Parlons politique, pour une fois…

Et si on évoquait un peu la politique cette fois ?

Pas la politique française bien sûr : avec un parti socialiste obsolète, mais tout de même au pouvoir et un président « normal », mais qui fait rire le monde entier, la politique française est complètement déprimante. Merci donc, mais non merci.

Penchons-nous plutôt sur la politique américaine. Vous me direz que c’est plus que jamais le moment avec les primaires de la prochaine élection présidentielle… D’un côté (les démocrates), Hillary Clinton peine à se débarrasser de Bernie Sanders (alors qu’on lui annonçait un boulevard !). De l’autre (les républicains), Trump fait la course en tête alors que ce type est incontestablement un clown. Avant de se moquer des Américains, rappelons-nous que nos voisins italiens ont élu Berlusconi (un autre clown) et que nous-mêmes avons élu Chirac (deux fois) avant de passer à Sarko puis à Flanby… Ah oui, ça calme, hein !

Non, laissons les primaires de côté aussi, ça n’est pas très réjouissant.

Penchons-nous plutôt sur la seule vraie question, le seul vrai mystère de la politique américaine : pourquoi les pauvres votent-ils républicains ?

Pas tous les pauvres, mais une grande partie, une bien trop grande partie à voter pour leurs oppresseurs en dépit de toute logique (ok, les gens sont stupides, une preuve de plus…).

Or, voici justement qu’un article tente de répondre (avec brio) à cette importante question : I Know Why Poor Whites Chant Trump, Trump, Trump

C’est long, tout en anglais, mais on y apprend des tas de choses. Saviez-vous, par exemple, que l’esclavage en Amérique a commencé avec des blancs (plus ou moins « volontaires » !) avant d’être massivement remplacé par des noirs (importés d’Afrique) ?

Pour ma part, je l’ignorais. C’est ce qu’on apprend dans cet article que je vous encourage vivement à lire (regardez également la petite vidéo sur la « corruption légale », édifiant !).

Petite conférence sur le cycle de maturation des technologies…

Le hype (l’exagération…) domine dans tout ce qui est information à propos des nouvelles technologies. Cela empêche d’en comprendre le vrai potentiel et le temps nécessaire à la maturation d’une innovation technique à la mode…

 

La vraie liberté d’expression n’est pas bien vue, de nos jour et sous nos latitudes…

Nous avons beau jeu de dénoncer les régimes totalitaires et archaïques pour leur traitement des minorités ou leur façon de juguler la fameuse liberté d’expression… Mais j’affirme qu’on fait exactement pareil, en particulier pour cette dernière (la liberté d’expression) !

« Pas de liberté pour les ennemis de la liberté. »
Antoine de Saint-Just – 1767-1794

Avec des raisonnements à la Saint-Just, on a vite fait de justifier n’importe quoi et en particulier de museler celles et ceux qui ne pensent pas comme vous, comme la majorité, comme le veut le trop funeste « politiquement correct »…

En France (et ailleurs aussi), il y a des tabous, des notions indicibles, des éléments pour lesquels aucun débat n’est permis. Et ceux qui s’y risquent sont lourdement punis : ostracisés, ridiculisés, marginalisés et réduit au silence. Les médias sont les chiens de garde principaux, mais il peut arriver que même la Justice s’en mêle et que vous soyez poursuivis pour « crime de la pensée », mais oui !

Dans le soi-disant pays des droits de l’homme et de la liberté d’expression, dans le pays où tout les alignés proclament comme un seul individu « je suis Charlie » ou autre niaiserie du même acabit, il y a certaines choses qu’il n’est pas possible de dire. On en est revenu au temps de l’inquisition et des bûchers.

Du coup, dans notre époque ubuesque, on peut crier « Hollande est un clown », mais pas demander la légalisation du droit au suicide… Là, c’est mal, c’est une incitation irresponsable vous comprenez !

Ces tabous sont nombreux et vous en connaissez tous certains. Quelques-uns sont évidents (tout ce qui est lié à la Shoah, c’est même dans le droit pénal !), d’autres sont plus subtils (comme la vaccination obligatoire qui ne doit même pas être discutée, voyons !). Mais les moyens de renforcer ces tabous, eux, sont presque toujours les mêmes. Tout d’abord, on va vous attaquer ad hominem, vous traiter de raciste (raciste, c’est bon, ça marche toujours même si le sujet de la dispute n’a rien à voir avec le racisme !), vous disqualifier sur tous les plans sans même prendre le temps de réfuter votre argument. Pas besoin puisque votre argument ne DOIT PAS être discuté, point.

La réalité présente c’est que la seule opinion acceptable, c’est celle qui ne gêne pas le statu quo, celle qui est bien « mainstream » et qui peut donc être reprise ad nauseam par la machine médiatique (la première à se prévaloir de la liberté d’expression et la première à la combattre… go figure!).

USA : évoquons rapidement le problème des armes à feux…

Aux USA, difficile d’y échapper : les fusillades arrivent presque une fois par semaine dans le pays et tout le monde (y compris vos amis) a un avis sur ce délicat sujet… Les armes à feux personnelles !

C’est à des aspects comme celui-ci qu’on se rend compte qu’on peut vivre dans des mondes différents tout en restant sur la même planète… En Amérique, la propagande en faveur des armes est telle que la NRA va même jusqu’à proposer des versions « modernisées » des contes de notre enfance !

Du coup, on en arrive à des situations absurdes comme cette statistique délirante : aux États-Unis, les jeunes enfants tuent davantage de monde avec des armes que les terroristes.

Et l’incident récent impliquant une militante pro-armes a fait un certain bruit : Pro-armes à feu, cette mère est blessée par une balle tirée par son fils de 4 ans… C’est bête, hein !

Pourtant, rien à faire, la plupart de gens tiennent mordicus à pouvoir garder leurs fusils et leurs révolvers, même si c’est potentiellement mortel au sein du foyer… Go figure!

Les succès significatifs : l’ecommerce, montée et conséquences

Reprenons notre cycle des conférences sur les succès significatifs avec un grand sujet : l’ecommerce…

Cette courte conférence va se limiter à évoquer les conséquences de la situation actuelle ainsi que les perspectives d’avenir, y compris lointain…

Sur le dernier slide, c’est le fondateur d’Alibaba, Jack Ma qui explique les fondements de l’Ecommerce.

 

La saison MotoGP reprend, ça, c’est la bonne nouvelle !

La mauvaise nouvelle, c’est que ça reprend au Qatar, le pire endroit pour faire de la course moto et ce pour plusieurs raisons…

Mais plutôt que de vous expliquer pourquoi le GP du Qatar est inapproprié pour le MotoGP, je veux en profiter pour vous faire découvrir une excellente source : Motomatters.com avec ce formidable article sur le sujet (et oui, c’est en anglais… arrêtez de râler et mettez-vous à lire dans cette langue, ça ne peut que vous faire du bien !).

Connerie humaine et guidons de moto…

Comme vous le savez peut-être si vous consultez mon blog « Freedom machine« , j’aime la moto et la pratique régulièrement des deux côtés de l’atlantique… Mais ça ne m’empêche pas d’être lucide sur la connerie humaine même quand celle-ci envahit le monde des deux-roues à moteur !

Aujourd’hui, nous allons évoquer un phénomène atterrant (et aberrant aussi) qui sévit aux USA : l’utilisation de guidons hauts, très hauts, trop hauts…

Une image vaut mille mots, parait-il… Vous voyez ce que je veux dire, hein !

On pourrait s’imaginer que cet individu est seulement une triste exception, mais non, il n’est qu’un exemple d’une tendance, hélas !

Personne au guidon cette fois… Et ça se comprend !

Comment peut-on imaginer « conduire » des engins pareils ?
Et surtout, comment peut-on imaginer que parader à ces « guidons » puisse être positif (de la frime, ça ?) ?

Il est beau celui-là ! Une belle tête de vainqueur…

J’avoue que cela me dépasse. Tout est absurde dans cette mode : le contrôle n’est pas bon, le confort est horrible (surtout avec les pieds en avant et les reins cassés !), rien ne justifie une posture pareille !

Celui-ci est sans doute une forme de record, non ?

Je trouvais que la mode des « cafés racers » était ridicule (et je le trouve toujours) mais ce n’est rien à côté de cette tendance absurde des « guidons hauts »… Avec sa cohorte de pauvres types tous pareils : barbus, tatoués, bandanas, etc. Un vrai uniforme en fait !

Mais bon, il y a bien des modes que j’ai du mal à comprendre en matière de vroum-vroum comme les « bouncing cars » !