Une critique du livre de Philippe de Villiers : voici venu le temps de dire ce que j’ai vu… Pas exactement ce à quoi je m’attendais !

Normalement, je préfère parler des livres que j’ai lus et qui m’ont plu. Pas cette fois. Le dernier livre de Philippe de Villiers connait un franc succès, mais, disons-le tout de suite, ce fut une déception pour moi. J’ai cru qu’il s’agissait d’une galerie de portraits (et, plus ou moins, il est présenté ainsi), mais c’est plutôt un pamphlet en faveur des idées du vicomte.

J’ai toujours eu du mal avec Philippe de Villiers. Un type de droite, bien à droite, vraiment à droite : l’avortement, c’est le mal… l’église, c’est le bien et ainsi de suite. De plus, le personnage est difficilement sympathique : un sourire crispé et des yeux toujours plissés comme s’il préparait un mauvais coup. Bref, pas vraiment ma tasse de thé. Mais alors, pourquoi avoir acheté son livre ?

Eh bien, je me suis fait avoir par la campagne de pub en faveur de cet ouvrage comme quoi les révélations du vicomte étaient propres à faire sauter la république. En fait, non. Il n’y a là que du déjà vu, su, connu. Et j’ai lu son livre entièrement, svp !
Je ne suis pas du genre à critiquer en me contentant d’un résumé rédigé par d’autres.

Il y a quand même du positif : c’est bien écrit, c’est en français correct (ça devient rare !) et il y a tout de même quelques idées et quelques vérités qui font du bien à lire. Mais, même avec cela, ça ne mérite pas le torrent d’éloges que j’ai pu lire et entendre çà et là. De Villiers met en avant ses idoles : SoljenitsynePoutine et James Goldsmith. Pourquoi pas dans le cas de l’auteur de « Une journée d’Yvan Denissovitch » (plus facile à lire que « L’archipel du goulag » !), mais, en ce qui concerne le célèbre judoka (Poutine est un sportif accompli et ceinture noire de Judo…) ou le milliardaire, j’ai déjà plus de réserves…

Donc, vous pouvez passer votre chemin l’esprit tranquille : vous n’êtes pas en train de manquer le livre de l’année !

Laisser un commentaire