Interview posthume : Ken Tyrrell !

Non, je n’ai pas encore le pouvoir de faire parler les morts et je n’ai pas non plus fait appel à un médium spécialisé (il y en a !). Mais voilà comment j’imagine une interview en face à face avec ce fameux team manager…

Tout d’abord, pour celles et ceux qui ne le connaîtrait pas, voici la notice de Wikipedia sur Ken Tyrrell :

Ken Tyrrell (né le 3 mai 1924 – mort le 25 août 2001) était un pilote automobile britannique et le fondateur et directeur sportif de l’écurie de Formule 1 portant son nom Tyrrell.

Ken Tyrrell avait créé son écurie, avec le soutien de Matra, à la fin des années 1960. D’emblée, elle se révéle compétitive et s’illustre dans le championnat du monde au début des années 1970, en remportant trois titres pilotes, avec l’Écossais Jackie Stewart, dont il avait découvert le talent au milieu des années 1960.

Ken Tyrrell fut aussi impliqué dans la sale affaire de 1984, où son écurie fut écartée du championnat après la découverte de son ingénieuse supercherie après le GP de Détroit, USA. Supercherie qui consistait à faire rouler les Tyrrell en dessous du poids règlementaire – et donc de les rendre compétitives avec un simple moteur atmosphérique face à des turbos – et à lester un réservoir « à eau » lors d’un ravitaillement éclair à la fin du GP, de grenaille en plomb. Comme l’on dit: « Pas vu, pas pris. Pris, pendu. » Ce qui arriva à Ken et à son écurie cette année là. Dès lors son écurie déclina irrévocablement jusqu’à son rachat par BAR en 1998, puis par Honda

Ken Tyrrell avait été surnommé « Oncle Ken » (Uncle Ken) ou encore le bûcheron en raison de son autre activité de négociant en bois.

Il est décédé dans sa maison du Surrey le 25 août 2001 à l’âge de 77 ans.

Ken Tyrrell (à droite) avec Jackie Stewart (à gauche)Ken Tyrrell (à droite) avec Jackie Stewart (à gauche)

 

Lire la suite

La loi de la proportionnalité inversée

Le « spectacle » des Jeux olympiques ne m’inspire pas l’admiration ou la surprise (en fait, cette « grande messe » ne m’inspire que du rejet), mais il m’a permis de comprendre une loi fondamentale de notre monde moderne : le niveau de l’audience est inversement proportionnel aux moyens employés pour le spectacle (sa conception, sa réalisation et sa diffusion) regardé par ces spectateurs (qu’il s’agisse d’une épreuve sportive ou d’un concert ou autre : cette loi concerne tous les rassemblements où s’exerce une relation acteur(s)/spectateurs).

Par exemple, une pièce de théâtre demande des moyens relativement modestes : un texte, une troupe (éventuellement avec très peu d’acteurs) et une scène (éventuellement avec très peu de décors)… voilà tout.
Cependant, l’audience qui assiste à la représentation doit avoir un bon niveau pour saisir le message du texte et le subtilité du jeu des acteurs. Attention, je ne suis pas en train de faire l’apologie systématique de TOUTES les pièces de théâtre !

Là comme ailleurs, le sublime côtoie facilement le ridicule, surtout en ce qui concerne le théâtre dit « moderne ». Mais c’est juste un exemple pour me faire comprendre.

À l’inverse, une course de F1 (autre exemple, justement volontairement pris dans un domaine qui m’est cher) exige des moyens autrement plus coûteux et compliqués : un circuit permanent avec toutes ses infrastructures, un plateau composé des écuries habituelles avec leurs voitures hyper-sophistiquées et une nombreuse troupe d’acteurs très spécialisés (des pilotes aux commissaires de piste). Et je ne parle même pas des moyens employés pour retransmettre la course en direct à la télévision (nombreuses caméras, y compris embarquées sur les voitures, liaisons satellites, commentateurs en plusieurs langues, etc.).

Les moyens sont là, mais le niveau de l’audience est déjà beaucoup plus bas (j’aurais pu faire un exemple avec les matchs de football, mais on m’aurait taxé de partialité…)… En effet, comment peut-on justifier d’apprécier la F1 de ces dernières années ?

Le spectacle est inexistant (non, je n’exagère même pas et c’est bien cela qui est triste) tout comme le suspense. On pourrait me rétorquer que les fans de F1 sont des esthètes capables d’apprécier la pureté mécanique et la vitesse extrême procurée par le pinacle du sport-auto… Même pas. Pour ce qui est de la vitesse, les 500 miles d’Indianoplis sont bien plus impressionnants et le suspense est plus souvent présent aux 24 heures du Mans (encore une course qui a beaucoup-beaucoup perdu au fil des ans). Alors, comment comprendre que la F1 draine de telles audiences (en volume plutôt qu’en qualité) ?

Tout simplement parce qu’on a dit à ces amateurs de sport-auto « voici le sommet du sport automobile : ici sont réunis les meilleurs pilotes et les voitures les plus rapides jamais construites. C’est la pointe absolue de cette discipline… » Prosternez-vous et appréciez, point.

Remarquez bien que ce type de raisonnement s’applique tout aussi bien à d’autres sports comme le foot ou le rugby où le spectacle peut être absent, mais qui rassemble quand même les foules simplement parce que « c’est la coupe du monde »…

C’est là où c’est vraiment triste : ces gens ne vont pas apprécier tel ou tel spectacle en fonction de leurs critères personnels, mais plutôt en fonction de ce qu’on leur dit. Ceci explique une bonne part de la popularité endémique du football… Nombreux sont ceux qui suivent les championnats de foot simplement « pour faire comme tout le monde » (n’oublions pas que la pulsion d’intégration est un puissant moteur à l’oeuvre en permanence dans l’immense majorité des cas… On imagine les ravages dans le cas des « supporteurs » !).

Bref, on l’aura compris, tout ce qui est universel est inévitablement médiocre.

Qui s’intéresse à la vérité ?

Initialement, le titre de ce billet devait être « les masses ne sont pas intéressées par la vérité » mais je me suis rendu compte que c’était injuste : il n’y a pas que « les masses » qui ne soient pas intéressées par la vérité, c’est quasiment le cas de tout le monde en fait !

Nous vivons à une époque où les informations (via les médias) sont omniprésentes mais ce trop-plein est comme l’arbre qui cache la forêt : on a beaucoup de reportages sur des sujets futiles et le reste est quasiment rien que de la propagande. Tout ce qui est en dehors de la ligne officielle est nié, rejetté, moqué.

La moquerie surtout est très utilisée pour disqualifier tout ce qui ne cadre pas avec ce qui est acceptable. Ce qui est « acceptable » est devenu clé. Du coup, on ne s’inquiéte plus de ce qui est véridique, on se demande seulement si c’est acceptable.

Ce mécanisme est à l’oeuvre à tous les niveaux, y compris pour les affaires criminelles : quand un crime affreux est commis, il faut vite trouver un coupable (sous la pression de « l’émotion légitime » de l’opinion publique… En fait, le battage médiatique). Le premier suspect qui parait acceptable (parce qu’il était dans le coin, parce qu’il a des antécédents, etc.) fait un beau coupable tout désigné et peu importe que le pauvre diable soit innocent tout comptes fait, on a pas le temps de vraiment enquêter (et puis, une fois que l’opinion publique a produit son verdict, pourquoi aller plus loin ? N’est-ce point la « voix du peuple » qui vient de s’exprimer ?).

Si une info est énorme, elle sera suspecte même si elle est vraie car elle ne paraitra pas « acceptable » (c’est trop gros pour être vrai, bla, bla, bla). Mais ce n’est pas ce filtre de l’acceptable qui est actuellement le pire. Le plus grave, c’est le désintérêt généralisé pour tout ce qui est vraiment important.

Quand un journaliste d’investigation (il est reste ?) se demande s’il va traiter tel ou tel sujet, sa question prioritaire n’est plus « va-t-on me croire ? » mais plutôt « qui ça intéresse ce truc désormais ? ». C’est logique qu’on en soit arrivé là : la propagande de la techno-structure va tellement dans le sens de la déresponsabilisation que ça finit par produire des effets, des gros effets.

Aujourd’hui, les propagandistes triomphent : ils ont réussi à « noyer le poisson » et à démobiliser la grande masse des gens sur les sujets qui devraient mener à la révolte si la vérité en était dévoilé.

Un exemple ?
Facile : le 9/11. La version officielle de ce qui s’est passé le 11 septembre 2001 est un tel tissu de connerie que « ça ferait rire mon cheval » comme on disait dans l’ancien temps. Mais non, ça ne fait rire personne et rare sont ceux qui militent pour que la vérité officielle soit remise en question (avec toujours des conséquences désagréables pour celles et ceux qui ont ce courage… D’où la rareté du geste, forcément).

Le 9/11 est une conspiration ?
Oui et ce n’est même pas la première fois qu’on nous monte un pareil bateau : l’histoire est truffée de ces « coups montés » qui ont été soigneusement maquillés (en fait, les précédents du 9/11 ont même été mieux maquillés que ce dernier car, aujourd’hui, les propagandistes ont compris qu’ils suffisait de tenir les médias, leur faire diffuser une version -même mal ficelée- et le tour était joué, pas besoin de s’embêter plus que cela).

En fait, notre histoire (toute « l’ère chrétienne ») est une remarquable construction qui repose sur une série de falsifications de grande ampleur. Mais, comme on dit, « la tradition, c’est un progrès qui a réussi »… C’est exactement cela : notre tradition, c’est une construction à laquelle on s’est habitué. Tellement habitué que la remettre en cause choque tout le monde et même votre voisin (qui est pourtant bien ignorant en matière d’histoire…). 

Voilà pourquoi je suis obligé de constater que la vérité n’intéresse personne, ni les masses, ni les intellectuels. Et ça ne changera pas car la vérité est souvent tellement énorme qu’elle n’en est plus acceptable. Les peuples comme les individus pratiquent le déni quand un fait est insupportable.

Et ne croyez pas qu’il s’agit seulement de manipulations médiatiques, historiques ou politiques (tiens, au passage, avez-vous remarqué comment ces trois domaines sont souvent liés… Pas un hasard !), c’est la même chose dans le domaine scientifique : quand un fait ne cadre pas avec ce que l’on sait, la communauté scientifique choisi souvent d’écarter ce fait gênant plutôt que d’avouer que la connaissance actuelle doit être fausse, tout simplement.

Et ça se comprend : si on sait que la connaissance actuelle est, sinon fausse, à réviser, comment justifier de continuer à l’enseigner (et comment faire accepter que les « experts » qui ont été formés sur ces bases ne sont plus des experts…) ?

Réseaux sociaux, édition II finalisée !

Ces dernières semaines, j’étais occupé à finaliser l’édition II de mon livre « les réseaux sociaux ». Trois ans après la première édition, cette version remaniée et enrichie va sortir à la prochaine rentrée.

Que trouvera-t-on de nouveau dans cette seconde édition ?

Tout d’abord, j’ai vraiment remanié le contenu et la structure du livre… à tel point que mon éditeur m’a demandé « tu n’es pas reparti de l’ancien contenu ? » !

J’ai « raffraichi » tout ce que j’ai gardé, j’ai viré pas mal de texte qui n’avaient plus de raison de rester et j’ai aussi ajouté pas mal de nouveau : en particulier la quatrième partie qui est entièrement inédite.

Cette quatrième partie traite de l’émergence des réseaux sociaux au sein de l’Intranet. En effet, c’est la prochaine grande vague d’évolution de ce domaine : on passe du grand public au professionnel et les organisations vont être (sont déjà en fait) touchées. Il est facile de prévoir que des « Facebook » internes vont apparaitre un peu partout et c’est cette évolution que j’explique et détaille.

Les illustrations ont été aussi assez largement renouvellée mais les dessins de Fix sont toujours là (plus quelques-uns qu’on avait pas inclus dans la première édition).

Comme toujours, finaliser un livre est un gros travail. Dans le cas présent, initialement, je n’avais pas prévu de travailler sur une seconde édition d’un ouvrage existant mais plutôt d’en écrire un nouveau à part (consacré intégralement aux réseaux sociaux sur l’Intranet) mais, d’un commun accord avec mon éditeur, nous avons finalement bifurqué vers ce projet de renouvellement du contenu de « les réseaux sociaux ».

Et même si je peux dire que j’ai enfin abouti le processus de finalisation, les mots sont trompeurs car le travail n’est pas encore tout à fait terminé… Finalisation ici veut dire que j’ai pu assembler une première version complète. Version complète avec déjà un premier niveau de relecture/corrections plus toutes les illustrations présentes et à la bonne place.

Reste encore pas mal de chemin à faire : l’éditeur doit maintenant procéder aux passes de relectures/corrections approfondies. A ce stade, il est toujours possible d’intervenir sur le contenu. S’il (léditeur) trouve que je n’ai pas été assez clair sur telle ou telle section, il est encore possible de la reprendre et de l’affiner.

Une fois la phase de relectures/corrections terminée au niveau de l’éditeur, le fichier me revient pour une revue finale : il s’agit alors d’approuver les changements apportés par la correctrice (la plupart du temps, j’approuve sans difficulté car les corrections proposées sont précises, pertinentes et justifiées).

Le fichier repart encore chez l’éditeur pour la mise en page. En effet, même si je participe au travail de préparation de la mise en page (en choisissant les niveaux des titres par exemple), ce n’est pas moi qui détermine et applique la maquette de présentation du livre. Une fois à ce point, c’est presque fini : il ne reste plus qu’à se mettre d’accord sur la couverture et sur le texte qu’on va mettre sur la jaquette (important !).

Un livre comme « les réseaux sociaux » ne parait pas être une entreprise gigantesque mais cela représente tout de même des mois de travail. En temps écoulé (à ne pas confondre avec « temps consommé »), ça prend souvent presque un an !

Voilà, je voulais vous faire partager un peu de mon travail et comment il se déroule…

Un nouveau livre en préparation… 365 jours d’école à la maison

Je suis en train de travailler en ce moment sur un projet initié par mon épouse : un livre sur notre expérience du « homeschooling »  (ou « école à la maison » ou encore « éducation en famille »).

Nous avons pratiqué ainsi pour nos trois fils (les deux premiers juste un peu, N°3 pour tout son primaire) et nous pensons utile de faire partager notre expérience à travers un ouvrage récapitulatif dérivé du blog que tient Murielle depuis déjà 3 ans… voir à http://www.lebloghomeschooling.com/

L’ouvrage (qui n’est pas encore terminé, je travaille dessus à plein temps en ce moment) a déjà son site dédié à http://www.ecolealamaison.org/

Pourquoi nous sommes tous des misanthropes (mais si !)…

Voilà la définition que l’on trouve généralement (dans les dictionnaires) associée à la notion de misanthrope : personne qui déteste le genre humain et par extension, personne peu sociable, qui fuit ses semblables.

Aie, c’est un peu rude comme définition !

Et pourtant, je l’affirme aujourd’hui : nous sommes TOUS des misanthropes (mais la plupart l’ignore). Oui, tous, moi bien sûr mais aussi vous qui me lisez et celles et ceux qui vous entourent également, tous vous dis-je…

Attends un peu, que tu déculpabilises de ta hargne incontrôlable en généralisant un caractère atypique, c’est ton problème mais tu auras de la peine à le démontrer me direz vous. Même pas !

En fait, il est facile de démontrer que l’homme, animal social autoproclamé est fondamentalement un misanthrope par son comportement. Nous ne sommes pas comme les fourmis ou les abeilles qui coopèrent entre individus sans a priori et sans sélection. Nous, nous sélectionnons nos relations continuellement et c’est bien cette sélection basée sur une dualité sympathie/hostilité qui fait de nous des misanthropes par nature. En effet, nous n’aimons pas l’humanité dans son ensemble, nous n’incluons pas le genre humain dans notre affection sans réserve, nous voulons d’abord connaître les individus avant de décider si oui ou non, nous les aimons (et, par extension, avoir des relations avec eux).

Et le fait est que, au grand jeu test quotidien « qu’est-ce que je ressens pour celui-là (ou celle-là), sympathie ou hostilité ? », l’hostilité sort gagnante plus souvent que la sympathie, hélas. Et si ce n’était pas le cas, les amis seraient-ils cette denrée si rare, si précieuse ?

Interrogez les gens autour de vous et posez leur cette simple question : dans l’ensemble des gens que tu as rencontré/côtoyé, quel est le plus grand ensemble, celui constitué par les individus que tu as apprécié ou celui constitué des individus que tu as rejeté ?

En ne considérant que les réponses honnêtes, vous obtiendrez 100% d’avis en faveur d’un rejet du plus grand nombre, c’est ainsi et ce n’est pas nouveau.

Un homme s’est penché sur ce phénomène et l’a analysé, c’est Schopenhauer. Schopenhauer a écrit les propos suivants :

    « Tout notre mal vient de ne pouvoir être seuls « , a dit La Bruyère. La sociabilité appartient aux penchants dangereux et pernicieux, car elle nous met en contact avec des êtres qui en grande majorité sont moralement mauvais et intellectuellement bornés ou détraqués. L’homme insociable est celui qui n’a pas besoin de tous ces gens-là. Avoir suffisamment en soi pour pouvoir se passer de société est déjà un grand bonheur, par là même que presque tous nos maux dérivent de la société, et que la tranquillité d’esprit qui, après la santé, forme l’élément le plus essentiel de notre bonheur, y est mise en péril et ne peut exister sans de longs moments de solitude. On comprendra qu’en présence d’imbéciles et de fous il n’y a qu’une seule manière de montrer qu’on a de la raison: c’est de ne pas parler avec eux.

Tout est dit (et bien dit).

Mon avis sur iRacing, nouvelle offre de Sim Racing…

Cette nouvelle simulation était attendue avec beaucoup d’intérêt par le petit monde du Sim Racing car ses concepteurs sont issus des équipes de feu Papyrus, l’éditeur de Grand Prix Legend et de Nascar Racing (entre autres). A découvrir à http://www.iracing.com 

Depuis le lancement du premier round d’invitations sur iRacing (j’ai reçu la mienne le 25 juin), j’ai été surpris de voir la teneur du retour sur les forums français : des avis très tranché sur celui de la FFSCA et quasiment rien sur celui de GTRO !

J’ai aussi pu constater que ceux qui sont les plus virulents sont aussi ceux qui n’ont PAS testé : ils se refusent à franchir le pas à cause de la formule d’abonnement qui leur parait excessif (c’est leur droit) et, ensuite, ils veulent justifier leur décision en disant que « c’est de la merde »… Bizarre ou logique ?

Bref, je vais essayer de vous donner un retour objectif en dehors des questions de coûts qui, c’est vrai, peuvent susciter des débats.

Abordons tout de suite la question du comportement des voitures : c’est tout simplement ce qu’il y a de mieux actuellement, selon moi.

Le feeling est incroyable, la précision est bien là, la réaction immédiate et on « sent » que c’est correct. Les circuits sont bien réalisés aussi même s’il est difficile de se rendre compte si telle bosse est bien au bon endroit (et ça, on s’en fiche un peu).

Ce qui pêche, c’est que les voitures de base ne sont pas très excitantes… Surtout pour ce qui est la Pontiac Solstice (qui la voiture avec laquelle vous débuter votre « carrière » en road racing). Pourtant, quand vous passez au volant de la Skip Barber (une monoplace « école ») qui n’est pas puissante et qui n’a pas d’appui, tout change !

Vous mettez vraiment un pied dans le monde des monoplaces : des voitures précises, exigeantes, vives et qui pardonnent peu… Là, l’excitation monte tout de suite !

Vous allez dire que j’exagère mais on s’y croirait. Et encore : pour le moment mon SimCom Motion n’est pas encore reconnu par iRacing… Qu’est-ce que cela va être quand ça sera le cas ?

Même sans mon « baquet qui bouge », je n’ai pas le « mal de mer » que je ressens que avec Rfactor au bout de quelques tours si j’ai débranché mon SimCom tellement le niveau de concentration nécessaire est élevé…

Ensuite, iRacing innove par sa formule d’encadrement des courses et d’attribution des licences. Tout cela tourne autour du « security rating ». En clair, vous avez dès le départ deux licences : une pour les courses sur ovals et une autre pour les courses sur routes. Bien entendu, vous commencez en bas de l’échelle : rookie pour les deux !

Pour grimper, il faut gagner des points sur votre « security rating » en participant à des courses et à des « time trial » (épreuves chronométrées). Mais on peut aussi *perdre* des points lors de ces épreuves !

C’est là où est l’astuce : soit vous boucler vos courses sans incident, soit votre progression vers le prochain niveau de licence va être long…

Et les championnats les plus intéressants sont évidemment réservés à ceux qui ont fait leurs preuves lors de ces épreuves pour rookies. Donc, on se retrouve dans une situation d’auto-contrôle qui est une alternative intéressante au code de discipline instauré par les ligues (et je pense même que les ligues sont nées à cause de la nécessité de mettre en place ce code de conduite et de la faire respecter).

Tout d’un coup, c’est comme si le lobby n’était plus pollué par les bourrins !

Les critiques les plus fréquentes sur iRacing se résument à « c’est trop américain » et « c’est juste une réutilisation de Nascar Racing 2003″… A mon avis, c’est un peu court !

Tout d’abord, c’est vrai qu’il y a beaucoup de circuits américains qui sont proposés, et alors ?

Des pistes comme Laguna Seca, Road America ou Daytona, c’est pas des tracés valables, grandioses même ?

Il y aura des contenus européens, ça viendra mais le choix de circuits est déjà assez varié je trouve.

L’autre critique porte sur l’orientation « courses sur ovals »… Il flotte là un relent de « les courses sur ovals, c’est bon pour les bourrins qui ne savent ni freiner ni piloter… le vrai pilotage, c’est sur circuit routier, point ! ». Objection votre honneur : je suis plutôt un pilote de routier mais je me suis toujours aperçu que performer sur les ovals était loin d’être simple… Alors, pensez que c’est « une voie de garage pour les pilotes ratés », vous m’excuserez mais c’est risible !

J’ai participé à une dizaine de courses avec les « Legends cars » sur des ovals courts et je peux vous assurez que c’est terriblement prenant… Et mes médiocres résultats (un seul top 5) prouvent que non, ce n’est pas facile.

Ceci dit, tout n’est pas super positif au royaume de iRacing, il y a des points noirs et j’en vois au moins deux gros :

1- le mécanisme de « security rating » est super en théorie mais pas encore parfait en pratique… En effet, vous perdez des points même si vous êtes la *victime* d’un accrochage : vous êtes percuté par l’arrière mais ça compte pareil !

C’est comme si on était puni deux fois : votre course est ruinée par un pilote qui ne maitrise pas son freinage ou sa ligne ET vous perdez des points par la même occasion… Super frustrant !

Je sais bien qu’il faut être deux pour s’accrocher mais tout de même, c’est dur à avaler. Du coup, on se retrouve à faire des efforts démesurés pour être sûr de n’être touché par personne… Je pense que le mécanisme doit être amendé et je doute qu’il soit définitif dans sa forme actuelle.

2- le programme est gourmand en ressources systèmes… Toute l’interface utilisateur repose sur un navigateur web (une bonne idée d’ailleurs) qui lance le programme permettant de se retrouver sur piste. Mais ce dernier est très exigeant et les FPS sont rares. Tellement rare que dans certains cas que ça en devient carrément injouable !

Je viens juste de changer de PC et c’est iRacing qui ma poussé à le faire… Si on ajoute que tout, absolument tout est en anglais et seulement en anglais (moi, ça ne me gêne pas du tout mais je peux comprendre que ça en rebute), ça fait quand même quelques obstacles à franchir… Faut déjà être motivé !

Et comme en plus il n’y pas de démo possible (zéro), que tout se passe online (zéro offline, même quand on est seul), ça commence à faire beaucoup.

Donc oui, objectivement je comprend qu’on puisse être dubitatif face à cette offre qui est très atypique : innovante, très encadrée, avec une approche restrictive et un mode de paiement aussi inhabituel (dans notre petit monde du Sim Racing… ailleurs, dans les grands jeux multi-utilisateurs, il y a longtemps que c’est ainsi).

Pourtant, je constate que les retours sur le forum de RSC sont majoritairement positifs (pour ne pas dire élogieux) et que les avis sur le forum propre à iRacing (il y en a un mais il est réservé aux inscrits) sont de la même teneur. Ceux qui ont essayé ont adopté et sont devenus accros (avec des exceptions, des testeurs comme Guillaume Siebert ont passé leur chemin…).

Pour moi, c’est clair que je suis désormais du côté des accros et pour plein de raisons :

– je crois à la pertinence du principe du security rating (même s’il est perfectible)

– j’aime le comportement des voitures (même si les voitures ne sont pas très excitante a priori)

– j’aime le fait de pouvoir courrir souvent (en ligue, on doit s’entrainer beaucoup mais on court rarement finalement… là, c’est une course toutes les deux heures !)

Je suis persuadé que cette formule a un énorme potentiel et que iRacing est en train de changer le mode de fonctionnement du Sim Racing. Cela ne veut pas dire que tout va changer brutalement, il faudra du temps bien sûr.

Mais je vois à l’avenir deux formules :

– une simulation très ouverte, conçu pour le modding et les ligues… et c’est Rfactor.

– une simulation très fermée, conçu pour l’organisation de courses en continue et avec un code sportif bien défini… et c’est iRacing.

Bien entendu, tout cela n’est que mon avis in fine. D’aucuns peuvent rigoler en pensant « sacré Alain, il sait plus comment claquer son fric, voilà qu’il se fait avoir avec cette daube d’Iracketing »… Riez messieurs, moi j’y retourne !