Ce que j’ai appris en créant mon premier NFT…

Les NFT, qu’est-ce que c’est ?

Pour commencer, je vous conseille de lire ma chronique sur l’ensemble des tendances de ce qu’on appelle désormais « la vague crypto » : https://www.redsen-consulting.com/chronique-alain-lefebvre/que-se-passe-t-il-en-ce-moment-avec-les-cryptos-introduction/

Et pour être plus précis, je vous conseille même se sauter directement à cette section : https://www.redsen-consulting.com/chronique-alain-lefebvre/chronique-crypto-2-les-nft-ou-le-marche-de-lart-frappe-par-la-cryptomania/

La Porsche 917 LH lors des essais d’avril des 24H du mans 1969, image emblématique de ma vidéo en NFT…

Créer mon premier NFT

Voilà, vous savez désormais ce qui se cache derrière cette acronyme (NFT).

Donc, pour passer de la théorie à la pratique, j’ai décidé de créer et même éventuellement de vendre mon tout premier NFT !

Pour commencer, il faut acheter de la cryptomonnaie, car lors du processus de création du NFT sur une plateforme spécialisée (comme OpenSea, la plus connue), il y a des frais à payer (les trop fameux “Gas Fee” dans le jargon du domaine). Et ces frais, on doit les payer avec des Ethereum, pas autrement. Il faut donc avoir des Ethereum dans son portefeuille… Un portefeuille ?

Oui, un portefeuille numérique comme MetaMask par exemple (un des plus en vogue en ce moment). Il faut donc choisir, installer et configurer le portefeuille en question et rien que cela prend un peu de temps. Ensuite, il faut acquérir des Ethereum afin de garnir votre tout nouveau portefeuille. Pour cela, vous allez passer par une plateforme d’échange comme CoinBase (qui vient de s’introduire au Nasdaq). Cela tombe bien, c’est justement celle que j’ai choisie !

Créer son compte sur CoinBase est un parcours d’obstacle qui prend, là aussi, pas mal de temps, car vous êtes “vérifié” à chaque étape : il faut montrer ses pièces d’identité (valides, cela va de soi !) avant que votre compte soit validé par les équipes de support (en fait, je pense que ce sont des robots qui s’occupent de cette phase…). Quand, enfin, vous êtes déclaré “bon pour le service”, vous avez enfin le droit de sortir votre carte de crédit afin d’acheter des Ethereum… ça tombe bien, le cours de cette cryptomonnaie est au plus haut en ce moment !

Donc acheter des Ethereum (j’ai dépensé 150€ pour cela) sur CoinBase a été relativement simple et direct une fois que mon compte était créé-vérifié-validé-approuvé… Ce qui est moins simple, en revanche, c’est de transférer ces Ether d’un portefeuille à l’autre… En effet, pour créer votre NFT sur une plateforme (Rarible par exemple), il faut pouvoir y connecter son portefeuille et que celui-ci soit garni. Or, je constate que MetaMask est plus facilement reconnu par les unes et les autres que CoinBase (quelque part, c’est logique : CoinBase est d’abord une plateforme d’échange avant d’être un portefeuille alors que MetaMask s’est concentré sur cette dernière fonction).

Je me suis donc lancé dans le transfert de l’équivalent de 120€ (j’ai quand même voulu en garder un peu sur CoinBase) et je dois dire que l’opération m’a laissé perplexe…. Déjà, il est indispensable d’avoir les applications correspondantes (CoinBase et MetaMask) sur son smartphone, car, de nos jours et surtout dans ce domaine, une grande partie des manipulations se font d’abord et avant tout sur cette interface (et tant pis pour moi qui préfère largement travailler sur un grand écran d’ordinateur fixe). Ensuite, il faut trouver comment faire, car ça n’a rien d’évident. Oubliez les tutoriels sur YouTube pour une fois, car ils sont tous périmés : en effet, le domaine évolue tellement vite, les programmes sont mis à jour tellement souvent que les photos d’écrans qui vous sont montrées dans ces tutos, vous ne les retrouvez évidemment pas sur la vraie appli…

Ensuite, il faut savoir qu’à chaque fois que vous voulez faire quelque chose avec vos “coins”, vous êtes « taxé » (il y a des “fees” à tous les étages)… Décentralisé peut-être, coûteux sûrement. J’y suis arrivé, mais j’en tire un enseignement simple : tout cela n’est pas encore prêt pour le grand public, tant s’en faut !

Bref, cette étape est assez pénible, mais on peut difficilement l’éviter. Une fois passée, on peut s’intéresser à l’étape suivante : choisir une plateforme où on va publier ce NFT. Pour ma part, j’ai écarté d’entrée de jeu OpenSea (que je trouve un peu trop “fourre-tout”) et j’ai réduit mon choix entre Rarible et Zora que je trouve bien plus “propres” et ordonnées.

J’ai donc lancé la procédure pour charger mon premier NFT sur Zora : ma vidéo “best-of” sur le Porsche 917. Le processus est simple, mais, surprise, on ne fixe pas le prix voulu dès le début (ou alors, j’ai loupé quelque chose !)… Ensuite, quand on clique sur “finalyse and publish”, on doit payer le prix en “gas fee” et là, c’est la douche froide : l’équivalent de $149… Et, bien sûr, je n’en ai pas assez sur mon wallet MetaMask. En regardant un peu du côté des options, je m’aperçois qu’il y a moyen de fixer un seuil où on accepte la transaction et je l’abaisse jusqu’à ce que ça revienne à un peu moins de $90… Sans doute cela va-t-il prendre plus de temps, mais c’est OK, je ne suis pas pressé de dépenser les quelques Ether que j’ai eu du mal à accumuler !

Ma vidéo « best-of » sur la 917, plus de 200K vues sur YouTube !

Finalement, j’ai laissé comme cela, ça a tourné toute la nuit, mais, au matin, j’ai eu la bonne surprise de constater que c’était fait : “You are minted!”. Comme quoi, ne pas être pressé est toujours le meilleur choix !

Vous pouvez consulter ce NFT en suivant ce lien :

https://zora.co/0x249aaE69bB4db03Bc702eedC946f0Cb5bBcbF6d3/3060

La différence entre payer plein pot et à prix réduit n’est pas énorme, mais, tout de même, je préfère que ça reste dans les limites de ce que j’ai dans le portefeuille… Mais bon, il est clair que pour “minter”, il faut compter entre $50 et $150 en équivalent Ether.

Pour ce qui est du prix de mon premier NFT, pour le moment, c’est une enchère (mais je ne me souviens pas d’avoir choisi cela ni les modalités… ça va durer combien de temps ? mystère…). Je pourrais mettre un prix fixe, mais il me faut d’abord comprendre les différents choix (les “currencies” proposées ne sont pas très explicites !).

C’est d’ailleurs une constante de la plateforme Zora qui, et c’est le moins qu’on puisse dire, n’est pas très intuitive. Certes, ce site n’est pas surchargé, l’interface est plutôt sobre, mais sans doute trop en fait : on a du mal à savoir quoi faire à chaque étape étant donné que les options sont plutôt réduites, très réduites, trop réduites au final.

Il faudrait que j’essaye de publier un autre NFT sur Rarible pour comparer, mais ça sera l’occasion d’un autre article !

Laisser un commentaire