Un questionnaire pour mon livre sur l’histoire récente de l’informatique…

Dans le cadre de mon futur ouvrage sur le l’histoire récente de l’industie informatique, j’ai fait un appel à témoignage et j’anime le collectif ainsi rassemblé sur le forum du groupe « musée de l’informatique sur Facebook. Pour aider les contributeurs, j’ai eu l’idée d’un questionnaire afin de guider les contributions (j’ai déjà pratiqué ainsi pour mon livre sur le Simracing). Voici donc les questions que j’ai imaginé (mais j’espère bien que les contributeurs les plus zélés sauront aller au-delà de ce modeste questionnaire…) :

Pour toutes ces question le préfixe « selon vous » est toujours de rigueur !

Ici, on ne vous demande que votre avis, pas d’établir une vérité intangible… Donc, sentez-vous libre de répondre ce qui VOUS parait juste et non ce qui serait politiquement correct ou en ligne avec la « pensée unique »…

L’idéal dans vos réponses serait de ne pas simplement indiquer un nom d’acteur ou un événement mais aussi de développer un peu en expliquant le « pourquoi » de votre réponse (par exemple en précisant les circonstances de votre choix)… Mais une réponse courte et simple, ce sera déjà pas mal !

– quel est (ou quel a été) le rôle de la presse spécialisée IT dans l’évolution de l’informatique ?

suggestions : moyen de progresser techniquement, de se tenir informé, de trouver un job (grâce aux petites annonces), négatif car participe trop au « hype », etc.

– quel est votre perception de l’évolution de la presse spécialisée IT à travers les différentes ères et, éventuellement, comment a-t-elle évolué (votre perception) ?

suggestions : en perte de vitesse, toujours pareil, je lisais beaucoup cette presse il y a encore quelques années et plus du tout aujourd’hui car tout se passe désormais sur le web, etc.

– quel est, selon vous, le plus gros mensonge proféré par l’industrie informatique à travers les différentes ères ?

suggestions : le bureau « sans papier », la programmation visuelle, le développement facile (ou par objets ou autres), Java, l’IA, autres.

– quel est, selon vous, l’acteur le plus « nocif » de l’industrie ?

suggestions : SCO, Microsoft, IBM (pour ces deux derniers à cause de l’accusation récurrent « d’abus de position dominante »), autres.

– quel est (ou quel a été) l’acteur le plus innovant de l’industrie ?

suggestions : Apple, Google, Adobe, la communauté open source, autres.

– quelle a été l’innovation la plus marquante ?

suggestions : l’interface graphique, l’epaper, l’imprimante laser, autres.

– quelle a été la période la plus excitante ?

suggestions : la naissance de la micro-informatique, les L4G, l’essor du décisionnel, l’irruption de l’Internet, autres.

– quelle est (ou quelle a été) la plus forte constante dans cette industrie ?

suggestions : l’intertie des mentalités, la prédominance de la silicon valley, le poids des grands comptes, le caractère moutonnier du grand public, l’inertie technique, autres.

– quelle est (ou quelle a été) la plus grande variable dans cette industrie ?

suggestions : le nombre de bugs à la ligne de code, le prix d’un développeur à la journée selon les pays, la qualité des projets, la part de chance nécessaire à la réussite d’un projet, le niveau de compétence des directeurs informatique, le budget des grands comptes rapporté à leur CA, autres.

– quelle a été la plus grande réussite sur le plan technique ?

suggestions : Google Maps, l’iPhone, Mac OS, Linux, PHP, Cobol, les bases de données SQL, autres.

– quelle a été la plus grande réussite sur le plan business ?

suggestions : Microsoft, IBM, Google, Adobe, Salesforce.com, Dell, autres.

– quel a été le plus grand flop sur le plan technique ?

suggestions : Java, OS/2, l’IA, les systèmes d’exploitation orientés objet, Microsoft Vista, autres.

– quel a été le plus grand flop sur le plan business ?

suggestions : Computer Associates, Sun, SCO, Compaq, Novell, autres.

– quelle a été la personnalité la plus marquante dans cette industrie ?

suggestions : Bill Gates, Linus Torvald, John Von Neumann, Tim Berners-Lee, autres.

– quel a été le projet le plus intéressant de votre carrière ?

suggestions : pas de suggestion, c’est une question vraiment personnelle !

– quelle a été la crise la plus importante que vous ayez vécu ?

suggestions : l’éclatement de la bulle Internet (2001), la crise actuelle, autres.

===

En plus des suggestions ci-avant, j’ai moi-même répondu à ces questions ci-après histoire de vous donner d’autres pistes ou de vous rappeler quelques souvenirs…

– quel est (ou quel a été) le rôle de la presse spécialisée IT dans l’évolution de l’informatique ?

Je ne sais pas si la presse a eu une influence sur l’industrie car elle a surtout joué le rôle de relais de propagande tout au long de son évolution (perdant une partie de sa crédibilité en ne filtrant pas assez le message marketing des acteurs… cette faiblesse a été particulièrement visible tout au long de « l’affaire Java » !). En revanche, l’influence de la presse sur la grande masse des professionnels était indéniable dans les années 70 et 80 car il n’y avait alors rien d’autre pour s’informer. L’opinion des informaticiens de l’époque était donc grande modelée par ce qui s’écrivait dans les colonnes d’hebdo comme O1 Informatique…

– quel est votre perception de l’évolution de la presse spécialisée IT à travers les différentes ères et, éventuellement, comment a-t-elle évolué (votre perception) ?

Au début de ma carrière, la presse spécialisée IT a joué un rôle énorme : c’est elle qui me permettait de progresser techniquement (un peu) mais surtout qui m’ouvrait des horizons en me faisant découvrir des secteurs ou des domaines que je ne connaissais pas du tout. En ce sens, elle jouait le rôle de formation professionnelle permanente. Du coup, je dévorais 01 et LMI à chaque fois que je pouvais mettre la main dessus. Dans le domaine de la micro, c’est Byte qui a « fait mon éducation initiale »…

Par la suite, la presse IT a aussi joué un grand rôle dans ma carrière mais autrement : c’est elle qui faisait la promotion (gratuite !) de nos études comparatives (réalisées par mon équipe à SQLI) et nous permettait à la fois de nous faire connaitre et d’en vendre un bon paquet. Enfin, les hebdomadaires et magazines du milieu m’ont aussi aidé à me faire connaitre car j’y collaborais via une chronique périodique où j’apparaissais même en photo. Bref, pour moi, la presse IT m’a fait un bien considérable.

Donc, pour moi, la presse spécialisée était un organe de référence indispensable, crédible et utile.

Mais, à partir de la fin des années 90, début des années 2000, je dois avouer que je me suis détourné de la presse papier pour m’orienter plutôt sur les titres qui publiaient sur le web, tant sur le plan lecture que pour la collaboration sous forme d’articles ou de chroniques. Du coup, ma perception de la presse spécialisée sur papier s’est un peu effacé : comme je ne la consulte plus, j’ai bien du mal à savoir comment elle a évolué (mais des signes comme la disparition de LMI ne me rende pas optimiste à son égard…).

– quel est, selon vous, le plus gros mensonge proféré par l’industrie informatique à travers les différentes ères ?

Tout d’abord, il faut dire que la propagande (le plus souvent mensongère, ça aussi il faut le dire) a été omniprésente tout au long des différentes ères de l’informatique !

Donc, on a vu des modes se succèder comme l’IA, le groupware, le bureau « sans papier », la programmation visuelle, le KM, le CRM (la liste serait longue !), etc.

Cependant, selon moi, c’est incontestablement Java qui a été au centre du plus gros mensonge de l’industrie lors de ces 50 dernières années (et les candidats étaient nombreux pour cette « récompense » !). Pourquoi Java ?

Parce que là, non seulement le mensonge était gros mais la propagande pour le faire passer a été énorme et touchait absolument tous les acteurs (c’est dur de se rendre compte de l’ampleur de ce phénomène quand on ne l’a pas vécu en direct). On peut mesurer l’ampleur du trucage en posant simplement cette question : des ambitions de départ -de Java, sensé être le langage universel capable de s’exécuter sur tout-, il est reste quoi aujourd’hui ?

La petitesse de la réponse se passe de commentaire (significatif : je n’arrive pas à avoir de débat sérieux avec les partisans -il en reste- de Java…).

– quel est, selon vous, l’acteur le plus « nocif » de l’industrie ?

Encore une question polémique (mais j’aime cela car on est pas là pour faire un livre où « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil »… Il faut de temps en temps dire la vérité sur un domaine, y compris quand il s’agit d’informatique) !

Aujourd’hui, quand on parle « d’abus de position dominante », on pense tout de suite à Microsoft (et, dans quelques années, ce sera peut-être au tour de Google ?) mais c’est oublié un peu vite qu’IBM a aussi un beau palmarès en la matière…

Au début de ma carrière, j’éprouvais une vrai détestation pour « big blue » car cette société symbolisait (selon moi) tout l’immobilisme dans le domaine technique contre lequel il fallait lutter, forcément. Avec le temps, j’ai appris à nuancer un peu mon opinion sur ce sujet en m’apercevant que n’importe quel acteur tente « l’abus de position dominante » dès qu’il le peut à son échelle. Ceci dit, la palme du plus « nocif » ira tout de même à SCO pour avoir tenté de s’approprier des contenus open source (mais cet acteur a été bien puni depuis… Comme quoi la justice immanente existe bien !).

– quel est (ou quel a été) l’acteur le plus innovant de l’industrie ?

Il ne faut pas se faire trop d’illusions sur le penchant à l’innovation des grands acteurs… Quand ils prennent le risque d’innover, c’est souvent avec une technologie qu’ils viennent juste de racheter car leur structure et leur mode de gestion étouffe la créativité de leurs propres équipes.

Ceci dit, je pense qu’Apple a sa place dans ce contexte après les précautions d’usage ci-avant (toujours dans ce cadre, il n’est pas absurde de citer Google). L’innovation d’Apple est surtout commerciale car la société invente peu mais sais utiliser les inventions des autres (comme dans le cas de l’imprimante laser).

Pour ce qui est de la vrai innovation technique, c’est plutôt au sein de la communauté open source qu’on la trouve, selon moi toujours.

– quelle a été l’innovation la plus marquante ?

Pour moi, c’est sans conteste l’interface graphique mais ça remonte déjà à quelques décennies !

Il faut se souvenir qu’au milieu des années 80, les débuts des premières interfaces graphiques ont été un vrai choc pour tous les témoins de l’époque… cela induisait un tel changement dans les usages, une telle facilité de manipulation par rapport à la très rustique interface caractère…

Plus proche d’aujourd’hui, je mettrais mon choix sur l’epaper dont les prolongements et les conséquences n’ont pas encore été clairement mesurées mais cette technologie va avoir un impact énorme, encore un fois sur les usages, permettant enfin aux « écrans » de sortir en pleine lumière (et ça n’est pas rien) !

– quelle a été la période la plus excitante ?

Je répond pour mon cas personnel (c’est le but de ce questionnaire) mais je dirais 1995-1997 quand le Web a fait irruption dans notre quotidien. En 1995, je cherchais la technologie qui permettrait de donner un second souffle au client-serveur qui, à ce moment-là, butait encore sur de très sérieuses limitations (en particulier sur le « mur du déploiement »). Certains pensaient qu’il fallait bifurquer vers le décisionnel (et cela a donné la mode du « datawarehouse » pour ceux qui s’en souviennent) mais j’ai vu que le Web était la voie à suivre et que l’horizon était radieux.

Je ne puis dire combien j’ai été enthousiasmé par cette perspective : là où la plupart des observateurs voyait le Web comme un média, j’y voyais une plate-forme de développement inédite, souple et particulièrement bien adaptée. Je dois avouer que j’ai vécu là les mois les plus intéressants de ma carrière professionnelle, un grand moment et un souvenir inoubliable !

– quelle est (ou quelle a été) la plus forte constante dans cette industrie ?

C’est clairement l’intertie des mentalités. La technologie change en permanence mais la plupart des gens continue de penser selon les schémas d’hier (ce n’est pas propre à la technologie d’ailleurs, on retrouve ce décalage dans tous les secteurs de la vie moderne…).

– quelle est (ou quelle a été) la plus grande variable dans cette industrie ?

Là aussi, c’est clairement le niveau de compétence des directeurs informatique. Pour certains, on se demande ce qu’ils font dans cette profession alors que d’autres sont effectivement au top de leur métier. D’une façon générale, j’ai plutôt été souvent déçu par cette classe de managers, trop conformistes et moutonniers pour être à la hauteur des enjeux (mais, là comme ailleurs, on trouve de brillantes exceptions).

– quelle a été la plus grande réussite sur le plan technique ?

Dans mon panthéon personnel, je réserve la place de choix pour les bases de données SQL mais j’y accepte aussi PHP et Linux (mets-y la plate-forme LAMP pendant que tu y es !).

– quelle a été la plus grande réussite sur le plan business ?

Selon moi, la récompense doit aller à Salesforce.com qui a été le premier a faire vraiment du business avec le concept SAS et ce n’est pas rien. Mais à une certaine époque, ce qu’avait accompli Dell n’était pas mal non plus…

– quel a été le plus grand flop sur le plan technique ?

On a déjà évoqué Java alors concentrons-nous sur un cas plus récent : Vista.

Je dois dire que j’ai été vraiment surpris que Microsoft puisse se planter aussi profond sur Vista. C’est pour moi le signe que quelque chose à vraiment changé à Redmond et ça n’augure rien de bon pour la suite…

– quel a été le plus grand flop sur le plan business ?

Pour les plus jeunes, le nom de Computer Associates ne va pas dire grand chose mais pour les « vieux », ça parle !

Il faut se rappeler que CA est le tout premier éditeur de logiciel a avoir franchi la barre du Milliard de Dollars de chiffre d’affaires, ça n’était pas rien (bien avant Microsoft ou Oracle). Et puis, la vérité a éclaté, CA était un « Enron du logiciel » : le succès apparent de CA reposait sur des montages douteux et le président s’est retrouvé en prison (une affaire « Enron » avant la lettre donc mais de moindre ampleur tout de même).

– quelle a été la personnalité la plus marquante dans cette industrie ?

J’ai un faible pour Linus Torvald mais je désigne tout de même Tim Berners-Lee (l’inventeur du Web avec Robert Cailliau) car il a su maintenir sa conception à base de liens faibles du web là où tous les spécialistes de l’hypertexte de l’époque (début des années 90) préconisaient des liens forts et c’est la justesse de sa vision qui a donné l’incroyable infrastructure que nous utilisons tous aujourd’hui…

– quel a été le projet le plus intéressant de votre carrière ?

Sans conteste quand nous avons nos premiers tests qui ont débouché sur nos études comparatives (1992/1993) sur le fonctionnement client-serveur et les outils de développement graphiques. A ce moment-là, rien n’existait de concret (et encore moins de chiffré !) sur le mode de fonctionnement client-serveur et nous avions vraiment l’impression d’explorer une terre inconnue, c’était exaltant. Faire ainsi de la « recherche appliquée » pouvait paraitre être un caprice de technicien mais nous avons su en rentabiliser largement les résultats par la suite…

– quelle a été la crise la plus importante que vous ayez vécu ?

Les crises sont récurrentes dans le monde de l’informatique. Les SSII en éprouvent une tous les cinq ans environ. Je me souviens surtout de celle de 1985 où l’industrie de ma micro-informatique a connu sa première « correction sévère » et où les ventes se sont brusquement repliées après des années de croissances continues.

Laisser un commentaire