Le Mans 2011, une course d’antologie !

Voici un petit résumé de le course par Michelin (et ça se voit !) :

De mon côté, j’ai intégrés tous les « highlights » venant de l’ACO dans une playlist que je vous propose ci-dessous :

Pour avoir une idée de la course vu de l’intérieur, je vous propose ce mini-reportage sur la course de Soheil Ayari dont c’était la 10ème participation…

Le Mans 2011 (11 & 12 juin) : premier podium (2e) au Mans pour AYARI-MAILLEUX-ORDONEZ, après une remontée héroïque !

Soheil a fêté hier sa 10e participation aux 24 Heures du Mans en montant sur la 2e marche du podium des 24 Heures du Mans dans la catégorie LM-P2, en livrant surtout un fantastique combat pour remonter des profondeurs du classement.

(JPG) 

Soheil fête sa 10e participation au 24 Heures du Mans pour une 2 place… et une magnifique course !

Qualifié en pole position des LM-P2, le trio Soheil AYARI- Franck MAILLEUX-Lucas ORDONEZ avait bon espoir de faire la course en tête et de tenter de gérer la meute d’adversaires. C’était sans compter sur deux premières heures de course mouvementées où Franck MAILLEUX, auteur d’un parfait envol aux avant-postes des LM-P2, était ensuite victime d’une crevaison et d’un problème de sélecteur de boite de vitesses. Le sociétaire du Team Signatech-Nissan, malgré d’excellentes performances en piste, était contraint de s’arrêter quatre tours au stand et voyait son prototype chuter à la 44e place du classement général, dernier des 11 LM-P2 inscrits !

(JPG) 

Le prototype Signatech-Nissan a dû opter pour un rythme de course très élevé.

Commençait alors une remontée héroïque de l’ORECA03-Nissan n°26 pilotée par Franck MAILLEUX, Lucas ORDONEZ puis Soheil. Tout trois réalisait des triples relais avant la tombée de la nuit dans des chronos parfois proches des qualifications et très homogènes. Le superbe prototype noir remontait à la 6e place des LM-P2 sur le coup des 22h00, puis 5e deux heures plus tard.

(JPG) 

Soheil dans le stand Signatech-Nissan, prêt à en découdre en piste durant trois relais (presque 3 heures).

Soheil évoque le début de course : « Franck a réalisé un départ parfait, mettant une belle marge avec nos principaux concurrents. Il avait parfaitement donné le rythme des 24 Heures, avant que la crevaison et la boite de vitesses ne viennent enrailler la machine. Nous nous sommes alors tous mis sur un mode « Sprint », ce qui a sans doute donné plus de piment à nos 24 Heures ! »

(JPG) 

Passage de témoin entre Lucas ORDONEZ qui sangle Soheil dans le cockpit dela n° 26.

La nuit profitait à l’équipage Signatech-Nissan, supporté par les nombreux fans et invités de la marque japonaise et l’écurie de Bourges. Au petit matin, Soheil et ses équipiers maintenaient un rythme très élevé et avaient pris l’avantage sur deux adversaires, profitant aussi de l’abandon de la voiture de tête. Trois positions gagnées qui plaçaient le prototype n°26 en seconde position. « La nuit nous a permis de revenir. Nous avons en revanche beaucoup souffert du froid (5 °C), ajouté au fait qu’il y a eu de nombreux safety-car, ralentissant durant presque deux heures le rythme de course. A force de rouler au ralenti, nous ne bougions plus tellement dans le cockpit et on finissait par ne plus sentir la pointe des pieds. Les minutes ont été très longues ! » On devine le « calvaire » vécu par les trois pilotes Signatech-Nissan, qui plus est au volant d’un prototype ouvert…. Le pilote d’Aix-les-Bains pilotait en tout cinq relais (près de 4 heures) dans ces conditions glaciales !

(JPG) 

La nuit des 24 Heures du Mans 2011 a été marquée par deux heures sous safety-car et un froid glacial.

Les heures suivantes étaient plus calmes jusqu’au dimanche 13h00, soit deux heures avant le drapeau à damiers. C’est une nouvelle fois Franck MAILLEUX, décidément infortuné, qui connaissait une crevaison à l’arrière gauche alors qu’il venait de passer la ligne droite des stands. Le pilote de l’ORECA03-Nissan était bon pour boucler les 13,6 km. du tracé au ralenti, veillant à ne pas trop détériorer l’aile de son prototype. Il était même contraint de s’arrêter deux minutes en bord de piste, à moins de 2 km. de son stand, voiture bloquée en bord de piste, puis repartait. Les mécaniciens de Signatech-Nissan préparaient pendant ce temps les pièces de rechange destinées à remplacer la partie arrière de l’ORECA03, détruite par le pneu.

(JPG) 

Au final, très belle performance de la magnifique ORECA03-Nissan, 2e des 24 Heures du Mans catégorie LM-P2.

Plus de peur que de mal finalement et Franck MAILLEUX rejoignait la piste toujours en 2e position des LM-P2 (10e du classement général) grâce à une intervention express, mais désormais à 6 tours et non plus 3 de la tête de course. Une place que la n° 26 gardera jusqu’en fin de course, Soheil terminant l’excellente prestation de ses équipiers sous quelques gouttes de pluie.

« Nous revenons de très loin ! Nous aurions pu viser la victoire sans un tel début de course, mais cela nous a d’un autre côté fait vivre de magnifiques 24 Heures du Mans. Je tiens à féliciter toute l’équipe Signatech-Nissan qui a été sacrément mise à l’épreuve durant cette course mythique et qui a parfaitement su gérer. L’auto était un vrai régal. Enfin, mention spécial à mes deux équipiers. L’un, Franck, a monté sa rapidité et sa solidité, en gardant toujours son calme malgré les nombreux pépins qu’il a connus. Quant à Lucas, ce qu’il a réalisé sur une course aussi exigeante que Le Mans est tout simplement fabuleux avec le peu d’expérience qu’il a. Il nous a vraiment bluffé ! »

(JPG) 

La fin pour Soheil d’une magnifique course et d’une nouvelle aventure humaine comme seules les 24 Heures du Mans peuvent en créer !

 

Ce contenu a été publié dans Sport-auto. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Le Mans 2011, une course d’antologie !

  1. Valentin dit :

    SUPER résumé d’une course qui avait tout l’air d’une course mémorable pour cette équipe, telle une course des 24H du Mans !
    Superbe, bravo à cette équipe et plus particulièrement à Soheil !

Laisser un commentaire