Un tour du monde (simulé) avec un Piper PA28

Je suis un spécialiste de la simulation de courses automobiles (le fameux Simracing). Mais ça ne m’empêche pas de m’intéresser à d’autres formes de simulations, telle que le vol avion.  Et c’est ainsi que j’ai découvert ce nouveau titre : Dovetail games Flight school.

Ce simulateur tout récent propose une approche nouvelle de la simulation de vol : facile, progressive, accessible et pas trop compliquée. Je dois dire que j’ai été vite séduit !

Pour le moment, il n’y a que 2 avions : deux monomoteurs dont un Piper PA28 (ci-dessus en image au décollage). Des avions assez lents, mais faciles à piloter.

Mais, peu importe le flacon pourvu qu’on est l’ivresse, n’est-ce pas ?
Donc, j’ai commencé par des vols locaux, histoire de survoler des lieux que je connais. Puis, j’ai traversé la manche au niveau du pas de Calais et j’ai rejoint la Corse depuis la Côte d’Azur. Après cela, j’ai commencé à avoir une idée et une envie : pourquoi pas entamer un tour du monde ?

Et donc, c’est parti !
J’ai décollé de La Mole pour rejoindre St Catherine (en Corse du Nord). De là, j’ai rejoint l’Italie en me posant à Grosseto. Aujourd’hui, je fais la liaison entre Grosseto et Galatina (dans le talon de la botte italienne), mon vol le plus long, presque 3 heures… Ensuite, je prévois de rejoindre la Turquie via la Grèce et, de là, cap sur l’Asie centrale : Samarcande, la Mongolie, remonter vers le détroit de Béring, passer en Alaska, traverser le nord de l’Amérique par la frontière USA-Canada et remonter au nord pour rejoindre l’Islande et, enfin, l’Irlande afin de pouvoir me poser en France au terme de ce voyage exaltant !

Roland Garros, sur la pente du déclin ?

Pour le moment, Roland Garros est toujours un tournoi prestigieux, faisant partie du très convoité « grand chelem ». Mais pour encore combien de temps ?

En effet, on peut s’interroger sur la gestion par les organisateurs (lire cet article pour preuve), car les tribunes sont restées quasi vides tout au long de ces deux semaines. Ce n’est pas la faute de la météo (pourtant bien pourrie, comme d’habitude depuis deux mois) qui aurait pu refroidir les ardeurs des spectateurs… Mais ce n’est pas pour cela, hélas. Car, l’erreur des organisateurs, c’est de donner la priorité aux entreprises qui leur achètent des « packages ».

C’est une méprise classique : en pensant vendre des places, l’organisateur croit oeuvrer pour le bien de son épreuve, mais les gradins vides annulent tout le bénéfice de l’opération, car le dommage en terme d’image est bien plus grand que les résultats financiers. Sur le long terme, c’est ainsi qu’on abime le prestige d’un événement, petit à petit, sans y prendre garde. En négligeant son vrai public (celui des passionnés et non celui des entreprises), l’organisateur se trompe de cible et se tire une balle dans le pied. On en reparlera dans quelques années…

Une génération d’écrivains talentueux mais que va-t-il en rester ?

Régulièrement, je relis « Le journal d’un proctologue » d’Hervé Heurtebise et je ressens toujours la même émotion avec ce récit à la fois drôle et poignant. Il y a donc une poignée d’auteurs comme Hervé, Thibaud Delavaud (je me mets aussi dans ce lot) et d’autres dont je ne me souviens plus du nom pour qui l’écriture est une activité significative.

Je me demande souvent ce qui restera de cette première génération d’écrivain qui est apparue avec et grâce à l’autopublication (surtout sur Internet). Quels sont ceux qui vont survivre au passage du temps (je veux dire « survivre en terme de notoriété »…) ?
Quels sont les ouvrages de ces auteurs qui seront encore lus dans 20, 30, 40 ans ?

Nous écrivons pour être lus, ça c’est clair. Mais pour quelle durée ?
Nous écrivons aussi pour les échanges avec les lecteurs, ça aussi c’est très clair (et je suis toujours ravi quand cela arrive). Mais quels échangent pourrais-je avoir avec d’éventuels lecteurs dans des décennies (dans le cas où ils y en auraient, ce qui serait une super bonne nouvelle !) ?

Je n’ai évidemment aucune réponse à ces questions, mais il serait amusant qu’un historien de la littérature lise ces lignes dans les temps futurs et commente « Déjà, Lefebvre s’interrogeait sur le devenir de ses écrits… Il serait sans doute bien surpris d’apprendre la situation de son oeuvre à notre époque. »

Mes livres récents en format papier... Sous le soleil de la Floride !

Mes livres récents en format papier… Sous le soleil de la Floride !

Les saisons, un documentaire à regarder en famille

Dernier de la série de documentaires animalier produit par Jacques Perrin, « Les saisons » s’inscrit dans la lignée de « Microcosmos » et du « Peuple migrateur » : tout aussi beau, tout aussi spectaculaire. C’est un peu aussi une synthèse de ces deux-là dans la mesure où on y retrouve des séquences qui évoquent « Microcosmos » (comme le combat de Hannetons) ou « Le peuple migrateur » (comme le vol des oies sauvages).

Ce film magnifique est à regarder en famille comme nous l’avons fait après l’avoir loué sur iTunes (disponible depuis le 27/05).

 

Quoi de mieux qu’un lundi de pentecôte pour un petit miracle ?

Aujourd’hui, j’ai pu rédiger le chapitre 14 de PMC T3… En une seule journée !

Comme j’avais déjà pu écrire les chapitres 11, 12 et 13 ces derniers jours (et que le chapitre 15 était déjà rédigé depuis longtemps…), cela m’a permis de conclure l’écriture du premier jet de ce dernier volume de la saga PMC.

C’est un petit miracle car je n’y croyais pas moi-même : il y a quelques jours, j’expliquais justement que la rédaction du T3 trainait depuis un an et que cela prenait du temps, etc.

Et là, boum, en quelques jours, miracle : le livre (le premier jet du moins) est terminé !
Bon, reste encore un paquet de travail pour les corrections, la mise en forme, tout ça…

Pour moi, ce n’est pas sans une certaine émotion que je conclus cette histoire. Après tout, ça fait des années que je suis dessus !
Donc, c’est à la fois une certaine libération et une nostalgie certaine… Plus prochainement, promis !

Pourquoi plus d’un an pour écrire le T3 de PMC ?

Il y a presque un an jour pour jour, je pouvais enfin publier le T2 de PMC (voir à http://www.perdudansletemps.com/le-tome-ii-de-prevision-maitrise-controle-est-enfin-disponible/)… Et depuis ?

Depuis, j’en suis toujours à écrire le T3, volume final de cette saga… Certes, je ne suis pas resté vraiment inactif pendant toute cette année puisque j’ai pu écrire et publier « La guerre des Froes » en septembre 2015 (voir à http://www.alain-lefebvre.com/un-tout-nouveau-livre-disponible-la-guerre-des-froes-de-la-sf-sur-un-fond-de-guerre-intersystemes/).

Oui mais le T3 de PMC, pourquoi ça traine ?
D’abord, ça ne « traine pas » : je n’ai pas de calendrier à tenir, je fais à mon rythme, quand ça me plait et seulement dans ces conditions. Imaginez ce que ça donnerait si je devais écrire cette suite et fin avant telle date ?
De la bouillie pour chats et rien de plus.

Bref, pour toutes ces raisons, je prends mon temps. C’est-à-dire que j’y travaille quand je le sens et je le laisse de côté quand je ne sens rien. Cela a toujours été ma méthode d’écriture et je ne vois aucune raison d’en changer.

Ceci dit, je dois avouer que, cette fois, c’est un peu plus difficile que d’habitude. Car ce tome 3 est aussi la conclusion de toute cette histoire. Il me faut donc rassembler tous les fils et les nouer d’une façon satisfaisante. Pas toujours évident de donner congé à un personnage : ce dernier n’a pas forcément envie de quitter la scène et je m’y suis attaché… Donc, la séparation prend plus de temps et d’efforts que prévu.

Je n’explique pas tout ceci afin qu’on me plaigne (et puis quoi encore !) mais partager avec vous ce long cheminement qui débouche sur un livre, une histoire complète. Entre nous, j’ai plutôt hâte d’en avoir terminé, car je porte cette histoire depuis bien longtemps maintenant. Attention, ça ne veut pas dire que je suis lassé, au contraire. Je suis très heureux de voir comment tout cela s’est transformé au fil des mois et des années. Mais, désormais, j’aimerais bien pouvoir mettre la touche finale et passer à autre chose, car, et cela ne vous étonnera pas, j’ai plein d’idées pour de nouveaux ouvrages !

En attendant de pouvoir vivre cet instant de libération (intense et gratifiant) qui marque la fin de l’écriture d’un livre, je vous livre un extrait du travail en cours à http://www.perdudansletemps.com/un-extrait-du-tome-iii-pour-vous-faire-patienter/

Encore une vidéo magique de Antti Kalhola… Merci Antti !

Pas besoin de bla-bla, regardez cette vidéo et appréciez. Si ces images ne vous remue pas les tripes, ne vous font pas frissonner, c’est que vous êtes déjà mort !

Gilles Villeneuve (le père de Jacques Villeneuve, le champion du monde de F1 1997) était le fonceur absolu : no surender, no bullshit, no nothing!
Pour lui, seule la victoire était jolie et il ne cherchait jamais à économiser sa voiture, peu importaient les conséquences. Bien entendu, il ne fut jamais champion du monde (mais il n’était pas loin en 1979…). Peu importe : ce champion sans couronne a marqué les esprits bien plus que des pilotes titrés à de multiples reprises.

Il reste une légende vivante pour tous les passionnés. Merci Gilles, merci Antti.