The Grand Tour, à la hauteur de Top Gear ?

L’histoire est connue : après s’être fait virer de la BBC suite à une altercation avec un producteur (en mars 2015), Jeremy Clarkson (accompagné de ces deux acolytes, Richard Hammond et James May) signe avec Amazon (Netflix était sur les rangs aussi, du coup, le deal a été coûteux…) pour une nouvelle série d’émission plus ou moins basée sur le principe de Top Gear : du vroum-vroum avec de l’humour plus ou moins britannique (Clarkson est anglais, certes, mais il peut paraitre un peu vulgaire à certains…).

Bref, la grande question n’était pas « est-ce que Top Gear reste regardable avec le départ de la fine équipe ? » (non, bien sûr) mais plutôt « est-ce que la nouvelle série (The Grand Tour) sera-t-elle à la hauteur de Top Gear ? », n’est-ce pas ?

Alors, ne reculant devant rien quand il s’agit de vroum-vroum (une cause sacrée s’il en est !), j’ai donc regardé le premier épisode qui était diffusé sur Amazon à partir d’hier… Alors ?

Bof. C’est effectivement un copycat de Top Gear, mais, bizarrement, il manque quelque chose. Comme si d’être passé de la BBC (anglaise pur jus) à Amazon (clairement américaine, pas de question là-dessus) lui avait fait perdre cette touche si caractéristique qui faisait que même si on appréciait pas forcément Clarkson, on aimait Top Gear.

Alors, pourquoi en parler ?

Eh bien, justement, pour évoquer le côté « magique » du succès. Le succès ne se résume pas à une recette où une « dream-team », c’est un ensemble de choses : les bons ingrédients, au bon moment et dans le bon contexte. Donc, une somme de critères qui rend la « programmation du succès à coup sûr » impossible.

Bien souvent, dans le succès d’un champion, on passe à côté des vraies raisons tout simplement parce que ces dernières ne sont pas forcément visibles : le bon coach, la bonne équipe technique, tous ces acteurs qu’on ne voit jamais, mais qui sont essentiels dans la réussite de la recette.

Je parierais volontiers que, dans le cas de « The Grand Tour » il manque un ou plusieurs éléments clés, et sûrement du côté de l’écriture. Pareil pour Top Gear d’ailleurs : sans Clarkson-Hammond-May, vous pouvez oublier le succès passé les gars !

 

 

Laisser un commentaire