L’opération Spin33, une petite fiction pour mettre les choses au point…

Non, je ne vais pas commenter les événements récents, je préfère pointer vers d’excellentes sources : « Valérie Bugault interroge Jean-Michel Vernochet au sujet de la crise des réfugiés qui frappe l’Europe. » et « Michel Onfray : “L’Occident attaque, prétendument pour se protéger, mais il crée le terrorisme” » (au passage, merci à LY pour les liens…). Tout de même, je ne peux m’empêcher d’extraire cette citation de Michel Onfray tellement je suis en phase avec cette pensée :

M.O. : Les médias ont transformé le peuple qui pensait en populace qui ne pense pas et ne réagit plus qu’à l’émotion, au pathos, à la passion. L’image d’un enfant mort interdit de penser : elle arrache immédiatement la pitié. La pitié empêche de penser.

Mais, foin de polémique, allons plutôt écouter ce qui se dit dans une salle de réunion aveugle où les patrons des médias se réunissent pour fêter le succès de l’opération « Spin33 »…

Ils étaient tous là et contents d’y être. Eux, ce sont les patrons des principaux groupes de médias en Europe et leurs représentants au cas où le grand patron lui-même était empêché. Le maitre de séance toussa un peu pour signifier que la réunion commençait… Installons-nous discrètement dans un trou de souris et écoutons-les.

— Messieurs, ne nous le cachons pas, l’opération Spin33 que nous avons initiée il y a quelques semaines est un succès complet. En effet, les réactions de cette semaine prouvent que nous avons retourné l’opinion publique sur la question des réfugiés.
Les peuples sont désormais prêts à admettre des flux supplémentaires sur leurs sols. Rappelez-vous d’où nous partions pour mesurer l’ampleur de ce succès
!
Mais il ne s’agit pas de se reposer sur nos lauriers : l’opération Spin33 a été précédée de nombreuses autres et nous devons faire de même à l’avenir. La manipulation de l’opinion publique est et doit rester notre but principal. Il ne faut jamais se relâcher et toujours en remettre une couche.
Vous devez comprendre que tous vos programmes et contenus doivent participer à ce but suprême, même et surtout quand il ne s’agit pas d’informations : les programmes de distractions sont essentiels pour préparer les esprits aux chocs émotionnels qui sont le fer de lance de nos opérations. Dans ce cadre, je vous rappelle combien il est important de bien briefer les « leaders d’opinion » dans les talk-shows : ils doivent le plus possible bannir leurs toutes dernières traces de références intellectuelles. Je sais bien que c’est leur manie de base, mais le peuple n’arrive pas à suivre, on a assez fait pour cela
!

Toute la salle se mit à rire. Les présents se regardaient avec une bonne humeur évidente. Un gros monsieur reprit la parole en agitant son cigare.

— Nous savons tous ce que nous devons à Mastermind… Regardez, il rougit!
Allons, vous avez bien mérité que nous vous surnommions ainsi : vous êtes bien notre mastermind à tous. Les opérations spin sont vos « brainchilds », nous le savons tous ici et nous vous sommes reconnaissants. Maintenant, nous voudrions savoir quelle est la prochaine étape… s’il vous plait, maestro
!

Les rires reprirent de plus belle. Mais très vite, tous les regards revinrent sur « Mastermind » et celui-ci se mit debout pour donner encore plus de poids à ce qui allait suivre.

— Désormais, nous pouvons considérer que nous sommes mûrs pour la phase II du plan « le grand transfert ». Nous allons procéder à une mondialisation à l’envers. Laissez-moi vous expliquer ceci en peu de mots : il faut continuer les transferts de population en Europe afin d’appauvrir le niveau du citoyen moyen comme ils le font déjà en Amérique du Nord. Nous allons réinventer le prolétariat dans les zones riches afin de pouvoir produire à coûts réduits dans les zones bien équipées. Nous nous en sommes rendu compte, fabriquer dans les pays pauvres présente de nombreux inconvénients : il faut former la main d’œuvre locale et améliorer les infrastructures. Souvent, il n’y a même pas de route!
Tout cela finit par revenir plus cher que prévu, c’est décevant. Alors qu’en produisant en Europe, nous bénéficierons d’une infrastructure moderne qui est déjà en place… Il suffit pour cela que la pression sur la baisse des salaires soit suffisamment forte et c’est pourquoi nous ne devons pas relâcher nos efforts.
La seconde partie de notre plan concerne ces zones pauvres que nous allons délaisser… Qu’y faire
?
Nous n’allons évidemment pas les rendre à leur population (rires)
!
La réponse est évidente : la guerre
!
Nous allons multiplier les conflits de basse intensité que nous avons déjà expérimentés en Libye et en Syrie. Il nous sera facile de justifier des interventions mineures ou d’armer des rebelles tout cela au nom de la grande cause : la lutte contre le terrorisme, ça passe toujours. Tous les groupes que nous représentons sont bifaces : des médias pour la face visibles et des systèmes d’armes pour la face discrète. Cela doit rester ainsi. Et ces conflits multiples représenteront de bien meilleurs débouchés pour nos productions que les contrats réguliers avec les armées des grandes nations. Car ceux-ci risquent de s’amoindrir à l’avenir. Nous devons anticiper et compenser avec des théâtres d’opérations ponctuels et de moindre échelle.
Mais pour que tout cela fonctionne, n’oubliez pas qu’il nous faut le soutien de l’opinion publique. Donc, continuons à lui mentir et à la manipuler, elle ne demande que cela en fait
!

La réunion se termine autour d’un buffet au champagne et, une fois de plus, Mastermind est congratulé par ses pairs. L’opération Spin34 est déjà en préparation…

Laisser un commentaire