Après le mème Hitler, voici le mème Risitas

Un mème internet est un anglicisme (venant d’« Internet meme ») utilisé pour décrire un élément ou un phénomène repris et décliné en masse sur internet.

C’est une acception récente du terme mème, qui définit ce phénomène dans sa globalité. D’après l’Oxford English Dictionary, un « mème » est un élément d’une culture ou d’un ensemble de comportements qui se transmet d’un individu à l’autre par imitation ou par un quelconque autre moyen non-génétique… Merci Wikipédia.

Vous vous souvenez des parodies réalisées à partir de cet extrait de la chute où Hitler réalise que la guerre est perdue… à chaque fois, seuls les sous-titres sont changés pour illustrer la parodie. Et, à chaque fois, ça donne un résultat hilarant (sauf pour les Allemands qui eux ont du mal à comprendre ce que cela a de drôle…).

Ouais, j’avoue, j’ai triché, c’est pas avec cette séquence les parodies d’habitude, c’est plutôt avec celle qui suite mais celle-ci, avec Nabila (vous vous souvenez ?), je trouve ça trop drôle !

Eh bien Risitas est en train de prendre la même place qu’Adolf dans les grands mèmes sur YouTube. Vous ne connaissez pas Risitas ?

Pas de problème. Voilà la vidéo qui l’a rendu célèbre :

Lors de cette vidéo, Risitas nous explique comment Apple finalise ses nouveaux MacBook… Ah, d’accord… Depuis, Risitas est mis à toute les sauces, comme Hitler dans la chute quoi.

Voici la dernière en date, bien marrante sur les résultats des élections US (rappel : Trump a gagné alors que je me souviens encore du titre d’Euronews cet été : Trump ne pas gagner, c’est mathématiques !) :

Merci Euronews pour cette séquence de rigolade… Euh, je veux dire, merci Risitas !

La fin de l’abus de « bonne conscience » en vue ?

Allez, tout n’est pas si noir, y a même de l’espoir quelquefois : quand on touche le fond, on ne peut que rebondir, hein !

Après tout, même François Hollande a compris qu’il était temps de dégager… Heu, je m’égare là (la douleur t’égare, Thierry…).

Bref, où est donc cet espoir que tu nous fais miroiter ?

C’est simple, vous allez comprendre : après des décennies de tyrannie du politiquement correct et de la bonne conscience des Social Justice Warriors (les SJW qui se sont hélas multipliés dernièrement…), il semblerait qu’on soit enfin au bout de cette horrible tendance et que le balancier soit prêt à repartir dans l’autre sens…

Au XXème siècle, des SJW, il y en avait peu et c’était déjà trop. En gros, il fallait subir les sermons d’un BHL (le tartuffe principal) ou d’un Kouchner (le tartuffe secondaire)… Désagréable mais gérable.

Au XXIème siècle, la situation s’est franchement gâtée avec l’expansion d’Internet : toutes les féministes hystériques (ok, y a un peu redondance là, j’avoue…) et autres SJW pré-pubères s’en sont données à coeur-joie… Blogs, réseaux sociaux et YouTube… Bien entendu, vous voyez parfaitement ce que je veux dire, hélas.

Heureusement, tout ça, c’est finit !
Oui, une fois de plus, le Raptor Dissident vient à notre secours afin de mettre tous les SJW en PLS, une bonne fois pour toutes.

Alors, petite précision, cette vidéo n’est pas dans le chaine YouTube du Raptor parce que certaines ont été supprimées (par YouTube suite aux pleurnicheries de ces SJW…) et postées ailleurs par des fans (ben oui, faut bien que les trucs importants passent quand même).

Explication de la censure dans la vidéo suivante :

Les bons contenus de YouTube… Attention, y a du lourd !

Bon, avouons-le, on perd beaucoup de temps sur YouTube à regarder des conneries (ben oui, faut dire les choses comme elles sont, non ?). Allez, un exemple pour vous montrez que je parle d’expérience :

Alors là, c’est clair le « women drivers fail », c’est clairement mon préféré quand mon jeune fils me demande de regarder quelque chose sur « Yatub »… Mais bon, faut se tenir quand même, c’est un blog sérieux ici, hein !

Alors, je vais donc vous recommander des contenus sérieux (mais qui valent la peine d’y passer un peu de temps et même de s’instruire par la même occasion, ah mais !). Donc, on commence par « la philosophie, ça sert à rien et c’est ça qui est bien ! » de Yann Kerninon :

Yann Kerninon fait partie des « inconnus de YouTube » avec des scores ridicules (quelques milliers des vues sur ses vidéos, au mieux… on est clairement à des années-lumières des Youtubers les plus connus !) mais qui pourtant produit régulièrement des contenus fascinants et de qualité.

Si vous aimez la science, je vous conseille « DirtyBiology«  qui présente, explique, décortique avec talent et clarté les différents concepts scientifique :

Le big data, c’est pas que des colonnes de chiffres sans fin… C’est aussi des vidéos décapantes de « Data Gueule » !

Bon, on va finir par du lourd, du très lourd… Petites natures s’abstenir car voici le redoutable Raptor Dissident !

Avec le Raptor Dissident, on fait pas dans la dentelle : tous les tartuffes et les minables qui ferait mieux d’être discrets (mais qui, au contraire, n’hésitent pas à la ramener à tous propos…) sont mis direct en PLS (position latérale de sécurité… oui, moi aussi j’ai pas compris la première fois que j’ai lu/entendu « se faire mettre en PLS) !

Le Raptor Dissident est un phénomène récent sur YouTube mais on peut dire qu’il crève l’écran si j’ose dire !
On aime ou on déteste et, personnellement, j’adore !
Le Raptor nous venge une bonne fois pour toute de toutes ces sous-merde (oh, je commence à m’exprimer comme lui… ça doit être contagieux !) qui n’ont rien à dire mais qui, merci l’Internet, en profitent quand même pour ouvrir leur sales gueules (ah ouais, définitivement contagieux on dirait…). Regardez, écoutez et dégustez (dans tous les sens du terme !).

Allez, on se calme, on prend sa piqure, tout va bien, là… Ah ça, mais faut pas regarder des trucs aussi radicaux voyons !

 

Une communauté bienveillante pour les auteurs, ça existe ?

Conseillé par mon fils ainé, je suis allé voir Scribay et bien m’en a pris !

En conformité avec ce qui est annoncé en page d’accueil, j’y ai trouvé une « communauté bienveillante » où les auteurs sont accueillis à bras ouverts (façon de parler, bien entendu !).

Sur Scribay, on est lu, relu, critiqué (gentiment, toujours), corrigé (si c’est ce que vous souhaitez) et ainsi de suite. Les inscrits sont aimables et compétents, on croit rêver !

Et j’y ai également découvert des auteurs de talent !
Un exemple : Jean Coutelard et son haletant « Année 66 », un roman de SF très bien tourné… Je vous encourage donc à découvrir Scribay et à y participer. Merci à Arnaud et Manuel, les créateurs du site.

scribay-about

Parler de F1 mais seulement pour de bonnes raisons !

Allez, la toute dernière actualité me pousse à parler de F1, pour une fois. Non, rien à changé : les courses sont toujours aussi peu intéressantes (et c’est un euphémisme !) et, pire, désormais, c’est même le championnat qui a perdu tout intérêt puisqu’on sait que c’est forcément une Mercedes qui va l’emporter… Triste.

Mais, attendez une minute, le champion du monde de l’année est un personnage d’exception, pour de bon !
Non, je ne pense pas à Hamilton qui, selon moi, reste toujours aussi ridicule dès qu’il n’est plus au volant mais bien de Nico Rosberg qui vient juste de décrocher la timbale… Et alors ?

Et alors, aussitôt après avoir enfin réussi à décrocher la couronne, voilà qu’il déclare sa retraite !

Magistral. Et super rare en plus. Comme je l’explique dans mon livre « La malédiction des champions du monde » tous veulent le faire, très peu y arrivent. Voici un extrait du livre à ce propos (dans le chapitre sur Jenson Button) :

En voilà un qui ose le dire tout haut au moins !

En août 2012, voilà ce que Button déclarait au Daily Mail : C’est dans ma tête. Dans n’importe quel sport, le truc est de se retirer au bon moment. Tant de pilotes disent qu’il attendent de quitter la F1 car ils sont impatients de mener une vie plus tranquille et deviennent fous quatre mois plus tard car ils regrettent ce train de vie. Je garde des ambitions, un autre championnat à mon palmarès serait une consécration fantastique.

Se retirer au bon moment… Tous en rêvent, aucun n’y parvient !

Jusqu’à aujourd’hui, seuls Bayliss et Biaggi (des motards) ont réussi à sortir par le haut. Tous les autres (j’insiste, tous les autres, même Jackie Stewart) ont échoué sur ce point précis (et j’explique pourquoi dans mon livre que ceux qui se sont retirés de la F1 après leur titre l’ont fait à cause des circonstances, pas de leur propre volonté, totalement libre de le faire).

Bravo Nico. Tu prouves ainsi que tu es largement au-dessus de tous ces champions (y compris et surtout de ton père qui ne brillait pas par son intelligence, lui…).

Du coup, il va vraiment falloir que je mette à jour mon livre désormais… Patience !

Allez, encore quelques bonnes raisons de détester Noël !

Allez, je sais bien que vous êtes nombreux à détester Noël comme moi. Si vous n’êtes encore convaincu, lisez ceci => http://www.alain-lefebvre.com/allez-avouez-vous-aussi-vous-detestez-noel/

ironie

Je vous propose encore autre chose pour bien enfoncer le clou : Santaland Diaries.

C’est un récit assez connu aux USA qui nous vient du formidable David Sedaris. Je vous invite, vraiment, à écouter son journal ci-dessous : son expérience en tant qu’Elfe à Macy. Si vous comprenez l’anglais, il FAUT écouter cette histoire… ça, vraiment ça, c’est Noël… Triste.

 

Tant qu’à parler du futur, autant le faire avec intelligence…

En suivant ce lien http://nesaranews.blogspot.com/2016/11/good-read-glimpse-of-future-from.html, vous pourrez lire un article (tout en anglais…) plein de prévisions sur le futur technique qui se dessine en ce moment sous nos yeux… Un seul problème, c’est aussi bourré de conneries !

En matière de futur et surtout de future technique, c’est plus ou facile de dire le « quoi » mais déjà beaucoup plus difficile de dire le « quand »… Mais là, cet article nous assène des affirmations qui sont, souvent complètement erronées, tout simplement.

Un exemple :

Autonomous cars: In 2018 the first self driving cars will appear for the public. Around 2020, the complete industry will start to be disrupted.

Des voitures autonomes, dans deux ans, vraiment ?

On en est encore loin !

Certes, les démonstrations actuelles sont souvent impressionnantes (j’ai eu l’occasion d’essayer une Tesla cette année, y compris en mode « automatique »… bluffant mais valable seulement dans certaines conditions… qui ne représentent certainement pas 80% de votre usage !), mais il y a encore du chemin à faire, beaucoup de chemin à faire avant que 80% des usages courants soient couverts et il restera encore les 20%, les plus ardus. Donc, la disponibilité effective des voitures autonomes prendra encore dix ans, au minimum.