Conférence sur l’histoire de l’informatique à l’école 42 le 24 avril 2014

Sans doute avez-vous déjà entendu parler de l’école 42. C’est la fameuse école créée par Xavier Niel, également fondateur de Free Telecom, où les 1000 étudiants ont été sélectionnés selon un processus inédit et bénéficient d’un enseignement de pointe ET gratuit…

Bref, c’est donc au sein de 42 que, le 24 avril prochain à 18:00, je vais pouvoir évoquer l’histoire de l’informatique et son intérêt à travers la conférence suivante : « ce que nous apprend l’histoire de l’informatique ».

Bon, je suis bien conscient que, voir la présentation sans « le son », c’est assez limité. Mais, bonne nouvelle, vous allez pouvoir assister à cette conférence en direct !
Pas en étant assis dans l’amphithéâtre de 42 (qui, comme on peut s’en douter, est réservé aux élèves de 42…) mais en la suivant sur Dailymotion, en direct live, mais oui !
Cela va être retransmis sur la chaine Dailymotion de l’école, voir à http://www.dailymotion.com/fr/user/42Born2Code/1

 

Mon livre « Cette révolte qui ne viendra pas » en est à sa 4ème édition !

Après un gros travail de corrections (merci à Lysoute !), la 4ème édition de mon livre « Cette révolte qui ne viendra pas » est désormais disponible !

BookCoverPreview-revolte4

 

Je considère que c’est mon travail d’auteur de toujours améliorer la qualité des ouvrages déjà parus avant d’en publier d’autres. En ce moment, toujours avec Lysoute, je travaille sur une grosse mise à jour des tomes 1 & 2 de « Perdu dans le temps« . Je sais que beaucoup préférerait que j’avance sur l’écriture du tome 3 mais il y a un temps pour tout…

Le projet « Freedom machine » a son blog !

J’ai toujours un ou même plusieurs projets de livres en cours. Celui qui progresse le plus en ce moment (pas assez à mon goût mais on va pas commencer à se plaindre dès le début du post, hein !), c’est « Freedom Machine« .

De quoi s’agit-il ?

D’un livre sur la moto !
La pratique de la moto, son évolution et pourquoi sa découverte peut vous être bénéfique… EN effet, si vous voyez la pratique de la moto comme « un truc de fou pour les fous », ce livre a l’ambition de vous faire changer d’avis et de finir par vous dire « tiens, je devrais essayer peut-être… ». Surtout si, comme moi, vous commencez à entrer dans les périodes où « on prend de l’âge », tout ce qui vous permet de vous sentir jeune de nouveau est sans prix, n’est-ce pas ?

Eh bien, je l’affirme (et je l’explique dans cet ouvrage à venir), la moto permet de rester jeune… Intéressé(e) ?

La couverture du livre (la couverture est prête, reste à finir le livre !). La photo a été prise en Floride, la moto est une BMW R850R.

La couverture du livre (la couverture est prête, reste à finir le livre !). La photo a été prise en Floride, la moto est une BMW R850R.

Je vous invite à découvrir ce blog qui doit permettre de patienter en attendant que le livre soit disponible (dans quelques mois, si tout va bien…).

Guerre contre les riches ou guerre contre les pauvres ?

En France, en ce moment, la grande mode c’est de se tirer une balle dans le pied (lire à ce propos ce billet très juste : le prix Nobel de la balle dans le pied) !

Prenez la guerre contre les riches menés par notre triste gouvernement actuel. Les socialistes dogmatiques pensent qu’il est de bon ton de taper sur les plus aisés sans comprendre que c’est hautement contre-productif… Car, au bout du compte, que veut-on ?

Faire fuir tous les « riches », jusqu’au dernier ?
Que plus personne ne puisse être « riche » dans notre pays ?
C’est ça la perspective qu’on veut offrir aux jeunes ?

Il suffit d’un minimum de bon sens pour réaliser que, finalement, ce n’est peut-être pas une si bonne idée que cela, n’est-ce pas ?

Car, comme le dit si bien la sagesse populaire : quand le riche maigrit, le pauvre est déjà mort.

Bref, en Europe en général et en France en particulier, l’absurde guerre contre les riches, on connait bien, hélas. Mais c’est d’une autre tendance tout autant mortifère que je veux évoquer aujourd’hui. Il suffit de traverser l’atlantique pour constater qu’aux USA, c’est une tout autre chanson qu’on fredonne en ce moment : guerre aux pauvres, sales pauvres, ce sont eux la cause de tous nos problèmes !

Pour illustrer cette tendance qui connait bien des facettes, prenons un exemple parlant : les food stamps (bons alimentaire). Certains (comprendre les républicains) voient les food stamps comme une menace, alors que c’est une somme ridicule comparée à d’autres dépenses qui font plonger le budget américain dans des déficits abyssaux.

Dernière idée en date : faire passer des tests de détection de l’usage de drogues aux bénéficiaires des fameux food stamps. Une mesure inouïe qui revient à criminaliser les plus pauvres. La logique est la suivante : les pauvres revendent les food stamps sur le marché gris pour pouvoir s’acheter ensuite de l’alcool (pas bien), des cigarettes (pas bien non plus) ou même (horreur !) de la drogue. Il faut donc faire cesser ce trafic honteux. Comment ?
Simple, on teste tous les bénéficiaires de food stamp et à la moindre trace de substance illégale dans le sang, couic, plus de bons alimentaire, terminé.

Je serais curieux de voir la réaction de ceux qui veulent qu’on applique des tests de drogue aux receveurs de food stamps à d’autres bénéficiaires de l’état providence (qui fait, surprise, existe tout autant aux USA !) : agriculteurs, militaires ou personnes travaillant pour la défense (employés du public comme du privé). Après tout, si on ne veut pas que certains n’utilisent pas l’argent du gouvernement pour acheter de la drogue, autant aller jusqu’au bout…
Je soupçonne que la différence de traitement est due à la valeur perçue -qu’elle soit supérieure au coût ou non. L’agriculteur produit quelque chose. L’armée a une utilité, de même que le super porte-avion dernière génération qui coûte une fortune par job créé (job temporaire de surcroit). Le pauvre, par contre, ne semble pas avoir grande utilité.

C’est peut-être une influence calviniste. Calvin (qui a beaucoup influencé les puritains) pensait que c’était le devoir des riches d’aider les pauvres, mais pas en leur donnant aumône mais en leur donnant un travail (certains voient cette pensée comme fondement du capitalisme). Il est possible que l’héritage religieux ait une influence sur les moeurs. L’église catholique a toujours eu un aprioris officiel contre les riches (« les premiers seront les derniers ») et préfère donner l’aumône aux pauvres plus que de créer des emplois comme le préconisait Calvin (« idle hands make the devil’s work » disent les protestants).

Toujours est-il que la guerre contre les pauvres (hypocrite, tout comme celle en France contre les riches) est absurde et ne peut donner de résultats bénéfiques à la société américaine. Mais les républicains sont enfermés dans leur dogmatisme (tout comme nos socialistes…) qui les poussent vers le « toujours plus » (de connerie ?) !

Stupidité des masses, une preuve de plus ?

Le billet récent de Thierry Crouzet, « la désintégration du marché du livre » apporte une lumière crue sur une série de signaux récurrents : la stupidité des masses augmente, elle ne diminue pas avec l’apport des nouvelles technologies.

Je cite ici un extrait de ce billet que je trouve particulièrement savoureux :

Chaque année, il se vend un peu moins de livres : -2,7 % en 2013 par rapport à 2012. Le plus inquiétant, c’est la concentration des achats sur les têtes de gondole. On avait espéré le contraire avec l’arrivée des librairies en ligne. Chris Anderson avait théorisé l’avènement de la longue traîne. Un étalement des ventes sur des millions de références avec une perte de vitesse pour les best-sellers. On assiste au phénomène inverse. La courbe s’est certes allongée, mais elle s’est creusée démesurément. On a quelques titres qui vendent énormément, puis tous les autres qui se disputent des miettes.

J’adore ce genre de « déception » car l’Internet en est plein : ça devait renforcer la démocratie, l’ouverture d’esprit des gens, la paix dans le monde, bla bla bla (j’en oublie forcément des utopies dégoulinantes qui n’ont jamais eu leur chance !). Je dois avouer que ça me fait bien rire quand on s’aperçoit que « ah zut, on attendait ça et c’est pile le contraire ! »…

L’évolution du niveau de la stupidité humaine et de son influence sur la société (au sens large) est un sujet qui me fascine. Je l’évoque dans mon livre « Cette révolte qui ne viendra pas » et je ne peux m’empêcher de revenir dessus de temps en temps (comme dans ce billet récent « Pourquoi notre société récompense-t-elle la stupidité ?« ). J’en suis arrivé à la conclusion que ce phénomène (la stupidité humaine, son évolution et son influence) est devenu le principal facteur permettant d’expliquer le monde tel qu’il est (et comment il est devenu ainsi). Un exemple ? OK !

Prenons Hitler, l’archétype du type maléfique, n’est-ce pas ?
Donc, c’est le « mal » (et la volonté de faire le mal) qui est le facteur dominant dans les actions et conséquences d’Adolf, d’accord ?
Eh bien non, c’est la stupidité. Pas celle d’Adolf (encore que…) mais celle du peuple Allemand qui a élu ce -sale- type, lui permettant ainsi de laisser libre cours à ses mauvais instincts… Remarquons au passage que le peuple Allemand n’est pas le seul à commettre ce genre de bévue : les Italiens ont fait pareil avec Berlusconi, les Américains avec Bush (2 fois !) ou même les Français avec Chirac (2 fois !) et Hollande. On admettra aussi que c’est plus la stupidité qui caractérise Bush, Berlusconi, Chirac ou Hollande plutôt que le côté maléfique…

On va croire que j’exagère ou que je plaisante mais pas du tout, c’est très sérieux !
Je pense vraiment que la stupidité est le facteur dominant. Regardez autour de vous et réfléchissez : forcément, vous en arrivez à la même conclusion.

Que peut-on faire contre cette tendance qui nous plombe ?

Tout d’abord, dénoncez les comportements stupides plutôt que les excusez. Ensuite, faire les bons choix, restez à l’écart de la pensée unique et des comportements formatés et, enfin, ne fréquentez que des gens positifs et intelligents… Pas facile hein !

Le vrai « mal français » dans les grandes largeurs !

Voici l’exemple type de ce qui ne va pas dans notre pays. Je reprend ici des extraits de l’article du quotidien Le Monde qui, comme plein d’autres, a commenté cette affaire (voir à http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/02/14/un-lyceen-poursuivi-pour-avoir-filme-nancy-a-l-aide-d-un-drone_4366386_3224.html) :

C’est une première en France. Le tribunal de Nancy a convoqué un lycéen de 18 ans parce qu’il a filmé la ville à l’aide d’un drone, a indiqué à l’AFP le procureur de la ville jeudi 13 février. Publiée sur Internet, la vidéo a été vue plus de 400 000 fois, ce qui n’a pas manqué de susciter l’intérêt des autorités, qui le poursuivent pour « mise en danger de la vie d’autrui ». Le jeune homme a ignoré deux arrêtés qui régissent l’utilisation d’aéronefs pilotés.

« Manifestement, il ne s’est pas bien rendu compte de ce qu’il faisait, mais l’usage de drones est très réglementé, de même que tout aéronef qui circule dans l’espace aérien », a expliqué M. Pison, avant de justifier cette poursuite par les risques liés en cas d’accident, ainsi que la violation de la vie privée que pouvait entraîner ce type d’engins.

La vidéo comporte des prises de vues de Nancy fin janvier, notamment de la place Stanislas ainsi que des monuments les plus célèbres de la ville lorraine.

Le jeune homme « a déjà créé deux sociétés : l’une dans la communication, l’autre dans la location de caméras et drones », indique la radio. Un succès qui aurait fait des jaloux car, selon la rumeur, « c’est un concurrent en colère qui a alerté les autorités ».

Après une audition cette semaine par les gendarmes, le lycéen comparaîtra devant le tribunal correctionnel dans les prochains mois – « une première qui servira sans doute d’exemple. [Les drones ont] été une des meilleures ventes de Noël et très souvent les jeunes utilisateurs méconnaissent les risques de crash, et la loi en vigueur ».

Pour être complet, voici la vidéo en question (regardez-là, ça vaut le coup, c’est très beau) :

Selon moi, cette affaire est tout à fait scandaleuse mais pas pour les raisons visées par la Justice… Voilà un jeune qui a une bonne idée, du talent et qui réalise quelque chose de beau, qui met en valeur cette ville et, au lieu de le remercier, on le poursuit !

Comment fait-on pour ne pas comprendre que c’est ce type d’attitude qui va tout tuer dans notre pays ?

Sous couvert de sécurité maximum, il ne faut surtout plus rien faire… Alors, quoi, les jeunes sont-ils seulement condamnés à se trainer dans des études sans intérêt avant de faire la queue chez Pole Emploi ?
C’est vraiment cela qu’on veut ?

Dans cette vidéo, on voit bien qu’il maitrise complètement le maniement de cet engin… ça ne suffit pas comme démonstration ?
Ben non, faut remplir des formulaires à n’en plus finir, passer des examens absurdes et, surtout, ne pas déplaire à l’administration qui aura été prévenue par un jaloux utilisant l’arme ultime : la dénonciation. Ah parce que ça, en France, on aime bien, dénoncer… Pratique, rapide, efficace !

Mais, franchement, vous ne voudriez pas que le côté « pratique, rapide, efficace » s’applique à autre chose qu’à la dénonciation en France ?

Un excellent livre : engines of change.

Je viens de terminer l’ouvrage de Paul Ingrassia : Engines of change.

C’est un livre excellent quand on s’intéresse à l’histoire et à l’évolution de l’automobile. Dans ce domaine, je pense toujours que le tout meilleur livre en la matière est « 50 ans d’autombobile » de J.A. Grégoire mais l’ouvrage d’Ingrassia est plus accessible.

Je lis tout le temps mais je ne vous parle pas de chaque livre lu, seulement des meilleurs !