La théorie des deux mondes

Oubliez les clivages habituels. Le monde, notre monde n’est pas divisé entre droite et gauche, pauvres et riches, croyants et mécréants. Ou plutôt, il ne l’est plus. Ces catégories traditionnelles existent toujours et elles sont bien fournies. Pourtant, elles ont largement perdu de leur signification.

Aujourd’hui, ce qui compte pour comprendre notre époque, c’est le nouveau clivage, celui qui fait des ravages depuis dix ans, plus peut-être. Le monde d’aujourd’hui est divisé entre les sages et les abrutis, tout simplement. Et, bien entendu, les abrutis sont, de loin, les plus nombreux.

Vilfredo Pareto serait déçu de voir que sa loi des 80/20 est très dépassée. Les sages représentent à peine 5 % (en étant très optimiste) de la population. C’est tout et ça diminue, tous les jours !

Les médias et les politiques peuvent être fiers d’eux-mêmes : ils ont parfaitement réussi leur mission d’abaisser le niveau de la grande (l’immense) majorité de la population. C’est peut-être cela, finalement, l’égalité : la loi du plus bête, la domination du plus grossier, la priorité au plus imbéciles de celles et ceux qui nous entoure. Et, dans ce cadre, la fameuse démocratie ne peut donner que des résultats lamentables vu le niveau des « citoyens ».

Les plus abrutis se reconnaissent facilement, ce sont ceux qui mettent leurs priorités là où c’est futile, là où c’est grossier, là où c’est facile. Ce sont celles et ceux qui se mobilisent pour une coupe du monde mais qui se désintéressent de leur environnement ou de l’éducation de leurs enfants. Cette grande masse donne le ton, tout s’y plie désormais. Les médias favorisent cette tendance puisque c’est celle qui produit les plus grandes audiences.

Tout se combine pour tirer le niveau toujours plus bas et pour gratifier la bêtise au lieu de la stigmatiser. Dans ce contexte, les plus sages livrent un combat qui s’apparente à une cause perdue d’avance : ils ne peuvent plaire puisqu’il appelle à l’effort, au choix, au libre arbitre.

Celles et ceux qui décident de ne plus s’abreuver à la fontaine toxique des médias, pensent par eux-mêmes et améliorent leur culture quotidiennement méritent le respect, pas les moqueries. Mais c’est exactement l’inverse qu’on constate car, pour vendre leur soupe, les médias ont besoin de rendre enviable ce qui devrait être combattu.

Donc, continuez à partager vos contenus lamentables mais ne vous étonnez pas le jour où il faudra payer la note : ce monde est le résultat de ce que vous en faite et, actuellement, il n’y a pas de quoi être fier.

Laisser un commentaire