Connaissez-vous Jacques Ellul ?

Tout comme celle de Guy Debord (l’auteur du fondamental ouvrage « La société du spectacle »), je pense que la pensée de Jacques Ellul est indispensable pour comprendre la nature profonde de la société moderne. Debord pensait que tout s’articulait autour de la notion de « spectacle », Ellul lui pense que tout tourne autour de la machine, de la technique…

Jacques Ellul nous explique que la technique et l’évolution technologique sont devenus les forces primaires qui dirigent notre monde (bien au-dessus de la notion de « capital » encore prisée par beaucoup…). Cette technique et la généralisation de cette technique est vue par Ellul comme inéluctable et ayant échappée au contrôle de l’homme depuis bien longtemps.

Il est significatif que Ellul soit aussi peu connu et enseigné. Nos contemporains préfèrent les escrocs intellectuels tels que Freud ou Lacan plutôt que des vrais penseurs comme Debord ou Ellul (qui, tare supplémentaire, était un « provincial », honte suprême !).

Je vous invite à creuser la pensée de Ellul, vous y verrez des révélations très actuelles et très éclairantes sur nos crises modernes à répétition…

Quelques citations de Jacques Ellul :

…la technique nous est dorénavant présentée comme la seule solution à tous nos problèmes collectifs (le chômage, la misère du tiers monde, la crise, la pollution, la menace de guerre) ou individuels (la santé, la vie familiale, et même le sens de la vie) […] Et il s’agit bien de bluff, parce que dans ce discours l’on multiplie par cent les possibilités effectives des techniques et que l’on voile radicalement les aspects négatifs.

 

Ce n’est pas la technique qui nous asservit, mais le sacré transféré à la technique.

 

Il est vain de déblatérer contre le capitalisme : ce n’est pas lui qui crée ce monde, c’est la machine.
  • La technique ou l’enjeu du siècle (1952), Jacques Ellul, éd. Economica, coll. « classiques des sciences sociales », 2008, p. 3
Le phénomène technique (peut se définir comme) la préoccupation de l’immense majorité des hommes de notre temps, de rechercher en toutes choses la méthode absolument la plus efficace.
  • La technique ou l’enjeu du siècle (1952), Jacques Ellul, éd. Economica, coll. « classiques des sciences sociales », 2008, p. 18
Chaque jour mille nouveautés surgissent. Un monde technicisé se construit autour de nous à une vitesse croissante. Une organisation toujours plus rigoureuse, précise, contraignante, exacte, multiple, enserre dans un filet aux mailles toujours plus denses chaque homme à chaque instant de sa vie. Et nous n’y pouvons rien. Personne ne conduit et ne maîtrise cette prolifération. L’opération déclenchée il y a un siècle et demi se poursuit d’elle-même. Personne n’en n’est plus responsable.
  • Exégèse des nouveaux lieux communs (1966), Jacques Ellul, éd. La Table Ronde, coll. « La petite vermillon », 2004, p. 173

Laisser un commentaire