Livre : Cityboy, les autres confessions à lire !

Toujours dans le registre « banquier pourrit qui lâche le morceau », je vous recommande la lecture de « Cityboy, confessions explosives d’un trader repenti » !

C’est bien écrit, drôle (vraiment drôle parce que bien écrit…) et on en apprend encore de belles… Mais, cette fois, il ne s’agit pas d’un anonyme qui avoue parce que protégé par son pseudo (et donc, dont les aveux peuvent prêter à caution…). Cette fois, l’auteur se dévoile totalement : il s’agit de Geraint Anderson et c’est vraiment son histoire qu’il raconte dans ce livre de 414 pages (qui s’avale vite, vous pouvez me croire !).

On peut même retrouver l’auteur sur son site web et voir les vidéos des nombreuses interviews qu’il a donné sur les chaines TV anglaises. Car son livre est un phénomène qu’on s’arrache là-bas. Il faut dire que l’auteur tenait une chronique anonyme dans le Londonpaper (sous le pseudo de « cityboy » justement) pendant deux ans où il révélait les petits secrets de la profession au fur et à mesure des événements (et ils n’ont pas manqué ces deux dernière années !

Bref, je vous engage à y faire un tour à http://www.cityboy.biz, ça vaut le détour !

Bon, si après tout cela, vous avez encore la moindre parcelle d’illusion sur le capitalisme triomphant (car l’auteur explique bien non seulement le « comment » mais aussi le « pourquoi » et tout indique que tout va continuer comme cela tant qu’on ne changera pas quelques mécanismes fondamentaux tels que les bonus… Or, l’actualité récente semble indiquer qu’on en prend pas le chemin !), c’est qu’on ne peut plus rien pour vous, désolé…

Ce contenu a été publié dans La terrible vérité, Livres. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Livre : Cityboy, les autres confessions à lire !

  1. Dim dit :

    Je n’ai pas lu ces bouquins mais…

    Et oui, l’attitude même des gouvernements face à la crise montrent clairement la protection d’un système qui, on le sait déjà, nous pètera de nouveau à la tronche.

    C’est une hérésie, à mon sens, de fonctionner avec une croissance supposée exponentielle entre autre… La chute, sera d’autant plus forte lorsqu’enfin elle sera là.

Laisser un commentaire