Très bonne interview de Yann Gourvennec sur “Vers l’informatique raisonnée”…

Yann Gourvennec vient de publier une très bonne interview réalisée ensemble à propos de mon dernier livre “Vers l’informatique raisonnée”… Je vous recommande de l’écouter ici : Grands projets : une informatique raisonnée pour mettre fin au « gâchis ».

Vidéo de présentation de mon nouveau livre “Vers l’informatique raisonnée”…

Faut sourire Lefebvre !

==== Les témoignages des premiers lecteurs ==

Le livre décrit avec simplicité ce que devrait être la frugalité dans l’informatique. Une approche pragmatique et qui tient du bon sens. Je me suis retrouvé personnellement confronté à des situations décrites dans le livre. Les status “ne sera pas implémenté” ou “fonction équivalente existante” ont été difficile a défendre par mes équipes lors des comités produits mais nous apportent ainsi qu’à nos clients quotidiennement le meilleur.

Un livre qui présente une vision claire, avec des explications limpides pour un objectif précis.  L’auteur s’est conformé dans son écriture à ce qu’il conseille en informatique.

====

C’est un ouvrage très accessible, à dévorer en quelques heures de lecture par toute personne ayant un contact avec les outils informatiques au sein d’une entreprise. Les idées exposées dans ce livre ont conforté mes convictions, élaborées au regard de mon expérience et de ma volonté de rester sur des principes sains, réalistes et se fondant sur le bon sens.<br>

J’ai particulièrement apprécié l’ouverture et l’analyse exposée au sein du chapitre 5 notamment sur la loi de Moore et l’IA.

Enfin, je ne verrai plus dorénavant le shadow IT uniquement comme un risque (par exemple, la perte de données liée à l’hébergement sur un PC basique sous un bureau, d’une base de donnée devenue au fil du temps critique …), mais aussi comme une réelle opportunité de capitaliser sur une réflexion métier concrète, modélisée dans une application à sécuriser et à professionnaliser au bénéfice des utilisateurs.

Avec Redsen, nous organisons un webinaire sur “l’informatique raisonnée” le 25 septembre prochain… inscrivez-vous via ce formulaire !

Un nouveau livre : vers l’informatique raisonnée

C’est toujours un grand plaisir et une intense satisfaction que de dévoiler un livre sur lequel on a travaillé pendant des mois !

Cette fois, je peux même dire que ça fait des années puisque cette idée de concept (proposer une nouvelle approche de l’informatique en entreprise, l’informatique raisonnée) m’est venu dès 2005 mais j’ai mis un peu de temps à la concrétiser…

Un cap, pas une destination…

Mais cette fois, ça y est : je peux enfin dévoiler ce concept qui m’est cher et qui, en quelques sortes, récapitule tout ce pour quoi j’ai milité tout le long de ma carrière professionnelle. En gros, l’informatique raisonnée, c’est mettre fin au gâchis qui caractérise trop souvent l’informatique professionnelle. Voici le texte de présentation du livre :

Avec les évolutions qu’a connues notre informatique professionnelle ces vingt dernières années, les pionniers des années soixante auraient du mal à la reconnaître !
À tel point qu’on emploie de moins en moins le mot “informatique” lui-même, un glissement sémantique significatif. Mais justement, si on dresse un bilan de l’informatique professionnelle à ce jour, il va être sévère : en effet, le niveau de frustration et de rejet des organisations vis-à-vis de cette ressource essentielle est dû aux errements de ces dernières décennies qu’il devient désormais impossible de dissimuler. Entre des projets de développement d’applications en interne qui échouent trop souvent, un héritage (legacy systems) et une dette technique écrasante (mainframes, ERP), cela fait effectivement beaucoup.
Heureusement, pour sortir de ces impasses et de ces ornières, j’ai un concept à vous proposer : l’informatique raisonnée.L’informatique raisonnée vous offre une démarche qui s’appuie sur des principes simples et bénéfiques. Cette démarche va vous permettre de reprendre la main sur la ressource informatique de façon sereine et durable.J’ai mené la rédaction de ce livre tambour battant !
Des chapitres courts, incisifs qui vont directement au cœur du problème sans s’égarer en circonvolutions inutiles. Le but n’étant pas de délivrer un traité académique exhaustif, mais, de façon plus utile à tous, de faire le point sur une question sérieuse qui va conditionner une bonne partie de notre (nous, les professionnels) pratique future de l’informatique.Les trois premiers chapitres sont consacrés au bilan de ces dernières décennies, le “pourquoi faut-il changer” en clair. Le 4e chapitre est le cœur de cet ouvrage, c’est le “avec quoi” on peut et on doit changer pour prendre enfin le bon cap en matière d’informatique pour les organisations. Si vous êtes pressés, vous pouvez commencer par ce chapitre, mais s’il vous reste un doute sur la nécessité de rompre avec les pratiques habituelles, le reste du livre s’avérera une lecture édifiante…

La couverture du livre.

J’ai commencé à exposer ce concept dans différentes chroniques :

http://www.jouvenot.com/vers-linformatique-raisonnee/

https://www.redsen-consulting.com/fr/inspired/tendances-decryptees/vers-une-informatique-raisonnee

Mes articles sur le blog de Bertrand Jouvenot…

Depuis quelques mois, je publie régulièrement sur le blog de Bertrand Jouvenot à l’invitation de ce dernier.

Je vous encourage donc à retrouver ces articles :

L’accélération digitale est la nouvelle pensée unique

Le politiquement correct et l’infantilisation

Taisez-vous !

Illustration de l’article “Taisez-vous”…

Une photo saisissante !

Pour une fois, je vais vous évoquer une photo que j’ai prise en avril 2018 en Floride. Il s’agit d’un faucon qui est en train de dévorer un pigeon au-dessus d’un cours de tennis.

Ce qui est intéressant, c’est le regard que lance l’animal à l’objectif de la caméra. Il est tout à la fois inquiet et interrogatif : que me veux-tu ?

La photo en plan large pour situer le contexte…
La même en plan serré pour focaliser sur le regard du faucon…

J’étais en train de filmer mon jeune fils jouant au tennis avec son coach lorsque mon attention a été attirée par du sang qui tombait du ciel !

Intrigué, j’ai voulu savoir d’où ça venait et j’ai remarqué qu’un rapace était perché au-dessus de nous. J’ai donc dirigé mon drone vers lui et j’ai pris cette image. Je ne l’ai pas dérangé plus que cela et j’ai ensuite continué à filmer mon fils avec son entraineur.

D’autres confirment mes dires.

Il y a une quinzaine de jours, je vous incitais à écouter Michel Onfray dans une remarquable vidéo réalisée par Thinkerview (bravo à eux !) => http://www.alain-lefebvre.com/un-souffle-dair-frais-sur-une-epoque-marquee-par-le-cretinisme-ambiant/

Si ce n’est pas déjà fait, allez écouter Onfray dans cette vidéo : ce qu’il dit est juste et parfois tragique. Il lui arrive de déraper un peu mais l’essentiel est bon. Comme on pouvait s’y attendre, j’air recommandé cette vidéo à mes amis et voici la réponse de l’un de ceux-ci. Je reproduis son message Verbatim et In-extenso… à vous de juger :

Salut Alain

J’ai pu voir la vidéo de Onfray (c’était sur ma boite pro et donc ça a du attendre mon retour au bureau)

Comme quasiment tjs avec lui on ne peut que être d’accord avec ce qu’il dit, à qq nuances près.

Mais en tout cas son analyse de la dérive « transhumaniste » de la société actuelle est un avis que je partage totalement. De toute façon, de manière générale on va dire que la société occidentale néo libérale (en dérégulation totale) est prête à tout, du moment que ça se marchande. Ça peut toucher n’importe quel pan de ce qu’on appelle l’éthique, ils s’en foutent. Donc là dedans tu peux tout mettre, des expériences génétiques jusqu’au migrations forcées de population en passant par un flot de débilités sur les médias. TOUT doit se vendre.

Autre chose que j’aime assez dans son discours, la dictature du j’adore ou je déteste. Pouce levé ou baissé. C’est exactement le ressenti que j’ai depuis qq années, et même dans la sphère privée ! en discussion avec des amis ou autre, le débat n’est plus possible, c’est soit tu es 1 soit tu es 0. Evidemment c’est pain béni pour diriger les gens, le clivage ya rien de tel !

Ça rejoint qqch qu’il dit et que j’approuve à 100% : le cas Lepen, alors c’est une fasciste horrible dangereuse, mais on la laisse avoir un parti et passer au 2eme tour des élections, on la laisse avoir des conseils municipaux ? le pire c’est que les gens ça ne les dérange pas. D’un côté on autorise un parti, les élections etc et de l’autre on te brandit le carton rouge du vote fasciste Lepen…. C’est un exemple typique de l’absence de raison dans les esprits actuels….

Autre point intéressant et qui fait écho à un une idée qui m’est venu en regardant un assez bon reportage (et oui sur ARTE J) concernant la renaissance. Tu as un monde médiéval débile, obscure, violent, inculte, inquisiteur, dévot etc etc  d’un côté et de l’autre l’empire Bysantin, seul vestige de l’empire romain mais d’un niveau culturel et technique bien supérieur.

Constantinople tombe, commence la renaissance des débiles de l’occident, qui retrouve des tas de bouquins, oubliés depuis des lustres.

Et la renaissance est marquée par un élément clé : l’homme est vu comme un quasi égal de dieu. Il n’est plus une pauvre âme damnée et en repentance perpétuelle comme le voulait l’église.

Effervescence mondiale du coup, des progrès incroyables dans tous les domaines, on peut dire une période d’élévation de l’humanité. Tout ça pour dire que je trouve que notre période actuelle ressemble bcp au moyen age : vaseux, inculte, violent, replié sur lui-même, obscurantiste et dans lequel l’homme doit s’excuser de tout, en auto flagellation permanente (l’homme occidental).

 On avait d’ailleurs déjà relevé toi et moi cette baisse de niveau générale qui depuis 10 ans ne fait que continuer. Baisse de niveau pas seulement scolaire. Vraiment générale.

Un exemple de preuve ? Bachelot ministre ENCORE !

Bref, j’ai pas regardé en entier j’avoue que c’est long et j’ai décroché. Je me ferais la fin une autre fois.

Et je pense m’intéresser du coup à son journal. Ça peut être pas mal. A voir.

En tout cas il est assez pessimiste je trouve. Comme moi d’ailleurs. On constate. On subit. Et la seule chose à faire : résister dans son coin et sauver le peu de dignité qui reste.

Tout est dit. On vit une époque tragique… verra-t-on le rebond ?

Fin de partie pour les laptop Toshiba

Je viens d’apprendre que Toshiba se retirait du marché des ordinateurs portables, un secteur que la firme japonaise a pratiquement créé !

https://siecledigital.fr/2020/08/10/toshiba-quitte-marche-pc-portable/

Voilà comment se termine 35 ans de présence sur ce marché que Toshiba a dominé pendant une certaine période (en particulier les années 90).

Le TS4400SX qu’on voit sur la photo ci-dessous…
En 1993, j’ai rédigé mon tout premier livre (“Architecture Client-serveur” publié chez Armand Colin) sur un Toshiba TS4400SX justement… Une excellente machine, pour l’époque !

Adieu à mon vieux Tosh et merci à lui : c’est en partie grâce à cette machine que je continue à écrire encore aujourd’hui !

Un nouveau livre : FUSAC

Je viens de publier un tout nouveau récit sur lequel je travaillais depuis des mois. Je suis particulièrement content de l’avoir achevé car, cette fois, j’ai voulu franchir un palier en matière de description. Pour ceux et celles qui me lisent, vous savez que mon style est assez pauvre en description, tout simplement parce que j’ai horreur des descriptions trop longues chez les autres auteurs… Mais il fallait trouver un juste milieu entre trop de descriptions et trop peu. C’est justement pour progresser sur ce plan que j’ai soigné la forme de cette nouvelle fiction.

Il s’agit d’une histoire d’argent. Un “ménage à trois” entre la banque Rinaldi qui arrange les fusions-acquisitions (d’où le titre…) du groupe ARMT et de sa nouvelle cible, la société Safico qui oeuvre dans le domaine de l’informatique. Le récit présente les turpitudes et les péripéties qui émaillent ce rapprochement… Je vous laisse découvrir le reste !

Comme d’habitude, le livre est disponible sur Amazon, tant en version papier que numérique.

Mon style de couverture habituel…

Un souffle d’air frais sur une époque marquée par le crétinisme ambiant

Vous voulez savoir où on en est en tant que nation, en tant que peuple, en tant que civilisation ?

Simple, écoutez donc Michel Onfray, un souffle d’air frais sur une époque marquée par le crétinisme ambiant (encouragé et diffusé par par tous les médias…).

Ecoutez-le, on a l’état réel de la France à ce jour (et c’est assez déprimant). C’est rare que je sois 100% d’accord avec un analyste connu mais là, je dois avouer que c’est le cas.

Oui, il a l’air sûr de lui, oui, il croit connaitre tous les sujets mais passons tout cela et écoutons-le vraiment…

Bon, 100% d’accord 100% du temps des plus de deux heures de cette “interview” (il faut reconnaître que les questions posées sont rares…) ?

Non, tout de même pas mais au moins les trente premières minutes. Après, quelquefois, ça dérape un peu, effectivement. Mais tout de même, chapeau maestro !

L’illusion technologique vue par mon fils de douze ans

Mon dernier fils vient d’avoir douze ans et il ne mâche pas ses mots !

Voici un article qu’il vient d’écrire et que je publie sur mon blog (à 12 ans, il n’a pas encore le droit d’avoir un compte FB à lui…). Croyez-le ou non, je n’ai rien modifié à son texte sinon des corrections d’orthographe (mais il reste encore des fautes, n’étant pas moi-même irréprochable en la matière…) et de la ponctuation.

Certaines de ses phrases sont presque comme des copier/coller puisés dans certains de mes articles mais je sais qu’il ne l’a pas fait car je l’ai vu rédiger son article (sur le portable Linux qu’il utilise régulièrement). Bref, je vous laisse apprécier sa position verbatim.

L’illusion de l’accélération technologique

Bon, je vous vois venir, vous allez me dire que “c’est pas vrai, regarde autour de toi, la technologie s’accélère, tu dit n’importe-quoi..”.

Et je suis là pour vous contredire. Si vous êtes prêt à écouter, je démarre.

Les médias

C’est eux, les marionnettistes, qui tirent sur les ficelles du monde. S’ils disent que “Ça, c’est pas bien”, tout le monde les suit.

Même si le lendemain, ils disent absolument l’inverse, tout le monde va quand même les suivre. Donc, ils ont le contrôle du monde. Eux, pas le gouvernement. 

Bref, ils ont excités tout le monde avec l’IA, le Machine Learning, etc. Et le pire, c’est que, après que tout échoue, ça ne leur retombe PAS dessus. Ils bourrent le monde entiers avec des fausses victoires, des faux miracles, et j’en passe encore, sans jamais perdre leurs crédibilité. Et c’est vrai pour tous les médias, plateaux télé, radio, journaux, réseaux sociaux, etc.

Les faux “spécialistes”

“Les quoi ?”, vous diraient n’importe quel idiot;

Ce sont des escrocs payés par les médias (ou le gouvernement) avec une belle étiquette de “spécialiste” pour dire soit une vérité erroné, ou des des phrases quelconques positives, en faveurs de leur payeurs. Le bon moyen d’identifier ce genre d’escrocs, c’est de lui demander la définition d’un terme connue de son domaine, sur lequel on connaît peu de choses, et vous verrez que cet imbécile vous répondra n’importe quoi.

Les recherches

Ce qui, d’après les médias “font avancer nos connaissance”.

Or, un chercheur ne vous amènera pas toujours (presque jamais en vérité !) des résultats, comme disait De Gaulle : “Des chercheurs qui cherchent, on en trouve, des chercheurs qui trouvent, on en cherche.”

Explication : un chercheur qui, par exemple, cherche à fabriquer de l’or à partir de plomb.

Il peut emballer un bloc de plomb dans un film d’aluminium, pour “voir ce que ça fait”, constater que ça ne se transforme pas en or (ni en rien du tout, d’ailleurs !) et en conclure que pour fabriquer de l’or à partir de plomb, emballer du plomb dans de l’alu, ça ne marche pas. Il va publier ce crachat de mots, et récupérer son salaire.

Si ça marche pas, on injecte plus de moyens, non ?

Oui, mais… non, ça ne marche pas comme ça. Sinon, on en saurait plus sur l’ADN, on aurait trouvé le bon moyen de produire de l’énergie sans carbonisé la planète (sans jeux de mot).

Le problème ne réside pas dans les moyens qu’on injecte dans une recherche, ni la compétence des chercheurs, non, c’est une question de proportionnalité de travail/salaire;

Je m’explique, j’ai démontré, dans le paragraphe précédent, qu’un chercheur pouvait tout simplement RIEN faire, mais quand même ramasser son salaire. Le problème est dans la valeur ajouté du travail supplémentaire, le chercheur, même si il travaille dur, il trouve une piste, et finalise sa recherche, il gagnera exactement la même somme que son collègue, qui n’aura RIEN fait. Donc, il faudrait que le salaire soit proportionnel au travail accomplie. Ce qui, malheureusement, dans la presque totalité des recherches publique, n’est absolument pas le cas.

Résultats

Comme je l’ai dit au début, le monde veut des résultats, ou des réponse.

Or, le problème, c’est que les médias se sont vite aperçues que, des résultats, bah, y en a pas, ou alors, ils sont super négatifs. Les médias ont deux choix, soit ils mentent, soit ils disent que l’étude n’a pas encore aboutie, pour mentir plus tard.

Guerre, ou pas guerre ?

Certains disent que les grands développements scientifiques se font en temps de guerre, ou guerre froide. C’est vrai, mais que dans un domaine : Le militaire. Tout le reste, est en pause pendant la guerre. Vous croyez qu’on a inventé les fraises tagada pendant la guerre ? Non, toute les industries sont en PLS pendant la guerre, c’est pire que le confinement.

Preuves qu’on avance pas.

Dans tout l’histoire de l’humanité, nous avons explorées 5% de nos océans. Nous n’avons mis le pied sur QU’UN autre astre astre que la Terre (la Lune). On ne sait TOUJOURS pas comment soigner le cancer. On ne sait pas réagir DU TOUT face à une épidémie.

Conclusion

  1. La science n’avance pas, c’est presque comme si on perdait des connaissances.
  2. Le développement scientifique et technologique avance à reculons et ne s’accélère pas du tout (ou si, mais à l’envers).
  3. Les médias mentent (quelle surprise !).
  4. Le gouvernement est aveugle.

Mes lectures du moment

En ce moment, je suis en train de lire 4 livres à la fois : deux biographies sur Lauda (dont une autobio, toutes les deux en anglais) et deux romans sur l’informatique (du même auteur, en anglais).

Lauda par lui-même.
La bio de Lauda par Maurice Hamilton

Alors, les deux bio sur le célèbre champion autrichiens sont bien différentes : l’autobio n’est qu’une réédition à peine enrichie de celle que Niki avait déjà publié à la fin des années 80 (et qui était disponible en français d’ailleurs). Si vous ne l’aviez pas lu, ça vaut le coup mais pas dans mon cas : je l’avais déjà lu à l’époque (j’ai toujours tout lu à son sujet et c’est le seul pour lequel j’ai fait cela) et cette nouvelle édition n’apporte rien.

En revanche, celle de Maurice Hamilton est bien plus complète et très bien écrite, je la recommande.

The Phoenix Project, un roman sur le devops, oui !
The Unicorn Project, un autre roman informatique du même auteur…

Je vous recommande la lecture de ces deux romans, du même auteur, qui traitent de la réalité du développement et de l’exploitation informatique dans une entreprise fictive. C’est très bien écrit et on peut dire que c’est du vécu à chaque ligne !

Les 24 heures du Mans virtuelles, le grand moment du SimRacing ?

Le Week-End dernier, nous avons eu les 24H du Mans virtuelles (mais organisées par le WEC et l’ACO, quand même !) en lieu et place des 24H du Mans réelles qui elles sont repoussées en septembre (comme en 1968…). Cet événement a réuni 200 pilotes de 37 pays différents, en compétition sur 170 simulateurs dans le monde entier, ainsi que 50 voitures engagées (30 LMP et 20 GTE) sur le mythique circuit français des 24 Heures du Mans.

Pour l’avénement final du SimRacing, c’était un événement énorme et qui a tenu (au moins) une partie de ses promesses. Avant de dire ce qu’il faut encore améliorer pour que le SimRacing reçoive pour de bon ses “lettres de noblesse”, voyons déjà comment la course elle-même s’est déroulée.
Pour cela, j’ai eu recours à un article de Motorsport Magazine que j’ai simplement traduit et adapté…

Source de l’image https://www.endurance-info.com/fr/24h-du-mans-virtuelles-un-evenement-qui-fera-date/

Rebellion Williams Esports remporte les 24 Heures Virtuelles du Mans

Source https://www.motorsportmagazine.com/articles/e-sports/rebellion-williams-esports-wins-virtual-le-mans-24-hours

Après 371 tours de course en ligne, La rébellion Williams Esports a terminé en troisième place aux 24 Heures Virtuelles du Mans après 24 heures d’action intense de 200 pilotes à travers le monde.

Une erreur de la voiture No4 de ByKolles dans les premières secondes de la course s’est avérée être sa défaite un jour plus tard, avec la pénalité pour un départ rapide donnant effectivement la victoire à la voiture no1 Rebellion Williams.

La course a commencé avec Tom Dillman de ByKolles en tête du peloton, mais il est allé trop vite pour les directeurs de course. Le poleman a reçu une pénalité de drive-through dans la première heure de course pour avoir été réputé avoir sauté le départ. Ce fut l’erreur de perdre la course.

Fernando Alonso a été le prochain pilote à commettre une erreur après avoir commencé la course pour l’équipe Alonso-Rubens Barrichello LMP2. Le double champion a percuté le trafic GTE sous la forme de Simone de Silverstro. Le contact a mérité un drive-through, mais ce n’était que le début des problèmes de l’Espagnol.

Suite à un problème technique, son arrêt pour carburant a été annulé par la pénalité, entraînant un arrêt en piste en raison d’un réservoir vide.

Un drapeau rouge a rapidement interrompu temporairement la course tandis que les serveurs étaient réinitialisés avec un quart de la course dans les livres, permettant à la voiture n ° 14 de reprendre le jeu, six tours plus tard.

La pause d’une demi-heure est terminée et la course reprend avec le coucher du soleil et certains pilotes peinent à s’adapter aux conditions par rapport aux relais précédents. Katherine Legge était une conductrice rattrapée, attrapant l’herbe à l’entrée de la deuxième chicane Ralentisseur. Sa rentrée aveugle sur la piste a provoqué un contact avec l’équipe Romain Grosjean Corvette, ce qui a valu à Legge une pénalité en conséquence.

L’équipe Ferrari de Charles Leclerc était le prochain nom de F1 à avoir des ennuis. Reprenant les fonctions de conduite pour son deuxième relais, un pépin a provoqué le basculement aléatoire de sa 488 GTE, nécessitant un travail de réparation.

Simon Pagenaud a dû réagir rapidement après avoir lui-même subi une panne de roue sur la bonne voie. Sa plate-forme principale a développé un problème et le Français a pu arrêter sa voiture Penske LMP2, échanger sa roue avec une plate-forme de secours empruntée à un ami pour se rebrancher et reprendre la course en quelques minutes.

Max Verstappen était un autre nom majeur qui devait être affecté par des problèmes techniques. Avec sa voiture Team Redline no20, un solide concurrent en tête alors que les heures passaient dans la nuit, un bref problème a entraîné un accident aux Porsche Curves. Après avoir récupéré aux stands, un autre problème signifiait la retraite de l’équipe qui comprenait Lando Norris.

Le deuxième drapeau rouge de la course, alors que la matinée se déroulait, a supprimé l’avance considérable accumulée par l’équipe n ° 1 de Rebellion Williams. La voiture no1 Louis Deletraz / Raffaele Marciello / Nikodem Wisniewski / Kuba Brzezinski avait été une équipe de tête dans la catégorie LMP2 tout au long de la course et, au redémarrage, elle a pu s’étirer en premier.

Avec d’autres voitures GTE en difficulté, il a laissé la Porsche n ° 93 conduite par Nick Tandy / Ayhancan Guven / Joshua Rogers / Tommy Ostgaard pour mener sans conteste.

Les dernières heures ont rapidement tourné court avec les voitures Rebellion Williams n ° 1 et n ° 13 qui se battaient contre les ByKolles n ° 4 en tant que seules voitures LMP2 dans le tour de tête et séparées par moins de 30 secondes avant la dernière heure.

Les pros de l’esport ont pris en charge les fonctions de conduite avant les dernières étapes de la course et Jernej Simoncic volant dans la voiture ByKolles et clôturant le leader sur une contre-stratégie. Alors qu’il restait 37 minutes, les deux voitures de Rebellion Esports ont piégé pour prendre le carburant pour le sprint final jusqu’au bout, remettant la tête à ByKolles avant que la voiture no4 ne réponde un tour plus tard.

La question s’est alors posée de savoir si les voitures Rebellion Williams pouvaient économiser suffisamment de carburant pour atteindre le drapeau tandis que la voiture no4 les chassait.

Simoncic a dû travailler pour la deuxième mais avec 22 minutes à faire, il a forcé Michael Romanidis dans la rébellion Williams n ° 13 à faire une erreur à Dunlop pour prendre la position.

Romanidis s’est échappé par le même tour, en passant par Simoncic, mais les ByKolles ont repoussé les courbes de la Porsche dans un superbe mouvement pour regagner la deuxième place avec 23 secondes pour rattraper le leader.

Au final, cela s’est avéré trop difficile à surmonter dans le peu de temps restant, car Nikodem Wisniewski a vu les tours restants sans aucun problème pour réclamer les 24 Heures Virtuelles du Mans dans la voiture no1.

La Porsche n ° 93 a remporté la victoire dans la catégorie GTE 50 ans après la première victoire de Porsche au Mans. La voiture no95 d’Aston Martin, conduite par Nicki Thiim, Richard Westbrook, Lasse Sorensen et Manuel Biancolilla, a pris la deuxième place avec Daniel Juncadella, Mathias Beche, Erhan Jajovski et Risto Kappet prenant la troisième place pour l’équipe Corvette de Romain Grosjean.

Un bon résumé en image de cette course…

Voilà, je reprend la main ici…

Il y a eu des moments forts comme celui-ci => https://www.endurance-info.com/fr/24h-virtuelles-signatech-alpine-pousse-volontairement-cool-racing-video/

Belle solidarité entre équipes, c’est à souligner !

La diffusion de cette course semble avoir été un immense succès car des chiffres sont désormais disponible : la première édition des 24 Heures du Mans virtuelles aurait généré 63 millions d’impressions à travers toutes les plates-formes, dont 14 millions de vues pour la diffusion de la course et 8,6 millions de vues en ligne (voir aussi à https://www.endurance-info.com/fr/la-face-cachee-des-24h-du-mans-virtuelles/).

63 millions… Le tout, c’est d’y croire !

Certains médias parlent de chiffres fabuleux : Une énorme audience cumulée de plus de 14,2 millions a pleinement profité de 25 heures de spectacle dans 57 pays différents sur les grandes chaînes télé internationales comme Eurosport, ESPN, Sky Sports et J-Sports. S’ajoutent près de 49 millions d’impressions cumulées sur les réseaux sociaux, atteignant des chiffres bien au-delà de tous les précédents records du championnat.

Les éléments où le SimRacing doit encore progresser…

Cette course a aussi mit en exergue les domaines où le SimRacing doit encore progresser. Deux crash de serveurs, c’est au moins un de trop. Cela illustre également que, pour le moment, aucune plateforme de simulation n’est assez fiable et résiliante pour vraiment supporter un événement de cette ampleur.

Ensuite, on a vu les pilotes utiliser largement la piste dans toute sa largeur, toute sa largeur alors que, “en vrai”, les pilotes ne feraient jamais cela (les bords de piste sont sales et y rouler augmente les risques de crevaison…). Une fois de plus, on voit que les simulations actuelles sont encore perfectibles dans ce niveau de détails. Mais c’est justement dans les 20% qui restent à simuler que se situe toute la difficulté : important pour le réalisme, ils sont aussi “difficiles à vendre” et donc jamais traités en priorité.

Un avenir potentiellement énorme

Ceci dit, cet événement a contribué à faire connaitre le SimRacing avec une image positive. Cela rattrape au moins en partie les pénibles comédies qu’on a pu voir dernièrement avec les événements virtuels très mal organisés (en particulier la course de F1 à Monaco).

La prochaine ère de l’IT ? Une pause !

N’en déplaise aux chantres de la “transformation digitale” (punaise, y en a vraiment marre d’utiliser cette expression !), la prochaine ère de l’IT ne sera PAS orchestrée par les développements fabuleux de l’IA ni par les possibilités formidables de la Blockchain (vous avez remarqué ? On en parle moins en ce moment et c’est pas dommage !).

Non, la prochaine ère de l’IT, c’est de faire une pause, tout simplement.

Oui, notez bien la date et retenez que c’est moi qui vous l’annonce car, pour une fois, la prochaine mode, c’est de calmer tout cela et de se concentrer sur des projets concrets, pratiques, les deux pieds bien ancrés au sol.

Mais qu’est-ce qui me permet de faire une prédiction aussi audacieuse ?

Eh bien, deux éléments. 1- Le machine learning affiche ses limites et 2-la loi de Moore est en train de s’effacer…

Fin de partie pour l’IA, winter is coming

Tout d’abord, le hype autour de l’IA dopée au machine learning est enfin en train de se calmer. C’est The Economist qui vient de siffler la fin de partie avec un dossier spécial consacré : après des années de battage médiatique, beaucoup de gens pensent que l’IA n’a pas réussi à délivrer des résultats à la hauteur des promesses (voir à https://www.economist.com/technology-quarterly/2020/06/11/an-understanding-of-ais-limitations-is-starting-to-sink-in).

Source https://www.economist.com/technology-quarterly/2020/06/11/an-understanding-of-ais-limitations-is-starting-to-sink-in

Je ne suis pas surpris puisque ça fait des années que je l’annonce (voir à http://www.alain-lefebvre.com/avenir-de-lia-lhypothese-85/). Ce qui a été surprenant, c’était de voir que, pendant longtemps, nous étions peu à le dire. Maintenant que The Economist vient de publier ce dossier, le hype en matière d’IA va forcément s’atténuer fortement, enfin !

Vous n’êtes pas obligé de me croire mais, en revanche, vous pouvez lire le dossier de The Economist fort bien fait…

Fin de partie pour la loi de Moore

Le NYT en parlait dès 2016 : la loi de Moore qui s’est vérifiée pendant des décennies est en train de s’effacer (lire à https://www.nytimes.com/2016/05/05/technology/moores-law-running-out-of-room-tech-looks-for-a-successor.html).

Gordon Moore, fondateur d’Intel, a observé en 1965 que le nombre de composants pouvant être gravés à la surface d’une tranche de silicium doublait à intervalles réguliers et le ferait dans un avenir prévisible – une idée connue sous le nom de loi de Moore.
Source https://www.nytimes.com/2016/05/05/technology/moores-law-running-out-of-room-tech-looks-for-a-successor.html

En fait, c’est plus important qu’il n’y paraît car, qu’on le veuille ou non, qu’on y croit ou pas, les vrais progrès de l’industrie informatique reposent surtout sur la croissance continue (jusqu’à maintenant) de la capacité de traitement et de stockage. 

Pour prendre une analogie, on peut comparer ce domaine (l’informatique) à un grand plan d’eau qui s’étendrait toujours plus en superficie mais resterait peu profond, même en son centre. La surface toujours en expansion représenterait la progression des capacités de traitement (et de stockage) qui ne cesse de progresser (et c’est cette progression qui donne l’impression d’une évolution sans frein) et la profondeur serait à l’image des fonctionnalités qui elles restent très limitées.

Si la loi de Moore est en train de finalement heurter un mur, c’est tout simplement le principal moteur du progrès technique qui est stoppé. Or, pour reparler du machine learning, on s’est vite aperçu que l’entraînement de ces systèmes demandait beaucoup de ressources (vraiment beaucoup) et de plus en plus. 

Voyons cet extrait de The Economist (source https://www.economist.com/technology-quarterly/2020/06/11/the-cost-of-training-machines-is-becoming-a-problem) pour situer les choses :

===

Openai, une firme de recherche basée en Californie, a déclaré que la demande de puissance de traitement avait décollé en 2012, alors que l’excitation autour de l’apprentissage automatique commençait à monter. Elle s’est fortement accélérée. En 2018, la puissance informatique utilisée pour former les grands modèles avait été multipliée par 300000 et doublait tous les trois mois et demi (voir graphique). Il devrait savoir – pour entraîner son propre système «Openai Five», conçu pour battre les humains à «Defense of the Ancients 2», un jeu vidéo populaire, il a mis à l’échelle l’apprentissage automatique «à des niveaux sans précédent», exécutant des milliers de processus sans arrêt pendant plus de dix mois.

Source https://www.economist.com/technology-quarterly/2020/06/11/the-cost-of-training-machines-is-becoming-a-problem

Des chiffres exacts sur le niveau de ces coûts sont rares. Mais un article publié en 2019 par des chercheurs de l’Université du Massachusetts à Amherst a estimé que la formation d’une version de «Transformer», un autre grand modèle de langage, pourrait coûter jusqu’à 3 millions de dollars. Jérôme Pesenti, responsable de l’IA sur Facebook, explique qu’une session de formation pour les plus grands modèles peut coûter «des millions de dollars» en consommation d’électricité.

===

La progression de cette exigence dépasse de beaucoup ce que la loi de Moore était capable de compenser en temps normal… Et, désormais, elle ralentit. Vous voyez la collision des situations qui est en train de se dessiner ?

Bref, tout cela nous indique fortement qu’une pause est en train de s’installer. Il faut dire que la crise du Covid19 avait déjà ridiculisé (provisoirement ?) tous les tenants du transhumanisme et de l’immortalité. Cette fois, c’est la pause à venir qui va disqualifier les consultants en mal d’audience qui poussent encore et toujours la “transformation digitale” faute d’avoir quelque chose à dire… Tant mieux, qu’ils se recyclent sur autre chose.

Des romans sur le devops, oui !

Je vous recommande la lecture de deux romans, du même auteur, qui traitent de la réalité du développement et de l’exploitation informatique dans une entreprise fictive. C’est très bien écrit et on peut dire que c’est du vécu à chaque ligne !

The Phoenix Project, un roman sur le devops, oui !
The Unicorn Project, un autre roman informatique du même auteur…

Documentaire sur la Formule E

La formule E est un sujet qui divise les amateurs de sport-auto : certains détestent (ce sont des gros kart sans intérêt, le sport-auto, ça n’est pas ça !) et d’autres adorent (les pilotes vont au contact, il y a des bagarres, des dépassements, ça change de la F1).

Je dois dire que je fais plutôt partie des seconds… Je vous propose de vous faire votre propre avis grâce à ce documentaire très bien réalisé (et dont le français Jean-Eric Vergne ne sort pas grandit !) : And we go green!

Un documentaire très complet sur le sujet…

Pourquoi écrire votre autobiographie est bon pour vous…

Depuis quelques mois, j’écris mon autobiographie à la demande de mes fils. Je le fais très sérieusement en commençant par le début. Bien entendu, ça n’est pas destiné à être publié. Je le fais uniquement à titre privé pour transmettre quelque chose de mon parcours à ma descendance comme on dit. Ceci dit, je m’aperçois que cet exercice a bien des vertus. Pour commencer, il vous oblige à revenir sur votre parcours, à l’analyser, a essayer de le comprendre en fait. Mais c’est aussi l’occasion d’avoir un autre regard sur les époques que l’on a traversé.

Certes, une autobiographie c’est pour parler de soi, mais rien n’empêche d’en profiter pour faire un peu d’analyse sociétale et de dire, principalement pour mes fils, comment c’était “avant”…

Je conçois tout à fait combien ce genre d’ouvrage peut paraître être prétentieux quand on est pas soi-même une célébrité. Mais après tout, pourquoi donc ce type d’exercice serait-il réservé aux personnages célèbres ? 

Je conçois aussi que cette écriture peut-être considéré comme intimidante voir inaccessible et c’est justement pour ça que je vous en parle aujourd’hui déjà. Si on fait ça à titre privé, inutile de se soucier du regard des autres. Après tout votre récit n’est destiné qu’aux yeux des gens qui vous connaissent et qui, espérons-le, vous apprécient. Donc, laissons-là la timidité bien connue vis-à-vis de l’éventuelle page(s) blanche(s). Je suis certain que vous aurez bien des choses à raconter et je suis également certain que cela va intéresser vos proches.

Car, combien de fois constate-t’on que les enfants ne savent finalement pas grand-chose sur leurs parents. Ce qu’ils ont fait, ce qu’ils ont surmonté, ce par quoi ils sont passés, et même combien le monde était différent alors à leur époque. C’est bien pour cela et pour d’autres raisons encore qu’une autobiographie se justifie à mon avis dans tous les cas.

Puisque nous avons réussi à justifier la démarche voyons maintenant comment on s’y prend pour arriver au bout. La première vraie difficulté que j’ai constaté, c’est de savoir faire le tri. En effet il est illusoire d’imaginer qu’on va pouvoir “tout” raconter. On est donc continuellement en train de choisir parmi les épisodes dont on arrive à se souvenir. 

Or, voici quelques préambule que j’ai ajouté avant de débuter certains de mes chapitres. 

==

Avant de commencer ce chapitre, quelques réflexions sur ma démarche. Généralement, quand on rédige son autobiographie, c’est qu’on sent que notre temps est passé et c’est aussi l’occasion d’un retour méditatif sur ces événements et leurs déroulements. C’est aussi le cas pour moi et je m’aperçois que c’est également un exercice délicat : que prendre, que laisser ?

Faut-il détailler tel épisode ou mieux expliquer tel autre ?

Je m’aperçois que, quel que soit mes efforts en la matière, le résultat ne sera pas parfaitement équilibré, mais qu’importe, l’important est de le faire. Je m’aperçois aussi que je manque cruellement de photographie pour illustrer mes propos. Internet permet de compenser un peu, mais cela m’arrive souvent de penser “ah, c’est dommage que je n’ai pas pris cela en photo”. Mais, d’un autre côté, on traverse sa vie pour la vivre au mieux, pas pour la documenter avec précision.

Bref, reprenons le cours de ce “récit” où nous l’avions laissé…

En effet cette autobiographie est rédigée presque sous la forme d’un dialogue avec mes fils point donc je m’adresse directement à eux dans ces pages.

==

L’écriture de cette autobiographie est un exercice particulier. Au début, je pensais que j’aurais du mal à me souvenir de tous les détails, mais finalement, ce n’est pas là que se situe la difficulté. Le fait de me plonger dans mes années passées fait quasi automatiquement remonter à la surface tout ce dont j’ai besoin de me souvenir, au fur et à mesure. Ce qui est difficile, c’est plutôt de choisir quoi raconter et quoi laisser de côté. Il ne s’agit pas de cacher quoi que ce soit, mais plutôt de savoir faire un tri utile : si je devais vraiment tout raconter, on y serait encore dans des années !

Tout n’est pas utile pour comprendre par quoi je suis passé. Je suis évidemment obligé de me concentrer sur l’essentiel. Mais, en même temps, je réalise que les épisodes que je choisis de laisser de côté ont compté en leur temps. Quand je les ai vécus, ça comptait même beaucoup ! 

Cependant, avec le recul, je m’aperçois que cela n’ajoute pas grand-chose à mon histoire (oui, ça reste une histoire même si je la raconte avec autant de sincérité que possible) et donc, sans regret ni arrière-pensée, je les garde pour moi. Car au fond, il ne s’agit plus que d’anecdotes.

Tout cela pour dire qu’écrire ces chapitres me remue pas mal et fait tourner ces souvenirs au plus profond de moi. Cela provoque forcément des questions : est-ce qu’on est défini par ses souvenirs ?

Se retourner sur sa vie passée est-il un exercice facile ?

Peut-on être satisfait de ce qui s’est passé tout en étant satisfait de la manière dont on y a fait face ?

Toutes ces questions, je me les pose tous les jours et il n’y a aucune réponse satisfaisante. Cependant, vos retours enthousiastes m’encouragent beaucoup à persister dans cette voie. Merci pour votre soutien.

==

Comme d’habitude, avant de débuter ce chapitre, un peu de réflexion sur cet exercice (l’écriture de cette autobiographie). Au risque de me répéter, je réalise que cette écriture me fait réaliser, comprendre, beaucoup de choses sur mon parcours qui seraient restées enfouies sans cette démarche. Ainsi, de nombreux événements qui me paraissaient anodins à l’époque se sont finalement révélés déterminants. Et, à l’inverse, certains épisodes vécus comme très importants sur le moment n’ont pas grande importance une fois qu’on les regarde avec un certain recul (et du recul, désormais, j’en ai !).

Tout cela pour dire qu’on est malheureusement incapable d’avoir du recul sur l’instant présent. Ce serait pourtant nécessaire, il faudrait être capable de, à tout moment, d’appliquer la règle des 10/10/10 : comment vais-je voir cette situation qui vient de me frapper (la plupart du temps négativement d’ailleurs, c’est toujours les situations contraires qui nous frappent avec le plus d’impact, on ne sait mettre le curseur au même niveau pour les situations positives, hélas) dans dix heures, dix jours, dix semaines ?

Et c’est encore plus vrai si on décale encore l’ordre de mesure : dix semaines, dix mois, dix ans… Vous voyez l’idée.

Bref, ce qu’on fait dans l’instant ne semble pas toujours important et c’est pourtant cette accumulation d’actions, de choix, de décisions qui nous détermine, souvent au plus profond de nous, discrètement. Je n’ai pas de règle ou de recette à proposer à ce sujet, je me contente de le constater…

==

Je me disais aussi, dernièrement, que le regard qu’on portait sur les événements passés dépendait aussi de l’humeur du moment. En particulier en ce qui concerne les personnes qu’on a croisées. Avec le temps, les différences ont tendance à s’estomper et ceux ou celles qu’on a rejetés, pour de bonnes ou de mauvaises raisons, n’apparaissent plus comme si mauvaise une fois que le temps a fait son œuvre.

Tout cela fait aussi s’interroger sur ce qui nous constitue, en tant qu’individu. Suis-je vraiment encore la même personne que lors de ces épisodes ?

Évidemment non, j’ai changé bien sûr. Mais ce changement est-il de surface (je me suis adouci, ma forme physique s’est altérée et ainsi de suite) ou plus profond ?

Par exemple, prendrais-je les mêmes décisions en sachant ce que je sais aujourd’hui ?

Ces questions tournent dans ma tête aujourd’hui et je suis obligé d’admettre que je n’ai pas de réponse à ces questions… Notre passé, nos souvenirs nous définissent-ils en tant qu’individu ?

Oui, sûrement au moins en partie, mais pas totalement puisque je ne vais pas avoir le même regard sur mes souvenirs selon les époques, ma situation et/ou mon humeur. En ce moment, j’imagine souvent retourner en 1975 et vivre cette époque avec mes souvenirs actuels… Je ne sais pourquoi cette hypothèse (impossible) m’occupe, mais je n’arrive pas à m’en détacher. Peut-être est-ce tout simplement le résultat de remuer tout cela en l’écrivant pour vous !

Allez, au travail, c’est pas en rêvassant que cette autobio va s’écrire !

==

Revenir sur son passé comme je le fais ici pour vous, c’est aussi s’apercevoir qu’on a manqué des épisodes !

Depuis que je pense au prochain chapitre à écrire, je me remémore sans cesse des faits plus ou moins importants qu’il faudrait raconter, même si cela implique de revenir en arrière quelquefois (je ne vais pas le faire systématiquement sinon, on n’avancerait pas !). Jusque-là, j’ai respecté l’ordre chronologique et je vais continuer à le faire, mais, certaines fois, un petit “flashback” sera nécessaire (et intéressant) afin d’expliquer comment j’en suis arrivé là.

Et cette fois, justement, j’ai un de ces épisodes à vous raconter qui nécessite un court retour en arrière.

==

C’est pour illustrer ses chapitres qu’on s’aperçoit qu’on a besoin de photos, de beaucoup de photos. C’est là où on se dit qu’on aurait dû tout numériser depuis le début, dès que c’était possible. Croyez-moi, on n’en a jamais assez. Heureusement, grâce à internet, on retrouve plein de choses en ligne, y compris des inédits, y compris des réponses à des questions que l’on se posait depuis 40 ans. Vraiment sur ce plan-là, c’est tout à fait formidable de disposer des moyens que l’on a aujourd’hui. 

Bref, vous l’aurez compris, je suis très favorable à ce que chacun écrive son autobiographie et la diffuse à ses proches. C’est un bon exercice, ça fait du bien à tout le monde, que demander de plus ?

L’intelligentsia la plus bête du monde !

Voilà un billet d’humeur sur la bêtise des deux extrémités du spectre (de la population). Avant d’aller plus loin et de révéler enfin de quoi je vais vous entretenir (oui quoi, arrêtes de faire durer le suspense !), voudrais souligner que lorsqu’on écrit “un billet d’humeur”, il s’agit rarement de bonne humeur… vous avez remarqué ?

Et, oui, je confirme : ce n’est pas pour exprimer ma joie et ma bonne humeur que je rédige ce matin… Ces semaines de confinement n’auront rien fait pour atténuer mon caractère misanthrope (oui, je suis misanthrope -comme tout le monde- mais, moi au moins, je l’avoue, voir à http://www.alain-lefebvre.com/pourquoi-nous-sommes-tous-des-misanthropes-mais-si/). Il suffit pour cela de regarder comment sont les “gens”… Loin de moi de verser dans l’optimisme béat et de croire que la “leçon a porté” et que le monde d’avant ne reviendra plus, que les gens ont compris et tout ce cortège de bêtises. Il suffit de voir les files d’attentes qui se forment dès qu’un McDonald’s rouvre son drive…

Si ce comportement moutonnier est franchement désolant (et pour de la malbouffe en plus !), que dire des intellectuels (soit-disant l’autre extrémité du spectre), en particulier des intellectuels français ?

Guy Mollet aurait dit un jour que la France était dotée de “la droite la plus bête du monde”… Ce en quoi il avait sûrement raison (et ça n’a pas changé !). J’affirme moi que nous sommes aussi affecté, hélas, de “l’intelligentsia la plus bête du monde” (et, en prime, qui fait preuve de la plus mauvaise foi, pour faire bonne mesure…). 

En effet, comment accepter que cette tribu proclame avec fierté qu’il vaut mieux “avoir tort avec Sartre que raison avec Aron” ?

Ou qu’un escroc notoire comme Freud soit encore considéré comme une référence ?

Nos gauchistes (bien pensant, forcément) de mauvaise foi, roi de la bienveillance (entre eux, seulement entre eux !) tentent de nous imposer leur logique morale tordue sans jamais (au grand jamais) admettre leurs erreurs. Comment accepter qu’aucun de ses grands penseurs se soit jamais excuser d’avoir été maoïste alors que le grand timonier causait des dizaines de millions de morts dans son propre pays ?

Vous pouvez trouver mes références un peu datées et croire que, depuis, la situation a changé. Hélas, il n’en est rien !

En dehors de Michel Onfray (qui a eu une position courageuse sur Jésus et Freud), les intellectuels actuels ne valent pas grand-chose, à part jouer les donneurs de leçons sur les plateaux TV…

La vérité est que nous français, si facilement prétentieux vis-à-vis des autres peuples, nous sommes encombrés par ces pseudo-intellectuels qui ne nous apportent rien : ni réconfort, ni boussole. Il est temps de s’en débarrasser.

OK, j’avoue, tout cela n’est pas très positif mais il fallait que ça sorte. Finissons par une note utile, quand même : si vous voulez des intellectuels utiles et qui permettent de comprendre le monde actuel, laissez tomber les marxistes de tout poil et intéressez-vous à Guy Debord (la société du spectacle) et à Jacques Ellul (la société technicienne).

Pour comprendre la situation actuelle, écoutez Jean-Dominique Michel

Soyons clair, personne ne comprend rien à la (sidérante) situation actuelle !

Mais il y a une voix claire et positive qui permet de rassembler les pièces du puzzle et de commencer à comprendre, en partie, dans quoi nous nous sommes embarqués. Il s’agit de la voix de Jean-Dominique Michel, un anthropologue (Suisse) de la santé.

Ecoutez-le jusqu’au bout, ça vaut le coup !

Il s’agit donc d’un scientifique Suisse que je ne connaissais pas mais qui est très clair dans ces explications. Si vous ne pouvez consacrer 1H09 à cette vidéo, vous pouvez vous contenter des vingt premières minutes, c’est déjà pas mal… Mais il est clair que plus on l’écoute et plus on en apprend et plus on comprend comment on en est arrivé là…

C’est un type qui a rédigé quelques articles qui ont eu un certain retentissement comme https://lnkd.in/dd5f6XE, intéressant mais cette vidéo est plus “digeste” on va dire…

En plus d’être clair, Jean-Dominique Michel dégage une énergie très positive qui fait que l’écouter, même sur un sujet difficile, est agréable. Voilà, vous ne pourrez pas dire que je ne vous l’ai pas vendu !

Voilà un commentaire que mon ami Laurent Poulain voulait laisser (mais, pour une raison inconnue, ça n’a pas fonctionné…) :

Il est facile de critiquer les gouvernements, mais il ne faut pas oublier qu’ils représentent souvent l’opinion publique.

La principale raison pour laquelle la Corée du Sud ou Taiwan on été si proactifs est qu’ils ont été touchés par SARS et H1N1. En France, lorsque Roselyne Bachelot a voulu être proactive avec le H1N1 elle s’est fait clouer au pilori. Et lorsque la France a détruit ses stocks d’équipements médicaux parce que ça coûtait trop cher, personne n’a rien dit.

Si en France ou en Suisse ils avaient suivi les mêmes consigne que la Corée du Sud dés le début (dépistage systématique, internement forcé dans un hôtel pendant deux semaines pour toute personne ayant le COVID), les gens se seraient insurgés et auraient criés au totalitarisme.

Certes, le confinement est nettement moins efficace qu’un dépistage dés le début. Mais une fois qu’un pays a réagi trop tard, quelles sont les solutions?

Et pour ce qui est de la dangerosité du COVID par rapport aux autres infections respiratoire comme la grippe, je ne connais pas les nombres exacts mais la grippe à ma connaissance ne cause pas la saturation des hôpitaux comme c’est le cas en Italie.

Alors, je ne suis pas convaincu par le dévouement désintéressé de Roselyne Bachelot mais, pour le reste, sans doute as-tu raison… Ce qui est important, aujourd’hui, c’est de laisser les uns et les autres s’exprimer sans tomber tout de suite dans l’ostracisme (trop fréquent depuis quelques temps).

Ce que j’ai appris en 60 ans

Cette semaine, j’ai eu 60 ans. Je dois avouer que, quand j’avais la vingtaine, cela représentait pour moi un horizon si lointain qu’il paraissait tout à la fois inaccessible et complètement indésirable. Pour tout dire, je n’arrivais pas à me projeter “vieux”. Aujourd’hui bien sûr, j’ai une vision différente et je ne me vois toujours pas “vieux”.

Un moment agréable : une ballade en moto avec mon fils Val (en Floride).

Cependant, ce parcours qui s’est déroulé si vite, a eu le temps de m’apprendre une chose ou deux que je voudrais partager avec vous à travers cet article. Oh, je ne suis pas devenu un parangon de sagesse parce que j’ai atteint 60 ans mais laissons la modestie de côté pour tenter de transmettre ce que la vie m’a appris, jusqu’ici…

1- Apprendre

On ne cesse jamais d’apprendre et, surprise, c’est de plus en plus agréable, désirable même. S’il n’y a qu’une chose à apprendre aux jeunes, c’est ça : l’envie d’apprendre. Avec ça, vous êtes armé pour tous les défis.

2- Transmettre

C’est une pulsion qui s’impose à vous, l’âge venant. Ce que vous avez accumulé (et là, on ne parle pas de richesses mais de connaissances…), vous avez subitement envie de le transmettre, non, besoin de le transmettre. Pour que cela ne soit pas perdu ?

Peut-être, peu importe, la pulsion est là, il vous faut lui obéir.

3- Incertitude

Rien n’est sûr, surtout pas ce qui est annoncé comme certain. Attendez-vous à des déceptions si vous croyez celles et ceux qui vous annoncent des certitudes. Restez serein aussi, rien n’est sûr veut aussi dire que le pire n’est jamais certain… c’est déjà ça !

4- Amour, amitié

“Rien ne compense l’échec au foyer” me disait souvent un vieil ami… ô combien vrai !

Concentrez-vous sur l’essentiel : réussir à maintenir l’amour au sein de votre foyer. Cela semble évident, pourtant nombreux sont ceux qui échouent en se perdant dans des objectifs divers qui ne sont PAS le but de la vie.

Si l’amour est important, ne négligez pas l’amitié qui est source (abondante) de bonnes surprises (et qui, souvent, dure plus longtemps…).

5- Lâcher prise

Je n’ai jamais rien achevé de bon en étant arc-bouté sur ma tâche. “Être à cran” ne vous aidera pas. Apprenez le lâcher prise, le plus tôt possible. D’abord parce que c’est long à maîtriser ensuite parce que ça sert longtemps.

6- Échecs, réussite

“Le succès, c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme” (une citation célèbre attribuée à WINSTON CHURCHILL). Soyons clair, j’ai échoué très souvent, bien plus souvent même qu’il n’est confortable de l’avouer !

Mais échouer ne veut pas dire “se tromper”. Tous ces échecs m’ont apporté quelque chose, tous m’ont aidé à bâtir les quelques succès que j’ai pu achever. Sans les (nombreux) premiers, il n’y aurait pas eux les (quelques) seconds.

7- Rester positif

“Pourquoi s’inquiéter ?” dit le sage hindou… Il ne s’agit pas d’être positif à tout prix même au milieu des pires malheurs. Mais il suffit de se rendre compte que la beauté est partout (oui, vraiment partout, il faut juste chercher à la voir…) pour réaliser que nous avons le choix : nous plaindre (sans que cela fasse avancer quoi que ce soit) ou apprécier ce court séjour sur terre pour ce qu’il nous apporte.

8- Regard des autres

Ah si on pouvait se passer du regard des autres !

Mais on peut en fait. C’est lorsqu’on réalise finalement que le regard des autres ne vous apporte rien qu’on peut s’en libérer. Et cette liberté vous rend plus fort et plus heureux. C’est comme toute libération, il n’y a que le premier pas qui coûte…

9- Immuable

C’est comme les certitudes : rien n’est immuable. Riez quand vous entendez “pour toujours”. Aucune situation ne perdure, aucune domination n’est épargnée par le déclin, aucune position n’est acquise “pour toujours”. Libérez-vous de ce genre de boulet.

10- Sens de la vie

Ne cherchez pas le sens de la vie dans la philosophie ou dans l’ésotérisme, vivez-le à travers de profondes gratitudes : transmettre la connaissance, rayonner l’amour de vos proches, percevoir la beauté du monde, le voilà le sens de la vie.

Enfin, un dernier enseignement, très personnel cette fois : j’ai compris que je devais laisser une oeuvre pour être tout à fait satisfait de mon passage dans ce monde. Cela paraît prétentieux ou trop ambitieux ou trop vain (c’est là où se libérer du regard des autres est utile…). Peu m’importe, c’est ma pulsion actuelle profonde. Peut-être cette “oeuvre” restera inconnue, oubliée avant même d’être lue… peu importe, cela est mon moteur, ma motivation et mon devoir pour le temps qui me reste.

Documentaires sur le sport-auto : deux personnalités marginales…

Continuons à évoquer les documentaires sur le sport-auto disponibles sur Netflix ou Amazon Prime. Cette fois, je vous en propose deux qui traitent de personnalités “marginales”.

Tout d’abord, je recommande de regarder “UPPITY: The Willy T. Ribbs Story” :

Un documentaire à voir !

One of the most powerful stories in sports history. Willy T. Ribbs was the Jackie Robinson of auto-racing who shattered the color-barrier in an all-white sport. Willy was referred to as “Uppity” behind his back by mechanics and other racers. He overcame death-threats, unwarranted suspensions and engine sabotage to go after his dream. Ultimately, Willy beat the haters and became the first Black driver to win a Trans-Am race, test a Formula One car, and race in the Indy 500.

Je ne connaissais pas vraiment Willy T Ribbs à part de nom et je dois dire que je n’ai vraiment regretté d’avoir regardé ce documentaire !

Un personnage attachant qui a réussi à se frayer une place dans un sport élitiste et, disons-le plutôt raciste (au moins au USA). Chapeau Willy, well done!

L’autre documentaire est déjà plus difficile à recommander…

Crash & Burn Official Trailer 2016

Pourquoi ?

Tout simplement parce que Tommy Byrne est à l’opposé de Willy T Ribbs : l’un est intelligent et engagé dans sa carrière (Ribbs) l’autre est tout simplement stupide (Byrne). Donc, le cas “Byrne” est intéressant dans la mesure où il montre tout ce qu’il ne faut PAS faire quand on veut grimper les échelons dans le sport-auto, point.

Mac OS, Linux, Chromebook et Windows 10, comparaison n’est pas raison !

Sur ce blog, je vous ai évoqué de temps en temps les “horreurs” de Windows, les vertus de Mac OS et la simplicité bienvenue de Chrome OS. 

http://www.histoireinformatique.com/assembler-son-propre-pc-cest-desormais-assez-facile/ (février 2018)

http://www.alain-lefebvre.com/apple-macbook-pro-le-meilleur-et-le-pire-comme-toujours-avec-apple/ (décembre 2017)

http://www.alain-lefebvre.com/la-solution-chromebook-une-alternative-a-considerer/ (décembre 2015)

http://www.alain-lefebvre.com/il-est-temps-doublier-windows-serieusement/ (2013)

http://www.alain-lefebvre.com/linux-pour-le-desktop-10-apres-ubuntu-la-fait/ (2011)

OK, certains de ces articles datent un peu, une petite mise à jour ne sera pas de trop !

Je peux aussi vous recommander cet article rédigé pour Redsen qui fait le point sur les tendances du marché informatique en matière de poste de travail justement :

https://www.redsen-consulting.com/fr/inspired/tendances-decryptees/que-reste-t-il-du-poste-de-travail

Deux ans d’expériences diverses et variées

Cette fois, nous allons creuser un peu plus dans le détail car je suis désormais en mesure de vous faire un retour d’expérience sur plus de deux ans d’usage des quatre principaux postes de travail du marché : le Macintosh (un MacBook Pro de 2015 mais avec la toute dernière version de Mac OS), Windows 10 (avec la tablette Surface Pro 6), Linux (sur un portable Why et Ubuntu comme distro) et même un Chromebook (le ACER Chromebook 11 – CB311). En effet, lors de ces deux dernières années, j’ai utilisé tour à tour ces quatre machines afin de pouvoir les comparer et je suis aujourd’hui enfin prêt à vous donner mon feedback dessus.

Bien entendu, il ne s’agit pas d’un test technique en bonne et due forme comme on peut en trouver beaucoup (et des bons) sur des sites web spécialisés et aussi sur YouTube. C’est plus mon opinion sur le confort d’usage de telle ou telle solution (indice : aucune n’est parfaite mais chacune a des avantages certains).

Commençons par le Mac

Je suis un utilisateur de Mac depuis 1985 !

Cependant, je n’ai jamais été un fier citoyen de la “Mac nation” : j’ai toujours trouvé que l’écosystème d’Apple était tout à la fois critiquable ET préférable mais qu’il était absurde de se comporter comme un fan-boy avec Apple (comme avec n’importe quelle autre marque qui n’est là que pour le profit, rappel… ce n’est PAS immoral d’être focalisé sur le profit pour une organisation mais ce n’est simplement pas notre intérêt à nous en tant que consommateurs de donner un “chèque en blanc” à telle ou telle organisation, c’est tout).

Mon MacBook Pro de 2015

Depuis 1985, j’ai assisté à plusieurs “oscillations” de la part d’Apple. Ces oscillations vont quelquefois dans le bon sens et d’autres fois dans le mauvais sens. Or, depuis quelques années, nous sommes clairement dans une période de “mauvaise pente” : iCloud fonctionne mal (a-t-il jamais fonctionné correctement ?) et, à chaque fois qu’on veut apporter une modification à son profil utilisateur, s’il faut passer par une procédure Apple, on se perd dans un labyrinthe de messages qui n’aboutit nul part. Pour moi, c’est le signe incontestable que cet écosystème (celui d’Apple) a grand besoin d’un reset complet comme cela arrive tous les dix ans. Cette malheureuse tendance se fait cruellement sentir dans l’expérience de l’usage du Mac ces derniers temps. On note des signaux qui indiquent de manière claire que cet ensemble si cohérent et si harmonieux est malheureusement en train de se désunir. Deux exemples : les touches de fonctions permettaient de contrôler la musique sur iTunes (changer de morceau, mettre en pause, etc.) mais cela fait un moment que ça ne marche plus (sauf à avoir iTunes au premier plan). Ou alors, c’est votre imprimante qui n’est plus reconnue suite à une mise à jour système (avec ce message d’erreur “filter failed” aussi incompréhensible qu’inutile). Cette dégradation progressive n’est pas due au hasard : les logiciels sont comme les plantes d’intérieur, il faut en prendre soin pour les voir s’épanouir. Or, il y a longtemps qu’Apple a cessé de faire les efforts nécessaires pour maintenir correctement Mac OS.

C’est dommage car ça reste la meilleure machine et aussi le meilleur OS aujourd’hui disponible. Cette combinaison est seulement critiquable sur le prix qu’il faut payer pour en profiter !

Mon MacBook pro a plus de cinq ans désormais et sa batterie n’est plus capable de tenir longtemps. Cependant, pour le reste, il tient encore bien le coup (preuve s’il en était besoin d’une remarquable qualité de construction, c’est à souligner) mais il est clair qu’il va falloir songer à un remplacement…

Windows 10, en grands progrès

Cela fait longtemps que j’utilise Windows parallèlement au Mac car, pour le SimRacing, tout se passe sur l’OS de Microsoft. Comme je n’en faisais qu’une utilisation strictement “gaming”, je ne pouvais vraiment juger de son évolution par rapport à Mac OS. Tout au plus pouvais-je constater que Windows restait encore loin (bien loin) du confort et de la facilité d’utilisation de Mac OS. Or, depuis quelques mois, j’ai une tablette hybride Surface Pro 6 et je dois dire que je suis très favorablement impressionné par ce qu’elle permet de faire. Précisons tout de suite que je l’utilise rarement en mode “tablette pur” car j’ai le clavier amovible et je le trouve bien pratique à utiliser (même si le pavé tactile n’est pas assez sensible à mon goût). Mais le mode tablette est quand même bien pratique de temps en temps et il correctement géré pour autant que j’ai pu m’en rendre compte.

La Surface Pro 6, on voit le stylet (aimanté) sur le côté à gauche…

Donc, cet usage régulier de la Surface Pro m’a permis de constater les progrès certains de Windows (dans sa version 10). Tout d’abord sur le plan de la fiabilité. C’est important la fiabilité et c’est d’ailleurs ce qu’on reprochait trop souvent aux versions précédentes (souvenez-vous du fameux “écran bleu”…). Mais là, pendant tous ces mois d’utilisation, pas une seule fois je ne me suis retrouvé avec un OS planté et contraint de redémarrer (pas une seule fois !), c’est un signe qui ne trompe pas selon moi. Sur le plan des fonctions, on note aussi des progrès, encore un peu éparpillés mais bien présents. Par exemple, la Surface est bien plus pratique que le Mac pour prendre une photo d’écran et la retoucher immédiatement (surtout quand on est équipé du stylet qui joue bien son rôle).

La Surface Pro est agréable à utiliser au quotidien et j’ai aussi pu me rendre compte que la suite Microsoft Office 365 s’était relativement bien adaptée à l’interface Web (pas au point de rivaliser directement avec la G Suite mais tout de même pas ridicule). Cependant, cette Surface affiche deux faiblesses : l’autonomie est assez faible (mais la recharge est assez rapide) et les performances ne sont pas à la hauteur de mon Mac pourtant bien moins récent (peut-être est-ce mieux avec la Surface 7 ?)… C’est grâce à ce type de comparatif qu’on se rend compte de ce genre d’écart.

La logithèque qui accompagne Windows en standard est également assez pauvre… “Groove musique”, par exemple, ne soutient pas la comparaison avec iTunes, même de loin. Pour les photos ou le montage vidéo, c’est encore pire et ainsi de suite. Il est clair que sur ces aspects, Microsoft a encore du travail à faire (à moins que ces “lacunes” ne soient délibérées afin de laisser plus de place aux éditeurs tiers…).

Bref, j’aime bien cette Surface. La seule chose qui me freine à l’adopter complètement est l’absence des logiciels qui sont clés pour moi sur le Mac : Scrivener (pour produire mes livres) et iMovie (pour le montage vidéo). Je pourrais sans doute remplacer iMovie par Adobe Première mais il faudrait aussi que je me forme dessus. Quand à Scrivener, là, le remplacement va être encore plus compliqué… Or la version III pour Windows se fait attendre. Eh oui, une fois de plus on tombe sur la rengaine “j’aimerais bien mais il n’y a pas ce qu’il faut pour moi”…

Linux sur le Why!

Le portable Why! Suisse (voir à https://whyopencomputing.com/fr/5-laptops-why) est une plateforme solide et très complète. Par rapport au design du Mac, cette machine fait un choc : on a l’impression de revenir plus de dix ans en arrière (et pourtant, il date de 2019) !

Le portable Why! : “lourd c’est fiable” comme dirait “Boris le hachoir”…

Avec nos amis Suisses, on se moque du design fin et élégant du Mac, on fait du solide, du durable, du complet. Et effectivement, il y a toutes les interfaces possibles (HDMI, plein d’USB et même un lecteur/graveur de DVD) sur ce portable qui est assez lourd en plus d’être assez gros. Why! met en avant son aspect “durable et recyclable” : toutes les pièces sont disponibles et peuvent être changées sans trop de difficultés (et, là aussi, ça change du Mac mais dans le bon sens cette fois). Cette (grosse) différence de philosophie de conception se paye forcément à un moment ou à un autre : si vous voulez un design super-affuté, vous ne pourrez intervenir facilement sur votre machine. Si, au contraire, vous voulez pouvoir tout brancher et tout remplacer dessus, alors il vous accepter un design qui ne va pas faire dans la finesse…

Cette différence fondamentale se ressent aussi sur le plan du logiciel : Linux est plus grossier que MacOS mais, si vous avez les compétences requises, il vous permet d’en faire plus avec plus de liberté. Soit d’un côté, le confort mais quelques restrictions ou pas de restrictions mais moins de confort… C’est à vous de choisir.

Ubuntu est sûrement la distro Linux la plus “grand public” qui soit mais ce n’est pas encore suffisant : même avec un décor “à la MacOS”, on reste encore loin du confort et de la finition de ce dernier (c’est même moins “léché” que Windows 10, c’est dire !). Mais, si ça ne convient pas, ça plaît bien à mon fils de onze ans qui en a fait sa machine personnelle. En réalité, il ne connaît rien à Linux et il ne s’en préoccupe pas : il utilise cette machine comme il utiliserait un Chromebook, tout passe par le navigateur (il préfère Firefox) sauf exception. Il utilise donc Gimp pour la retouche d’images et PTTV pour le montage vidéo, logiciels qu’il a appris tout seul sans que j’ai besoin d’intervenir (nécessité fait loi, je lui ai dit “si tu veux te servir de ces trucs, tu dois te débrouiller seul”). En dehors de son usage, nous sommes bien content de pouvoir utiliser cette machine quand on veut projeter sur grand écran (merci la prise HDMI) ou graver un disque. Mais cette expérience m’a confirmé que Linux n’était toujours pas prêt pour le grand public et je commence à penser qu’il ne le sera peut-être jamais finalement.

Chromebook, toujours mieux

J’ai déjà dit de nombreuses fois tout le bien que je pensais des Chromebooks. Je crois fermement que c’est la meilleure solution possible pour la grande majorité des gens qui souffrent sous Windows et qui ne veulent pas dépenser beaucoup d’argent sur un Mac (ce qui peut se comprendre). Tous les arguments du genre “oui mais alors, je ne pourrais pas faire du montage vidéo ?” (et on peut remplacer “montage vidéo” par “retouche photo” ou autre, c’est pareil) ne sont pas recevables car, pour l’immense majorité des gens, le montage vidéo n’est simplement jamais pratiqué, jamais…

De plus, la logithèque sur Chrome progresse tellement qu’il existe désormais des solutions correctes pour faire cela en ligne. Mais laissons cela, on sait bien qu’on ne peut “faire boire un âne qui n’a pas soif”… Le tour du Chromebook viendra pour le grand-public de la même façon que les entreprises ont fini par se laisser convaincre (tardivement) par le cloud !

Ce petit Chromebook Acer m’a permit de mesurer que les progrès des Chromebooks sont permanents : on peut désormais intégrer Linux (bof, ça ne concerne que peu de monde selon moi) mais, surtout, les applications Android… Et ça, c’est super pratique !

En effet, dans certains cas, un manque dans Chrome ou dans l’offre online peut être compensé par une app Android qui s’installe effectivement impeccable. Et le fait que l’écran soit tactile (c’est le cas de mon petit Acer) fait que ça marche correctement comme si c’était un smartphone, chapeau !

Le Chromebook, c’est la machine toujours disponible, qui ne pose pas de problème, qui est facile à utiliser et qui en exige peu en retour. Pas de bug, pas de virus et pas de délai au démarrage (on ouvre l’écran et hop, quelques secondes de réveil et c’est opérationnel… qui dit mieux ?). Seul reproche : les performances laissent parfois à désirer (mais il suffirait de prendre une autre machine mieux dotée sur le plan du processeur, ce n’est pas inhérent aux Chromebooks).

Un Chromebook par Acer (avec un écran de 11′ seulement).

Conclusion : vers un avenir libéré

Dans quelques temps, les mérites des différents OS ne seront peut-être plus une question intimement liée à leur plateforme matériel respective. En effet, avec la généralisation du cloud, nous assistons à la montée d’une autre tendance lourde : la virtualisation.

La virtualisation, c’est la capacité à faire tourner n’importe quelle application sur n’importe quelle plateforme, quel que soit l’OS prévue pour la première et celui qu’exécute la seconde. Et c’est le cloud qui permet déjà cela. Comme souvent, ça commence par le gaming mais vous allez voir que ça va vite s’étendre à tous les usages du PC. J’ai expliqué les tenants et aboutissants de cette tendance ici https://www.redsen-consulting.com/fr/inspired/tendances-decryptees/vers-la-nullification-du-pc

Une fois que la “nullification” du PC sera banalisée, je gage qu’un Chromebook sera largement suffisant pour tous les types d’usages et que la question du choix de la plateforme matériel ne se posera même plus (en tout cas, pas sur le plan de l’OS qu’elle requiert).

Stirling Moss : le champion sans couronne

Sir Stiling Moss s’en est allé aujourd’hui à 90 ans. En voici un qui a eu une vie bien remplie et qui n’a rien regretté (y compris et surtout de ne PAS avoir été champion du monde de F1…).

Pour en savoir plus sur ce champion légendaire, je vous recommande cet article : https://www.motorsportmagazine.com/articles/single-seaters/f1/stirling-moss-obituary-the-boy-wonder-who-defined-his-era.

Retrouvons Moss au volant, la meilleure des manières de lui rendre un hommage mérité :

Avec les commentaires audio du maître…

Comment décrire le monde en 2020 à des jeunes de 1978 ?

Comment regarder notre présent avec du recul ?

Eh bien, en le regardant depuis le passé et là il devient le futur !

Imaginons que, par un caprice malicieux du destin, je me retrouve en 1978 face à mon ami le plus cher. Richesse infinie de l’imagination qui permet d’envisager des situations que la physique interdit (pour le moment…) !

Je suis donc de nouveau en 1978, mais j’ai le souvenir complet de ce que j’ai vécu jusque-là, jusqu’en mars 2020 pour être précis. Et, bien entendu, cet ami me demande de lui raconter “comment est le monde en 2020 ?”… Qui ne voudrait pas savoir à quoi va ressembler le futur ?

Mais, pour moi, il s’agit alors de résumer plus de quarante ans d’histoire du monde. Difficile d’être précis à moins de se noyer dans les détails. Impossible d’être objectif, mon récit sera forcément biaisé par ma vision des choses. Et peu de chance d’être cru aussi : mon ami va forcément penser que je divague et que le futur, son futur, sera forcément différent de “ça”.

Tant pis, essayons tout de même. Ne pas être cru n’est-elle pas la malédiction banale de chaque prophète (voir Syndrome de Cassandre) ?

Peinture de Cassandre par Evelyn De Morgan.

==

  • Alors, comment commencer ? En fait, le monde futur n’est pas aussi différent que ce que tu peux imaginer. Je dois dire que j’en suis le premier surpris, car, moi aussi, je projetais un futur bien différent quand j’essayais d’y penser à ton âge qui était mon âge aussi !
  • Oh, vraiment ? J’ai toujours pensé que le futur serait forcément vraiment différent !
  • Oui, je sais, c’est vraiment la grosse surprise mais, tu peux me croire, tu t’y reconnaîtrais assez facilement. Par exemple, la France s’est couverte d’autoroutes et de lignes de TGV et c’est plutôt une bonne chose quand on veut se déplacer, mais ça, ce n’était pas difficile à prévoir. Plus surprenants, les avions ont peu changé. En apparence, tu les trouverais vraiment pareil à aujourd’hui, même si, techniquement, il y a des différences. En revanche, le transport aérien s’est développé dans des proportions étonnantes au point qu’on considère qu’il s’agit d’un moyen de transport de masse en 2020, tu imagines ?
  • Non, ça j’ai du mal : voyager en avion coûte super cher quand même, comment ça a pu se développer largement… tout le monde est devenu riche, c’est ça ?
  • Même pas !
    C’est l’élargissement du marché qui a permis de faire baisser les coûts, la recette classique quoi. De plus, les avions polluent moins et font moins de bruit qu’en 78, ça c’est sûr, mais il y en a tellement plus que l’avantage s’annule. C’est le cas pour presque tous les moyens de transport polluants : ils sont bien plus efficaces à mon époque qu’à la tienne, mais ils sont tellement plus nombreux que la pollution reste plus ou moins au même niveau, dans le meilleur des cas. 
  • Nombreux ? Nombreux comment ?
  • Eh bien, dans les familles américaines, il est fréquent d’avoir deux voire trois voitures. Les camions se sont multipliés sur les routes aussi, il y en a vraiment beaucoup à mon époque.
    Oui, je dis “mon époque” et “ton époque” pour différencier les années que j’évoque… J’ai conscience que ça fait bizarre, car ton époque a aussi été mon époque, mais continuons comme cela, tu me comprends au moins.
  • Oui, je crois même si ce n’est pas si facile de te suivre en imaginant et en comparant à ce que je connais mais continue…
  • Puisqu’on parle de pollution, tu ne seras pas étonné que ça soit devenu la “grande affaire” en 2020. Mais, disons qu’on n’en est encore qu’au stade de la prise de conscience et encore, pas pour tout le monde, tant s’en faut !
  • Tiens, un exemple avec les sacs plastiques. Comme on a fini par se rendre compte que nos océans étaient dramatiquement pollués par les déchets en plastique de toutes les sortes, la distribution de sacs plastique dans les commerces a fini par être interdite en France et dans quelques autres pays européens, je crois. Mais en Amérique et en Asie, rien de tout cela !
    Du coup, la pollution au plastique continue largement alors que la prise de conscience est en route. Mais il semble que simplement se rendre compte ne suffit pas à déclencher l’action correctrice, encore un défaut flagrant de la nature humaine…
  • J’ai du mal à te croire : tu dis que tout le monde le sait mais on ne fait quand même rien, c’est ça ? C’est à peine croyable…
  • Oui, je sais c’est désolant mais ça s’est vérifié encore et encore : les gens refusent de croire ce qu’ils savent quand ça leur impose de changer leurs habitudes ou de sortir de leur zone de confort…
    Toujours sur la pollution, on a constaté un dérèglement climatique qui allait croissant, même si certains continuaient à le nier, forcément. Ceci dit, quand tu vois des photos ou des vidéos montrant le recul des glaciers ou la fonte de la banquise, ça fait peur, crois-moi !
  • Mais comment tu as fait pour les voir ces photos et ces vidéos, toi ?
  • Oh, ce n’était pas caché. C’était même diffusé souvent par les chaînes de télévision. Ce dérèglement climatique, même s’il n’en était qu’au début de ses effets visibles avait déjà des conséquences dantesques comme des incendies géants et d’autres horreurs du même genre. Mais ce n’est pas pour autant qu’on s’est mis à protéger les grands espaces verts, au contraire : la déforestation n’a jamais été aussi vive, tout cela pour gagner des espaces cultivables qui ne sont pas durables en plus… Mais comment veux-tu régenter cela alors qu’il n’y a toujours aucun organisme capable d’intervenir au niveau supranational. L’ONU est plus que jamais un truc démodé et inefficace, on en parle de moins en moins d’ailleurs.
  • Bof, sur l’ONU, je ne suis pas surpris. C’est un truc que je n’ai jamais compris : pourquoi garder cette organisation si elle ne sert à rien ?
  • Tiens, ça me fait penser à l’Europe du coup !
    Il y a tellement de sujets à traiter que je ne sais pas comment procéder pour te raconter tout cela de manière intelligible et sans rien oublier. Bon, ça va venir au fur et à mesure, parlons de l’Europe donc. Eh bien, ça s’est développé et c’est maintenant un gros machin difficile à comprendre. Ah c’est qu’on est loin de “l’Europe des douze” de ton époque !
    Je crois que de mon temps, on en était arrivé à 27 pays, principalement parce que ça s’est étendu vers l’est. Ah oui, c’est vrai, j’ai oublié de te signaler que l’URSS était tombée, finalement. 
  • Oula, tu vas un peu vite là ! Tu dis qu’il n’y a plus de Russie Soviétique, c’est ça ?
  • Pas tout à fait, la Russie est toujours là mais ce n’est plus le bloc communiste qui était en face des USA depuis la seconde guerre mondiale.
  • C’est arrivé comment ? Ils ont perdu la 3ème guerre mondiale ?
  • Non et heureusement ! En fait, il n’y a pas eu de 3ème guerre mondiale, c’est au moins une bonne nouvelle… L’effondrement de l’URSS s’est passé pacifiquement à la grande surprise de tout le monde.
    C’est arrivé à la fin des années 80 et ensuite, forcément, les pays de l’Est se sont libérés de la tutelle de Moscou et ont pu rejoindre l’Union européenne, ouais, ça s’appelle comme cela. Du coup, l’Allemagne a été réunifiée, mais pas sans mal. La seule vraie bonne surprise de l’Europe, c’est l’Espagne et le Portugal qui se sont bien développés et qui sont des pays modernes désormais.
  • Oui, pas mal de bouleversements finalement… pas évident à imaginer, je te l’avoue. Du coup, l’Europe doit être super-puissante non ?
  • Oui, si on veut, au moins sur le plan économique mais sur le reste, ça se discute !
    En fait, l’Europe n’est toujours pas unie politiquement et ça reste une naine sur bien des points, surtout face aux américains… Bref, la chute de l’URSS a été un grand événement, mais ce n’est pas la seule nation à avoir bien changé en quarante ans ! Les deux autres qui me viennent à l’esprit sont la Chine et l’Iran et pour des raisons bien différentes… Commençons par la Chine, ça sera plus simple. L’empire du Milieu s’est bien développé en s’ouvrant au commerce international, ce qui n’était pas évident à prévoir en 1978, même si Deng arrivait enfin au pouvoir et qu’il était connu comme un “pragmatique”. En quelques décennies, la Chine est devenue “l’atelier du monde” et a connu une croissance à deux chiffres pendant une longue période. Bien sûr, cette croissance folle n’a pas été sans conséquence et les nouvelles villes chinoises étaient aussi remarquables pour leur pollution épaisse que pour leurs gratte-ciel !
  • Oh, carrément ? Eux aussi ne sont plus communistes, comme les Russes ?
  • Non, pas tout à fait. c’est toujours une dictature communiste, si on peut dire, mais c’est aussi une puissance régionale qui n’est pas en retard sur le plan militaire ou même spatial. Ah oui, va falloir parler de l’espace aussi… Mais je ne veux pas oublier de te signaler que l’Iran a joué un grand rôle, pas toujours positif, et pas toujours volontairement d’ailleurs. Ce qui s’est passé, c’est une révolution islamiste dans ce pays, dès 1979, oui tu vois, c’est pas loin hein !
    Donc, quand le Shah d’Iran a été renversé, son pays s’est complètement retourné en devenant hostile au camp occidental. De plus, il a été ravagé par une guerre avec l’Irak qui dura dix ans, pour rien en plus… 
  • Wow, dix ans de guerre ! C’est pas rien quand même… et qui a gagné ?
  • Ben, tu vois, c’est ça le pire : personne n’a gagné, ça été dix ans d’une guerre horrible pour rien. Mais ce bouleversement de l’Iran a provoqué de multiples conséquences au Moyen Orient qui n’était déjà pas très stable. On peut même dire que, en 2020, ce n’est toujours pas terminé et que la région est toujours aussi explosive.
  • Bon, parle-moi d’autre chose car ton cours de géo-politique est déprimant !
  • Tu as raison, changeons de sujet. Donc, je voulais te parler de la conquête spatiale. Toi, en 1978, tu dois t’imaginer qu’on a fait de grands progrès en quarante ans, hein ?
  • Ben oui, forcément…
  • Eh bien, si tu savais, quelle déception !
    Bon, pour faire simple, on fait plutôt du surplace en vérité. La conquête spatiale a laissé la place à l’exploitation spatiale avec la mise en orbite de centaines, voire de milliers de satellites de toutes les sortes : pour les communications et pour prendre des photos, bien sûr. Mais aussi pour l’orientation géographique avec un truc plutôt utile qu’on appelle le GPS. Du coup, on a mis tellement de satellites en orbite que certaines de ces orbites sont désormais presque complètement polluées par des débris. Tu vois, on ne s’est pas contenté de polluer la Terre, les océans et l’atmosphère, on est allé jusqu’à salir l’espace aussi, trop fort !
  • Donc, si je te suis bien, c’est pollution à tous les étages !
    Et tu dis qu’avec tout cela, ce n’est toujours pas traité sérieusement à ton époque ?
  • Eh oui, hélas. Il y a beaucoup d’inertie pour traiter les problèmes. Généralement, il faut une grosse catastrophe pour qu’on se décide à faire les efforts nécessaires. Bon, revenons à l’espace encore que, pour le reste, ce n’est pas terrible : on a bien une station internationale et permanente en orbite, mais pour le reste, c’est plutôt à des sondes-robots que l’on confie le travail d’exploration de notre système. Bien sûr, on parle régulièrement d’une mission habitée vers Mars, mais c’est toujours pour dans vingt ou trente ans. C’est un peu comme cette blague qu’on avait lue tous les deux dans Sciences & Vie à propos de la fusion thermonucléaire contrôlée, c’était prévu dans cinquante ans, mais fur et à mesure qu’on avance, c’est toujours pour dans cinquante ans… tu te souviens ?
  • Aha, oui, je me souviens de cet article !
  • Eh bien là, c’est pareil : la promesse de ce grand projet est toujours repoussée, annulée, reprogrammée et ainsi de suite. Remarque, pour la fusion, c’est toujours pareil : le délai de cinquante ans est toujours valable !
    Bref, l’espace est utile et utilisé, mais pas de quoi s’enthousiasmer, on est loin de ce qu’on pouvait espérer, crois-moi. Une autre relative déception, c’est la médecine. Certes, l’espérance de vie a progressé, mais elle a plafonné aussi. Et les grands défis tels que le cancer restent toujours non résolus. En fait, la médecine de mon époque est performante sur tout ce qui est lié à des traumatismes osseux et aussi dans les transplantations d’organes (encore faut-il que ces derniers soient disponibles !). Mais pour le reste, c’est plutôt la déception voire la régression. 
  • Mais tu dis quand même que l’espérance de vie a progressé ? C’est une vrai progrès quand même, non ?
  • Oui, c’est en partie vrai. Mais quand je dis déception et régression c’est qu’il y a quand même des éléments préoccupants. Par exemple, on a tellement sur-employé les antibiotiques qu’on en est arrivé au point où on recommence à être vulnérables aux maladies bactériennes. Car, à chaque fois qu’on a prescrit des antibiotiques inutilement, on a donné l’occasion aux souches bactériennes de se renforcer.
    C’est typique de nous ça : quand on tient quelque chose de bien, on s’arrange pour le gâcher à plus ou moins long terme !
  • Ohlala, qu’est-ce que tu es négatif ! C’est pas possible que tout soit aussi noir et aussi nul, y a forcément des domaines où le futur a tenu ses promesses quand même…
  • Oui, c’est vrai, tu as raison. D’ailleurs, il y a effectivement un exemple où le futur a fait plus que de tenir ses promesses. Le vrai truc qui a fait des progrès fantastiques, c’est tout ce qui est lié à l’électronique. Les ordinateurs sont devenus communs et il y en a partout car ont peut s’équiper pour pas cher.
  • Mais je croyais que c’était compliqué à programmer…
  • Oui, ça l’est toujours mais pas besoin de savoir programmer pour s’en servir. Il y a beaucoup de programmes déjà tout faits qui fonctionnent bien et qui sont utiles pour plein d’usages différents.
  • Ah et tu les commande à la voix, comme dans Star Trek ?
  • Euh pas vraiment non, encore qu’il existe des appareils que tu utilises effectivement uniquement à la voix mais t’expliquer cela nous ferait entrer dans des détails longs et fastidieux. Retiens simplement qu’en 2020, les ordinateurs sont partout, vraiment partout. Il y en a plusieurs dans ta voiture, dans ta maison, jusque dans ta montre et même pour certains, dans tes lunettes !
    Mais ce dernier usage n’est pas encore très développé. En revanche, ce qui s’est généralisé, c’est le téléphone mobile qui, en fait, est lui-même d’abord et avant tout un ordinateur.
  • Wow, génial mais ça doit pas être pratique de se balader avec son téléphone…
  • Détrompe-toi, c’est tout petit, ça tient dans la main. Et avec cela tu fais tout, vraiment tout. Tu peux même faire de la vidéo-conférence en pleine nature. Cet appareil te sers aussi pour écouter de la musique. Tu peux emporter toute ta collection de disques et le son est bon en plus. Là oui, on peut dire que le futur a été ponctuel au rendez-vous. En revanche, du côté de la création musicale, là c’est le bide. Les groupes de mon époque sont super nazes et, du coup, les créations des années 70 et 80 sont de nouveau très à la mode… Tous ces ordinateurs sont connectés à un réseau planétaire et tu as ainsi accès à tout, vraiment tout, y compris les dernières productions d’Hollywood ainsi que les anciennes. Mais c’est un peu comme la musique : la création s’est beaucoup dégradée et les films de mon époque ne te plairaient sûrement pas…
  • Peut-être mais là, ce que tu décris, ça fait rêver !
    Avec un réseau planétaire et l’accès immédiat à toute la connaissance, la Terre doit être peuplée d’êtres supérieurs avec un crâne enflé pour laisser de la place au cerveau en croissance, forcément. 
  • Hélas, on est loin du compte !
    Internet (puisque c’est le nom de ce réseau planétaire) sert surtout à consulter des vidéos frivoles, dans le meilleur des cas, et à s’échanger des insultes dans le pire. Bon, dans le domaine professionnel, ce réseau est super utile et il a permis des grosses évolutions mais pour ce qui est de la contribution à l’élévation de la culture, c’est plutôt une grosse déception.
  • J’ai du mal à me représenter cela en fait : tout avoir à sa disposition et ne pas savoir s’en servir pour devenir meilleur ? Je t’avoue que ça paraît difficile à croire.
  • Bien entendu, tout n’est pas noir. Par exemple, il n’y a pas eu de guerre mondiale. La paix, c’est important tout de même, on l’oublie trop souvent. Sauf quand on vit dans un pays pauvre ravagé par une guerre civile ou régionale. Car ça, hélas, il y en a eu. Pas de grosse guerre donc, mais de nombreuses petites. En fait, c’est un peu comme dans ton époque : si tu vis dans un pays riche, ça va : tu as l’abondance et la paix. En revanche, si tu vis dans les “zones agitées et plus ou moins pauvres”, genre certaines partie de l’Asie, l’Afrique et l’Amérique du Sud, là, ça va forcément être plus tendu, surtout sur une période de quarante ans !
  • Oui là, je ne suis pas surpris en revanche, rien de nouveau sous le soleil…
  • Je pourrais te raconter le monde de ton futur pendant des heures, mais je crois que tu as déjà compris l’idée : les progrès ne sont pas aussi grands qu’espérés et la masse humaine toujours plus nombreuse dévore tout sur son passage, sans même s’en rendre vraiment compte en plus. Effectivement, c’est un tableau plutôt triste, mais il correspond à ce qu’on peut attendre de la nature humaine, ni plus, ni moins.

===

Je quittais mon ami le cœur lourd pour retourner dans mon époque. Bien sûr, je ne lui avais pas tout dit, j’avais gardé pour moi quelques épisodes comme le 9/11 ou la crise du Covid19 qu’on était justement en train de vivre et dont on aurait bien aimé savoir à l’avance jusqu’où elle irait (et qui était en train de remettre en cause le statut de “transport de masse” pour le trafic aérien !). Mais raconter plus de quarante ans en quelques minutes oblige forcément à des raccourcis. Si j’avais évoqué le 9/11 par exemple, il aurait fallu que je rentre dans des explications longues qui n’avaient pas leur place dans cet échange.

On se rend compte, aussi, qu’à travers cet exercice, on n’échappe pas à certains biais. Tout d’abord, cette vision du monde n’est que MA vision du monde… avec tous ses partis pris, forcément. Ensuite, cette vision (en plus d’être biaisée) n’est que partielle : beaucoup de choses importantes m’ont échappé, sont déjà oubliées ou ne m’ont pas paru nécessaire d’être évoquées (alors que d’autres auraient commencé par cela). Donc, ce que j’ai pu décrire à mon ami est une peinture floue et incomplète.

Les biais cognitifs peuvent être organisés en quatre catégories : les biais qui découlent de trop d’informations, pas assez de sens, la nécessité d’agir rapidement et les limites de la mémoire.

Bien sûr, tout cela reste un exercice d’imagination, mais c’est celui que j’ai toujours voulu mener à terme… et vous, comment présenteriez-vous le monde d’aujourd’hui à vos connaissances du passé ?

Regardons des docs sur le sport-auto…

Dans cette période, à défaut de vraies courses, on peut au moins regarder des documentaires valables…

Donc, je vous recommande le tout récent “Fangio” qui est disponible sur Netflix :

Fangio, la légende absolue !

Je vous recommande aussi cette série sur Alain Prost :

Une série de 6 épisodes avec Alain Prost à l’Olympia…

Enjoy!

La F1 découvre le SimRacing

En ces temps troublés où les (vraies) courses sont annulées (on dit “reportées” plutôt…) les unes après les autres, les fans et les organisations font semblant de découvrir que la simulation existe et qu’elle peut s’avérer une alternative possible.

Donc, les initiatives se multiplient en ce moment jusqu’à ce que Liberty Media elle-même se lance et organise le GP de Bahrain virtuel. Bon, ce “GP” ne compte pour rien et il était juste là pour “distraire les fans” comme ils disent.

Bang, dans le rail !

On ne peut pas dire que cela aura été une réussite totale. Tout d’abord, on se demande bien qui a composé cette grille bizarre : un golfeur, un chanteur… et puis quoi encore ?

Bon sang, laissez les vrais pilotes (Sim et réel) s’exprimer !

Ensuite, les commentateurs : beaucoup trop british my dear!

Et là, désolé, ce n’est pas pour le meilleur. Si on veut que ça soit un événement ouvert à tous, il faut faire preuve d’un peu d’ouverture…

Ensuite, plantages, affichage saccadé et autres aléas classiques sur SimRacing ont un peu perturbé la course. De la part de F1. com, on s’attendait à ce que le paquet soit mis sur les moyens et, résultat, on a eu un truc à moitié cuit (au mieux !).

Les premiers tours ont été très chaotiques !!

Donc, oui, je suis plutôt déçu mais il y a de l’espoir : il y en aura d’autres et cela ne peut qu’aller en s’améliorant (car on va finir par trouver la bonne forme).

Pour en savoir plus, je recommande cet article (en anglais) : Renault’s Zhou wins Formula 1’s chaotic first-ever Virtual Grand Prix.

Présentation de mon tout dernier livre : Le facteur chance.

C’est un livre que j’ai commencé durant l’été 2019 et que je termine seulement maintenant… six mois, c’est la moyenne quoi !

La couverture de mon livre “Le facteur chance”.

Comme je l’explique dans la vidéo ci-dessous, l’action se déroule dans le contexte de la saison 2019 de F1 mais, contrairement aux apparences, il ne s’agit PAS d’un livre sur la F1…

Courte vidéo de présentation de mon livre “Le facteur chance”.

Comme je l’annonce dans cette vidéo, j’en prépare une autre, bien plus longue, qui sera une sorte de “making-of” de cet ouvrage.

Comme toujours, mon livre est d’ores et déjà disponible sur Amazon, que ce soit la version papier ou la version Kindle.

Pour lever (un peu) le voile sur le contenu de ce livre, voici un texte de présentation :

Le facteur chance. C’est le facteur différenciant, la clé de voûte des champions, la touche magique qui transforme les rêves une réalité.
Et si ce n’était finalement pas le cas ? Quelle rôle joue la chance dans la victoire en F1?
Que se passerait-il si un nouveau pilote apparaissait soudainement en F1 et se mettait à tout gagner ?
Fred Night, nouveau venu dans la catégorie, débarquant comme parfait inconnu et totalement inaperçu triomphe d’entrée de jeu puis encore et encore dans des circonstance complètement folles.
Il surprend tout le monde autant par ses performances que par son attitude. Fred Night, un pilote mongol (né en Mongolie mais de parents britanniques) au calme imperturbable. Alors qu’il évolue dans une écurie de seconde voire troisième zone (Racing Point), Fred triomphe calmement à chaque course. Bien entendu, des circonstances exceptionnelles entourent ses victoire mais le plus extraordinaire, c’est quelles se manifestent à chaque fois (bien de manière différente), comme si un scénariste et un metteur en scène intervenaient dans les coulisses…
Il est insaisissable, il est révoltant, il est totalement imprévisible. C’est du jamais vu !
Le monde de la F1 n’était pas prêt pour ça, le monde sportif n’était même pas prêt pour lui. Face à ces “tempêtes du hasard”, les champions habituels sont impuissants et les écuries dominantes restent sans réponse. Comment vont réagir le milieu, les médias et les fans ?
Mais qui est-il vraiment, ce personnage indomptable aussi mystérieux que tranchant ?
Désormais n’y a que ce sujet qui préoccupe tout le paddock et tous les médias : mais qui est Fred Night et à quel point sa réussite fulgurante est dû au facteur chance ?
Jusqu’où ira Fred Night ? Comment le milieu va-t-il réagir face à cette moisson jamais vu ?
Comment cela va-t-il finir ? C’est ce que je vous invite à découvrir dans “le facteur chance”…

J’ai situé ce roman dans le domaine de la F1 moderne alors que celle-ci n’a pas particulièrement grâce à mes yeux. En tant qu’amateur de sports-mécaniques, je préfère largement les 24 heures du Mans désormais ou bien la F1 des années 70 que je considère comme un âge d’or (voir à ce propos mes livres sur “Docteur miracle”…). Mais justement, la F1 actuelle si prévisible et si cloisonnée jusqu’au ridicule me paraissait justement être le bon contexte pour faire surgir un “cygne noir” totalement déstabilisant !
Car toute cette histoire tourne autour de l’impact qu’ont les résultats improbables d’un pilote sorti du rang.
Cette histoire que j’ai voulu réaliste n’est pas rigidement fidèle aux arcanes de la saison 2019 de F1. Je me suis autorisé quelques libertés avec les règlements techniques et sportifs afin de pouvoir dérouler mon histoire sans devoir passer par des détails de moindres intérêts. La F1 actuelle est tellement rigide qu’elle laisse peu de place à la créativité de ses acteurs et elle se retrouve souvent dans des impasses absurdes que j’ai préféré éviter.

Voilà, bonne lecture et à bientôt !

La saga “Esperanza 64” de Julien Centaure.

Je vous avais déjà signalé cet auteur dans cet article qui remonte à septembre 2017.

A cette époque, j’étais déjà plein d’admiration pour les livres de cet écrivain prolifique et très talentueux. Depuis, j’ai lu tout ce qu’il a publié (tout !) et mon admiration n’a fait que croitre !

Je viens de finir le tome 4 de sa saga “Esperanza 64” que je venais juste de commencer en septembre 2017. C’est toujours avec une certaine nostalgie que l’on termine la lecture d’une série que l’on a (beaucoup) apprécié… Mais c’est également très vrai (encore plus) quand on l’écrit !

Le tome 1 de la saga Esperanza 64
Le tome 2
Le tome 3
Le tome 4

Pour preuve, Julien a publié ce petit message sur la page du tome 4 de “Esperanza 64” sur Amazon :

Lumière, le tome IV qui clôture la série Esperanza 64, est en ligne depuis le 3 février.

Il n’a pas été bien long à écrire car présent dans ma tête depuis la fin du tome précédent.
Je ne pensais pas qu’il serait aussi douloureux de quitter ces personnages que je regarde évoluer depuis si longtemps.
Un grand merci à tous les lecteurs qui les ont appréciés, leur permettant de vivre cette longue aventure.

Je suis sur une nouvelle histoire.

Il n’est jamais simple de décider à l’écriture de quel roman se consacrer. il y a tellement de belles histoires à raconter! Leurs personnages sont impatients de les vivre et ils chuchotent constamment à mon oreille.

Mais, comme je leur explique, il faut du temps pour écrire un livre et donner à ses personnages une vie qui vaut la peine d’être vécue.

En ce qui me concerne, il n’y a pas grand chose à dire, mais il faut savoir que lorsque j’écris, je suis presque tout le temps dans l’histoire. Le soir dans mon lit est un moment particulier, riche en idées, en rebondissements, mais je suis aussi dans l’histoire quand je fais mon jogging, quand je suis dans une salle d’attente ou sur mon vélo.
Écrire une histoire c’est la vivre à la puissance 10, c’est oublier presque totalement le monde réel.
On est dans une petite pièce de 8 m² et on tient l’univers dans sa main.

J’ai écrit de nombreux ouvrages dont beaucoup ne seront jamais publiés, mais c’est toujours le dernier, celui que je vis, qui me semble le plus passionnant.

Pour terminer, je remercie Amazon qui me permet de m’adonner à ma passion de l’écriture.

Je dois dire que ce message résonne particulièrement à mes oreilles !

Je crois qu’à peu de choses près, j’aurais pu écrire exactement pareil. En tout cas, ce que j’ai ressentit en terminant ma saga PMC était très proche pour ne pas écrire identique. C’est vrai qu’à force de les côtoyer, les personnages prennent vie et finissent par s’animer, prendre des décisions, influencer le cours de l’histoire sans que l’auteur ait besoin d’intervenir. Il devient spectateur de son propre récit. C’est quelque chose que j’ai déjà évoqué dans les pages de ce blog mais je ne suis plus le seul à le dire : Julien Centaure en témoigne, il ressent cela aussi, il le vit aussi !

Dans le cas de la saga “Esperanza 64”, on est face à une oeuvre majeure, je n’ai pas peur de l’affirmer. Il ne s’agit pas seulement d’une série de roman de SF (mais c’est cela aussi), c’est presque une étude sociétal et sociologique poussée jusqu’à son paroxysme. En effet, l’auteur nous accompagne pendant plus de 15000 ans (!) en répondant tout le long à la question de type “que se passerait-il si…”. C’est fascinant, passionnant (car fort bien rédigé) et on reste en haleine jusqu’au bout. Selon moi, les développements proposés sont très crédibles, du début à la fin et cela renforce encore l’intérêt de cette lecture en plus du plaisir qu’on prend à la lire.

Car oui, c’est aussi une lecture utile pour réfléchir aux développements probables ou, au moins, potentiels de nos sociétés une fois confrontées à l’immensité de l’Univers. Lorsque je lis les livres de Julien Centaure, je ne suis pas seulement transporté dans son univers mais je m’interroge aussi : aurais-je su écrire cela ? aurais-je su retranscrire cette situation aussi bien ? saurais-je créer un personnage aussi attachant que “La commandant” (eh oui, c’est ma préférée !) ?

La saga Esperanza 64 est réussie sur toute la ligne y compris sur sa fin. En effet, il est toujours particulièrement délicat de trouver une bonne fin pour un récit. C’est évidemment encore plus dur quand il s’agit d’une série déclinée sur plusieurs tomes. Et, cette fois, je ne peux qu’applaudir chapeau bas : Julien Centaure a su terminer son histoire avec une vraie-fausse happy end qui vient ponctuer, de façon fort logique en fait, son déroulement, avec toute la faiblesse de la nature humaine, même quand elle est capable d’évoluer comme Esperanza 64 le propose… Bravo maestro !

En tant qu’auteur moi-même, ce sont forcément les questions que je me pose quand je lis les ouvrages “des autres”… Mais je dois dire que le seul dont j’ai lu toute la production (tout, j’insiste !), c’est Julien Centaure et sans jamais être déçu !

En voilà bien un dont je sais que je peux choisir un de ces livres les yeux fermés. Ceci dit, une saga comme Esperanza 64 est un monument et, quelque part, ça se mérite en tant que lecteur… Par exemple, avant d’entamer le tome 4, j’ai relu le tome 3 pour me remettre en mémoire tous les éléments (un petit résumé en début de tome ne serait pas inutile… je l’ai fais dans PMC et je me rend compte que c’est effectivement une bonne idée). Bref, je vous incite à vous jeter sur ces livres si vous êtes amateur de SF un peu riche (c’est-à-dire qui embrasse large !).

Quand la réalité rejoint la fiction

Je viens de regarder un documentaire sur Arte : “Des robots et des hommes”. Un contenu sur la robotique, l’IA et les questions sociétales que ces sujets posent… Rien d’exceptionnel, mais j’ai pour habitude de regarder plus ou moins “tout” ce qui passe à ma portée sur ces sujets (et d’être souvent déçu par les banalités et les idées reçues qui y sont ressassées !).

Cependant, cette fois, une séquence a particulièrement retenu mon attention. À partir de 46:30; on y voit une jeune femme qui explique son quotidien au travail à Londres… Depuis dix ans, elle livre des colis (genre Uber Eats) en vélo et explique que depuis ses débuts, les choses ont bien changé : avant, elle avait un manager qu’elle voyait de temps en temps et, désormais, tout ce fait à travers une app, y compris les sanctions !

Voir à https://www.arte.tv/fr/videos/058352-000-A/des-robots-et-des-hommes/

source : https://www.ierhr.org/de-la-robotisation-des-hommes-a-lhumanisation-des-robots/

Cette évolution déshumanisée m’a rappelé exactement le contexte d’un roman de SF écrit par Marshall Brain : Mana (voir à https://marshallbrain.com/manna1.htm).

Dans Mana, une chaîne de fast food remplace tous les managers par une application reliée aux employés par un casque audio où elle donne ses ordres. Les employés peuvent et doivent indiquer où ils en sont par un microphone intégré au casque audio. Les humains sont ainsi transformés en quasi-robots qui doivent obéir minute par minute à une application qui trace tout, n’oublie rien et sanctionne au moindre travers.

Il est assez saisissant de voir qu’on en est là, déjà. Et nul besoin d’une AI sophistiquée pour atteindre ce genre de résultat : il suffit d’un programme comme les plateformes de services telles qu’Uber et autres mettent en œuvre depuis des années. Les évolutions les plus radicales ne demandent pas forcément un saut technologique important, il suffit d’intégrer finement ce qui est déjà largement disponible…