Auteur/lecteur : un échange de qualité qui fait du bien !

Je n’ai pas autant de lecteur que je le voudrais mais, au moins, ceux qui m’écrivent me montrent qu’ils sont des lecteurs de qualité. Qu’est-ce qu’un « lecteur de qualité » ?

C’est celui qui a compris votre démarche et qui en fait une analyse exacte dans son commentaire. Et quand on peut lire un échange comme celui que j’ai reproduit ici, on se dit que, finalement, on a bien de la chance d’avoir réussit à intéresser ce type de personne…

Voici un extrait d’un échange par email que je viens d’avoir avec Ivan Wellesz (lui-même auteur d’un livre technique, que je ne connaissais pas avant) :

=======

Bonjour,

Une liste de suggestions et d’interrogations concernant la tournure de quelques phrases relevées pendant ma lecture de « Perdu dans le temps » (version Kindle – emprunté Premium – pas de remboursement attendu !)

(Dommage que les ‘notes et signets’ ne puissent pas être sortis de la liseuse. Par bonheur, ma motivation à contribuer aura été largement suffisante pour prendre le temps de les recopier dans ce courrier… preuve que j’ai apprécié la lecture de l’ouvrage.)

 

… (j’ai viré ici les suggestions de corrections mais je peux dire qu’il y en avait un paquet que je suis justement en train d’appliquer à « Perdu dans le temps » pour le mettre à jour).

 

Et j’en ai sans doute laissé un peu pour vos autres lecteurs 😉 En tout cas, j’en ai vu souvent plus dans bien d’autres ouvrages qui ne bénéficient pas du passage entre les mains des correcteurs professionnels auxquels les éditeurs ont recours. Et je suis toujours aussi étonné du nombre de fautes que je relève dans mes propres messages. On ne se méfie jamais assez de ces parasites  🙂

Je pense qu’il n’est pas nécessaire que j’en rajoute pour que vous sachiez que j’ai vraiment apprécié la lecture de votre roman. Si ça n’avait pas été le cas… Je vous souhaite donc tout le succès que vous ne manquerez pas d’obtenir avec les suites que vous lui préparez et toute autre invention que vous pourriez manigancer pour rafraichir le genre bien trop pollué par la marchandisation cinématographique.

En passant, je tiens à exprimer ma préférence pour le tome 1 qui se démarque par son optique intimiste. On se prend bien au jeu en cherchant à imaginer comment on se sortirait d’un tel pétrin… Cet intérêt bien particulier vient justement du fait qu’il n’y a pas (encore) de réponse formatée dans ce scénario par une « culture » induite par les lectures précédentes.

Bien joué! J’espère que vous saurez trouver le moyen de suivre ce filon aussi loin que possible.

==
Merci pour ce message qui fait vraiment plaisir !
D’autant que j’ai là de quoi améliorer mon livre…
J’ai bien compris que vous aviez préféré le T1 et c’est pratiquement le cas de tout le monde… Quelque part, ça me rend un peu triste que le T2 ne soit pas plus apprécié car le pauvre est nécessaire : sans lui, pas de saga !
En effet, le tome un se suffit à lui-même mais j’ai trouvé dommage de ne pas lui offrir un horizon un peu plus large car, évidemment, je n’avais pu mettre dans ce premier volume tout ce que j’avais en tête… Donc, l’idée d’une saga était séduisante. Mais, pour autant, je ne voulais pas simplement « prolonger » le T1 et décliner ainsi des « épisodes » des aventures de Vincent (cela aurait pu plaire à de nombreux lecteurs mais ce n’est pas ce que je cherche… Ce que je veux, c’est explorer le genre en y apportant quelque chose de neuf, si possible).
Et, bien sûr, ce n’est pas sans risque car voilà que l’histoire qui semblait basé sur le voyage dans le temps (un thème classique dans la SF) se transforme en une histoire sur les mondes simulés (virtuels mais pas « à la matrix » quand même).
Donc, il s’agit bien d’une vraie lutte pour moi : tenter de séduire quand même les lecteurs mais en allant résolument dans une direction que personne n’attend (pire, que personne ne demande !).
Bref, pardon pour ce bavardage mais c’est rare de trouver une « oreille avertie » en fait alors, j’en profite.
Pour vous remercier de ce remarquable effort, laissez-moi au moins vous offrir deux autres ouvrages de ma plume : « un auteur à succès » et « Hacking » en espérant que cela vous plaise également et sans demander le même examen, of course !
Bonne journée et encore merci.
==
Bonjour Alain,Merci pour les exemplaires de Hacking et Un auteur à succès (téléchargés et bien accessible sur mon Kindle).Votre réponse m’encourage à gratter un peu plus ce qui m’a pénétré pendant la lecture du premier tome, et comment je pourrait imaginer en voir la substance déclinée dans le deuxième.

Je retiens bien la démarche qui motive la mise au point d’un mécanisme propre à recevoir toute une série d’histoires possibles et qui resteraient encore à inventer. D’un point de vue tout-à fait personnel, ma (plutôt longue) vie d’informaticien m’a fait apprécier tout particulièrement ces heureuses situations dans lesquels des débouchés inattendus avaient été rendus possibles simplement par la justesse des prémices qui les ont fait advenir. La meilleure surprise vient quand ça s’emboite parfaitement alors que ce n’avais absolument pas été fait pour. On est alors tenté de conclure qu’on aurait eu une sorte d’inspiration. Mais comme je refuse obstinément de croire aux miracles, je préfère analyser ces phénomènes en cherchant à comprendre comment il se fait que ça se soit aussi bien passé…

J’ai effectivement préféré le premier tome à la suite. Si cette suite prolonge l’exploration les différentes réalités, elle se détache aussi distinctement des soucis particuliers du seul personnage auquel le lecteur s’est identifié pendant la première partie. Peut-être que le passage entre la situation solitaire d’un Robinson du temps vers un univers d’intrigues et de manipulations est un peu trop contrasté.

Mais c’est moins par manque de vouloir se prêter à suive l’intrigue que par la frustration de n’avoir pu explorer d’autres situations bizarres. La suite semble se « normaliser » plus ou moins pour devenir un terrain favorable à des intrigues plus orthodoxes. D’autant que je ne peux s’empêcher de penser que l’auteur aurait été tout à fait capable de nous en concocter des bien gratinées.

Bien entendu, mon avis ne prétend à rien d’autre que l’expression d’un ressenti personnel. Chacun apporte à ses lecture les compléments que son imaginaire est disposé à lui fournir. Ce qui fait que le scénario de l’auteur devra passer par toute une collection de prismes plus tordus les uns que les autres. Mais si vous avez relevé une constante en faveur du premier tome, la piste intimiste pourrait être bienvenue pour agrémenter la suite.

Un lecteur largué par la complexité d’une intrigue ou le nombre de personnages devrait pouvoir être repêché par l’illustration de circonstances pratiques, aussi terre à terre que possible. Pour préciser l’idée, j’y verrai bien des situations délicates du genre, un téléphone portable ou un billet de 50€ qui tombe d’une poche en 1980 ou une montre digitale oubliée au poignet et comment ces objets pourraient être reçu. La touche de concret apportée par l’échange de billets devenus des pièces de collection m’accroche bien plus que les effets spéciaux dans les films hollywoodiens.

Je tiens à dire que je fais bien souvent partie d’une minorité, comme beaucoup sur cette terre, je suis donc un très mauvais représentant de vos futurs clients. Alors prenez garde à ne pas accorder une trop grande importance à mes opinions 😉

Je vous souhaite un bonne soirée,

Ivan

====

Merci encore Ivan pour cet échange. Que cela puisse vous encourager à tous prendre contact avec moi car j’adore les échanges avec les lecteurs (comme tous les auteurs je suppose…). Et ne soyez pas intimidé : j’accepte tous les commentaires du moment qu’ils sont sincères et constructifs. Après tout, nous sommes dans cette affaire (écriture/lecture) pour nous faire plaisir, n’est-ce pas ?

Laisser un commentaire