Se faire « Uberiser » : les start-up américaines vont-elles nous débarrasser de tous ceux qu’on déteste ?

Si vous êtes dominant dans votre secteur mais un peu ringard (certaines fois, ceci entraine cela… un travers bien connu du monopole), vous êtes en bonne position pour vous faire uberiser (je n’invente rien, voir à https://fr.wiktionary.org/wiki/uberiser).

En dehors des pervers masochistes, je ne connais personne qui aime les taxis parisiens !
Ce sont les premiers à s’être fait « uberiser » mais certainement pas les derniers… Patience et tous les gros profiteurs de situations protégées vont dégager d’autant plus rapidement qu’ils sont détestés par leurs usagers. On a tout de suite plein d’exemples qui viennent en tête : auto-écoles, banques, hommes politiques et j’en passe…

« IA, la grande question », le titre de mon prochain livre…

Vous savez ce que c’est : à peine un livre est-il terminé (le T2 de PMC) que je pense déjà au suivant !

Logiquement, je devrais être en train de travailler sur le T3, n’est-ce pas ?
Et, rassurez-vous, c’est bien ce que je suis en train de faire… Mais ce n’est pas pour autant que je n’ai pas le droit de m’offrir « une respiration », hein !

Donc, mon prochain livre sera un ouvrage de non-fiction. Cette fois, je vais traiter un thème important, le plus important de tous sans doute actuellement… Les conséquences probables du développement d’une intelligence artificielle forte (ou globale).

Voici donc une vidéo pour présenter le sujet et ce que je vais en dire. C’est un peu long (plus de 8 minutes), mais tenez bon et vous verrez que le domaine en vaut la peine.

La bande dessinée : un art où toutes les méthodes marchent !

Comme j’ai pu le faire dernièrement avec mon fils Valentin qui présentait lui-même son application, voici Quentin (mon fils ainé) qui présente sa démarche de travail en tant qu’auteur de BD…
====

Ces dernières années, j’ai beaucoup écouté ce que disent les auteurs de bande dessinée sur leur manière d’aborder cet art. Certains expliquent qu’ils avaient une manière très classique de travailler qu’ils ont laissé tomber un jour pour dessiner autrement, d’autres racontent leur envie d’amener des choses différentes dans leurs séries pour casser la monotonie, d’autres encore parlent de l’aspect important de faire des croquis préparatoires…

Ça me passionne d’écouter des artistes parler de leur façon de travailler !

Je fais de la bande dessinée depuis bientôt 12 années et je suis amoureux de cet art !

Il y a plein de méthodes possibles pour le pratiquer, je vais ici parler de la mienne.

Ma méthode de travail est assez classique ;

Au départ, je fais des croquis préparatoires/storyboards pour mettre en place l’histoire de façon brouillonne, chercher mes personnages…

handman évolution du personnage

Ensuite je passe à un crayonné plus abouti où je vais préciser les choses, à la règle, en faisant attention aux proportions, etc.

Puis j’encre avec des stylos spéciaux, contenant de l’encre de chine dans des cartouches, pour avoir un trait fini assez proche de la ligne claire que j’aime bien.

Pour finir, je gomme le crayonné et je scanne le tout.

handman étapes

J’aime le contact avec le papier. Je ne me vois pas dessiner sur une tablette numérique. Mais je pourrais changer d’avis. Les couleur sont faites sur ordinateur, car je n’ai pas encore assez développé mon travail de la couleur directe pour avoir un résultat satisfaisant.

Je travaille beaucoup d’après photo. Je trouve ça sympa de faire des repérages sur des lieux en prévisions d’un décor à dessiner, ou pour les poses d’un personnage. Je fais plein de photos, pour ensuite travailler tranquillement chez moi. J’ai souvent l’impression que je vais repérer des lieux en prévision du tournage d’un film ! C’est excitant.

handman making of

En BD, on peut se passer du crayonné et encrer directement, on peut mélanger la couleur directe avec une colorisation à l’ordinateur, encrer à la plume, au pinceau, au stylo bille, faire chaque case sur une seule feuille et assembler le tout ensuite…tout est possible !

Je me sens à l’aise avec ma méthode de travail, tout en me disant qu’elle peut changer du jour au lendemain, selon mes nouvelles envies et si une lassitude s’installe.

On verra bien ! L’essentiel, c’est que tout ça reste un plaisir !

Quentin Lefebvre

www.quentinlefebvre.fr

Mec lecteurs sont formidables (et mes lectrices aussi…) !

Hier soir, j’ai reçu un message d’Eric H qui m’adressait une liste de corrections à appliquer sur Freedom Machine (ce que je fis dans la foulée, la nouvelle version en est cours de publication… ça va vite pour les versions numériques, c’est plus lent pour la version papier). Vous ne pouvez imaginer combien ce message m’a fait plaisir !

En bref, mes lecteurs et lectrices sont peu nombreu(se)x mais sont formidables. Merci à toutes et à tous.

Prévision Maîtrise Contrôle : version papier et version tome 1 & tome 2 combinés

La version papier du tome 2 de « Prévision Maîtrise Contrôle » est enfin disponible !

Cette fois, cela aura été un peu long mais on peut désormais le trouver sur amazon.

Voici la couverture du tome 2 version papier…

BookCoverPreviewJe ne me suis pas contenté de cela puisque je viens aussi de publier une réunion des tomes 1 & 2, pour le moment seulement disponible en version Kindle (mais la version papier est en route aussi…) :

PMC-full-cover

 

Le tome II de « Prévision Maîtrise Contrôle » est enfin disponible !

Trois ans après le tome 1 (ben oui, faut le temps d’y penser puis de l’écrire et enfin de le corriger !), voici enfin le tome 2 : Prévision Maîtrise Contrôle : la chasse est lancée !

Voici le contenu de la « 4ème de couverture » :

Le premier tome de « Prévision Maîtrise Contrôle » est disponible depuis février 2012. Ce second volet éclaire la machination gigantesque qui se cache derrière les voyages dans le temps de nos héros. On retrouve également les spéciaux avec le redoutable Major Rouhier à leur tête, l’homme qui ne recule devant rien pour préserver son pouvoir et son indépendance, même pas devant le meurtre du président du conseil de l’Union…

Ce second volet est l’occasion d’explorer des domaines exclusifs comme la remontée dans le monde réel en changeant de corps : une grande première jamais tentée !

Le major Rouhier va aussi s’apercevoir que poursuivre des fuyards dans les simulis est moins facile qu’il ne parait…

Pour le moment, ce tome II n’est encore disponible qu’en version Kindle chez Amazon mais les versions papier (amazon aussi) et ePub vont suivre très bientôt !

Voici la couverture, d’abord la version numérique… La version papier va suivre dans quelques jours.
couv-pmcT2

Schopenhauer, mon héros !

Je ne suis pas du genre à avoir des idoles, mais j’ai quand même mes héros !

Amateur de sports-mécaniques, j’ai une admiration réelle pour Lauda et Agostini. Dans le domaine historique, je dois dire que j’ai un faible pour Winston Churchill. Normalement, les acteurs me laisse indifférent mais, là aussi, je ne peux réfréner une préférence pour Patrick McGoohan.

Sur le plan intellectuel, c’est vers Arthur Schopenhauer que va ma préférence, sans conteste et sans égal !

Voilà un philosophe comme je les aime : disant la vérité sans fard, sans précaution mais avec profondeur. Schopenhauer ne se joue pas de mots (il laisse cela à Hegel !) et nous renseigne utilement sur la réalité de la condition humaine. Misanthrope comme moi (mais qui ne l’est pas ? Voir à  http://www.alain-lefebvre.com/pourquoi-nous-sommes-tous-des-misanthropes-mais-si/), il aimait les animaux (il adorait son caniche… Nul n’est parfait, je préfère de loin les chats !) et avait compris qu’ils sont nos égaux.

Plutôt qu’une lourde explication de son enseignement, voici une sélection de citations qui situe bien le personnage et sa pensée :

« Je fais ici cette confession en prévision de ma mort, que je méprise la nation allemande à cause de son immense bêtise, et que je rougis de lui appartenir. »

« Les animaux sont principalement et essentiellement la même chose que nous. »

« Un simple coup d’œil nous fait découvrir deux ennemis du bonheur humain : ce sont la douleur et l’ennui. »

« Quelle folie de regretter et de déplorer d’avoir négligé de goûter, dans le passé, tel bonheur ou telle jouissance! Qu’en aurait-on maintenant de plus? La momie desséchée d’un souvenir. »

« Laisser paraître de la colère ou de la haine dans ses paroles ou sur son visage, cela est inutile, dangereux, imprudent, ridicule, commun. On ne doit trahir sa colère et sa haine que par des actes. Les animaux à sang froid sont les seuls qui aient du venin. »

« Je cause parfois avec les hommes comme l’enfant avec sa poupée. Elle sait très bien que la poupée ne l’entend pas, mais elle se procure, par une agréable autosuggestion consciente, la joie de la conversation. »

« Les amis se disent sincères ; ce sont les ennemis qui le sont ; aussi devrait-on, pour apprendre à se connaître soi-même, prendre leur blâme comme on prendrait une médecine amère. »

« Il peut arriver que nous regrettions la mort de nos ennemis et de nos adversaires, même après nombre d’années, presque autant que celle de nos amis, — c’est quand nous trouvons qu’ils nous manquent pour être témoins de nos éclatants succès. »

« Ni haïr, ni aimer fait la première moitié de toute intelligence du monde ; ne rien dire et ne rien croire la deuxième ».

« Ma philosophie ne m’a rien rapporté, mais elle m’a beaucoup épargné. »

« Toute ma philosophie peut se résumer dans cette expression : le monde est l’auto-connaissance de la volonté. »

« Les religions sont comme les vers luisants : pour briller, il leur faut l’obscurité. »

« La vie et les rêves sont les pages d’un seul et même livre »

Je reviens rapidement sur la toute première, à propos de la nation allemande. Je pense que n’importe quel citoyen du monde, s’il est honnête, pourrait dire la même chose de son pays d’origine tellement la bêtise la plus crasse s’est aujourd’hui généralisée…

Un excellent site sur un excellent philosophe => http://www.schopenhauer.fr/