Mac OS, Linux, Chromebook et Windows 10, comparaison n’est pas raison !

Sur ce blog, je vous ai évoqué de temps en temps les « horreurs » de Windows, les vertus de Mac OS et la simplicité bienvenue de Chrome OS. 

http://www.histoireinformatique.com/assembler-son-propre-pc-cest-desormais-assez-facile/ (février 2018)

http://www.alain-lefebvre.com/apple-macbook-pro-le-meilleur-et-le-pire-comme-toujours-avec-apple/ (décembre 2017)

http://www.alain-lefebvre.com/la-solution-chromebook-une-alternative-a-considerer/ (décembre 2015)

http://www.alain-lefebvre.com/il-est-temps-doublier-windows-serieusement/ (2013)

http://www.alain-lefebvre.com/linux-pour-le-desktop-10-apres-ubuntu-la-fait/ (2011)

OK, certains de ces articles datent un peu, une petite mise à jour ne sera pas de trop !

Je peux aussi vous recommander cet article rédigé pour Redsen qui fait le point sur les tendances du marché informatique en matière de poste de travail justement :

https://www.redsen-consulting.com/fr/inspired/tendances-decryptees/que-reste-t-il-du-poste-de-travail

Deux ans d’expériences diverses et variées

Cette fois, nous allons creuser un peu plus dans le détail car je suis désormais en mesure de vous faire un retour d’expérience sur plus de deux ans d’usage des quatre principaux postes de travail du marché : le Macintosh (un MacBook Pro de 2015 mais avec la toute dernière version de Mac OS), Windows 10 (avec la tablette Surface Pro 6), Linux (sur un portable Why et Ubuntu comme distro) et même un Chromebook (le ACER Chromebook 11 – CB311). En effet, lors de ces deux dernières années, j’ai utilisé tour à tour ces quatre machines afin de pouvoir les comparer et je suis aujourd’hui enfin prêt à vous donner mon feedback dessus.

Bien entendu, il ne s’agit pas d’un test technique en bonne et due forme comme on peut en trouver beaucoup (et des bons) sur des sites web spécialisés et aussi sur YouTube. C’est plus mon opinion sur le confort d’usage de telle ou telle solution (indice : aucune n’est parfaite mais chacune a des avantages certains).

Commençons par le Mac

Je suis un utilisateur de Mac depuis 1985 !

Cependant, je n’ai jamais été un fier citoyen de la “Mac nation” : j’ai toujours trouvé que l’écosystème d’Apple était tout à la fois critiquable ET préférable mais qu’il était absurde de se comporter comme un fan-boy avec Apple (comme avec n’importe quelle autre marque qui n’est là que pour le profit, rappel… ce n’est PAS immoral d’être focalisé sur le profit pour une organisation mais ce n’est simplement pas notre intérêt à nous en tant que consommateurs de donner un “chèque en blanc” à telle ou telle organisation, c’est tout).

Mon MacBook Pro de 2015

Depuis 1985, j’ai assisté à plusieurs “oscillations” de la part d’Apple. Ces oscillations vont quelquefois dans le bon sens et d’autres fois dans le mauvais sens. Or, depuis quelques années, nous sommes clairement dans une période de “mauvaise pente” : iCloud fonctionne mal (a-t-il jamais fonctionné correctement ?) et, à chaque fois qu’on veut apporter une modification à son profil utilisateur, s’il faut passer par une procédure Apple, on se perd dans un labyrinthe de messages qui n’aboutit nul part. Pour moi, c’est le signe incontestable que cet écosystème (celui d’Apple) a grand besoin d’un reset complet comme cela arrive tous les dix ans. Cette malheureuse tendance se fait cruellement sentir dans l’expérience de l’usage du Mac ces derniers temps. On note des signaux qui indiquent de manière claire que cet ensemble si cohérent et si harmonieux est malheureusement en train de se désunir. Deux exemples : les touches de fonctions permettaient de contrôler la musique sur iTunes (changer de morceau, mettre en pause, etc.) mais cela fait un moment que ça ne marche plus (sauf à avoir iTunes au premier plan). Ou alors, c’est votre imprimante qui n’est plus reconnue suite à une mise à jour système (avec ce message d’erreur “filter failed” aussi incompréhensible qu’inutile). Cette dégradation progressive n’est pas due au hasard : les logiciels sont comme les plantes d’intérieur, il faut en prendre soin pour les voir s’épanouir. Or, il y a longtemps qu’Apple a cessé de faire les efforts nécessaires pour maintenir correctement Mac OS.

C’est dommage car ça reste la meilleure machine et aussi le meilleur OS aujourd’hui disponible. Cette combinaison est seulement critiquable sur le prix qu’il faut payer pour en profiter !

Mon MacBook pro a plus de cinq ans désormais et sa batterie n’est plus capable de tenir longtemps. Cependant, pour le reste, il tient encore bien le coup (preuve s’il en était besoin d’une remarquable qualité de construction, c’est à souligner) mais il est clair qu’il va falloir songer à un remplacement…

Windows 10, en grands progrès

Cela fait longtemps que j’utilise Windows parallèlement au Mac car, pour le SimRacing, tout se passe sur l’OS de Microsoft. Comme je n’en faisais qu’une utilisation strictement “gaming”, je ne pouvais vraiment juger de son évolution par rapport à Mac OS. Tout au plus pouvais-je constater que Windows restait encore loin (bien loin) du confort et de la facilité d’utilisation de Mac OS. Or, depuis quelques mois, j’ai une tablette hybride Surface Pro 6 et je dois dire que je suis très favorablement impressionné par ce qu’elle permet de faire. Précisons tout de suite que je l’utilise rarement en mode “tablette pur” car j’ai le clavier amovible et je le trouve bien pratique à utiliser (même si le pavé tactile n’est pas assez sensible à mon goût). Mais le mode tablette est quand même bien pratique de temps en temps et il correctement géré pour autant que j’ai pu m’en rendre compte.

La Surface Pro 6, on voit le stylet (aimanté) sur le côté à gauche…

Donc, cet usage régulier de la Surface Pro m’a permis de constater les progrès certains de Windows (dans sa version 10). Tout d’abord sur le plan de la fiabilité. C’est important la fiabilité et c’est d’ailleurs ce qu’on reprochait trop souvent aux versions précédentes (souvenez-vous du fameux “écran bleu”…). Mais là, pendant tous ces mois d’utilisation, pas une seule fois je ne me suis retrouvé avec un OS planté et contraint de redémarrer (pas une seule fois !), c’est un signe qui ne trompe pas selon moi. Sur le plan des fonctions, on note aussi des progrès, encore un peu éparpillés mais bien présents. Par exemple, la Surface est bien plus pratique que le Mac pour prendre une photo d’écran et la retoucher immédiatement (surtout quand on est équipé du stylet qui joue bien son rôle).

La Surface Pro est agréable à utiliser au quotidien et j’ai aussi pu me rendre compte que la suite Microsoft Office 365 s’était relativement bien adaptée à l’interface Web (pas au point de rivaliser directement avec la G Suite mais tout de même pas ridicule). Cependant, cette Surface affiche deux faiblesses : l’autonomie est assez faible (mais la recharge est assez rapide) et les performances ne sont pas à la hauteur de mon Mac pourtant bien moins récent (peut-être est-ce mieux avec la Surface 7 ?)… C’est grâce à ce type de comparatif qu’on se rend compte de ce genre d’écart.

La logithèque qui accompagne Windows en standard est également assez pauvre… “Groove musique”, par exemple, ne soutient pas la comparaison avec iTunes, même de loin. Pour les photos ou le montage vidéo, c’est encore pire et ainsi de suite. Il est clair que sur ces aspects, Microsoft a encore du travail à faire (à moins que ces “lacunes” ne soient délibérées afin de laisser plus de place aux éditeurs tiers…).

Bref, j’aime bien cette Surface. La seule chose qui me freine à l’adopter complètement est l’absence des logiciels qui sont clés pour moi sur le Mac : Scrivener (pour produire mes livres) et iMovie (pour le montage vidéo). Je pourrais sans doute remplacer iMovie par Adobe Première mais il faudrait aussi que je me forme dessus. Quand à Scrivener, là, le remplacement va être encore plus compliqué… Or la version III pour Windows se fait attendre. Eh oui, une fois de plus on tombe sur la rengaine “j’aimerais bien mais il n’y a pas ce qu’il faut pour moi”…

Linux sur le Why!

Le portable Why! Suisse (voir à https://whyopencomputing.com/fr/5-laptops-why) est une plateforme solide et très complète. Par rapport au design du Mac, cette machine fait un choc : on a l’impression de revenir plus de dix ans en arrière (et pourtant, il date de 2019) !

Le portable Why! : « lourd c’est fiable » comme dirait « Boris le hachoir »…

Avec nos amis Suisses, on se moque du design fin et élégant du Mac, on fait du solide, du durable, du complet. Et effectivement, il y a toutes les interfaces possibles (HDMI, plein d’USB et même un lecteur/graveur de DVD) sur ce portable qui est assez lourd en plus d’être assez gros. Why! met en avant son aspect “durable et recyclable” : toutes les pièces sont disponibles et peuvent être changées sans trop de difficultés (et, là aussi, ça change du Mac mais dans le bon sens cette fois). Cette (grosse) différence de philosophie de conception se paye forcément à un moment ou à un autre : si vous voulez un design super-affuté, vous ne pourrez intervenir facilement sur votre machine. Si, au contraire, vous voulez pouvoir tout brancher et tout remplacer dessus, alors il vous accepter un design qui ne va pas faire dans la finesse…

Cette différence fondamentale se ressent aussi sur le plan du logiciel : Linux est plus grossier que MacOS mais, si vous avez les compétences requises, il vous permet d’en faire plus avec plus de liberté. Soit d’un côté, le confort mais quelques restrictions ou pas de restrictions mais moins de confort… C’est à vous de choisir.

Ubuntu est sûrement la distro Linux la plus “grand public” qui soit mais ce n’est pas encore suffisant : même avec un décor “à la MacOS”, on reste encore loin du confort et de la finition de ce dernier (c’est même moins “léché” que Windows 10, c’est dire !). Mais, si ça ne convient pas, ça plaît bien à mon fils de onze ans qui en a fait sa machine personnelle. En réalité, il ne connaît rien à Linux et il ne s’en préoccupe pas : il utilise cette machine comme il utiliserait un Chromebook, tout passe par le navigateur (il préfère Firefox) sauf exception. Il utilise donc Gimp pour la retouche d’images et PTTV pour le montage vidéo, logiciels qu’il a appris tout seul sans que j’ai besoin d’intervenir (nécessité fait loi, je lui ai dit “si tu veux te servir de ces trucs, tu dois te débrouiller seul”). En dehors de son usage, nous sommes bien content de pouvoir utiliser cette machine quand on veut projeter sur grand écran (merci la prise HDMI) ou graver un disque. Mais cette expérience m’a confirmé que Linux n’était toujours pas prêt pour le grand public et je commence à penser qu’il ne le sera peut-être jamais finalement.

Chromebook, toujours mieux

J’ai déjà dit de nombreuses fois tout le bien que je pensais des Chromebooks. Je crois fermement que c’est la meilleure solution possible pour la grande majorité des gens qui souffrent sous Windows et qui ne veulent pas dépenser beaucoup d’argent sur un Mac (ce qui peut se comprendre). Tous les arguments du genre “oui mais alors, je ne pourrais pas faire du montage vidéo ?” (et on peut remplacer “montage vidéo” par “retouche photo” ou autre, c’est pareil) ne sont pas recevables car, pour l’immense majorité des gens, le montage vidéo n’est simplement jamais pratiqué, jamais…

De plus, la logithèque sur Chrome progresse tellement qu’il existe désormais des solutions correctes pour faire cela en ligne. Mais laissons cela, on sait bien qu’on ne peut “faire boire un âne qui n’a pas soif”… Le tour du Chromebook viendra pour le grand-public de la même façon que les entreprises ont fini par se laisser convaincre (tardivement) par le cloud !

Ce petit Chromebook Acer m’a permit de mesurer que les progrès des Chromebooks sont permanents : on peut désormais intégrer Linux (bof, ça ne concerne que peu de monde selon moi) mais, surtout, les applications Android… Et ça, c’est super pratique !

En effet, dans certains cas, un manque dans Chrome ou dans l’offre online peut être compensé par une app Android qui s’installe effectivement impeccable. Et le fait que l’écran soit tactile (c’est le cas de mon petit Acer) fait que ça marche correctement comme si c’était un smartphone, chapeau !

Le Chromebook, c’est la machine toujours disponible, qui ne pose pas de problème, qui est facile à utiliser et qui en exige peu en retour. Pas de bug, pas de virus et pas de délai au démarrage (on ouvre l’écran et hop, quelques secondes de réveil et c’est opérationnel… qui dit mieux ?). Seul reproche : les performances laissent parfois à désirer (mais il suffirait de prendre une autre machine mieux dotée sur le plan du processeur, ce n’est pas inhérent aux Chromebooks).

Un Chromebook par Acer (avec un écran de 11′ seulement).

Conclusion : vers un avenir libéré

Dans quelques temps, les mérites des différents OS ne seront peut-être plus une question intimement liée à leur plateforme matériel respective. En effet, avec la généralisation du cloud, nous assistons à la montée d’une autre tendance lourde : la virtualisation.

La virtualisation, c’est la capacité à faire tourner n’importe quelle application sur n’importe quelle plateforme, quel que soit l’OS prévue pour la première et celui qu’exécute la seconde. Et c’est le cloud qui permet déjà cela. Comme souvent, ça commence par le gaming mais vous allez voir que ça va vite s’étendre à tous les usages du PC. J’ai expliqué les tenants et aboutissants de cette tendance ici https://www.redsen-consulting.com/fr/inspired/tendances-decryptees/vers-la-nullification-du-pc

Une fois que la “nullification” du PC sera banalisée, je gage qu’un Chromebook sera largement suffisant pour tous les types d’usages et que la question du choix de la plateforme matériel ne se posera même plus (en tout cas, pas sur le plan de l’OS qu’elle requiert).

Laisser un commentaire