il ne mette pas tous ses œufs dans le même panier. OK pour miser à fond sur la performance avec la longue queue destinée à Elford-Ahrens, l’équipage de pointe. Piëch était d’autant plus optimiste que Wyer persistait à refuser d’aligner une longue queue et allait se contenter de courir avec trois coupés 917, dont deux équipés du moteur 4,9 L. Je lui tenais ce discours qu’il écoutait d’une oreille distraite :

— Votre longue queue va être super performante, surtout entre les mains de Vic Elford. Vous pouvez viser la pole position et il va sans doute mener les premières heures de course, comme en 69.

— Mieux qu’en 69 !

Nous avons beaucoup amélioré ce modèle en un an… Vic me dit qu’il est capable de prendre la cassure d’avant Mulsanne à fond désormais.

— Oui, c’est bien ce que je veux dire : vous avez un atout performance qui va vous permettre de contenir les Ferrari même si elles se montrent bien plus efficaces qu’à Monza ou à Spa. Maintenant, il faut aussi vous doter d’un atout fiabilité qui va vous mettre à l’abri des mauvaises surprises…

— Le 4,9 L est fiable désormais, Peter Falk me l’a garanti. Et j’ai même mis le nouveau, Norbert Singer, pour s’assurer que la boîte de vitesses soit bien refroidie. Vous voyez, j’ai tout prévu !

— Oui, sur le papier, ça semble parfait. Mais je vous suggère d’aller encore plus loin en misant sur un mulet qui fera la distance quoi qu’il arrive. Vous m’écoutez jusqu’au bout ?

— Allez-y, je sens que je ne vais pas pouvoir y échapper…

— Votre seconde voiture doit être un coupé 917, pas une longue queue. Elle sera plus facile à piloter s’il pleut. Elle sera dotée du moteur 4,5 L, pas du 4,9 L. Le « petit moteur » est incassable si on le manipule correctement. Et, justement, il faut lui mettre la boîte à quatre rapports, pas la boîte cinq.

Hans Herrmann à bord d’une 908/3 en 1970

— Et pourquoi ça ?

La boîte à cinq rapports est un progrès par rapport à la boîte quatre.

— Oui, certes, mais c’est aussi un risque : plus vous avez à changer de rapports et plus vous risquez d’en manquer un et de faire un surrégime… Voilà pourquoi il faut assurer aussi de ce côté-là et se contenter de quatre rapports.

— Je vois… Les pilotes vont se trainer avec une telle configuration !

— J’en ai déjà parlé à Attwood et il est partant pour n’avoir que le 4,5 L comme moteur. En revanche, il est plus réticent sur la boîte de vitesses…

— Ah, vous voyez !

Et Hans Herrmann, que dit-il ?

— Il n’est pas très causant lui. Mais je pense qu’il pilotera ce qu’on lui donnera sans trop poser de questions… En revanche, il a une revendication très ferme…

— À savoir ?

— Il veut pouvoir se retirer de la compétition en cas de victoire, tout simplement. S’il gagne, Le Mans sera sa dernière course.

— Rien que cela !

Il oublie un peu vite qu’il a un contrat avec moi jusqu’à la fin de l’année…

— Je crois qu’il est important de bien motiver vos pilotes et si Herrmann sait que sa « liberté » est au bout de cette victoire, il fera ce qu’il faut pour cela.

— Hum… Vous pouvez bien lui promettre n’importe quoi, ce n’est pas avec un mulet pareil qu’ils vont pouvoir gagner la course.

La négociation avec Piëch fut difficile, mais, à la fin, j’enlevai le morceau et il finit par me dire « je vous laisse la numéro 23, faites-en ce que vous voulez, mais la faute sera sur vous si elle termine dernière des prototypes ! »… J’ai ensuite été obligé d’user de beaucoup de persuasion pour convaincre Dick Attwood de se contenter de la boîte à quatre rapports… Et, pendant que la bagarre faisait rage pour la pole position entre la longue queue d’Elford et les meilleures Ferrari, ma numéro 23, elle, ne se classait que 15ème. Piëch me lança un regard ironique lorsqu’il consulta la feuille des temps et je dois avouer qu’à ce moment-là, je commençais moi aussi à douter du bien-fondé de ma stratégie « à coup sûr ».

La course débuta parfaitement pour Porsche : Elford était en tête devant Siffert et les Ferrari avait déjà perdu cinq 512S après seulement une heure !

Deux des voitures rouges avaient cassé leur moteur et trois autres avaient été impliquées dans un accident après Arnage. La pluie qui était annoncée commençait à tomber et Wyer perdit coup sur coup deux de ses 917 : Hailwood sortit de la route alors qu’il était encore en slicks, et Rodriguez grilla son moteur lorsque la turbine de refroidissement s’envola à Mulsanne. Après à peine trois heures de course, la situation était déjà bien éclaircie et beaucoup de favoris avaient disparu.

Alors que la pluie s’intensifiait, la nuit commençait à tomber lorsque la longue queue d’Elford rentrait à son stand pour un arrêt imprévu : le moteur avait un problème !

La voiture repartit, mais elle ne marchait plus aussi bien qu’au départ. L’équipage Siffert-Redman dominait de la tête et des épaules quand Jo Siffert loupa un changement de vitesse juste en passant devant les stands. Je crois que tout le monde dû entendre le hurlement du moteur à cause du surrégime qui en résulta… Siffert rentra aux stands le tour suivant avec un moteur qui crachait son huile, encore un de moins. Finalement, c’est ce vieux Renard de Jacky Ickx qui profita de la situation pour placer sa 512 survivante en tête. Le maître de la pluie semblait apprécier les conditions qui étaient en train de devenir dantesques. Du côté de ma chère numéro 23, les choses progressaient favorablement puisque Herrmann se retrouvait second derrière Ickx peu après minuit. Mais Hans, qui en avait vu d’autres, décrivait les conditions de piste en peu de mots : « je n’ose même pas passer la quatre dans la grande ligne droite, c’est dire ! ». Ickx, pour sa part, ne semblait pas vouloir ralentir sa cadence et il était en train de prendre une grosse avance… Jusqu’à ce qu’il se fasse piéger au freinage de la chicane Ford. La grosse Ferrari était détruite et un commissaire de piste avait même perdu la vie dans l’accident alors que Jacky était seulement bien secoué.

À partir de là, tout le monde comprit qu’il s’agissait d’une épreuve de survie. Les voitures se trainaient à cause de la pluie et, à certains endroits, on voyait même les 911 aller plus vite que les prototypes !

Finalement, au matin, la pluie se calma et l’autre 917 longue queue (celle de Martini avec Larrousse au volant) remontait progressivement jusqu’à la seconde place. Le triomphe de Porsche était complet puisque c’était une 908-2 L qui était solidement campée en troisième position devant les deux Ferrari 512S survivantes.

Herrmann et Attwood vainqueurs des 24 Heures du Mans 1970

Porsche gagnait enfin les 24 Heures du Mans après une course d’anthologie. Piëch était rayonnant et même Ferry était ému. Bott me fit un clin d’œil très significatif, car, en fait, c’est lui qui m’avait suggéré la configuration « super-safe » de la numéro 23. Après cette victoire, Piëch voulut me confier une autre mission : vendre son écurie Salzburg à Hans Dietier Dechent, qui avait réussi à se classer second avec la longue queue Martini que tout le monde appelait déjà « the hippy car » à cause de sa décoration psychédélique très réussie.

Documentaire sur l’histoire de la Porsche 917 (de 1969 à 1971), petite mise à jour…

En 2006 et 2007, j’ai eu envie de réaliser un documentaire vidéo en français sur l’histoire de la plus mythique de toutes les voitures de course : la Porsche 917. Voici ce documentaire découpé en six épisodes.

A l’époque, je n’avais pu le mettre en ligne sur YouTube car il y avait une contrainte de durée très limitative (hé, c’était il y a déjà dix ans et YouTube était encore tout récent…). J’avais donc d’abord publié ce documentaire sur Dailymotion… Mais, tout dernièrement, SpeedgeRacing a mis en ligne ceci :

Et je me suis rendu compte qu’il était peut-être temps de faire ce que je n’avais pas faire à l’époque : mettre ce documentaire sur YouTube, enfin !

Allez, en prime, je vous met aussi le « best of » qui approche doucement mais sûrement des 200 000 vues !

Ah cette 917, quelle voiture tout de même !
J’ai eu le plaisir et le privilège de faire un tour dedans à Dijon en 2009…

à bord d'une vraie 917 !

Mon livre « Freedom Machine » disponible en seconde édition !

Encore une mise à jour !

Cette fois, c’est mon livre sur la moto, « Freedom Machine, la moto rend jeune » qui a droit à son lifting… Une seconde édition importante puisqu’on passe de 240 à 360 pages !

Retrouvez les détails de cet ouvrage sur son site dédié à freedom-machine.fr

Une bonne image vaut mille mots… Alors, je vous en offre deux !

La connaissance et la compétence sont les clés de notre monde, hier comme aujourd’hui et sûrement comme demain…

Allez, deux exemples (hilarants en plus !) pour illustrer cette profonde sagesse, en images svp.

Le personnage bedonnant de cette « illustration », c’est Flavio Briatore… Pas exactement Casanova ni Roméo, hein !

Cette image prête à sourire mais je trouve que c’est un bon résumé de la situation actuelle : comme les gens ne savent pas « lire », les dirigeants peuvent faire n’importe quoi… Et ils ne s’en privent pas !