La racine du problème selon l’Odieux connard…

Le blog de l’Odieux connard est une bonne source, presque toujours. Et, cette fois, il a fait fort : à travers une petite illustration qu’il affectionne, il remet les choses en place.

Il point du doigt, fort justement, le niveau où nous sommes : tout en bas. Trump et compagnie ne sont pas le problème, ils ne sont qu’un symptôme du problème, nuance !

Allez, la démonstration en image :

2 réflexions au sujet de « La racine du problème selon l’Odieux connard… »

  1. Bien vu.
    Ben oui Trump n’est pas le problème (et surement pas non plus la solution). Il est le résultat de tout ce qui a précédé.
    Déjà, a force de faire de la politique un spectacle et un truc de people ils sont tombé sur un champion dans ce domaine et qui avait les moyens financier pour être indépendant.

    A force de mensonge et de politiquement correct ils ont fini par perdre de vue les vrais gens et les vérités simples (et parfois simpliste) A coté d’eux Trump n’a eu aucun mal a passer pour quelqu’un de sincère et qui s’intéresse aux vrais problèmes des vrais gens. C’est peut être vrai d’ailleurs, le soucis c’est qu’il a son logiciel a lui et sa volonté de « winner ».

    Ce qui va se produire maintenant ne sera pas de la faute de Trump mais de la faute de tout ceux qui ont gouverné les USA comme des porcs, davantage soucieux d’intérêt privés que du peuple américain.

    On peut faire exactement la même constatation pour Hitler, Mussolini et ce qui risque fort de se passer en France prochainement.

    Bon, a priori, Trump ou Marine LePen ne sont pas tout a fait sur la même ligne que les deux précédents mais sait-on jamais comment les choses peuvent tourner.

  2. Oui, les gens ont surtout la mémoire courte. Tous ceux qui s’épouvantent des premières mesures de Trump semblent avoir déjà oubliés les années Bush (et pourtant !)… Les USA n’ont pas changé avec Trump, il n’est qu’un symptôme du comportement de l’empire, point.
    Cet empire est un prédateur et, point important, nous (les français, l’europe) en faisons partie, que vous le croyez ou pas, que ça vous plaise ou non (mais vous en profitez).

Laisser un commentaire