Abrutissement généralisé : voilà où nous en sommes (et c’est pas réjouissant !).

LCI affichait la même chose… ce n’est donc même pas une « erreur » propre à BMF-TV !

Sur ce blog, j’ai souvent dénoncé l’effondrement du niveau général et j’ai eu souvent aussi l’impression de « prêcher dans le désert »… Petits rappels :

Cette révolte qui ne viendra pas : section 3- Le niveau du citoyen moyen

Baisse du niveau : quand il est triste d’avoir raison…

Le test SAT prouve que le niveau a baissé…

Baisse du niveau, une preuve de plus…

Nous vivons une époque extraordinaire et il n’y a pas de quoi s’en réjouir !

Bonne nouvelle : nous sommes désormais plus nombreux à dénoncer ce terrible glissement vers le bas. Mauvaise nouvelle : le niveau actuel est encore plus bas que je ne pouvais l’imaginer !

Transformer les citoyens en consommateurs… tout un programme !

Commençons par la bonne nouvelle tout de même. Jean-Paul Brighelli vient de publier un nouveau livre qui fait suite à son best-seller « La fabrique du crêtin » où il dénonçait déjà la faillite de l’Education Nationale. Et, dernièrement, les (tristes) faits lui ont donné raison car, lors des examens de fin d’année scolaire, on s’est rendu compte qu’une bonne partie des élèves de 3ème pro ne savait pas la signification du mot « ludique »… véridique !

Dans ce nouvel ouvrage, dès l’introduction, l’auteur expose sa thèse : la faillite de l’Education Nationale n’est pas un accident ou un concours de circonstances qui se déroule depuis des décennies. C’est en vérité un processus délibéré visant à transformer les citoyens en consommateurs, ni plus, ni moins. Des consommateurs bien abrutis, cela va sans dire, puisqu’ils doivent accepter d’acheter (et réclamer !) des produits frelatés et nocifs pour leurs santé.

Tout le monde approuve le plan !

Les gouvernants sont d’accord avec plan puisque des consommateurs abrutis sont plus faciles à diriger que des citoyens responsables et éventuellement revendicatifs. Si on pouvait se glisser dans le palais de l’Elysée, je suis sûr qu’il ne faudra pas longtemps avant d’entendre des propos édifiants… genre (propos fictifs bien sûr !) :

Conseiller – Les gens intelligents ne vont jamais croire cela, Président !

Président – Aucune importance, les cons vont le croire eux et ils sont bien plus nombreux…

Ils sont bien plus nombreux, on a fait ce qu’il fallait pour cela !

Les médias sont d’accord avec plan puisqu’ils ont juste à accompagner et amplifier le mouvement avec des contenus abêtissants qui sont plus faciles (et économiques) à produire que ceux qui pourraient hausser le niveau.

Enfin et c’est le plus triste, les « gens » sont d’accord avec ce plan puisqu’ils se comportent exactement comme on l’attend d’un troupeau bien docile : depuis l’affaire du sang contaminé jusqu’à la toute récente « crise sanitaire », on a pu voir le peuple (ou ce qu’il en reste) tout accepter avec une passivité qui laisse pantois.

De la servitude volontaire à la passivité consentie

Bien après La Boétie et son « Discours de la servitude Volontaire » (1576 !), on peut s’interroger sur cette « passivité consentie » qui frappe tant de nos contemporains.

Moralité : il est trop tard pour sauver ces « gens ». Concentrez-vous sur vous, vous êtes les derniers survivants de l’espèce, les autres sont déjà perdus.

Ce contenu a été publié dans La terrible vérité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Abrutissement généralisé : voilà où nous en sommes (et c’est pas réjouissant !).

  1. Stéphane Cnockaert dit :

    lorsque vous demandez combien d’hommes il y aura sur terre après 75 années de déflation démographique à hauteur de 3% par an, les gens ne savent pas comment calculer cela

    lorsque vous dites que la réponse est « un petit milliard d’âmes », cela ne fait pas tiquer les gens
    c’est à se demander 1) si les gens ont régressé au stade du « 1, 2, 3, beaucoup »
    c’est à se demander 2) si les gens admettent implicitement qu’il convient de limiter la procréation

    lorsque vous demandez en privé à des hommes adultes et à des femmes adultes, ce qu’ils ont à dire au sujet d’une éventuelle interdiction d’engendrer plus de deux fois dans une vie, et que vous enregistrez leurs dires, vous documentez leur capacité à penser et à communiquer, et par la même occasion, vous réalisez une enquête sociologique qui met en évidence le dimorphisme intellectuel qui règne au niveau de l’espèce humaine

    lorsque d’ci 25 ans, les techniques suivantes auront significativement progressé :

    – la filière automatique de tri, de broyage, de purification et de conditionnement pour recyclage
    – la concentration du rayonnement solaire (en puissance kW et MW)
    – le transfert d’énergie calorique sous forme liquide à 2400°C (en puissance MW)
    – le stockage d’énergie calorique sous forme solide à 2400°C (en puissance MW et énergie MWh)
    – la captation ThermoPhotoVoltaïque GaAs du spectre de lumière infrarouge centré sur 2400°C
    – la captation PhotoVoltaïque CaTiO3 du spectre de lumière solaire
    – le stockage $ 40 du kWh en chimie NaS lente, -10 à +40°C, 1500 recharges en 60 minutes, 160 Wh/kg
    – le stockage $ 60 du kWh en chimie NaS rapide, -10 à +40°C,1000 recharges en 30 minutes, 120 Wh/kg
    – le stockage $ 60 du kWh en chimie LiFePO4 lente, -10 à +40°C,3000 recharges en 30 minutes, 240 Wh/kg
    – le stockage $ 90 du kWh en chimie LiFePO4 rapide, -10 à +40°C, 2000 recharges en 15 minutes, 160 Wh/kg
    – le stockage $ 90 du kWh en chimie Li-NCMA lente, -10 à +40°C, 2400 recharges en 10 minutes, 240 Wh/kg
    – le stockage $135 du kWh en chimie Li-NCMA rapide, -10 à +40°C, 1600 recharges en 5 minutes, 160 Wh/kg

    en répandant de façon altruiste ces techniques partout dans le monde, il sera possible de montrer qu’engendrer outre mesure pour vivre la joie qu’il y a d’élever, d’éduquer et de transmettre, et aussi, pour s’entourer de bras corvéables, sera devenu totalement contre-productif

    le facteur limitatif dans toute société humaine est que le géniteur-éducateur ne peut être grand pédagogue « spécialiste en tout »

    il en résulte qu’au bout de cent générations, toutes les sociétés humaines qui subsistent, engendrent :
    – une masse d’êtres humains hors-sol, assistés, pensant et agissant en idiots cultivés
    – une masse d’êtres humains enracinés, enrichis, pensant et agissant en égoïstes abrutis
    – une masse d’êtres humains en révolte
    – une masse d’êtres humains suicidaires
    – une masse d’êtres humains sectaires
    – une masse d’êtres humains contemplatifs
    – une minorité d’êtres humains enracinés, entreprenants, altruistes, philosophes, modestes

    est-elle véritablement altruiste, l’idée qui consiste à trouver nécessaire et obligatoire, la perpétuation de la société qui nous abrite ?

    allez donc voir ce qui se passe dans une ruche, une fourmilière, une termitière
    sont-ce des collectivités, sociétés, civilisations ou organismes ?
    quels y sont la place, le rôle et le devenir de l’individu ?
    au sens étymologique du terme, que sont une collectivité, une société ?
    au sens étymologique de terme, qu’est-ce qu’un sociétaire ?
    au sens étymologique du terme,qu’est-ce qu’un individu (cfr. l’adjectif indivis) ?

    passez une excellente journée

Laisser un commentaire