Conseil à Apple : virez Jonathan Ive !

Apple nous propose encore une nouvelle vague d’iPhone… difficile d’être excité par cela.

De l’autre côté de la gamme, le Mac n’est pas seulement délaissé, il est littéralement massacré !

Je m’explique : quand Apple fait enfin évoluer ce qui reste de sa gamme de Mac, c’est presque invariablement dans le mauvais sens. Et tout cela pourquoi ?

Pour que le designer Jonathan Ive puisse aller au bout de sa vision !

Ive à l’époque où il n’avait pas encore fait trop de dégâts…

Mais on n’en veut pas de sa vision !

Ce cher Jonathan veut aller vers un design « pur »… Très bien, qu’il se devienne sculpteur et se spécialise dans les objets en aluminium puisque ça lui plait mais qu’il laisse les MacBook Pro tranquille. Mais, pas de chance, Tim Cook ne voit que par lui. Donc, à cause de ce couple Cook/Ive, nous avons eu un MacBook Pro qui devient progressivement inutilisable puisque quand il reste une interface utile, Ive se charge de l’éliminer !

Mais bon sang, qu’il exerce son « talent » sur le MacBook Air puisque ça l’amuse mais qu’il laisse les MacBook Pro avec les interfaces qui vont bien. Donc, voilà mon conseil pour Apple : virez ce type avant que ses dégâts soient irréversibles.

Avenir de l’IA : l’hypothèse 85…

Inutile de vous le redire, l’IA est à la mode en ce moment !

Et, comme d’habitude avec les vagues techniques à la mode, le discours ambiant est à la fois convergent et délirant. Convergent, car on est face à une énième itération de la pensée unique : tout le monde exprime le même discours vis-à-vis de l’IA qui peut se résumer à peu de choses près à « c’est hyperimportant et ça va tout changer » (ça ne vous rappelle rien ?).

Délirant, car, comme à chaque fois, le discours contient toutes les exagérations et toutes les promesses qui accrochent l’attention, mais qui ont peu de chances de se réaliser (ou alors, pas à court terme ni même à moyen terme). Une fois encore « c’est hyperimportant et ça va tout changer » contient sa propre enflure et ne peut être prise au sérieux. C’est tout le problème du « hype », un phénomène qui se répète encore et encore dans le domaine technique. Tous les cinq/six ans, vous avez une nouvelle mode qui est présentée comme « hyperimportant et qui va tout changer » : la biotech, la nano, etc.

En ce moment c’est l’IA et nul ne peut y échapper. Mais rien ne nous empêche d’avoir un oeil critique et de repérer ce qui ne va pas dans ce cycle. Tout d’abord, l’hystérie actuelle ressemble trait pour trait à ce qu’on a déjà vécu lors du précédent printemps de l’IA lors des années quatre-vingts (et, en passant, pan dans la gueule de tous ceux qui disent « on n’a jamais vu cela ! ») : occupation et même saturation de l’espace médiatique (d’abord spécialisé ensuite généraliste), les politiques s’en emparent et en font le nouveau défi du moment, les grandes entreprises procèdent aux rachats de start-up prometteuses du domaine pour avoir une chance de « rester dans le coup » et programmes de recherches publiques et privés annoncés à cadence rapprochée afin de suivre le mouvement.

Tous les indicateurs nous disent qu’on est actuellement dans la même configuration qu’en 1985, année du pic de l’IA basée sur les systèmes experts. Ne vous laissez pas leurrer par ceux qui vont rétorquer « oui mais cette fois, avec le deep-learning, c’est bien plus sérieux qu’avec les systèmes experts d’il y a trente ans… ». C’est toujours le genre de contre-argument qui me fait rire car cela voudrait dire que les mêmes causes ne produisent PAS les mêmes effets finalement. C’est normal que les observateurs soient aveugles vis-à-vis à cette tendance qu’à l’Histoire à se répéter (y compris l’Histoire technique) car ils sont ignares en la matière (historique).

Allez, un exemple pour illustrer :

IBM travaillerait activement sur un projet de puces qui pourraient révolutionner l’IA. En effet, le géant américain tente de prouver que l’implantation d’un réseau de neurones, directement dans du silicium, peut le rendre 100 fois plus efficace. Source => https://www.technologyreview.com/s/611390/ai-could-get-100-times-more-energy-efficient-with-ibms-new-artificial-synapses/

Ce principe de passer des processeurs généralistes à des processeurs spécialisés (sensés être bien plus efficace pour ce qu’on en fait) est un refrain que j’entends depuis que je suis dans le domaine informatique !

En 1985, les systèmes experts étaient développés en utilisant un langage spécialisé : LISP. Problème : LISP était lent à s’exécuter sur les stations de travail des années quatre-vingt… Alors, forcément, une partie de l’industrie informatique s’est occupée de combler cette lacune vue comme une opportunité juteuse !

Les machines LISP ont eu leur heure de gloire mais ça n’a pas duré. Tout cela s’est effondré à la fin des années quatre-vingt alors que l’IA d’alors rentrait pour une nouvelle période « hivernale »…

OK, on a compris ce qui s’est passé en 1985 mais pourquoi et comment cela risque-t-il de se reproduire dans les deux ans à venir ?

Eh bien tout simplement à cause de l’obstacle de la généralisation. Ce que les GAFAMs nous montrent avec l’IA est très spectaculaire mais quid des utilisateurs plus ordinaires ?

En effet, il faut que l’IA puisse se banaliser suffisamment afin qu’elle soit utilisée avec profit par des organisations moins à la pointe de la technologie que les leaders bien connus. Or, c’est exactement la mission que s’est fixée IBM avec son produit phare en la matière : Watson. Et c’est pourquoi on retrouve la paire IBM/Watson dans tous les communiqués de presse triomphants sur la mise en oeuvre de ce dernier dans des cas concrets. Mais, bien entendu, on parle moins des échecs… Alors qu’il semble que ces échecs, justement, ne soient pas rares !

Rappelons que le machine learning ne fonctionne qu’à condition de fournir des données adéquates en amont. Beaucoup de données, énormément de données. Il faut aussi que cette masse de données soit de qualité : correctement triée et labellisée…  Et, bien sûr, c’est là où ça pêche : les entreprises et les organisations ne sont pas formidablement performantes sur le big data et peinent à atteindre ce niveau d’exigence. Et c’est pourquoi le magazine Forbes se demandait si, finalement, Watson était à la hauteur (voir Is IBM Watson A ‘Joke’?)

C’est l’échec de la généralisation qui va causer la déception et la réalisation que, peut-être, pour l’IA, c’est sans doute encore trop tôt et qu’un nouvel « hiver de l’IA » va débuter. Selon moi, d’ici deux ans.

Cela n’est pas grave car une mode est aussitôt remplacée par une autre : dès que l’IA descendra de son piédestal, on appellera la nano ou la biotech (qui viennent toutes deux de purger une période « hivernale ») pour relancer le rêve et on repartira pour un tour !

Un documentaire sur l’IA à vous recommander : « do you trust this computer? »

En matière de documentaire sur l’IA (disponible sur YouTube), il y a à boire et à manger : beaucoup de contenus, rarement de des contenus de qualité…

J’en ai regardé beaucoup mais je suis rarement allé au-delà des premières cinq minutes tellement on trouve du sensationnel à deux balles et des exagérations ridicules le tout avec un désolant manque de précision et d’exactitude scientifique. Bref, rien que je pourrais avoir envie de vous recommander… Rien jusqu’à « Do you trust this computer ? » !

Il faut dire que ce documentaire est réalisé par Chris Paine qui est connu pour avoir réalisé « Who killed the electric car? » et « Revenge of the electric car » qui sont aussi de très bons contenus sur le sujet (la voiture électrique donc).

Cette fois, sur l’IA, c’est un documentaire précis avec des témoignages de vrais spécialistes… pas de hype, pas les élucubrations qu’on entend habituellement sur le sujet, rien que du factuel. Cela dit, il ne faut pas tout prendre à 100%, au pied de la lettre car le degré d’incertitude sur l’IA à court terme est encore très élevé (à long terme, ça l’est déjà bien moins, forcément !).

Bref, voilà un contenu que je peux vous recommander si le sujet vous intéresse.

Une série de chroniques sur la situation actuelle du marché du cloud computing…

Depuis quelques semaines, je rédige des chroniques pour Redsen (une société de consulting créée par des anciens de SQLI…).

Je vous invite donc à lire celles qui sont déjà en ligne à propos du cloud computing :

Le marché du cloud : situation, perspectives et évolutions, introduction

Atteindre ses objectifs, même longtemps après les avoir fixés

En janvier, j’ai procédé à l’assemblage d’un nouveau PC (je raconte cette expérience cans le détail ici). Il y a longtemps que je voulais faire cela et, ces dernières années, ça m’est arrivé assez souvent d’assouvir enfin tel ou tel désir, d’accomplir telle ou telle tâche ou d’atteindre enfin tel ou tel objectif.

Ce n’est pas pour me vanter (comme dirait Philippe Meyer…) que je vous raconte cela, mais plutôt pour mettre l’accent sur la patience. Et si c’était la patience qui était la clé des accomplissements, grands et petits ?

Encore un exemple : avant de publier « Perdu dans le temps« , j’ai gardé cet ouvrage dans ma tête pendant plus de dix ans !
Je n’étais pas inquiet, je n’avais pas peur de l’oublier, car je savais que j’allais l’écrire un jour, je savais que j’allais aboutir un jour. Je fais cela tout le temps avec mes livres : chaque écriture est précédée d’une période de maturation plus ou moins longue, mais il n’est pas rare que cela prenne un an ou deux (en ce moment, je suis justement en train de « maturer » le prochain « Dr Miracle », celui de la saison 1972…).

N’oublions pas que toutes les choses sont d’abord des idées, des éléments de notre imagination, avant de prendre forme, d’être concrétisées dans la matière par notre propre industrie.

Donc, si vous voulez écrire un livre, restaurer une moto ou assembler un PC, ne vous désolez pas de ne pouvoir passer à l’action immédiatement. Patience dans l’azur, tout finit par venir à qui sait l’attendre, l’espérer, l’imaginer.

Dans la vidéo ci-dessous (que j’avais déjà partagé sur ce blog), je raconte mon aventure « paroxystique » quand j’avais 17 ans. Déjà à cette époque (1977), je savais que j’allais revenir sur ces lieux (la RN20) pour y prendre des photos. Jeune, j’imaginais même que je ferais ce pèlerinage au volant d’une Porsche 911… je ne me suis pas trompé de beaucoup, mais il m’a fallu attendre jusqu’en 2012 pour faire ce retour au volant de ma Porsche Cayman…

Bref, tout cela pour dire qu’il suffit d’y croire pour que, finalement, ça vienne. Croyez en vos rêves et ils deviendront réalité !

Apple MacBook Pro : le meilleur et le pire (comme toujours avec Apple…)

Dans notre famille, nous sommes des utilisateurs des produits Apple (MacBook, iPhone, iPad, Airport), mais ne sommes pas « Applemaniaque » pour autant (et encore moins « fan boys ») : les produits Apple ont des bons côtés, mais aussi des mauvais… Essayons de faire le point sur cette balance avec le tout dernier MacBook Pro qu’on vient juste de recevoir.

Mon épouse avait besoin de renouveler son Mac et on lui a donc commandé le top du top : le MacBook Pro 15′ avec le max du max (mémoire, capacité disque, etc.)… Belle bête, mais un peu chère : cette config dépasse les $4000 tout de même !

Déjà, ce premier point (les produits Apple sont chers) fait que de nombreux utilisateurs qui se porteraient mieux avec un Mac qu’avec un windaube passent leur chemin… ça peut se comprendre, mais c’est dommage, car, selon moi, on en a pour son argent. Mais, encore une fois, tout n’est pas parfait dans le monde de la pomme. Continuons sur les défauts, on verra les points positifs après.

1- adieux le magsafe !

Le magsafe était vraiment une bonne idée !
Pourquoi l’avoir abandonné ?

https://www.macg.co/mac/2016/10/dix-ans-apres-apple-enterre-le-magsafe-96101

Sans doute parce que Ive (le designer) a voulu imposer l’uniformité des interfaces (au passage, adieux aussi aux ports USB traditionnels !). Une décision dogmatique (typique de Ive, je déteste ce mec !) qui est un des pires comportements d’Apple.

2- Apple impose l’USB-C

Que ça vous plaise ou non, il n’y a plus un seul port USB traditionnel sur le MacBook Pro. A la place, il y a des ports USB-C qui impose donc d’avoir un adaptateur pour brancher tout ce que vous avez encore et qui (surprise !) n’est pas compatible USB-C… Encore une manie détestable de précéder le mouvement alors qu’on a rien demandé !

3- iCloud toujours aussi lamentable

À l’heure où le cloud est partout, Apple s’accroche encore à son iCloud qui est, tout à la fois, pas pratique et cher. En bref, contrairement à ce qu’on a l’habitude de dire sur les produits Apple, iCloud, ben ça ne marche pas !

Il y a dix ans, Steve Jobs avait viré le manager de l’équipe en charge de MobileMe (déjà, à l’époque, le produit « cloud » d’Apple était un désastre… ça n’a pas changé !). Peut-être faudrait-il faire la même chose aujourd’hui ?

https://gizmodo.com/5033442/steve-jobss-entire-mobileme-is-fail-email

Bon, on vient de voir les principaux points négatifs du nouveau MacBook Pro (encore que, iCloud n’est pas propre au MacBook, mais comme Mac OS s’appuie largement dessus, pour l’utilisateur, c’est pareil…), voyons maintenant les points positifs…

1- un clavier extraordinaire !

Le clavier de l’ancien MacBook Pro était déjà bon (c’est avec lui que je rédige ce post…), mais le nouveau est carrément sensationnel : une merveille, tout simplement. Les touches sont larges, le toucher est agréable, c’est vraiment un progrès.

La fameuse « touch-bar » m’a l’air pas mal aussi, mais là, il me faudra un peu de temps pour me prononcer définitivement.

2- un trackpad vraiment large

Le Trackpad est lui aussi un point positif, ne serait-ce que par sa surface, vraiment plus grande que sur mon MacBook (et là, plus c’est mieux).

3- une finition superbe

Cette nouvelle itération du MacBook Pro est superbe : tout l’appareil dégage une impression de finition soignée (et de design achevé, même si ça m’ennuie de l’avouer, car c’est un point en faveur de Ive) et c’est bien le cas. Mais c’était déjà le cas pour les modèles précédents.

Du coup, on en arrive à lister les points positifs habituels : ça marche, c’est superbe, c’est facile à utiliser, etc. Oui, rien de nouveau sur ces points (et tant mieux), mais c’est important de les souligner encore et encore.

Au final, ça vaut le coup ou pas ?

Eh bien, comme souvent avec les produits coûteux, ça dépend… si vous avez les moyens, oui, trois fois oui. Sinon, voyez plutôt du côté d’un bon Chromebook où le rapport qualité/prix/efficacité sera sans doute (bien) plus favorable.

Un excellent article sur la question de l’IA et la notion de « l’explosion de l’intelligence »

Voilà un excellent article de François Chollet (photo de l’auteur ci-dessous) sur la notion « d’explosion de l’intelligence » qui est souvent mise en avant quand on débat sur l’évolution et le futur de l’IA. Chollet postule (très bien) que l’intelligence est situationnelle. Donc, l’explosion supposée est contradictoire avec le fait que les intelligences des organismes vivants (y compris nous !) sont des intelligences très spécialisées en fonction de leur enveloppes corporelles.

On lit trop souvent des bêtises sur ce sujet alors, quand il y a un bon article sur le sujet, il ne faut pas le louper !

Bref, lisez cet article (très bien rédigé, en plus… cependant, c’est tout en anglais, of course!) => The impossibility of intelligence explosion.

Les touches « médias » sur MacOS High Sierra

Si, comme moi, vous utilisez MacOS, la dernière mise à jour réserve une (mauvaise) surprise : les touches médias du clavier, si pratique pour démarrer, arrêter iTunes ou pour changer de morceau, ne fonctionnent plus !

Hé oui, merci Apple !
J’imagine que c’est encore une idée « géniale » de Ive et qu’on ne va pas avoir de correctif (reconnaitre qu’ils ont tort ? pas dans le genre de la maison…). Donc, faut trouver une solution, vite et simple svp… Et je l’ai trouvée, testée, vérifiée (sur deux Mac différents) et je peux certifier : ça marche !

Où, quoi, qui comment ?
Pas d’affolement, suffit de suivre ce lien et d’appliquer la procédure à la lettre (c’est en français, en plus…)…

Ce blog a vingt ans !

En effet, j’ai déposé le nom de domaine alain-lefebvre.com en 1997 mais, à l’époque, on ne parlait pas encore de « blog », simplement de « site perso »…

Voici une petite galerie des pages d’accueil pendant ces vingt ans (je n’ai pas fait des captures d’écran chaque année, j’ai utilisé https://archive.org/ pour retrouver tout cela) : les images s’affichent du plus récent au plus ancien…

En vingt ans, j’ai publié des centaines d’articles, j’ai annoncé mes livres et j’ai eu quelques dizaines de commentaires (oui, je sais, c’est peu…). Mais j’ai fait cela avant tout pour moi car, avouons-le, l’impact réel est proche de zéro. Ce blog sera-t-il encore là dans vingt ans ?

Franchement, j’en doute.

Les voitures autonomes au coin de la rue, vraiment ?

Voici une petite vidéo sur un sujet à la mode : les voitures autonomes…

Si on en croit les médias (rappel : il ne faut pas), celles-ci seront bientôt au coin de la rue, la votre, toutes en fait !

En fait, ça ne va pas tout à fait se passer ainsi… explications :

Dans la même veine, je crois qu’il n’est pas inutile de voir (ou de revoir…) également les deux vidéos suivantes :

Les promesses non-tenues du télétravail

Le télétravail devait révolutionner nos pratiques et nos habitudes. Aujourd’hui, force est de reconnaitre qu’il n’en a rien été ou si peu.

Non pas que les moyens ne soient pas disponibles ou pas assez efficaces. En la matière, on peut même affirmer que les promesses ont été tenues, pour une fois.

Bien entendu, il reste du chemin à parcourir, beaucoup de chemin et c’est toujours ainsi. Car on s’aperçoit en marchant que le but est finalement plus loin qu’évalué au départ. C’est normal et ce n’est là que se situe le problème pour une fois.

Le vrai problème réside plutôt dans notre incapacité à vraiment tirer profit des progrès technique. Combien de fois vous êtes-vous retrouvé dans une réunion à penser « tout cela aurait pu être fait en vidéo-conférence » ?

Mais non, les autoroutes et les aéroports sont toujours aussi saturés et c’est bien la preuve qu’on ne sait pas (ou si peu) profiter des possibilités du télétravail. Et il ne s’agit pas seulement des réticences des employeurs (qui vont toujours préférer exiger votre présence physique, ça rassure !) mais bien de tout le monde en fait. Souvent, les gens ne veulent tout simplement pas rester chez eux pour différentes (mauvaises) raisons. Genre, j’ai déjà mon conjoint sur le dos tout le week-end, je ne veux pas que cela continue pendant la semaine…

Donc, une fois de plus, on est encore englué dans la situation classique du progrès technique qui va bien plus vite que les mentalités humaine.

Tant qu’à parler du futur, autant le faire avec intelligence…

En suivant ce lien http://nesaranews.blogspot.com/2016/11/good-read-glimpse-of-future-from.html, vous pourrez lire un article (tout en anglais…) plein de prévisions sur le futur technique qui se dessine en ce moment sous nos yeux… Un seul problème, c’est aussi bourré de conneries !

En matière de futur et surtout de future technique, c’est plus ou facile de dire le « quoi » mais déjà beaucoup plus difficile de dire le « quand »… Mais là, cet article nous assène des affirmations qui sont, souvent complètement erronées, tout simplement.

Un exemple :

Autonomous cars: In 2018 the first self driving cars will appear for the public. Around 2020, the complete industry will start to be disrupted.

Des voitures autonomes, dans deux ans, vraiment ?

On en est encore loin !

Certes, les démonstrations actuelles sont souvent impressionnantes (j’ai eu l’occasion d’essayer une Tesla cette année, y compris en mode « automatique »… bluffant mais valable seulement dans certaines conditions… qui ne représentent certainement pas 80% de votre usage !), mais il y a encore du chemin à faire, beaucoup de chemin à faire avant que 80% des usages courants soient couverts et il restera encore les 20%, les plus ardus. Donc, la disponibilité effective des voitures autonomes prendra encore dix ans, au minimum.

Extrait de mon livre « Hacking »

Cet extrait de mon livre « Hacking » se situe au moment où l’équipe chargée de pénétrer les serveurs de la DGSE (et missionnée par la DGSE elle-même, une mission de type « attaque préventive ») se réunit pour la première fois…

======

6- L’équipe est constituée

Après-midi du mardi 3 avril 2009. Local d’Office Magenta.

Clément, Bertrand et Thierry se retrouvent pour leur première réunion de travail…

Clément- Thierry, comme tu es le dernier arrivé aujourd’hui, tu pourrais peut-être nous dire comment tu comptes t’y prendre pour rassembler des informations sur l’informatique de la DGSE ?

Thierry- Mais certainement Boss… Pendant que vous étiez tous les deux en train d’essayer de connecter vos portables de frimeurs au réseau miteux de cette boutique, moi j’étais sur le terrain et je sais déjà comment pénétrer les locaux de l’adversaire… Et j’ajoute que j’y serais déjà parvenu si je n’avais pas été obligé d’assister à votre réunion pourrie où je ne vais rien apprendre vu votre niveau d’ignorance totale sur la cible !

Bertrand- Thierry, tu ne peux pas nous parler comme cela; sinon, ça marchera jamais et on a besoin de se coordonner tous les trois…

Thierry- Ah pardon, moi, je n’ai pas besoin de votre coordination moisie. Je travaille en solo comme j’ai toujours fait… Et de toute façon, qu’est-ce que vous pourriez m’apporter ?

Rien, zéro, nada : vous ne savez rien, vous n’avez pas d’idée, vous attendez que je vous mâche le boulot !

Voilà en quoi ça consiste votre gestion de projet et coordination à la mords-moi-le-nœud !

Clément- Bon, je vois que les échanges vont être super-constructif avec le petit génie que tu nous as amené là, Bertrand; on va bien s’amuser tous les trois !

Mais en dehors d’afficher ton mépris pour les abrutis qui vont t’aligner 1 000 euros avec le sourire, en quoi ta supériorité manifeste est-elle justifiée, Môssieur le génie ?

Thierry- Je vous aurais déjà expliqué ce que j’ai réussi à savoir si vous ne m’interrompiez pas toutes les deux secondes avec vos pleurnicheries de donzelles vexées. Donc, j’étais ce matin 141 bd Mortier, adresse officielle du siège de la DGSE, pour constater que l’entrée est bien gardée mais le contraire aurait été étonnant. J’ai pu soudoyer le planton qui était dans le sas, en lui racontant que je préparais un reportage pour une chaîne de la TNT. On a déjeuné ensemble au moment de sa pause et je sais qu’il faut un badge même pour passer l’entrée principale. Même le nettoyage des bureaux n’est pas confié à une société extérieure, tout est traité en interne, pas moyen de passer par ce biais.

En fait, le planton n’est là que pour compter les entrées et les sorties ainsi que de vérifier le bon fonctionnement du système de caméra de surveillance interne.

Bertrand- Et ce fameux badge, tu sais de quel type il est ?

Tu crois qu’on peut le reproduire ?

Thierry- Pas besoin de le reproduire car j’ai volé celui du planton !

Clément- Hein ?

C’est pas malin ça : le type va s’en apercevoir et donner l’alerte… Ton badge va être invalidé et ils vont être deux fois plus sur leur garde… Dans ces conditions, tu vas jamais pouvoir y entrer…

Thierry- Quand vous aurez enfin compris qu’il vaut mieux me laisser parler, j’aurais le temps de vous dire que j’ai au moins une semaine devant moi avant que le planton ne s’en aperçoive et éventuellement signale la disparition du badge en question… En effet, le garde en faction change tous les jours et le roulement se fait à partir de la garnison des cadets qui sont stationnés au Val de Grâce… Donc, j’ai au minimum une semaine pour faire le boulot, pas d’affolement. Mon type en question en avait fini avec sa garde, juste au moment où j’ai pu l’aborder; j’aurais quasiment pu le raccompagner au Val de Grâce.

Bertrand- Donc, tu peux y aller dès demain alors ?

Thierry- Oui, je ne vais pas tenter d’y aller le soir et me faire remarquer comme un nigaud que je ne suis pas. Je vais me glisser dans le flux normal des horaires habituels. Normalement, dès demain je passe la matinée là-bas. Je vous retrouverai demain après-midi pour une nouvelle réunion de coordination pourrie que vous aimez tant, bande de lamers.

Clément- Profite-en pour changer de ton avec nous car je ne vais pas supporter tes remarques désobligeantes très longtemps… En attendant le récit de tes prochains exploits, je vais te dire ce qu’on cherche en priorité…

Thierry- Oui, ça au moins cela me serait utile…

Clément- Il nous faut les adresses IP des serveurs, n’importe quels serveurs, il nous faut rien qu’un point d’entrée… À partir de là, on pourra commencer à se débrouiller.

Bertrand- Essaye aussi de savoir quelles sont les applications utilisées, les annuaires d’utilisateurs ou la config réseau… Tout ce qui peut nous servir à nous orienter; une fois connectés sur leur intranet, le moindre truc sera utile.

Thierry- Eh, vous ne voulez pas que je vous rapporte un de leur serveur pendant qu’on y est ?

Une fois dans la place, je vais voir ce que j’y trouve : je ne peux rien promettre à l’avance… Attendez au moins jusqu’à demain et là, je pourrai vous en dire plus.

No Man’s Sky, pourquoi tant de haine ?

La sortie du très attendu No Man’s Sky (NMS) a provoqué bien des réactions haineuses finalement. Certaines sont même drôles comme celle-ci :

Il faut dire que les vidéos promotionnelles promettaient beaucoup…

Alors, pourquoi tant de haine ?

Pour deux raisons : tout d’abord, la sortie de la version PC (peu après celle pour PS4) s’est mal déroulée… Quelques bugs bloquants empêchaient de lancer le jeu ou, si NMS daignait tout de même démarrer, le niveau de performances était lamentable. Du coup, de nombreux enthousiastes (ceux qui avaient pris les vidéos promotionnelles pour argent comptant…) se sont transformés en déçus de la première heure et ont demandé le remboursement de leur achat (à 60€, NMS n’est pas tout à fait donné…) sur Steam. J’ai pu faire l’expérience de ce démarrage chaotique et, franchement, ça ne méritait pas ce déferlement d’injures : j’ai pu régler le problème du lancement en éditant deux lignes dans un fichier de paramétrages… Pour la suite, je n’ai pas constaté de « performances lamentables » alors que mon PC (utilisé uniquement pour les jeux et la simulation) n’est pourtant pas de première fraicheur…

Mais cela nous amène à la seconde raison : le ressort trop tendu des attentes a déclenché la claque de la déception !

NMS a fait le buzz pendant des mois, voire des années. C’est bon pour les ventes, car plus de 200 000 joueurs se sont rués dessus lors de sa sortie. Mais, l’époque est ainsi faite, nous sommes désormais rapides à brûler ce que nous avons adoré. De puis ce lancement semi-raté (bonnes ventes mais problèmes techniques), l’attrait de NMS semble décliner de plus en plus comme le montre ce graphique :

Source : Steam Spy

Source : Steam Spy

En vérité, il ne faut pas trop accorder d’importance à ce déclin apparent car il en va ainsi de tous les nouveaux jeux : beaucoup d’effervescence avant et pendant la sortie et puis l’enthousiasme s’éteint au fur et à mesure des semaines. J’avais constaté la même chose lors des championnats en simulation : beaucoup de concurrents lors des premières courses, beaucoup moins par la suite. Il vous suffisait d’être constant pour accrocher une place honorable au tableau final, car peu avait le courage de s’accrocher.

Je crois aussi savoir pourquoi NMS a déçu une grande partie des joueurs : NMS n’est pas et ne peut pas être TOUT pour TOUS !

Si vous voulez un jeu  de combats et une simulation de pilotage spatial, tournez-vous plutôt sur Elite: Dangerous. Elite serait formidable d’ailleurs s’il n’y avait pas les trolls qui gâchent tout. Combien de fois ai-je été détruit par un pirate qui s’amusait à attaquer tout ce qui passait à sa portée ?

Trop de fois. Cela m’a lassé et je préfère largement le calme de NMS.

Sur NMS, pour apprécier le jeu, faut savoir prendre son temps. Hein, quoi, prendre son temps ? Sérieux ?
Ben oui, de nos jours, c’est presque contre-intuitif !

Mais c’est sans doute pour cela que je fais partie des rares qui apprécient ce jeu : découvertes lentes, explorations mystérieuses, combats découragés, c’est parfait pour moi.

 

JET.COM et le plus gros pari du monde du e-commerce !

Après l’analyse du rachat de Dollar Shave Club par Unilever, Val nous propose aujourd’hui de revenir sur un autre rachat (qu’il avait prévu en plus !) : celui, tout récent, de Jet.com par Walmart…

Voici l’analyse de ce rachat, rédigée par Valentin Lefebvre et corrigée par Damien Lefebvre…

======================

La société jet.com s’est fait racheter pour $3,3 milliards par Walmart, environ douze mois après son lancement officiel !
Appeler cela une grosse affaire est un euphémisme.

Jet.com, c’est la boite qui explose tous les records, depuis sa création. Au total, la société a levé $565M en quatre cycles de financement auprès de dix-neuf des meilleurs investisseurs dans le monde (source: crunchbase.com).

Pour comprendre ce succès, il nous faut étudier M. Marc Lore, le fondateur de Jet.com : Marc Lore est un grand « pitchman » et il est certainement l’un des meilleurs du monde de l’e-commerce. En effet, avant de fonder Jet.com, il avait créé une société de négoce en ligne de cartes de sport « The Pit », pour la vendre plus tard à Topps Co. pour $5,7 millions en 2001.

En 2005, M. Lore a monté sa deuxième société « Quidsi »: une entreprise de e-commerce qui détenait des sites comme diapers.com, soap.com, yoyo.com, wag.com et d’autres dans la catégorie de produits de soins. Marc Lore connaissait très bien son industrie et Quidsi a levé environ $60M auprès de grands venture capitalists. Les perspectives étaient très prometteuses jusqu’à ce qu’Amazon décide d’entrer dans le jeu et de déclarer une guerre des prix.

Cette bataille acharnée avec Amazon a dévasté les marques phares de Quidsi, en saignant la trésorerie et en brûlant les profits. Tant et si bien qu’en 2010, la société n’avait finalement plus d’autres options que de faire racheter par … son rival, Amazon pour $550M. Cela représente presque dix fois l’argent que la société a levé dans les tours de financements. Beau retour sur investissement pour une “vente forcé ».

Après avoir travaillé pendant deux ans chez Amazon, M. Lore a quitté la société de Seattle et a commencé à pitcher de nouveau auprès d’investisseurs. Cette fois, il était lancé pour battre le plus grand acteur du milieu : Amazon !

Appelez-le le plus grand pari dans l’histoire de l’e-commerce. M. Lore est certainement le seul homme au monde qui peut s’embarquer dans une telle quête avec une vision si ambitieuse. La société qu’il a fondée, Jet.com, a levé beaucoup d’argent dès le stade initial de l’idée. Inscrit comme le plus grand pari de l’histoire du e-commerce, et à juste titre, la nouvelle société de M. Lore a levé plus que $140M avant même d’être lancée !

Cela fait beaucoup d’argent pour un « démarrage » !

Mais le monde du e-commerce est spécial : pour que ça fonctionne, « vous devez avoir ou atteindre l’économie d’échelle”, selon Marc Lore. Dans le cas de Jet.com, nous parlons de milliards de dollars !

Avant le lancement de Jet.com en juillet 2015, M. Lore a déclaré au Wall Street Journal qu’il prévoyait que l’entreprise atteigne la rentabilité d’ici 2020 une fois qu’elle vendra pour $20 milliards de produits par an. Il a dit le business-modèle de Jet est « prouvé 100% viable à grande échelle. »

En effet, l’e-commerce a une très forte barrière à l’entrée : beaucoup de capital est nécessaire. Nous ne parlons pas ici de votre propre petite boutique en ligne fonctionnant sur Shopify (par exemple), on parle d’une réelle destination, d’un catalogue commercial gigantesque en ligne à grande échelle qui offre et expédie des millions de produits en un clin d’œil.

Pour cela, énormément d’argent est nécessaire pour ne serait-ce que construire le système qui fera fonctionner le tout. Donc, la construction d’un concurrent d’Amazon est pratiquement impossible, sauf si vous avez des montagnes d’argent et le meilleur expert du e-commerce à bord, dès le premier jour… Tout ce que Jet.com avait, dès le début.

Alors, la prophétie s’est-elle réalisée ?

En octobre 2015, trois mois après le lancement initial, le projet d’utiliser un modèle d’adhésion payant a été abandonné. Cela a été une grande nouvelle. En effet, ce modèle d’adhésion payant était le cœur de l’offre de Jet et même son positionnement/différenciateur sur le marché. Pour qu’une entreprise abandonne son offre de base/positionnement aussi vite que ça, cela signifie qu’il doit y avoir un gros problème quelque part. Probablement les chiffres…

Jet.com offrait gratuitement cette « adhésion économie magique » aux premiers clients pour attirer le trafic, les achats et les inscriptions; mais cela signifiait aussi qu’il n’y aurait pas de bénéfices dans ses activités. De fait, au-delà des dépenses de marketing (grandes publicités à la télévision), le site perdait de l’argent sur chaque commande.

Certains justifieront cette démarche en disant qu’ils sont là pour “conquérir le marché », et donc de tout faire pour favoriser le momentum des ventes. D’ailleurs, Amazon (une bonne base de comparaison !) n’a pas été rentable jusqu’à très tard dans son existence. Pourtant, le dirigeant de Jet.com a bien vu qu’il ne pouvait pas soutenir longtemps cette stratégie avec la fameuse « adhésion économie magique », et certainement pas gratuitement.

Au début 2016, Jet.com se repositionne avec un « algorithme de tarification en temps réel », comme un magasin en ligne de tarification intelligente qui réduit le coût global votre panier au fur et à mesure de vos achats : « plus vous achetez, plus les prix baissent ». Pour que cela fonctionne, bien sûr (vous l’avez compris maintenant) : il faut atteindre des niveaux d’achats massifs pour que l’économie d’échelle s’enclenche.

Et c’est seulement grâce à une mise au point intelligente de la gestion des commandes à grande échelle et des expéditions que Jet.com peut espérer voir des profits au bout de la ligne. L’e-commerce est un business de gestion des commandes et d’optimisation des systèmes de livraisons.

D’un côté, le site Jet.com doit avoir une large sélection de produits qui sont effectivement recherchés par les clients, ce qui nécessite un accès gigantesque aux produits et de jouer à fond l’économie d’échelle pour acheter en gros. De l’autre côté, Jet.com doit avoir une logistique de livraison sophistiquée pour optimiser celle-ci à son maximum.

En mai 2016, Jet.com a fait son entrée dans le secteur de la livraison de produits frais, en concurrence directe avec AmazonFresh et Google Shopping Express. Cela dit, la livraison de produits frais est une activité à faible marge et, là encore, les rapports ont indiqué que Jet perdait de l’argent dans sa quête de détrôner Amazon. (source: WSJ)

Regardons quelques chiffres : avec la projection de réaliser $1 milliard de CA en 2016, Jet.com est un acteur de plus en plus prometteur dans le monde du e-commerce. En fait, c’est un véritable record : vendre pour $1 milliard de marchandises un an après le lancement est absolument hallucinant !

Bien sûr, la société a levé un montant de capital qui représente plus de la moitié de son chiffre d’affaires. Seulement deux ans après la création officielle de la société et douze mois après son lancement, générer autant d’argent est tout de même un record !

D’accord, il n’y a pas de profit, et Jet.com perd beaucoup d’argent depuis le début.
Mais bon, ne pas réaliser de profit et dépenser à perte rapidement, c’est un “classique” dans le monde des startups, n’est-ce pas ?
De plus, il s’agit là d’e-commerce, un monde où les profits ne sont pas visibles avant un très long moment et seulement à grande échelle, bien entendu (pensez Alibaba et Amazon).

Pour comparaison, la division e-commerce de Walmart générait $14 milliards de CA en 2015. Cela peut paraitre impressionnant mais il se trouve que ce n’est pas beaucoup pour ce géant de la distribution. Cette société a une ancienneté de plus de 50 ans, possède une marque célèbre, et un avantage déterminant : des économies d’échelles sur les produits et la distribution… Pourtant, mêmes avec autant d’atouts,  Walmart.com génère 11 fois moins de CA que Amazon (+ $160 milliards). La division en ligne de Walmart n’est pas l’étoile montante de leur entreprise ni même leur priorité.

Nous avons ici un scénario classique  « du dilemme de l’innovateur », de sorte que la « vache à lait » de Walmart reste ses magasins physiques, ils fonctionnent très bien depuis la bonne moitié du siècle dernier, alors que la division des ventes en ligne est arrivée en retard sur ce marché (par rapport aux pionniers du domaine) tout en n’étant ni aussi agressive ni aussi efficace qu’Amazon.

Acquérir jet.com, l’étoile montante du e-commerce, avec en prime l’un des plus grands et meilleurs du secteur pour « seulement » $3,3 milliards apparait alors comme une décision totalement logique !

Voici un raisonnement tout simple : combiner M. Lore, l’homme le plus compétent et le plus féroce du e-commerce, à la tête des opérations en ligne de Walmart, avec l’avantage des économies d’échelle déjà présentes sur les produits et la distribution. Avec cela, Walmart sera enfin dans une excellente position pour vraiment gagner des parts de marché sur le commerce en ligne.

Chronologie des événements pour Jet.com :

  • Juillet 2014: levée de $55M.
  • Septembre 2014: levée de $25M.
  • Février 2015: levée de $140M.
  • Novembre 2015: levée de $350M à une valorisation de $1,35 milliard.

Le montant total des fonds levé en deux ans est de $570M et la société s’est fait racheter pour $3,3 milliards. Cela représente presque un retour de x6 en seulement deux ans !

En conclusion, il y a trois points à retenir ici :

  1. Walmart n’avait en fait pas d’autre option que de procéder à cette acquisition intelligente qui n’est même pas trop chère lorsque vous prenez la peine de regarder les chiffres du e-commerce.
  2. L’affrontement entre Marc Lore et Jeff Bezos est toujours d’actualité. Jeff Bezos, leader d’Amazon est lui aussi absolument féroce et très efficace, introduisant toujours plus d’innovations, de sorte que ce secteur devient de plus en plus compétitif et passionnant à suivre !
  3. Enfin, les grands gagnants dans cette histoire sont les investisseurs en capital-risque; une fois de plus, comme sur l’histoire précédente de l’acquisition de Dollar Shave Club par Unilever. En effet, le rachat a vu l’encaissement d’un gros chèque seulement 2 ans après le financement du démarrage. C’est plus qu’impressionnant.

App Store Optimization (ASO), le nouvel enjeu comme le SEO il n’y a pas si longtemps…

Voici un article rédigé par mon fils Val à propos de l’App Store Optimization (ASO). Qu’est-ce que ce nouveau barbarisme ?

C’est bien simple, il y a quelques années (pas si longtemps en fait…), si vous aviez un site web, vous aviez besoin de SEO : Search Engines Optimization. En gros, faire en sorte que Google indexe et classe votre site correctement afin que votre cible potentielle puisse vous trouver sans trop de difficultés. Si vous étiez noyé au-delà de la 3ème page sur Google (suite à une recherche sur les mot-clés qui comptaient pour vous…), c’est que votre référencement (l’autre nom du SEO) laissait vraiment à désirer.

Eh bien, l’ASO, c’est comme le SEO mais pour les applications mobiles qui, vous l’admettrez, sont devenues l’enjeu à la mode désormais. Val, qui connait bien ce domaine va vous en dire plus et mieux que je ne saurais le faire…

======

L’ASO, le nouvel enjeu.

Une fois que vous avez passé une quantité considérable de ressources en temps et en argent à développer et publier votre application dans l’App Store d’Apple, comment les utilisateurs vont-ils la trouver ?

C’est la question qu’on me pose le plus souvent, et pour cause !

Avec plus de 1,2 million d’applications dans l’App Store, le challenge de se faire découvrir est actuellement réel et immense.

C’est là que l’App Store Optimization (ASO) intervient. l’ASO pour l’App Store est comme le SEO pour Google (ou tout autre moteur de recherche). C’est l’arme moderne du référencement pour les applications.

Pour expliquer l’ASO, il s’agit de fournir des données et d’appliquer des stratégies pour augmenter l’exposition d’une application et par conséquent les téléchargements. Je conseille toujours à mes clients de développer un plan de marketing et, bien entendu, l’ASO doit faire partie de ce plan.

Il y a seulement trois façons de découvrir une application dans l’App Store:

  1. Être mis en avant par Apple.
  2. Apparaître en haut du classement des applications.
  3. Apparaître dans les résultats de recherches via mots-clés.

Laissons les deux premières options de côté, car chacune mérite en elle-même un article entier pour bien être bien comprises.

Concentrons-nous sur la dernière option, celle qui nous intéresse car c’est celle sur laquelle nous avons le plus de contrôle : la recherche via mots-clé, c’est ici que nous pouvons/devons intervenir…

C’est à ce niveau que ça se joue et c’est là que mes clients gagnent du terrain rapidement.
Lorsque vous effectuez une recherche sur l’App Store, il y a de nombreux facteurs qui dictent quelles sont les applications qui apparaissent en haut de la liste de recherche. Pour appuyer encore sur l’importance de ce point, voilà une statistique qui va vous plaire : plus de 65% des téléchargements proviennent directement de recherches via mots-clés sur l’App Store.

Il y a quelques leviers importants sur lesquels vous pouvez vous concentrer afin d’amener les utilisateurs potentiels à vous trouver facilement et effectivement télécharger votre application. Voilà les domaines où l’App Store Optimization peut vous aider, en vous assurant que vous donnez à votre application la meilleure visibilité possible.

  • Le nom de l’application et les mots-clés : commençons par l’essentiel en utilisant les mots-clés les plus pertinents et adéquats pour votre application.
  • Icône : C’est la première chose visible dans la page de votre application sur l’app store et elle forme la première impression du visiteur.
  • Visuels : vos captures d’écran d’applications sont les arguments visuels pour séduire le visiteur dans sa décision de télécharger ou non.
  • Descriptif : tout le monde ne va pas la lire (ou du moins, pas entièrement… d’où l’importance de bien choisir les termes dès les premières phrases !). Mais pensez à ceux qui le font. Êtes-vous concis, percutant, convaincant ?
  • Evaluations : les notes de l’application sont directement visibles sur sa page dans l’App Store et plus précisement une par une, si le visiteur le souhaite. Comme tout avis de tiers, ces infos pèsent dans la décision finale de téléchargement.

Voyons maintenant les erreurs les plus souvent rencontrées. Pour reprendre notre parallèle avec le SEO, prenons l’exemple classique de réaliser un site web entièrement en flash, ce qui avait pour conséquence fâcheuse de ne pas avoir de texte ni meta-données spécifiques et pertinentes pour le référencement naturel sur Google… Du coup, votre beau site web tout en flash était tout simplement invisible pour Google… bien joué !

De la même façon, pour l’ASO il y existe une liste d’erreurs les plus communes :

  • ne pas mettre de mots-clés,
  • avoir la même description sur l’App Store (Apple) et sur le Play Store (Google),
  • ne pas mettre de mots-clés dans le titre,
  • ne pas suivre l’évolution des mots-clés utilisés,
  • ne pas publier de belles captures d’écrans,
  • ne pas traduire la page App Store pour chaque pays qui vous intéresse,
  • croire que l’ASO est une opération mineure qui peut être traitée tout à la fin du projet.

Dans la même lignée, il y a de nombreuses illusions à énumérer :

  • il s’agit seulement des mots-clés,
  • c’est rapide, facile,
  • tout le monde fait de l’ASO,
  • Ce sont exactement les mêmes pratiques que le SEO.

Ce qu’il faut comprendre à propos de l’ASO, c’est que chaque cas est particulier, avec un contexte unique à chaque fois et qui mérite donc une analyse et des compétences précise pour tirer son épingle du jeu.

Il n’y a pas de recette parfaite pour tout le monde ni de formule magique, hélas.

De plus il y a des différences entre l’App Store d’Apple et le Play Store de Google (comme par exemple les mots clés qui sont comptabilisés dans la description sur le Play Store et pas sur l’App Store), qui nécessite une approche spécifique pour chaque plateforme afin de maximiser la visibilité de votre application partout.

Il faut savoir que l’App Store évolue tous les 6 mois. Son algorithme de classement change tout comme celui du moteur de recherche de Google. Ce qui fait que l’ASO représente un challenge et une opportunité exactement comme le SEO. D’où la nécessité de mettre à jour sa tactique ASO de façon régulière et continue.

Pourquoi se soucier de l’ASO dès le tout début du projet ?

Petite information très peu connue mais importante : Apple booste votre référencement naturel pour tous vos mots-clés lors de votre lancement sur l’App Store la première semaine (et la première semaine seulement…). Ce qui signifie qu’il est primordial d’implémenter l’ASO en amont, au plus vite pour tirer parti réellement de cette chance en or, au lieu de bêtement gâcher l’opportunité d’un bon lancement.

Pour finir, n’oublions pas les cas d’usurpation, de tricherie et de fraude. Sujet plutôt facheux certes, mais à ne pas ignorer car de plus en plus incontournable.

En effet l’App Store est un domaine où les développeurs ne sont pas toujours très sages.

Votre nom/marque risque de se faire détourner, exploitée si vous n’êtes pas vigilant et proactif dans ce domaine. Prenons l’exemple de Flappy Bird et tout récemment Pokemon Go. Il y a une ribambelle d’applications qui ont surgi autour de ces deux jeux qui ont fait sensation ! Les copies du jeu de Flappy bird ont rapidement noyé les résultats des recherches pour tous les mots-clés semblants. Pareil pour Pokemon Go où des applications non-légitimes se faisaient apparaître comme officielles afin de récolter des téléchargements en masse. Ces applications satellites sont souvent opportunistes dans le meilleur des cas, et mal-intentionnées dans d’autres cas.

Conclusion

Clairement, l’ASO est le nouvel enjeu en cette époque d’application sur les stores d’Apple et Google. l’ASO représente une grande et belle opportunité pour les sociétés, startups et développeurs indépendant qui souhaitent gagner du terrain dans ce vaste monde des applications mobiles.

Tout comme le SEO pour le référencement sur Google, l’ASO est désormais primordiale pour avoir sa chance sur l’App Store.

=====

Vous pouvez retrouvez Val sur son site si vous avez besoin de son aide dans ce domaine.

Les succès significatifs : l’ecommerce, montée et conséquences

Reprenons notre cycle des conférences sur les succès significatifs avec un grand sujet : l’ecommerce…

Cette courte conférence va se limiter à évoquer les conséquences de la situation actuelle ainsi que les perspectives d’avenir, y compris lointain…

Sur le dernier slide, c’est le fondateur d’Alibaba, Jack Ma qui explique les fondements de l’Ecommerce.

 

La solution ChromeBook, une alternative à considérer…

Ce dimanche, je vous ai de nouveau proposé une conférence en direct sur YouTube. Cette fois, il s’agissait d’évoquer la solution Chromebook comme alternative à Windows (trop de souffrance !) ou Mac OS (trop cher pour beaucoup).

Voici le différé de cette petite conférence :

Voici les quelques slides que j’ai utilisé (moins que d’habitude) :
La solution Chromebook from Alain Lefebvre

Prochaine conférence en direct : la solution Chromebook

Dimanche qui vient (le 20 décembre donc) je vous propose une nouvelle conférence en direct : la solution Chromebook.

Oui, nous allons parler d’informatique, encore. Mais vu la place que prennent ces machines dans nos vies, autant essayer de faire le bon choix, non ?

Voici les quelques slides que je vais utiliser (moins que d’habitude) :
La solution Chromebook from Alain Lefebvre

La conférence commence à 20H00 heure FR et il faut suivre ce lien… http://www.youtube.com/c/LefebvreAlain/live

Rendez-vous dimanche donc !

Conférence Periscope : ce qui n’est pas arrivé sur Internet alors que c’était pourtant annoncé !

La conférence du jour portait sur le sujet suivant : ce qui n’est pas arrivé sur l’Internet alors que c’était annoncé (depuis 2000 et après)…
Not happening on the Internet from Alain Lefebvre

Et voici la vidéo :

La vidéo de la conférence en direct de ce dimanche sur l’intelligence artificielle

Aujourd’hui, j’ai pu mener à bien ma seconde « conférence Periscope ». Cette fois, vous l’avez compris, le sujet portait sur l’Intelligence artificielle… Voici la vidéo de cette conférence :

Et puis, j’avais tout de même préparé quelques slides… Les voici :
IA, Ia grande question from Alain Lefebvre

Conférence en direct dimanche 22 novembre sur l’intelligence artificielle

Ma première expérience avec Periscope a été strictement privée (seuls mes fils ont assisté à cette conférence sur l’Histoire avec un grand H…), mais, pour la prochaine, vous êtes invités !

Dimanche 22 novembre à 20H00 précise (heure française), je vais remettre cela avec, cette fois, « l’intelligence artificielle, à quoi s’attendre ? » comme sujet. Pour y assister, c’est simple : il vous faut installer l’application Periscope sur votre iPhone, iPad ou appareil Android et me suivre (cherchez « Alain Lefebvre », tout simplement). Lorsque je vais lancer la conférence, vous serez prévenu et invité à me rejoindre…

Pourquoi avoir choisi cette application plutôt que YouTube qui permet aussi des diffusions en direct ?
Eh bien, pour deux raisons : tout d’abord, YouTube est un peu contraignant et terme de configuration (il faut installer un encodeur) et, surtout, YouTube ne permet pas les commentaires en temps réel qui s’affichent sur l’écran du conférencier (alors que c’est justement l’intérêt principal de Periscope, car cela permet une interactivité bienvenue).

Mais, à l’avenir, l’idéal serait de diffuser sur les deux à la fois, si toutefois je décide de poursuivre l’expérience plus régulièrement… Mais n’anticipons pas.

Alors, et ce sujet « l’intelligence artificielle, à quoi s’attendre ? », pourquoi l’avoir choisi ?
Eh bien, j’avais prévu de faire un livre sur ce sujet, mais avouons-le, cet ouvrage n’avance pas pour diverses raisons… D’où l’idée de rebondir en transformant le matériel que j’ai déjà accumulé en une conférence interactive !

Initialement, j’avais justement prévu d’écrire ce livre pour mes fils afin d’attirer leur attention sur ce sujet que je juge important. Mais, avec ces « conférences Periscope », l’objectif est atteint avec une économie de moyens appréciables…

Pour vous préparer au mieux à ce mini-événement, je vous propose de voir (ou de revoir) la petite vidéo de présentation que j’avais préparé pour le livre (qui, finalement, restera à l’état de projet non-achevé) :

Et puis, j’ai tout de même préparé quelques slides… Les voici :
IA, Ia grande question from Alain Lefebvre

Evidemment, après la conférence, je vais publier la vidéo sur ce blog (comme la dernière fois) pour ceux qui auront manqué le rdv ou qui ne veulent pas s’embêter avec Periscope…

L’épineuse question de la sécurité informatique

Voilà un sujet qui concerne tout le monde, vraiment tout le monde désormais et qui, pourtant, est le plus souvent traité avec légèreté, quand il est seulement traité !

Or, ce problème (car c’est un problème, même si vous ne vous en êtes pas encore rendu compte…) va devenir de plus en plus pressant avec notre usage toujours plus large des réseaux, bientôt pour les objets après les PC et les smartphones.

Voilà pourquoi il est important de lire l’article de Laurent Poulain « Le triste état de la cyber-sécurité« . Il porte un regard lucide et pertinent sur l’état des lieux (triste donc).

Les constructeurs de PC comme les banquiers : nocifs pour leurs clients !

Je vous recommande de lire « Crapware préinstallé: l’année 2015 s’annonce fructueuse » sur le blog de Laurent Poulain. Cet article nous démontre, s’il en était besoin (on sait où les constructeurs de PC sont tombés depuis le comportement de Dell…) que les constructeurs de PC sont devenus nocifs pour leurs clients, tout comme les banquiers… Triste époque !

Peut-on dire (et écrire) qu’on a développé la meilleure application de dating du monde ?

C’est en tout cas le pari de mon fils Valentin!

Dans l’article ci-dessous dont il est l’auteur, il explique en quoi son projet se démarque de la multitude d’offres dans le secteur de la rencontre en ligne (dating).

swipetime

La meilleure application de dating au monde, tout simplement !

Comment peut-on affirmer d’avoir développé la meilleure application de dating, au monde?

Aujourd’hui, il y a déjà plus d’un million d’applications disponible dans l’App Store d’Apple pour l’iPhone et l’iPad. De plus, le domaine du dating est un des secteurs les plus compétitifs de tout le marché des applications mobile… Actuellement, ce secteur est dominé par des géants comme Meetic, Match, Badoo et des nouvelles applications comme Tinder.

Donc, c’est dans ce contexte hautement disputé que j’ai travaillé pour développer SwipeTime et, en me basant sur nos premiers résultats, je peux dire que l’objectif est atteint : SwipeTime est bien la meilleure application de dating au monde!

Avant d’affirmer ceci, je dois préciser que j’ai « fait mes devoirs et appris mes leçons » :

  • Pendant les deux dernières années de ma vie, je me suis consacré à ce domaine, j’ai rassemblé une équipe, développé trois produits différents avec lesquels j’ai expérimenté plusieurs idées.
  • J’ai lu plus de vingt livres (en anglais) portant sur les sujets de la séduction, les relations humaines, les interactions sociales et sur le domaine du dating. J’ai lu et écouté chaque interview possible sur toute personne qui a créé une plateforme de dating (sites et/ou applications).
  • J’écoute tous les jours des podcasts sur le dating/relations sociales et je lis tout ce que trouve dans la presse sur tout ce qui est en lient avec les applications et le dating.
  • Je suis sorti toutes les semaines ces deux dernières années dans des bars, clubs et évènements (à San Francisco, L.A et Paris) pour parler avec des femmes au sujet des rencontres, des applications, des relations, de leurs attentes et leur perspective.
  • J’ai étudié en détail tout ce que je pouvais trouver à propos du monde des applications de dating.
  • J’ai moi-même essayé chaque plateforme possible et j’ai discuté avec les utilisateurs de ces services à chaque occasion.
  • J’ai pris note et documenté tout ce que je voyais et comprenais : les remarques, les retours de mes expériences et mes échanges les plus intéressants et pertinents.
  • J’ai pour mentor le fondateur de l’un des plus grands sites de rencontre d’Europe.
  • J’ai personnellement rencontré et interviewé cinq fondateurs qui ont réussi dans le domaine des sites de rencontres.

Bref, cet intense travail de recherche m’a permis de comprendre quels étaient les facteurs de friction (voire de blocage) dans les solutions actuelles, et donc, l’opportunité que cela représente. Et, après avoir mis le doigt dessus, nos expérimentations m’ont confirmé que nous étions dans la bonne direction.

Le facteur principal de friction réside dans le déluge de messages non sollicités que reçoivent les meilleurs profils (en particulier les profils féminins). Quand une belle-fille s’inscrit sur une de ces applications, elle est vite submergée et, refroidie par cette expérience négative, elle fuit ce service!

Ce problème est bien connu des acteurs du secteur du dating, et cela fait presque 15 ans que le secteur tourne autour de cette problématique.

Le statu quo actuel est de recourir à la technique dite du « double-opt-in » (« double validation » en bon français) pour tenter d’éviter le fameux « déluge non sollicité ». Avant d’aller plus loin, il est utile de faire un petit retour en arrière sur les évolutions adoptées par les acteurs du domaine depuis début 2000 :

Au début, c’était le modèle classique (inspiré des boîtes de nuit) : gratuit pour les femmes, payant pour les hommes, avec la possibilité de contacter tous celles et ceux qui vous intéresse, une fois inscrits.

Puis le modèle entièrement gratuit a pris la suite. Cette démarche d’ouverture, comme un « Open-bar » où tout le monde était invité (et chacun peut envoyer des messages à tout le monde sans limites), et on monétisait le trafic avec de la pub.

Les positions sur le Web étant bien établies, c’est sur le terrain du mobile que la bataille s’est ensuite déplacée…

SOB_1695

Les applications mobiles ont tout d’abord adopté les deux modèles déjà vus (« boîte de nuit » et « open-bar ») avant d’en venir au principe du « double-opt-in » qui nécessite que deux personnes se valident mutuellement anonymement avant d’être « matché » et donc en mesure de discuter ensemble.

La monétisation sur ce modèle « double-opt-in » n’est pas encore très claire, car les acteurs majeurs testent des approches hybrides entre les comptes/fonctionnalités premiums, les abonnements et les pubs.

Aujourd’hui, le statu quo dicte qu’il faut absolument avoir le modèle double-opt-in pour réussir dans ce domaine. Concernant la monétisation, les acteurs actuels penchent forcément pour des abonnements « premiums », car l’historique de cette industrie montre que les plus gros chiffres d’affaires sont venus de ces comptes premiums si convoités.

Cependant, comme bien souvent, le statu quo ne traduit qu’une pensée figée, et SwipeTime propose un nouveau modèle tout à fait unique et entièrement gratuit.

Surprenant dans sa simplicité, ce modèle offre sa chance à chacun pour directement écrire un message à toute personne qui lui plaît. Cependant, cette dernière ne découvrira ce message qu’une fois qu’elle consultera le profil en question, et pourra à ce moment-là répondre pour engager une conversation, ou passer son chemin librement.
Le design derrière cette approche rassemble la découverte de profil avec l’aperçu du premier message, et ne sépare les deux qu’une fois qu’il y a une réponse et que cela devient donc une conversation. Fini les notifications dérangeantes continuelles qui nous amenaient sur une boîte de messagerie débordante de message non sollicité. Sur SwipeTime, chaque utilisateur a le contrôle et le confort d’écrire et de répondre à qui bon lui semble quand il découvre leur profil, un par un. La liberté de revenir en arrière dans la découverte de profils et de sauvegarder ceux qui nous plaisent fait parti des fonctionnalités fétiches des utilisateurs.

SOB_1705

Les modèles des concurrents actuels n’adressent pas les problèmes de friction évoqués plus haut, car ils sont trop polarisés vers un seul sexe et ne permettent donc pas de satisfaire entièrement autant l’homme que la femme… et encore moins gratuitement!
Pour faire simple, il y a deux modèles proposés :

  • Système classique d’étalage virtuel des profils, avec une boîte de messagerie séparée.
  • Système de « match » anonyme avec double validation qui ouvre une conversation dans la partie messagerie.

Le premier modèle, dit « supermarché » est très frustrant pour les femmes qui ne se sentent pas du tout en contrôle et en confort, car submergées de notifications dans une boite de messagerie débordante de profils non sélectionnés et non sollicités. L’homme, lui à sa chance, mais le design qui sépare la boîte de messagerie et la découverte des profils ne lui permet pas de sortir du lot.

Le second modèle, avec le « matching » et la double validation ne permet pas une bonne expérience pour l’homme qui n’a pas pleinement sa chance, car il n’a aucun moyen de communiquer avec la femme avant que cette dernière valide son profil anonymement. La femme elle est sur un piédestal, et apprécie le confort et le contrôle de « matcher » avec les personnes qu’elle sélectionne elle, mais cela se transforme plus en jeu de suspense avant de prendre une décision en acceptant ou en rejetant chaque profil.

SOB_1629

Aujourd’hui SwipeTime innove et introduit un produit qui comble entièrement autant l’homme que la femme, en résolvant pour de bon ces fameux problèmes de friction dans ce domaine du dating :

  • L’homme à toutes ses chances de se démarquer et de sortir du lot en écrivant directement un message à la personne qui lui plaît.
  • La femme elle, a la sensation de confort et de contrôle, en découvrant les profils sur un piédestal, toujours avec le pouvoir de décider librement avec qui engager la conversation.

Tout cela est offert gratuitement dans une application qui est remarquable par simplicité d’utilisation et son look design, ainsi que par son positionnement moderne et exclusif sur l’ultra-proximité.

SwipeTime est à l’image d’une rencontre dans la vraie vie : simple, ouverte, excitante et riche d’aventure!

Nous avons donc vu que les plateformes de découvertes sociales, aussi appelées les sites/applis de rencontres n’offrent pas de bonnes expériences qui comblent pleinement les deux sexes, gratuitement.
Aujourd’hui, les gens utilisent des sites/applis qui sont soit trop chers, soit de basse qualité, soit polarisées vers un sexe, ou même spammeuse.

Avec SwipeTime, nous voulons saisir cette opportunité en offrant la meilleure expérience mobile de découverte sociale avec un nouveau modèle qui satisfait enfin pleinement autant l’homme que la femme, et le tout gratuitement!

SOB_1730

La naissance d’une tendance : la désillusion vis-à-vis du numérique

C’est une tendance qui commence à faire son chemin : les intellectuels réalisent que la généralisation du numérique n’est pas forcément une bonne chose pour nous tous. J’ai déjà publié dans ce sens avec « Le miroir brisé des réseaux sociaux » mais la tendance va au-delà des réseaux sociaux et c’est justifié.

Nicholas Carr (un auteur que j’apprécie particulièrement pour son ton et les sujets qu’il traite) a publié « The Shallows » où il explique ce que l’usage de l’Internet est en train de faire à nos cerveaux (pour celles et ceux qui en ont encore un !). Carr, encore lui, vient de récidiver avec « The glass cage » où, cette fois, son focus est sur l’automatisation de la société et ses conséquences. Mais il ne suffit pas des livres de Carr pour faire une tendance… Mais, il y a d’autres indices !

Le temps (un journal suisse) vient de publier « Le numérique et nous: fin de l’idylle » qui met des mots sur cette tendance. Il y a aussi Andrew Keen qui enfonce le clou avec « The Internet Is Not the Answer« . Surveillez cela, vous allez voir que cette tendance va grossir !

Message d’adieu à mes contacts sur Facebook…

Histoire d’être un peu cohérent suite à mon post d’hier http://www.alain-lefebvre.com/on-ne-peut-pas-faire-confiance-aux-acteurs-du-cloud-et-voila-pourquoi/, j’ai donc décidé de passer à l’action !

Commençons par Facebook. Je vais fermer ce compte aujourd’hui même mais je ne voulais pas le faire sans adresser un petit « message d’adieu » à mes contacts (rien de dramatique hein !). Car, j’avoue, il m’est arrivé de passer des bons moments sur FB et même d’y faire des découvertes intéressantes. Mais, avouons-le aussi, tout cela a tendance à se dégrader rapidement depuis quelque temps. Même les gens que je considérais comme intellectuellement valables se mettent à publier n’importe quoi. Et si ce n’était que des banalités à pleurer, ce ne serait pas grave mais, hélas, le dérapage vers la beauferie la plus éhontée est de plus en plus net…

C’est donc par affection pour vous que je vous quitte !

Oui, je ne veux pas être le témoin de votre descente vers les plus bas niveaux encouragés par ces médias sociaux (voir à ce propos ce qu’on en disait dans le livre « Le miroir brisé des réseaux sociaux »).

On ne peut pas faire confiance aux acteurs du Cloud et voilà pourquoi…

L’histoire que je vais vous raconter ici est cruciale. Souvent, on ajoute un post sur son blog sans vraiment y accorder d’importance, mais là, je sais que ça va compter. En bref : la tendance de porter « l’informatique dans le nuage » repose, fondamentalement, sur la confiance qu’on peut accorder à ses acteurs. Cela parait évident, mais c’est tout de même bon de le rappeler. Or, la petite aventure que j’ai vécue récemment (et que je vais vous relater ici, vous l’avez compris) m’a convaincu que, non, on ne peut simplement pas leur confiance, fin de l’histoire.

Qu’on ne s’y trompe pas : je n’étais pas anti-cloud, au contraire !

J’ai accueilli cette tendance avec enthousiasme, considérant qu’elle était tout à fait justifiée, bien en ligne avec mes convictions et, ce n’est pas négligeable, avec ce que j’avais écrit sur le domaine année après année (j’ai commencé à écrire sur ce sujet en 1998…). J’étais donc très favorable à l’utilisation des services distants et ça me paraissait même la seule façon rationnelle d’agir, plutôt que de vouloir réinventer la roue encore et toujours comme on le fait trop souvent dans le monde de l’informatique.

Du coup, j’y ai eu recours largement, aussi bien pour mon usage personnel que professionnel, comme pour le LMS que j’ai mis en place à la demande de mon épouse pour son activité de formations Montessori.

Oui, mais, il y avait une condition tout de même, une condition critique, sine qua non comme dirait un juriste. Et cette condition, c’était la confiance dans les prestataires de ces services distants. Eh oui, à quoi bon un service de stockage en ligne si vos fichiers risquent d’être perdus pour un oui ou pour un non (je me contente ici d’un exemple simple, mais vous avez compris le principe…). Mauvaise nouvelle : on ne peut PAS leur faire confiance !

Comment puis-je être aussi catégorique ?

Simplement en acceptant les faits pour ce qu’ils sont : ce que je viens de vivre (de subir devrais-je écrire) démontre que Google n’est pas digne de la confiance qu’on place en lui. Et il ne s’agit pas seulement de Google (ce serait trop beau), c’est pareil pour les autres aussi : Apple, Amazon, Facebook, les fameux GAFA qui dominent désormais notre planète numérique. OK, vous avez assez patienté, passons au déroulé des faits qui parlent par eux-mêmes :

Le 11 décembre, je reçois plusieurs messages des utilisateurs de notre LMS qui s’inquiètent de ne plus avoir accès à certains contenus (les contenus en question, audio et vidéo, sont justement hébergés sur Gdrive…). Habitué à ce genre de message (« ça marche plus… ah ben si finalement, ça marche ! »), je ne me suis pas trop affolé, mais je suis tout de même allé vérifier (c’est beau la conscience professionnelle, hein !). Et là, j’ai bien été obligé de constater l’ampleur des dégâts : plus aucun des contenus stockés sur Gdrive n’était accessible depuis notre plateforme. Si j’allais sur Gdrive je constatais qu’ils étaient encore là (ouf !), mais à travers notre LMS, terminé, fini, plus rien.

Aussitôt, je fais appel au support technique de Google et je me retrouve dans une session de messagerie instantanée pendant près d’une heure avec une interlocutrice (Lala) qui m’a bizarrement fait l’effet d’un robot (ils utilisent déjà des robots pour le support ?). Bref, au bout d’une heure, le robot me dit que mon cas va faire l’objet d’une enquête (investigation). Le même jour, je reçois un premier message email qui me confirme le statut de ma requête :

Hi Lefebvre,

Thank you for contacting Google Drive!

Per our conversation, at this time I have reviewed your case and am currently waiting for my teammates to provide some information. I wanted to let you know that your case is being worked on and I will get back to you as soon as possible.

In the meantime, please do let me know if you discover any additional information that may be helpful in finding a solution.

Thanks for your patience.
If you have any more questions, please reply to this email. I’m happy to help!

Thanks !

Lala
The Google Support Team

googmess1

Le lendemain, je reçois le message suivant :

Hi Lefebvre,

Thank you for your request. I have received an email regarding your Inquiry about your Google Drive contents (a video for example) unable to be previewed from a hosting website. Unfortunately Google Drive discontinued supporting web hosting. You can refer to this link : https://support.google.com/drivekb/answer/6089022

One solution is to upload your video In Youtube and use it to embed links into your hosting site. Just a reminder, Google Drive and Youtube is not fully Integrated yet so you will still need to manually re upload the file to Youtube.

Thanks !

Oliver
The Google Support Team

googmess2N’en croyant pas mes yeux, j’essaye quand même d’aller voir les explications proposées, mais le lien ne débouche sur rien (voir ci-dessous, encore une fois je n’invente rien, hélas !)…

liengoogInutile d’expliquer que Youtube ne pouvait pas être une solution acceptable pour nous puisque la migration s’annonçait mal vu l’absence d’outil. Je réponds donc ceci (en espérant autre chose) :

What do you mean by « Google Drive discontinued supporting web hosting »?

When and where it has been annouced?
And do you realize that migrate my videos from gdrive to youtube will be an huge workload for me (I have dozen and dozen of videos for my LMS !).
The same for all the PDF (I have hundreds!).
And your link  https://support.google.com/drivekb/answer/6089022 send me to nothing… have another url to explain your position ?
Et voici leur réponse (plus que décevante) :

Hi Lefebvre,

Thank you for contacting the Google Drive Team.

I am currently handling your concern and I just need to let you know that the option given to you by the previous representative is the best that we can offer right now. I hope that you understand and you may also send a feedback to Google about supporting web hosting. You may visit : http://www.google.com/tools/feedback/intl/en/learnmore.html

If you have any more questions, please reply to this email. I’m happy to help!

Thanks !

Red
The Google Support Team

googmess3Mon message suivant est plus pressant déjà :

I do not want to be aggressive and I have great respect for what google does overall but … but your responses are completely useless!
I just wonder where is stated that the web hosting support is arrested for GDrive and you are unable to point it out!
One would think that this is stated nowhere and it is an arbitrary decision on your part …
I hope all the same he will find someone to take my request seriously and give me a serious answer, finally.
Regards.
Mais la dernière réponse est du même acabit :

Hi Lefebvre,

Thanks for the reply.

Once again, my apologies for the inconvenience. For the moment the feedback link is just our best option. I hope you understand.

If you have any more questions, please reply to this email. I’m happy to help!

Thanks !

Red
The Google Support Team

googmess4Bref, on (Google) a décidé d’arrêter cette fonction. On est incapable d’expliquer où on a prévenu (si même on a prévenu), mais on espère que notre absence de réponse vous a rendu heureux d’avoir contacté le support… Comme devais-je le prendre ?

Peu importe puisque j’ai passé ensuite deux semaines assez tendues où j’ai été obligé de migrer en catastrophe plus de 600 fichiers sur un de mes serveurs privés équipé de Filezilla (version serveur). Encore heureux qu’on ait pu mettre cela en place rapidement grâce à notre sysadmin hors pair !

Moralité : seules les solutions open source sont pérennes (les grands projets au moins) et seules ces solutions devaient être utilisées par moi, par vous, par tous. Bien entendu, je ne pense pas vous convaincre avec ma petite mésaventure, mais, honnêtement, je ne pouvais pas garder cela pour moi, sous silence. Peut-être que ce récit va éviter à l’un ou à l’autre de se faire avoir par Google et consorts dans une situation du même type.

D’un mal peut sortir un bien et, pour ma part, la leçon a porté : je vais consacrer ce début d’année à me sortir de toutes les dépendances que j’ai avec ces acteurs : terminé Gmail, Facebook, Youtube et autres. Cela va me prendre un peu de temps et, dans certains cas, ça ne sera pas très pratique, mais si je me laisse tromper plusieurs fois, alors je mérite ce qui m’arrive !

Parlons un peu de Windows Phone pour changer…

Non, je n’ai pas complètement perdu la raison suite mon accident et non, il ne s’agit pas de parler de Windows, dans ces différentes versions, que ce soit la version 8 ou la prochaine, c’est toujours la même daube, je n’ai pas changé d’avis là-dessus .

Non, aujourd’hui je veux vous parler de Windows Phone qui est en fait une bonne alternative en matière de smartphone à l’iPhone d’Apple ou au Galaxy de Samsung. Tout d’abord à cause de son prix. En août dernier, j’ai pu acheter un Nokia Lumia 520 pour 77 dollars sur Amazon. Il m’est arrivé équipé de Windows Phone version 8 et j’ai pu faire la mise à jour vers la version 8.1 très facilement et sans effort. Je l’utilise donc régulièrement depuis août et je commence à bien le connaître et à l’apprécier.

Il est clair que je ne suis pas un grand spécialiste des smartphones comme mes fils et je n’en fait pas le même usage mais je crois je crois pouvoir donné tout de même mon opinion sur le sujet. J’ai eu le tout premier iPhone à l’époque où il fallait le « jailbreaker » pour pouvoir s’en servir en France et j’ai ensuite basculé sur Android pour profiter du remarquable outil de développement que Google offrait alors en ligne (fermé depuis, hélas). Donc, j’ai tout de même un peu suivit l’évolution technique dans ce domaine…

Les fans de l’iPhone vont vous dire qu’il y a beaucoup moins d’applications pour Windows Phone pour leur appareil favoris mais, à chaque fois que j’ai eu besoin de quelque chose, je l’ai trouvé sans difficulté sur le Windows Phone Store.

Donc sur le plan des chiffres c’est sûrement vrai mais sur le plan pratique je trouve que le choix des applications est suffisamment fourni pour quelqu’un comme moi .
En particulier j’utilise WhatsApp et Gmail et ça suffit largement à mon bonheur .
Quand on veut faire une bonne affaire, il faut savoir garder en dehors des sentiers battus. En ce moment Microsoft est à la traîne sur le marché, c’est donc nécessaire pour eux de faire des efforts et une bonne opportunité pour vous d’en profiter.

IBM, déclin et chute ? Une critique du livre de Robert Cringely

Le livre de Robert Cringely « The Decline and Fall of IBM: End of an American Icon? » mérite d’être lu (même s’il y a pas de version française, pour le moment) car c’est une analyse en profondeur des raisons qui vont reléguer big blue dans les poubelles de l’histoire !

C’est sans doute triste mais c’est ainsi : IBM était l’incontestable N°1 mondial de l’informatique dans les années 60 et 70, archi dominant même… Bientôt, il ne restera qu’un souvenir de cette domination.